Match de football France – RFA (1982)

France - RFA
Image illustrative de l’article Match de football France – RFA (1982)
Contexte
CompétitionCoupe du monde 1982
Date
StadeStade Ramón Sánchez Pizjuán
LieuDrapeau de l'Espagne Séville (Espagne)
Affluence70 000 spectateurs
Résultat
Allemagne de l’Ouest Drapeau : République fédérale d'Allemagne3 - 3Drapeau : France France
Tirs au but5 - 40
Temps réglementaire1 - 10
Mi-temps1 - 10
Acteurs majeurs
Buteur(s)RFA
But inscrit après 17 minutes 17e Littbarski
But inscrit après 102 minutes 102e Rummenigge
But inscrit après 108 minutes 108e Fischer

France
But inscrit après 27 minutes 27e (pén.) Platini
But inscrit après 92 minutes 92e Trésor
But inscrit après 98 minutes 98e Giresse
CartonsRFA
Averti après 46 minute(s) 46e Förster

France
Averti après 35 minute(s) 35e Giresse
Averti après 40 minute(s) 40e Genghini
ArbitrageDrapeau des Pays-Bas Charles Corver

Le match de football France – RFA du , souvent simplement appelée la nuit de Séville[1],[2] (Nacht von Sevilla en allemand) ou Séville 82, est la deuxième demi-finale de la coupe du monde de football de 1982 en Espagne. Jouée au stade Ramón Sánchez Pizjuán de Séville, elle oppose la rigueur tactique et physique de la RFA au jeu technique et offensif de l'équipe de France menée par Michel Platini.

Cette rencontre, marquée par sa dramaturgie, est considérée comme un des plus grands matchs de football de l'histoire. Alors que les deux équipes sont à égalité — un but partout — à l'issue du temps réglementaire, les Français prennent au début de la prolongation un avantage de deux buts qu'ils pensent décisif, avant de se faire rattraper au score par les Allemands puis éliminés à l'issue de la toute première séance de tirs au but de l’histoire de la coupe du monde.

La partie est aussi marquée par la grave blessure du défenseur français Patrick Battiston, évacué inconscient du terrain à la suite d'un choc avec le gardien de but allemand Harald Schumacher. Ce choc, vu par tous comme une agression, n'est pas sanctionné par l'arbitre, ce qui fut considéré comme une injustice qui priva la France de la victoire.

Les Allemands seront finalement battus en finale par l'Italie, le .