Maraîchine

Maraîchine
image illustrative de l’article Maraîchine
Région d’origine
RégionDrapeau de la France France, Poitou
Caractéristiques
TailleMoyenne
RobeUnie fauve
Autre
DiffusionLocale, race préservée
UtilisationMixte

La maraîchine est une race bovine française originaire du sud de la Vendée, aux abords du marais poitevin. Sa robe est couleur fauve froment clair à grisâtre, et ses muqueuses sont noires. Elle ressemble beaucoup à la nantaise et à la parthenaise, deux races également issues des bovins peuplant l'ouest de la France depuis des siècles. La maraîchine est réputée pour sa production laitière et son adaptation aux milieux humides. Elle manque disparaître après la Seconde Guerre mondiale, victime de la spécialisation des races. Elle est sauvée dans les années 1980 grâce à l'intervention d'un groupe d'amis et de l'institut de l'élevage qui reconstituent la race à partir de divers animaux dispersés dans les élevages. Les effectifs sont aujourd'hui en augmentation, sous l'effet du programme de conservation de la race.

Histoire

Origine

Vache parthenaise, très proche de la maraîchine, également issue des populations bovine « poitevine ».

Elle appartient à la branche fauve du rameau brun. Elle est issue de l'ancienne population dite « poitevine » ou « vendéenne » que l'on rencontrait dans l'ouest de la France, et qui est également à l'origine de la parthenaise et de la nantaise. Certains auteurs comme Louis Gouraud prétendent que la race hollandaise importée par les Hollandais venus assécher les marais de la Vendée et de la Charente-Maritime au XVIIe siècle aurait également participé à la création de la race[1].

À la fin du XIXe siècle, les zones de marais, transformés en polders, accueillent de plus en plus d'animaux qui s'adaptent petit à petit à ce milieu pour former la race maraîchine. Lors de la création du herd-book parthenais en 1893, trois sections sont formées : la section des Deux-Sèvres et de la Vienne - la plus proche de la race parthenaise actuelle -, la section nantaise et la section vendéenne. Cette dernière correspond à des animaux à bonne laitière élevés en Vendée et inclut le noyau de la race maraîchine actuelle. Une commission du herd-book vendéen est organisée en 1911 alors que le herd-book parthenais tombe à l'abandon. Lorsque la parthenaise opte pour la production de viande et cherche à s'améliorer dans ce sens, les vaches vendéennes se détachent définitivement pour former la race maraîchine[1].

C'est une race qui faillit disparaître dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. C'est notamment la spécialisation des races à partir de 1960 qui provoque le fort déclin de la race, au profit de la normande et de la Prim'Holstein pour le lait, et de la charolaise pour la viande[2]. On retrouve quelques vaches maraîchines éparpillées dans divers élevages où elles sont souvent mêlées à d'autres races.

Regain d'intérêt pour la race

En 1986, trois amis décident de reconstituer un cheptel de maraîchine. Ils bénéficient pour cela de l'appui de l'institut de l'élevage qui répertorie de son côté les vaches maraîchines existantes. Quand en 1987 un éleveur possédant un troupeau de vaches parthenaise-maraîchines à bonne production laitière décide de vendre son cheptel, l'écomusée de Daviaud achète les deux meilleures vaches tandis que le trio d'amis acquiert le restant du cheptel[1]. En 1988 est fondée l'Association pour la valorisation de la race bovine maraîchine et des prairies humides qui, grâce au soutien du conseil général de la Vendée, achète les quatre premiers taureaux de la race. Entre 1989 et 1991, cette association achète une cinquantaine de vaches. À partir de cette base, de nombreuses femelles sont placées dans divers élevages de la région. Ainsi un élevage conservatoire est créé à Nalliers, puis des animaux sont confiés au lycée agricole de Luçon-Pétré, puis à des particuliers. Alors qu'ils ne sont que de trente en 1986, les effectifs atteignent en 2004[3], 1500 animaux dont 534 vaches et 60 taureaux.

Other Languages
українська: Марешин