Michel (archange)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Michel, Saint-Michel et Michel.
Archange saint Michel
image illustrative de l’article Michel (archange)
L’Archange Saint Michel, terrassant Satan représenté par un dragon, avec inscription Quis ut Deus ? sur son bouclier. Entrée principale de l'Université de Bonn.
Autres nomsMîkhâ'êl, en hébreu, Quis ut Deus ? en latin, « Qui est comme Dieu ? »
NationalitéCieux / Royaume de Dieu
Vénéré parReligion abrahamique (Judaïsme, Christianisme, Islam)
Fête29 septembre, 8 novembre, 8 mai, 6 septembre, 16 octobre, 2e dimanche après Pâques.
AttributsArchange chevalier en armure avec bouclier, lance ou épée (qui tranche le bien et le mal durant la Guerre des anges) et dragon ou Diable terrassé à ses pieds.
Balance du jugement dernier pour le jugement (psychostasie) et le salut des âmes pour l'Enfer ou le Paradis.
Saint patronCatholicisme, Gaules, France, Allemagne, Normandie, Bruxelles, Kiev, Arkhangelsk, Dumfries, parachutistes.

Michel (Mîkhâ'êl en hébreu, Quis ut Deus ? en latin, signifiant « Qui est comme Dieu ? ») grand maître des Cieux après Dieu, il est un des sept archanges majeurs (avec Gabriel et Raphaël notamment) de la religion abrahamique (judaïsme, christianisme, islam).

Chef de la milice céleste des anges du Bien (religion), il est principalement représenté au moment de la fin des temps (Apocalypse / fondation du Royaume de Dieu) en chevalier ailé sauroctone, qui terrasse le Diable durant la guerre des anges, et avec la balance de la Pesée des âmes du Jour du jugement, juge (psychostasie) et guide (psychopompe) du salut des âmes pour l'Enfer ou le Paradis (allégorie symbolique de la victoire finale du Bien (religion), sur le mal).

Il est également un saint et le saint patron du catholicisme, de la Normandie, de la France (Ordre de chevalerie Ordre de Saint-Michel, avec également la Sainte Vierge à partir de 1638 - vœu de Louis XIII), de l'Allemagne (avec saint Boniface de Mayence), de la Belgique (après saint Joseph), ainsi que de Bruxelles (il se retrouve d’ailleurs sur son blason).

Il est fêté principalement les 29 septembre et 8 novembre, mais aussi le 8 mai, 6 septembre, 16 octobre et le troisième dimanche de Pâques (deuxième dimanche après Pâques).

Origines

Étymologie

Michel est un personnage de la religion abrahamique (Judaïsme, Christianisme, Islam). Son nom vient de l'hébreu : מיכאל, Mîkhâ'êl (étymologiquement Mi, Cha « qui est semblable », et El « Clarté, Lumière, Lumineux, Dieu », Elohim), signifiant « Qui est comme Dieu ? », Quis ut Deus ? en latin.

Saint Michel est appelé « l’archange » ou ange en chef dans la Bible. Il est aussi appelé : Prince des Archanges, Archange du Premier Rayon, Défenseur de la Foi, Prince de tous les anges du Bien, chef des forces du ciel, de la milice céleste, champion du Bien.

Il terrasse entre autres Lucifer (Diable, Satan, personnalisation du mal) durant la guerre des anges au moment de la fin des temps / Apocalypse, puis juge (psychostasie) le Salut (théologie) des âmes au moment du Jour du jugement, par la Pesée des âmes, et guide (psychopompe) des élus au Paradis (allégorie de la victoire finale du Bien (religion), sur le mal).

Saint Michel dans l'Ancien Testament

Il apparaît de nombreuses fois dans la Bible. Dans l'Ancien Testament, il est vu quand Dieu s'adresse aux hommes et est envoyé, messager, porteur de la Nouvelle.

Dans le livre de Daniel, l'ange Gabriel apparaît au prophète Daniel (Dan 10,13-21) pour lui expliquer ses visions et lui révèle également qu'il était en train de combattre avant de lui venir en aide. Durant ce combat, Gabriel rencontra une forte opposition de la part du Roi des Perses et il fallut l'intervention de Michel en personne pour que Gabriel s'en sorte.

Dieu et Gabriel révèlent en Daniel 12:1 à ce dernier une vision de la fin des temps où l'archange Michel se lèvera afin de relever les morts, certains pour une résurrection de vie (paradis) et d'autres pour une résurrection d'opprobre et de mort pour des temps indéfinis.

Saint Michel dans le Nouveau Testament

Il entre en conflit avec le Diable dans l'épître de Jude (v. 9) au sujet du corps de Moïse.

L'apôtre Paul, dans sa lettre aux Thessaloniciens (1Th4:16), nous révèle que Jésus redescendra du ciel « au signal donné par la voix de l'archange ».

Dans les visions grandioses de saint Jean au livre de l'Apocalypse (Ap 12,7ss), il terrasse le dragon (symbole de Satan), et l'expulse du Paradis, en lui disant « Mi cha el », c'est-à-dire « Quis ut Deus ? » en latin, « Qui est (semblable à) Dieu ? » (en référence à l'orgueil de Satan qui voulait prendre la place de Dieu[1]).

