Michaël Youn

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benayoun.
Ne doit pas être confondu avec Michael Young.
Michaël Youn
Description de cette image, également commentée ci-après
Michaël Youn en février 2012.
Nom de naissance Michaël Benayoun
Surnom Youn Youn
Naissance (44 ans)
Suresnes, France
Nationalité Drapeau : France Français
Profession acteur, humoriste, chanteur, réalisateur
Films notables La Beuze
Les Onze Commandements
Iznogoud
Fatal
Coursier
La Traversée
Site internet www.michaelyoun.com

Michaël Benayoun, dit Michaël Youn, né le à Suresnes, est acteur, réalisateur, scénariste, producteur, humoriste, animateur de télévision et de radio français.

Il est notamment connu pour avoir animé le Morning Live sur M6 de 2000 à 2002, avant de se lancer au cinéma avec entre autres La Beuze, Les Onze Commandements et Iznogoud. Suite à l'échec critique de ces comédies, il passe lui-même à la réalisation, livrant les satires Fatal (2010) et Vive la France (2013), dont il tient aussi les rôles principaux.

Parallèlement, il s'est aussi produit en diverses occasions comme chanteur ou rappeur, en interprétant des rôles d'artistes parodiques comme « Alphonse Brown », le groupe les Bratisla Boys et Fatal Bazooka.

Biographie

Jeunesse et formation

Fils unique d'une famille parisienne d'origine juive marocaine, les Benayoun, d'un père professeur de mathématiques puis psychologue en entreprises et d'une mère chef de personnel, il monte sur scène dès l'âge de trois ans. À cinq ans, il suit des cours de piano [1]. Après avoir effectué deux ans de classe préparatoire économique et commerciale au lycée Notre-Dame de Sainte-Croix de Neuilly, il intègre l' ESC Nice [2], dont il sort diplômé en 1996, avec un mastère en management [3]. Il se fait réformer P4 au service militaire en se faisant passer pour un dingue [4]. Ayant déjà affirmé une vocation artistique forte, il décide de parfaire son bagage en suivant des cours de radio au Studio École de France à Boulogne-Billancourt, puis de théâtre au Cours Florent à Paris.

Débuts radiophoniques et révélation télévisuelle (1998-2002)

De 1998 à 2000, il présente le journal de la matinale de Skyrock avec Les Filles, KTL et Sophie Gaillard, émission au sein de laquelle il prend de plus en plus d'importance.

Il anime ensuite durant près de deux années, entre juillet 2000 et mars 2002, le Morning Live sur la chaîne de télévision M6 et Fun TV. C'est dans le cadre de cette émission qu'il crée, avec Vincent Desagnat et Benjamin Morgaine, les Bratisla Boys, groupe musical parodique censément formé de marins reconvertis dans la chanson, et issus d'un pays imaginaire d' Europe de l'Est appelé le Slovakistan. Les Bratisla Boys, créés à l'origine pour un sketch parodiant l' Eurovision, sortent un album début 2002. Leur chanson phare Stach Stach rencontre un succès auprès du public ; les compères annoncent ensuite à la fin de l'année la dissolution des Bratisla Boys, en prétextant la noyade des membres du groupe lors d'une croisière sur la Mer Morte.

Comédies populaires et échecs critiques (2003-2009)

Michaël Youn au festival de Cannes 2007, pour la présentation de Héros.

Début 2003, il se lance dans le tournage de la comédie potache La Beuze, sous la direction de François Desagnat, le frère aîné de Vincent Desagnat, l'un de ses deux acolytes dans le Morning Live, film dont Le Frunkp est la bande originale. Dans la peau d'Alphonse Brown, il lance un nouveau genre musical, le frunkp, « un mélange de rap et de funk ». Le film connait un succès commercial, et lui permet d'enchaîner avec la même équipe (mais aussi accompagné de valeurs sûres de la comédie populaire, telles que Gad Elmaleh, Patrick Timsit, l'humoriste Dieudonné) la comédie Les Onze Commandements. Le long-métrage lui permet de renouer avec le côté sketch-es de ses incursions télévisuelles.

