Matthieu Messagier

Matthieu Messagier
Matthieu Messagier et Boulou.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Matthieu Messagier, né le à Colombier-Fontaine (Doubs), est un poète français.

Biographie

Fils du peintre Jean Messagier, représentant de la tendance abstraite de l'École de Paris, et de l'artiste céramiste Marcelle Baumann-Messagier, Matthieu Messagier partage son enfance, de 1954 à 1967, entre le Quartier latin de Paris et le moulin de ses parents, en Franche-Comté. Il y écrit ses premiers poèmes qui seront rassemblés, en 1969, dans sa première anthologie, Œuvres 1954-1969. Il y rencontre et fréquente aussi de nombreux artistes amis de son père, comme Hundertwasser.

Encouragé par ses parents, qui lui procurent liberté matérielle et soutien sans condition, il s'installe, en 1966, à Paris dans leur appartement de la rue Pierre-et-Marie-Curie, et se consacre totalement à la poésie. Il entreprend notamment une longue série de « poèmes sans passé » intitulée Les Laines penchées, et qui ne sera publiée qu'en 1975. En 1967, il rencontre Michel Bulteau qui devient son ami. Ils commencent à écrire ensemble et tournent la même année un premier film en 8 mm, Une Voyelle B, qui sera projeté, en mars 1968, dans un cinéma de la rue Cassette.

Il ne prend pas part aux événements de Mai 68. Il réalise un autre film avec quelques-uns des futurs « poètes électriques » : La Direction de l'odeur. En 1970, l'écrivain et éditeur Dominique de Roux lui fait signer son premier contrat pour un « livre à venir ». Il paraîtra en 1974 sous le titre de Sanctifié. De Roux sollicitera souvent Matthieu Messagier lors de la création de la revue Exil.

Toujours en 1970, Messagier fonde, avec Michel Bulteau, Electric Press, organe destiné à publier leurs propres livres et ceux de leurs amis. Une trentaine de titres seront publiés entre 1970 et le début des années 2000.

En compagnie de Michel Bulteau et de seize autres jeunes poètes, dont Jean-Jacques Faussot, Jacques Ferry, Patrick Geoffrois, Thierry Lamarre et Zéno Bianu, il écrit Manifeste Électrique aux paupières de jupes, publié en 1971 aux éditions Le Soleil Noir[1]. Alain Jouffroy est un des rares à en parler, dans un article de cinq pages à la une de l'hebdomadaire Les Lettres françaises. Le poète et traducteur Claude Pélieu s'occupe, quant à lui, de les faire connaître dans les milieux underground américains, notamment à New York.

Au fil des années, le Manifeste Électrique aux paupières de jupes ne cesse de rencontrer un écho de plus en plus large auprès de nouvelles générations, tant sur le plan de la radicalité de l'écriture que de l'expérience vécue de la poésie. Il fait ainsi le lien entre certaines pratiques héritées du surréalisme et la nouveauté formelle apportée par les poètes de la beat generation. En 1972, une partie des signataires du Manifeste Électrique se retrouvent aux côtés de Brion Gysin, William S. Burroughs, Carl Weissner, Bob Kaufman, etc., le temps d'un livre-album mêlant poésie, photographies, cut-ups et inventions graphiques : Parvis à l'écho des cils.

Entre 1972 et 1979, Matthieu Messagier voyage en hobo en Europe. Il se détache de la poésie. Les livres écrits entre 1966 et 1972 paraissent les uns après les autres. Rattrapé par une maladie neuro-musculaire, Matthieu Messagier s'installe définitivement dans le Doubs où il compose un poème en prose Orant.

De nombreux livres paraissent durant les années 1980-1990, comme Une rêverie objective, Les Chants tenses, Le Dernier des immobiles. En 1985, il rencontre le philosophe Louis Ucciani, spécialiste de l'utopiste Charles Fourier, qui lui consacre un premier film, La Question oubliée (Centre international de création vidéo, 1995).

Il écrit avec Michel Bulteau XXIII poèmes, publié en 1996, et Proses bien déprosées, 2000.

L'émission Metropolis d'Arte lui consacre un court film en 1997 réalisé par Nicola Sornaga. Ce dernier entreprend en 1999 un long métrage sur la poésie, à partir de la vie et l'œuvre de Messagier, Le Dernier des immobiles (2003). Ce film, est accueilli favorablement par la critique, y compris par certains réalisateurs comme Jean-Paul Fargier, André S. Labarthe, Jean-Luc Godard, ou encore Philippe Garrel, révélant ainsi l'œuvre de Messagier à un plus large public.[réf. nécessaire]

Les éditions Flammarion rééditent en 2000 un ensemble de poèmes devenus introuvables sous le titre La Compil, tandis que Lucas Hees publie en 2005 une vaste anthologie regroupant la plupart des auteurs du Manifeste Électrique : Précis de dynamitage - anthologie électrique 1966-2001 (La Différence).

L'œuvre de Matthieu Messagier est forte de plus d'une cinquantaine de livres, dont certains réalisés en collaboration avec des peintres tels que Henri Cueco, Enrico Baj, Dado, Claude Viallat, Camacho, Pierre Courtin ou Ramon Alejandro..

Matthieu Messagier accomplit en parallèle à son activité poétique une œuvre dessinée. En novembre 2009 à Paris, à la Galerie du jour, agnès b. accueille Anima Chromatica, première exposition de Matthieu Messagier, comprenant 200 dessins réalisés entre l'année 2007 et 2009. Malek Abbou, Michel Bulteau et Louis Ucciani composent le livre-catalogue de l'exposition, publié par les éditions FAGE. La Galerie Jean Greset et le Centre d'Art Mobile de Besançon présentent en juin et juillet 2010, Anima Chromatica 2. En mai 2011, la galerie José Martinez à Lyon présente les Nouvelles Demoiselles d'Avignon, triptyque composé au crayon d'écolier et un Mandala d'encres de perle sur cartons de gâteaux élaboré d'après une série nouvelle exécutée sur format circulaire. En février 2013, la galerie Suzanne Tarasieve, au LOFT 19, à Paris, accueille l'exposition Mystic & Smart, où de nouvelles séries d'encres vinyliques, sur papier ou sur carton, certaines avec collages, sont présentées : guerriers, rois, princes, squelettes couronnés, saints, en danse macabre du genre dandie.

Other Languages