Marcel Cerdan

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cerdan.
Marcel Cerdan
Marcel Cerdan le 12 octobre 1948.
Marcel Cerdan le .
Fiche d’identité
Nom completMarcellin Cerdan
SurnomLe bombardier marocain, l'homme aux mains d'argile
NationalitéDrapeau de la France Française
Date de naissance
Lieu de naissanceSidi Bel Abbès (Algérie)
Date de décès (à 33 ans)
Lieu de décèsSão Miguel, Açores (Portugal)
Taille1,69 m (5 7)
CatégoriePoids moyens
Palmarès
 Professionnel
Combats123
Victoires119
Victoires par KO61
Défaites4
Titres professionnelsChampion du monde poids moyens (1948-1949)
Dernière mise à jour : 7 février 2014
Marcel Cerdan champion d'Europe, signant à ses admiratrices des autographes à Colombes (juin 1939).

Marcel Cerdan est un champion de boxe français, né Marcellin Cerdan[1] le à Sidi Bel Abbès (Algérie) et mort le dans un accident d'avion survenu au-dessus de l'archipel des Açores (Portugal). Ayant grandi au Maroc à partir de 1922, il était surnommé « le bombardier marocain » ou « l'homme aux mains d'argile ».

Biographie

Jeunesse

Marcellin Cerdan naît le en Algérie, dans le quartier du « Petit Paris » de Sidi Bel Abbès. Il est le quatrième et dernier garçon d'Antoine (ou Antonio) Cerdan[2] (1880-1946) originaire de Valence et d'une mère (Assomption Cascales, 1886-1934) d'origine également espagnole née à Sidi Bel Abbès en 1886 (ses parents, Pedro Cascales et Maria Amoros, étaient originaires du village d'Abanilla, près de Murcie)[3].

En 1922, son père charcutier installe sa famille au Maroc (à ce moment-là sous protectorat français), dans le quartier Mers Sultan de Casablanca, où il monte un café-bal et élève ses quatre fils (Vincent, Antoine, Armand et le petit dernier Marcellin) et sa fille Clothilde. Dans sa salle de danse, il aménage un ring destiné aux exhibitions de boxe de ses fils. Le jeune Marcel, enfant pourtant chétif, y dispute son premier combat de boxe à l'âge de huit ans, et en guise de victoire remporte une paire d’espadrilles. Il arrête l'école à onze ans pour aider sa famille, devient tour à tour aide-mécano, aide-plombier, commis, apprenti électricien ou vulcanisateur mais son père a conscience qu'il a de l'or dans les poings et le destine à la boxe. À seize ans, il dispute son premier combat professionnel à Casablanca le 4 juin 1933[4].

Passionné du ballon rond, il est aussi un ailier de grand talent. Il est notamment sélectionné aux côtés de Ben Barek dans l'équipe nationale du Maroc qui affronte la France[5] pendant la guerre, mais aussi avec l'USM Casablanca[6] en 1941 et 1942, toujours avec Larbi Ben Barek[7].

Conscient de ses propres limites, Antonio devenu son manageur négocie ses droits en 1932 pour confier son champion de fils à un ami, Lucien Roupp, qui a installé une salle d'entraînement au-dessus de son garage. Marcel Cerdan enchaînant les victoires, Roupp vend son garage et abandonne son écurie de boxe pour devenir officiellement le manageur de Marcel en juillet 1937 et se consacrer entièrement à sa carrière pendant douze ans[8].

Le , il épouse Marinette Lopez-Berenguer (1925-2011), fille d'un couple d'Espagnols établi à Casablanca comme charcutiers, qui lui donne trois fils : Marcel Jr (), René () et Paul (-)[9].

Le bombardier marocain

Marcel Cerdan en septembre 1938, salle Wagram.

En 1937, Jeff Dickson, promoteur sportif américain qui déclenche les « années folles du Vel'd'Hiv », fait venir Marcel Cerdan à Paris où il s'installe au camp d'entrainement du Vélo Club de Levallois de Paul Ruinart à La Celle-Saint-Cloud.

Il débute à Paris le 7 octobre 1937 à la Salle Wagram contre Louis Jampton. Semant la terreur sur les rings dans les années 1940, il est surnommé « le bombardier marocain » par Jeff Dickson[10]. Après avoir gagné les titres français (le 30 novembre 1945 contre Assane Diouf[11]) et européens des poids welters, il devient champion du monde des poids moyens en battant « Le Roi du KO » Tony Zale le par KO technique (abandon à la 12e reprise) sur le ring du Roosevelt Stadium de Jersey City[12]. Sa célébrité est telle que Roupp lui fait signer un contrat pour son premier film, L'Homme aux mains d'argile (référence à ses mains plutôt menues pour un boxeur ou à sa main droite, si souvent brisée) de Léon Mathot[13]. C'est à cette époque qu'il devient le compagnon de la chanteuse Édith Piaf, leur idylle étant initialement cachée par les médias pour préserver la famille du boxeur. Son manager reproche à Piaf de le détourner de ses objectifs sportifs. Cerdan perd d'ailleurs son titre de champion d'Europe le 23 mai 1948 contre le Belge Cyrille Delannoit (en) à Bruxelles. Le 30 mai, la une de France Dimanche, titrée « Piaf porte malheur à Cerdan », trahit leur intimité[14].

Apprenant que Roupp se réserve parfois un pourcentage de choix sur certaines transactions commerciales faites en son nom, Cerdan résilie son contrat le 4 janvier 1949[13]. Il signe avec Joe Longman, personnage douteux aux éternelles lunettes noires qui lui ouvre les portes de la vie mondaine. Son nouveau manageur Longman lui conclut le combat face à Jack LaMotta[13]. Blessé à l'épaule gauche (déchirure des ligaments de l'épaule à la suite d'une glissade lors de la première reprise)[15], il est contraint de laisser sa couronne à LaMotta à Détroit le . Une revanche est prévue pour fin septembre 1949 au Madison Square Garden, mais quatre jours avant le match, La Motta déclare forfait[16] en arguant d'une blessure à l'épaule droite contractée pendant l'entraînement. Le combat est reporté en décembre[17].

Décès

Tombe de Marcel Cerdan.
Un poing ganté en blanc est dressé sur une pelouse à gauche de la sépulture de Cerdan.

Après un bref voyage au Maroc et en France, le , Cerdan prend le vol Paris-New-York Air France afin de réaliser un combat retour contre Jack LaMotta le 2 décembre au Madison Square Garden[18], le boxeur en profite donc pour rejoindre sa compagne Édith Piaf qui l'a incité à prendre l'avion plutôt que le paquebot afin de la rejoindre plus rapidement. Le Lockheed Constellation s'écrase dans la nuit du 27 au 28, sur le Pico de Vara, une montagne de l'île São Miguel, dans l'archipel des Açores[19]. Il n'y a aucun survivant parmi les 48 passagers de l'avion où se trouvait aussi la violoniste Ginette Neveu. Le , soixante-dix mille personnes assistent à son enterrement au cimetière de Ben M'Sick de Casablanca où vit sa famille[20]. Sa dépouille est transférée 46 ans plus tard, à la demande de sa femme Marinette, en France où il est inhumé dans le cimetière du Sud de Perpignan le 29 octobre 1995[21].

Other Languages
العربية: مارسيل سردان
català: Marcel Cerdan
Deutsch: Marcel Cerdan
English: Marcel Cerdan
español: Marcel Cerdan
עברית: מרסל סרדן
italiano: Marcel Cerdan
македонски: Марсел Сердан
Nederlands: Marcel Cerdan
română: Marcel Cerdan
svenska: Marcel Cerdan