Marée noire

Travaux de nettoyage après une marée noire.

Une marée noire, expression inventée à l'occasion du naufrage du Torrey Canyon par un journaliste du Télégramme de Brest [1], est une catastrophe industrielle et écologique se traduisant par l'écoulement en zone côtière d'une nappe d'hydrocarbures. Cette nappe, qui résulte du déversement volontaire ou accidentel d'une quantité importante de pétrole brut ou de produits pétroliers lourds à la mer, est ensuite ramenée vers la côte par l'effet des marées, des vents ou de courants.

En 2003, le transport maritime concernait 6 200 millions de tonnes de marchandise dont près de 2 200 étaient des hydrocarbures (pétrole brut et produits raffinés), ces cargaisons d'hydrocarbures sont arrivées à destination sans incident dans 99,9987 % des cas.

Au début des années 1970, on évaluait à près de 3,8 millions de tonnes la quantité d'hydrocarbures de toutes sortes répandue annuellement dans les océans et les mers. La part des navires dans ces déversements d'hydrocarbures était alors estimée à près de 1,4 million de tonnes, soit 37 % de ce total.

Au début des années 2000, on considère que ce sont encore 3 millions de tonnes d'hydrocarbures qui se répandent annuellement en mer mais que les navires ne sont plus à l'origine qu'en moyenne de 300 000 tonnes, c'est-à-dire 10 % du total ou la cargaison d'un supertanker. Ce résultat a été obtenu alors que, en l'espace de 30 ans, le tonnage des marchandises transportées par voie maritime a pratiquement doublé.

Le reste, c'est-à-dire 90 % de ces hydrocarbures que l'on retrouve en mer, a trois origines différentes :

  • la pollution tellurique (industrielle et domestique) qui représente environ 70 % ;
  • la pollution des activités d'extraction du pétrole off-shore qui représente environ 10 % ;
  • la « pollution » naturelle — c'est-à-dire celle provenant de certaines fissures dans les fonds marins, sortes de sources sous-marines d'hydrocarbures —, qui représente également environ 10 % des apports annuels d'hydrocarbures dans les mers et les océans [2].

Principales marées noires

Les grandes marées noires [3] sont des événements spectaculaires et tragiques, qui jalonnent l'histoire du transport maritime d'hydrocarbures. Plusieurs grandes catastrophes se sont produites :

  • la plus importante fut celle de la tête du puits sous-marin d' Ixtoc I, dans le golfe du Mexique où 470 000 à 1 500 000 tonnes de pétrole brut se sont déversées dans l'océan entre juin 1979 et mars 1980
  • Le sabotage du terminal pétrolier Koweïtien Mina al Ahmadi par l'Irak durant la guerre de 1991 et l'incendie de 732 puits de pétrole, provoquant le déversement d'environ 20 millions de tonnes de pétrole dans le sol et en mer.
  • il y a eu aussi :
  • la marée noire du est liée à l'explosion de la plateforme pétrolière " Deepwater Horizon", exploitée par la firme BP à 70 km des côtes de la Louisiane et de ses réserves naturelles. On estime à 2 à 3 millions de litres (1 800 à 2 600 tonnes) la quantité de pétrole brut déversé chaque jour en mer. Hans Graber, un expert travaillant pour l'université de Miami, qui s'est appuyé sur des images satellitaires, a déclaré que la superficie de la nappe de pétrole atteignait 9 000 km2 le jeudi 29 avril. Au total, entre 350 et 700 millions de litres de pétrole auraient été déversés dans le golfe du Mexique.
Other Languages
العربية: تسرب نفطي
čeština: Ropná skvrna
English: Oil spill
Esperanto: Naftoverŝo
galego: Marea negra
עברית: זיהום נפט
हिन्दी: तेल रिसाव
日本語: 石油流出
한국어: 기름 유출
Nederlands: Olievlek
português: Maré negra
русский: Разлив нефти
Simple English: Oil spill
slovenčina: Ropná škvrna
slovenščina: Razlitje nafte
српски / srpski: Нафтна мрља
svenska: Oljeutsläpp
українська: Розлив нафти
Tiếng Việt: Tràn dầu
中文: 油外洩