Pour les chrétiens de la plupart des Églises occidentales et orientales, l'archange saint Michel est invoqué pour obtenir une protection contre les Démons.

L'ange Michel dans l'Islam

En islam, l'ange « Mikaïl », « Mika'îl » ou « Mikâla » (en arabe : ميخائيل) apparait à une seule reprise dans le Coran[2] à la sourate II, verset 98 où il est mentionné en présence de l'ange Gabriel/Djibril[3] en compagnie duquel, il participe à la pesée des actions[4]. Mikaïl apparait également avec Djibril au moment de la purification des cœurs et à la bataille de Badr[2]. Dans une tradition musulmane tardive, il se voit confier par Dieu la mission de raviver chez les hommes la mémoire des évènements passés[5].

Si c'est un ange aimé de Dieu, ses attributions ne sont pas claires[2] et la tradition lui attribue différents pouvoirs et actions. Pour al-Qazwini, Mikaïl dispense la bonté et dirige la croissance des créatures vers la perfection[6]. Dans certaines traditions musulmanes Michaël contrôle la pluie, le vent, et accorde aux créatures vivantes - et particulièrement à l'humanité, croyante ou non - la bonne fortune, la nourriture ou encore la connaissance[7] ; d'une manière générale, tout ce qui est utile à nourrir la vie est sous sa responsabilité[7]. Pour d'autres, Mikaïl est le chef des anges du 6e ciel et l'un des porteurs du Trône divin[8]. D'autres encore l'identifient également, en compagnie de Gabriel/Djibril et Azraël/Izrail, à un des trois anges qui, sous forme de beaux jeunes gens, rendent visite à Ibrahim et Lût[9].

Apparitions

La première apparition de saint Michel archange aurait eu lieu en Phrygie, à Chônes, nom qui a remplacé celui de Colosses. C’est l’apparition la plus célébrée de celles qui ont été connues des Grecs et des Orientaux. Saint Michel se serait montré sous une figure humaine à un homme de Laodicée, qui avait une fille muette, laquelle recouvra la parole sur le champ. Ce miracle convertit le père et la fille, et fut suivi de la construction d'un magnifique temple en l'honneur de saint Michel ; et pour consacrer le mémoire d'un miracle si éclatant, on établit une fête particulière, pour toute l'Église d'Orient, en l'honneur de ce prince de la milice céleste : elle fut fixée au 6 septembre.[réf. nécessaire]

La deuxième apparition de l'archange saint Michel en Occident se serait produite aux yeux d'un berger en 492, au sommet du mont Gargano, dans les Pouilles (Italie). La Congrégation des sœurs de saint Michel archange organise en France depuis la fin 2015 les pérégrinations de la statue de saint Michel archange du mont Gargano [10].

Il serait apparu ensuite à saint Grégoire le Grand le 8 mai 590 au sommet du château Saint-Ange à Rome.

Un sanctuaire est fondé en 708 par saint Aubert au Mont-Saint-Michel en Normandie, à la suite d'une apparition de l'archange.

En 1425 saint Michel apparaît à sainte Jeanne d'Arc dans sa maison natale de Domrémy-la-Pucelle[11]dans les Vosges (voix, apparitions et prédictions de Jeanne d'Arc). Jeanne affirme avoir vu en apparition et entendu les voix célestes de l'archange Michel, et des saintes Catherine d'Alexandrie, Marguerite d'Antioche, lui demandant d'être pieuse, de ramener la paix au royaume de France en le libérant de ses envahisseurs, et de conduire le dauphin de France (Charles VII) sur le trône en le faisant sacrer roi de France par l'église catholique à la cathédrale Notre-Dame de Reims (Jeanne d'Arc de Domrémy à Chinon 1428 - février 1429). Le , alors que les Anglais capitulent à la fin du siège de Bayonne, une énorme croix blanche, symbole de l'archange, apparaîtrait dans le ciel[12].

Other Languages
አማርኛ: ሚካኤል
অসমীয়া: মিকাইল
azərbaycanca: Mikayıl (mələk)
беларуская (тарашкевіца)‎: Міхаіл (арханёл)
brezhoneg: Arc'hael Mikael
Cymraeg: Mihangel
eesti: Miikael
فارسی: میکائیل
עברית: מיכאל
hrvatski: Sveti Mihael
Bahasa Indonesia: Mikhael
日本語: ミカエル
қазақша: Микаил
Ripoarisch: Michael (Erzengel)
kurdî: Mîxayîl
latviešu: Miķelis
македонски: Архангел Михаил
norsk nynorsk: Erkeengelen Mikael
Nouormand: Saint Miché
پښتو: میکائیل
português: Miguel (arcanjo)
srpskohrvatski / српскохрватски: Mihael (arhanđeo)
Simple English: Michael (archangel)
slovenčina: Michal (anjel)
slovenščina: Sveti Mihael
српски / srpski: Архангел Михаил
Kiswahili: Malaika Mikaeli
తెలుగు: మీకాయీల్
Türkçe: Mikâil
українська: Архангел Михаїл
اردو: میکائیل
中文: 米迦勒