Pour son troisième long-métrage, il s'attelle à un projet doté d'un plus grand budget et encore plus familial. Sortie en 2005, la comédie Iznogoud, réalisée par Patrick Braoudé, lui permet de s'entourer d'acteurs comiques confirmés : Jacques Villeret, mais aussi Olivier Baroux, Kad Merad et Franck Dubosc. Si le box-office est excellent, les critiques sont très mauvaises, et cet essai finit parmi les pires films de tous les temps sur le site Allociné. De même pour sa tentative suivante, la comédie Incontrôlable, sortie en 2006, laminée par la critique [5].

En 2007, il revient donc avec son premier rôle dramatique : l'expérimental et très noir Héros, écrit et réalisé par Bruno Merle à la diffusion confidentielle, dont il tient le premier rôle, aux côtés de Patrick Chesnais, Élodie Bouchez, Jackie Berroyer et même son propre père.

En 2009, il se contente d'un second rôle de luxe, en prêtant ses traits à Billy the Kid pour une nouvelle adaptation de bande dessinée, la comédie Lucky Luke, avec Jean Dujardin dans le rôle-titre. Parallèlement, il défend un nouvel essai dans la comédie potache en tête d'affiche, le film Coursier, qui passe inaperçu.

Passage à la réalisation (2010-2013)

En revanche, il co-écrit, réalise et interprète la parodie Fatal. Ce premier passage derrière la caméra lui permet de retrouver le personnage de Fatal Bazooka, créé en 2002 pour le Morning Live, et qui n'était jusque là apparu que dans des clips. Le film, sorti en 2010, reçoit des critiques positives et rassemble plus d'un million de spectateurs dans les salles [6].

Suite à ce succès, il tente de confirmer dans des films plus classiques : en 2012, il partage l'affiche de la comédie culinaire Comme un chef avec Jean Reno puis re-tente le drame en tête d'affiche avec le confidentiel La Traversée, écrit et réalisé par Jérôme Cornuau et entouré de deux actrices du cinéma d'auteur français, Émilie Dequenne et Fanny Valette. Les deux projets passent cependant inaperçus.

En 2013, il revient avec son second film en tant que réalisateur, la comédie Vive la France, qui raconte l'histoire de deux bergers, apprentis terroristes maladroits, qui veulent faire sauter la Tour Eiffel à Paris pour faire connaître leur petit pays, le Taboulistan. L'histoire est inspirée du personnage Borat. Le film rassemble autant de spectateurs que sa première réalisation, mais le cinéaste reconnait avoir espéré le double. Durant la promotion, il reconnait aussi ne pas être fier de beaucoup de ses films précédents, à part Fatal, Les Onze Commandements. et Héros [7].

Virage dramatique en tant qu'acteur (depuis 2014)

Dans la foulée de cet aveu, il s'investit dans des projets dramatiques pour la télévision en tant qu'acteur : en 2014, il tient le rôle principal du drame L'Esprit de famille, de Frédéric Berthe, consacré au don du rein ; en 2016, il surprend en donnant la réplique à Olivier Marchal pour le thriller psychologique Mon frère bien-aimé, de Denis Malleval.

Il ne renonce pas pour autant à l'humour : en 2013, il annonce « réfléchir sérieusement » à tourner une suite de Fatal [8]. Puis en juin 2015, il annonce sur Europe 1 son probable retour à la télévision avec un "late show" appelé le Tard Tard Show. Il participe pour la première fois aux Enfoirés [9].

En 2016, c'est finalement sur un autre programme qu'il revient finalement à la télévision : il participe Au rendez-vous des Enfoirés et fait une exploration dans la nature aux côtés de Mike Horn dans À l'état sauvage sur M6. L'émission a attiré 3 391 000 téléspectateurs.

Au cinéma, il est à l'affiche en 2016 de la comédie fantastique Le Fantôme de Canterville, de Yann Samuell. Il y évolue aux côtés de Audrey Fleurot et Michèle Laroque. Et en 2017, il revient au drame en faisant partie du casting du film Carbone d' Olivier Marchal [10].

Enfin, après avoir participé au spectacle Mission Enfoirés, faisant donc partie de l'équipe des Enfoirés pour la troisième année consécutive, il accepte le rôle principal d'une série télévisée de TF1, Les Bracelets rouges, une adaptation d'une série espagnole à succès. Il y sera dirigé par Nicolas Cuche et donnera la réplique à Camille Lou.

Other Languages
Deutsch: Michaël Youn
English: Michaël Youn
فارسی: مایکل یون
Nederlands: Michaël Youn
русский: Юн, Микаэль