Menelik II

Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un «  article de qualité ».
Ge'ez.svg Cette page contient des caractères éthiopiques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ménélik.
Menelik II
ዳግማዊ ምኒልክ
Image illustrative de l'article Menelik II
Titre
Empereur d'Éthiopie

(24 ans, 1 mois et 9 jours)
Couronnement
( Entoto Mariam)
Prédécesseur Yohannes IV
Successeur Iyasou V
Negus du Shewa
[Note 1]
Prédécesseur Bezabeh
Successeur aucun
Dirigeant du Shewa
Prédécesseur Haile Melekot
Successeur Haile Mikaél Sahle Selassié
Biographie
Titre complet roi des rois d'Éthiopie, Lion conquérant de la Tribu de Judah, élu de Dieu
Dynastie Dynastie salomonide
Nom de naissance Sahle Maryam
Date de naissance
Lieu de naissance Ankober, Royaume du Shewa
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Addis-Abeba,
Empire d'Éthiopie
Père Haile Melekot
Mère Woizero Atitegeb Wondbewossen
Conjoint Taytu Betul
Enfants Zewditou Red crown.png
Shoaregga
Wossen Seged
Héritier Iyasou

Menelik II
Monarques d'Éthiopie

Menelik II ( ge'ez : ዳግማዊ ምኒልክ, dagmawi Menilek Prononciation du titre dans sa version originale  Écouter) ( - ), né sous le nom de Sahle Maryam (ge'ez : ሳህለ ማርያም), est prince, negus du Shewa, puis empereur d' Éthiopie. Il est également connu sous son nom de cavalier Abba Dagnew (ge'ez : አባ ዳኘው).

Le règne de Menelik II est essentiellement marqué par une politique de modernisation intérieure et d’extension territoriale de l'empire éthiopien donnant au pays sa forme contemporaine. Dans un contexte de menaces par des puissances étrangères, celles-ci visent à constituer un glacis de protection autour des hauts plateaux face au colonialisme. À cet égard, il est notamment connu à l’étranger pour avoir mené les troupes éthiopiennes à la bataille d'Adoua repoussant la pénétration italienne.

Attaché aux traditions éthiopiennes et intéressé par les technologies occidentales, il adopte une série de réformes économiques, politiques et sociales afin de préparer l'Éthiopie au nouveau siècle. Les premières écoles publiques et les premiers hôpitaux sont construits, des produits européens apparaissent dans la nouvelle capitale Addis-Abeba qu’il fonde en 1886 et le pays se dote d'un chemin de fer.

Héritier du negus du Shewa, Menelik est fait prisonnier et est emmené à l’âge de douze ans à la forteresse de Magdala où il grandit à la cour de Tewodros Tewodros II ; il s'enfuit à 21 ans pour retourner dans son royaume natal où il est couronné negus l'année suivante. À la suite du décès de Tewodros II en 1868, Menelik décide d'entreprendre une longue marche vers le trône impérial. Il refuse ainsi de reconnaître le negusse negest Tekle Giyorgis Tekle Giyorgis II comme légitime et s'attelle à renverser son successeur Yohannes Yohannes IV, mais celui-ci le contraint à se soumettre en 1878. Limité au contrôle du Shewa, Menelik agrandit son royaume et crée une véritable force armée moderne capable de soutenir ses projets impériaux. Il noue des contacts avec des Européens afin d'importer un matériel militaire performant, une supériorité technologique facilitant les premières campagnes lancées en 1879. Dix années lui suffisent pour repousser les limites du Shewa aussi loin que l' Arsi, le Kaffa, le pays Welayta et la ville de Harer ; il remporte notamment les batailles de Embabo et Chelenqo.

À la suite du décès de Yohannes IV à la bataille de Metemma et après quelques mois de confrontation avec Mengesha Yohannes, Menelik II, grâce au soutien de la noblesse éthiopienne, se fait couronner negusse negest le 3 novembre 1889. Pendant le début de son règne, il poursuit les campagnes d'expansion territoriale qui ne prennent fin qu'en 1900. Ses expéditions sont interrompues en 1895-1896, durant la première guerre italo-éthiopienne qui l'oppose à l' Italie. Celle-ci se termine le 1er mars 1896 avec la bataille d'Adoua qui, relatée dans la presse internationale, consacre sa stature internationale et fait de son empire le symbole du maintien d'une indépendance africaine face au colonialisme européen.

