Martin Gardner

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gardner.
Martin Gardner
Martin Gardner.jpeg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
Norman Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Domaine
Membre de
Arme
Conflit
Site web
Œuvres réputées
Fads and Fallacies in the Name of Science ( d), L'univers ambidextre ( d) Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Martin Gardner

signature

Martin Gardner (né le à Tulsa, Oklahoma et mort le à Norman, Oklahoma) était un écrivain américain de vulgarisation mathématique et scientifique, aux intérêts portant aussi bien sur le scepticisme scientifique, la micromagie, la philosophie, la religion et la littérature - en particulier les écrits de Lewis Carroll, L. Frank Baum, et GK Chesterton [1], [2]. Il était considéré comme une autorité majeure relativement à Lewis Carroll. Sa version annotée d'Alice, qui comprenait le texte des deux livres de L. Carroll, est son œuvre la plus accomplie et s'est vendue à plus d'un million d'exemplaires [3] . Il s'est intéressé toute sa vie à la magie et l' illusion et était considéré comme l'un des plus importants magiciens du XXe siècle [4] ainsi que le doyen des créateurs américains d'énigmes [5]. C'était un auteur prolifique et polyvalent, publiant plus de 100 livres au cours de sa vie [6].

Gardner était surtout connu pour la création et le maintien de l'intérêt pour les mathématiques récréatives - et par extension, les mathématiques en général - tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, grâce à ses colonnes « Jeux mathématiques », qui parurent pendant vingt-ans dans Scientific American et les livres suivants qui les regroupaient [7], [8].

Gardner fut l'un des principaux polémistes anti-pseudosciences du XXe siècle [9]. Son livre Fads and Fallacies in the Name of Science, publié en 1957 [10], est devenu une œuvre classique et fondatrice du mouvement sceptique [11]. En 1976, il s'est joint à d'autres sceptiques pour fonder le CSICOP, organisme de promotion de la recherche scientifique et de l'utilisation de la raison dans l'examen des revendications sortant de l'ordinaire [12].

Biographie

Jeunesse et formation

Gardner, fils d'un géologue de l'industrie pétrolière, a grandi dans et autour de Tulsa, en Oklahoma. Son intérêt tout au long de la vie pour les énigmes a commencé dans son enfance quand son père lui a donné une copie de Cyclopedia of 5000 Puzzles, Tricks and Conundrums de Sam Loyd [13]. Il a étudié à l' université de Chicago où il a obtenu son baccalauréat en philosophie en 1936. Parmi ses premiers emplois il a été journaliste pour le Tulsa Tribune, écrivain au Bureau des relations de presse de l'Université de Chicago et travailleur social dans la «  South Side » de Chicago pour le département d'aide de la ville. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi pendant quatre ans dans la marine des États-Unis comme yeoman à bord du destroyer escorteur USS Pope dans l'Atlantique. Son navire était encore dans l'Atlantique lorsque la guerre s'est terminée avec la reddition du Japon en août 1945.

Après la guerre, Gardner a fréquenté l'école supérieure à l'Université de Chicago [14], mais n'a pas obtenu de diplôme d'études supérieures [15].

En 1950, il écrivit un article intitulé The Hermit Scientist dans la Antioch Review  (en) [16]. Ce fut l'un des premiers articles de Gardner sur la « science excentrique », et en 1952 une version beaucoup plus développée est devenue son premier livre publié : In the Name of Science: An Entertaining Survey of the High Priests and Cultists of Science, Past and Present [17].

Début de carrière

À la fin des années 1940, Gardner déménage à New York et devient écrivain et rédacteur en chef pour le magazine Humpty Dumpty où il écrit pendant huit ans des essais et des histoires pour cette publication et plusieurs autres magazines pour enfants [18]. Ses énigmes de pliage de papier dans ce magazine ont mené à son premier travail chez Scientific American [19]. Pendant des décennies, Gardner, sa femme Charlotte et leurs deux fils, Jim et Tom, ont vécu à Hastings-on-Hudson, New York, où il gagnait sa vie comme auteur indépendant, publiant des livres chez plusieurs éditeurs différents et publiant également des centaines d'articles pour des magazines et des journaux [20]. En accord avec son intérêt pour la logique et les mathématiques, ils vivaient avenue Euclide. L'année 1960 a vu paraître l'édition originale de son livre le plus vendu, The Annotated Alice [21].

Retraite et décès

En 1979, Gardner démissionne de Scientific American et lui et sa femme Charlotte s'installent à Hendersonville, en Caroline du Nord. Gardner n'a jamais vraiment pris sa retraite en tant qu'auteur et a continué d'écrire des articles de mathématiques, les envoyant à The Mathematical Intelligencer, Math Horizons, The College Mathematics Journal et Scientific American. Il a également révisé certains de ses livres plus anciens comme Origami, Eleusis, and the Soma Cube [22]. Charlotte est morte en 2000 et deux ans plus tard Gardner est retourné à Norman, Oklahoma, où son fils, James Gardner, était pédagogue à l'université d'Oklahoma [15]. Il y est mort le 22 mai 2010 [1]. Une autobiographie - Undiluted Hocus-Pocus: L'autobiographie de Martin Gardner - a été publiée à titre posthume [20].

L'astéroïde de la ceinture principale 2587, Gardner, découvert en 1980 par Edward L. Bowell à la station Anderson Mesa est nommé d'après Martin Gardner [23].

Other Languages
български: Мартин Гарднър
čeština: Martin Gardner
Esperanto: Martin Gardner
español: Martin Gardner
hrvatski: Martin Gardner
Kreyòl ayisyen: Martin Gardner
italiano: Martin Gardner
한국어: 마틴 가드너
Nederlands: Martin Gardner
português: Martin Gardner
română: Martin Gardner
Simple English: Martin Gardner
slovenčina: Martin Gardner
slovenščina: Martin Gardner
Türkçe: Martin Gardner
українська: Мартін Гарднер