Marcel Mauss

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mauss.
Marcel Mauss
Naissance
Épinal ( France)
Décès (à 77 ans)
Paris ( France)
Nationalité Drapeau : France française
Domaines Ethnologie
Institutions EPHE

Signature

Marcel Mauss, né le à Épinal et mort le (à 77 ans) à Paris, est généralement considéré comme le « père de l' anthropologie française [1] ».

Biographie

Marcel Mauss naît en 1872 dans la ville d’ Épinal. Son père Gerson, originaire du Bas-Rhin, a épousé quelques années auparavant Rosine Durkheim, la sœur aînée d’ Émile Durkheim, qu’il a rejointe dans la ville lorraine pour y reprendre l’atelier textile de sa mère qui devient sous la houlette du jeune couple la Fabrique de Broderie à Main, Mauss-Durkheim [2]. Outre Marcel, ils ont un fils, Henri, né en 1876 [3]. Son oncle, Émile Durkheim, de quatorze ans son aîné, joue un rôle majeur dans sa vocation puis sa carrière [4].

En 1895, Marcel Mauss obtient l’agrégation de philosophie qu’il a préparée à Bordeaux, où il a rejoint Durkheim en 1890 (sans être passé par la voie royale que constitue alors l’ École normale supérieure) qui y enseigne cette discipline. À l’issue du concours, il ne prend pas de poste dans l’enseignement secondaire et à l’automne 1895, il s’installe à Paris pour suivre les cours de l' École Pratique des Hautes Études [4]. Il étudie les langues (et notamment le sanskrit) à la 4e section (section des sciences historiques et philologiques) et les sciences religieuses (5e section) avec l’objectif de réunir le matériau nécessaire à une thèse de doctorat sur la prière [5], qu'il entreprend à partir de 1909 [6]. Ses professeurs se nomment Léon Marillier, Antoine Meillet, Louis Finot, Israël Lévi ou Sylvain Levi [7]. Il rencontre également à l’EPHE quelques-uns des futurs membres du cercle durkheimien avec lesquels il nouera de véritables liens d’amitié ( Henri Hubert avec qui il écrit « Essai sur la nature et la fonction du sacrifice », un des textes fondateurs de l' anthropologie des religions, Robert Hertz…). Il devient en 1901 titulaire de la chaire d’« histoire des religions des peuples non civilisés » à la 5e section de l’EPHE [4].

En 1901, il rejoint l'équipe de L'Année sociologique, revue biennale créée par Émile Durkheim. Celui-ci décédera en 1917 et Mauss se verra échoir du travail de publication posthume de son oncle. Enfin en 1925, il fonde, avec Lucien Lévy-Bruhl et Paul Rivet l' Institut d'ethnologie de Paris. Il participe en 1928 au premier cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands. En 1931, il obtient après trois campagnes de candidature une chaire au Collège de France ; créée pour l’occasion en remplacement de la chaire de « Philosophie sociale » de Jean Izoulet, cette chaire de « Sociologie » marque l’entrée de cette discipline dans la prestigieuse institution [8].

Il a connu deux Guerres mondiales et a toujours été un militant socialiste fidèle à ses convictions, ayant notamment passionnément pris position en faveur du capitaine dans l' Affaire Dreyfus, se rapprochant à cette occasion de Jean Jaurès.

Other Languages
العربية: مرسيل موس
български: Марсел Мос
bosanski: Marcel Mauss
català: Marcel Mauss
čeština: Marcel Mauss
Deutsch: Marcel Mauss
Ελληνικά: Μαρσέλ Μος
English: Marcel Mauss
Esperanto: Marcel Mauss
español: Marcel Mauss
euskara: Marcel Mauss
فارسی: مارسل موس
עברית: מרסל מוס
Bahasa Indonesia: Marcel Mauss
italiano: Marcel Mauss
lietuvių: Marcel Mauss
latviešu: Marsels Moss
Nederlands: Marcel Mauss
norsk bokmål: Marcel Mauss
polski: Marcel Mauss
português: Marcel Mauss
română: Marcel Mauss
русский: Мосс, Марсель
slovenčina: Marcel Mauss
slovenščina: Marcel Mauss
српски / srpski: Marsel Maus
svenska: Marcel Mauss
Türkçe: Marcel Mauss
українська: Марсель Мосс