En 1909, Menelik II est frappé par une grave maladie et se retrouve hors d'état de gouverner. Le pouvoir passe progressivement entre les mains de son épouse, Taytu Betul. Il désigne son petit-fils, ledj Iyasu, comme successeur afin d'éviter un affrontement entre factions politiques. Menelik II décède dans la nuit du 12 au 13 décembre 1913.

Vie privée et familiale

Taytu Betul, épouse de Menelik
Articles connexes : Taytu Betul et Zaoditou d'Éthiopie.

Au cours de sa vie Menelik a eu plusieurs épouses ; son premier mariage, à vingt ans avec la princesse Alitash, lui est imposé par le père de celle-ci, Téwodros Téwodros II [1]. Après s'être échappé de la forteresse de Magdala, il la quitte et épouse une princesse oromo ; leurs deux fils meurent en bas âge [1]. Par la suite, il se marie avec Baffana, une noble shewanne qui tente de le renverser pour placer un de ses fils sur le trône de son mari ; un conseil exige son exil en 1877 [1]. Pendant quelques années, il a diverses liaisons temporaires parmi lesquelles une nouvelle Baffana et une princesse nommée Goveté [2].

C'est en 1883, lors de la semaine de Pâques, que Menelik épouse sa femme la plus célèbre et influente : Taytu Betul, membre de la noblesse et descendante des familles régnantes du Semien, du Godjam et du Bégemder [3]. Son oncle, le dejazmatch Wube Hayle Maryam a été le souverain du Tigray et de la majeure partie du Nord de l' Éthiopie. Décrite par Harold G. Marcus, comme animée d'un sincère patriotisme éthiopien, sûre d'elle-même, elle mène le front conservateur strictement attaché aux traditions nationales et méfiante des relations avec les États étrangers [3]. Par ailleurs, tant par son style vestimentaire que par son comportement politique, elle donne un poids politique au Gonder et plus généralement au nord de l'Éthiopie [3]. Mariée pour la quatrième fois, elle ne donne aucune descendance à Menelik [2]. Celui-ci a néanmoins deux filles de mariages précédents : Zaoditou Zaoditou Ire ( Negiste Negest de 1917 à 1930) et Shoaregga, qui épouse le Ras Mikaél du Wello [2], union dont naît le lij Iyassou. Un fils, le prince Wossen Seged décède durant l'enfance. En 1886, Menelik marie sa fille Zaoditou Zaoditou Ire au fils du negusse negest, le ras Araya Sellassie mais il décède, en mai 1888, sans enfant.

Tout au long de son règne, Menelik est très proche de son cousin, Mekonnen Welde Mikaél ; ensemble les deux hommes collaborent sur tous les sujets. Pétridès les considère comme « les constructeurs de l'Éthiopie du XXe » [4]. Menelik lui confie plusieurs réformes économiques ainsi que la charge de dossiers diplomatiques. La vie familiale de Menelik a des conséquences politiques puisque Taytou n'apprécie guère la proximité de son mari avec son cousin, représentant de la branche progressiste éthiopienne. Ainsi, lors de la fin de règne de Menelik, lorsque celui-ci se voit forcé de choisir un successeur, elle fait pression pour empêcher l'arrivée sur le trône impérial de Teferi Mekonnen, fils de Mekonnen [5].

Other Languages
العربية: منليك الثاني
asturianu: Menelik II
беларуская: Менелік II
čeština: Menelik II.
Deutsch: Menelik II.
Ελληνικά: Μενελίκ Β΄
English: Menelik II
español: Menelik II
euskara: Menelik II.a
فارسی: منلیک دوم
suomi: Menelik II
galego: Menelik II
hrvatski: Menelik II.
Bahasa Indonesia: Menelik II dari Ethiopia
italiano: Menelik II
日本語: メネリク2世
Latina: Menelik II
Nederlands: Menelik II
occitan: Menelik II
polski: Menelik II
русский: Менелик II
srpskohrvatski / српскохрватски: Menelik II
Simple English: Menelik II
slovenščina: Menelik II.
српски / srpski: Менелик II
svenska: Menelik II
Kiswahili: Menelik II.
Türkçe: II. Menelik
українська: Менелік II