Mano Negra

Page d'aide sur l'homonymie Pour le groupe anarchiste espagnol, voir La Mano Negra.
Mano Negra
Description de cette image, également commentée ci-après
Mano Negra en 1990
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France  France
Genre musical Rock alternatif, rock français [1], punk rock [2], fusion, rock alternatif latino, salsa, ska
Années actives 19871994
Labels Virgin France S.A., Boucherie Productions
Composition du groupe
Anciens membres Manu Chao
Santiago Casariego
Joseph Dahan
Pierre Gauthé
Thomas Darnal
Daniel Jamet
Philippe Teboul
Antoine Chao

Mano Negra est un groupe de rock alternatif français, originaire de Paris. Actif entre 1987 et 1994, il est formé autour de son meneur Manu Chao. Le nom du groupe s'inspire du terme La Mano Negra, qui signifie « La Main noire » en espagnol, expression désignant le travail illégal ou « travail au noir ». Le groupe compte au total quatre albums studio, Patchanka (1988), Puta's Fever (1989), King of Bongo (1991), et Casa Babylon (1994).

Biographie

Origines

La Mano Negra, qui signifie « La Main noire » en espagnol, expression désignant le travail illégal ou « travail au noir », est le nom d'un groupe anarchiste andalou supposé de la fin du XIXe siècle. Cependant c'est en lisant une bande dessinée (la série Condor de Dominique Rousseau) que l'idée est venue aux membres du groupe [3]. Mano Negro était le nom d'une bande de guérilleros en Amérique du Sud. C'est surtout le symbole de la main noire qui leur plut.

Avant d'entrer à la Mano Negra les différents membres évoluent dans différents groupes. Santiago Casariego était avec les groupes Joint de culasse, Les Flappers, Hot Pants, Parachute et les Kingsnakes ; Antoine Chao avec les groupes Joint de culasse, Chihuahua et Los Carayos ; Manu Chao avec les groupes Joint de culasse, Les Flappers, Hot Pants, Parachute, Kingsnakes et Los Carayos ; Alain Wampa (qui fait partie de la formation originelle) avec les groupes Les Wampas et Los Carayos ; Thomas Darnal avec les groupes Garage Psychiatrique Suburbain et Khadija and the Elefunk Men ; Daniel Jamet avec les groupes Les Volés, Les Reactors, les Casse-pieds, Bernadette Soubirou et ses Apparitions ; Philippe Teboul avec les groupes les Volés, les Casse-pieds, Bernadette Soubirou et ses Apparitions ; Jo Dahan avec les groupes les Volés, les Casse-pieds, Bernadette Soubirou et ses Apparitions ; et Pierre Gauthé avec les groupes Century, Waka Waka et Têtes Raides

Prémices et Patchanka (1987–1988)

Après la fin du groupe les Hot Pants, Manu Chao participe activement à Los Carayos, mais il a le projet d'un autre groupe. Il réunit autour de lui plusieurs musiciens d'autres groupes notamment Alain des Wampas, ou encore Mamack des Chihuahua et bien sûr la base de Mano Negra : Manu, Santi et Tonio. La Mano Negra est alors formée en 1987 [4]. Manu Chao rencontre les Casse-pieds alors qu’ils jouent dans le métro, et invite le groupe composé de Laurent Huni, Manu Layotte, Daniel Jamet, Jo Dahan et Philippe Teboul pour l’enregistrement de Patchanka avec l’énorme tube Mala Vida.

Mano Negra publie son premier album studio, Patchanka, en 1988, sur le label Boucherie Productions. Environ 50 000 exemplaires seront écoulés [4]. Après la sortie de Patchanka, le groupe n'est pas encore fixé, chacun continue avec son autre groupe, ce qui pose un problème pour les concerts : les musiciens ne sont pas toujours disponibles. Manu Chao convainc les Casse-pieds de ne jouer que pour la Mano et réussit aussi à convaincre Tonio, Santi et Thomas Darnal. Un soir, Manu et Daniel assistent à un concert des Têtes Raides et sont impressionnés par le talent de Pierre Gauthé. Il devient alors le trombone du groupe. La Mano Negra est alors au complet. Le groupe commence alors à tourner à travers la France dès octobre et se forge une solide réputation, et un contrat avec Virgin Records [1], grâce au succès du titre Mala Vida.

Puta's Fever (1988–1990)

Daniel Jamet, ex-guitariste de Mano Negra.

En 1988, Bernard Batzen devient le manager du groupe et leur conseille de construire leur propre société, la SARL Patchanka. Ainsi, grâce à leur nouveau manager, la Mano Negra enchaîne les concerts, voit alors sa notoriété grimper et devient un grand groupe du rock français. Boucherie Productions ne peut plus suivre techniquement, logistique et financière. Le groupe signe alors chez Virgin Records, qui ne leur offre pas plus d'argent, mais plus d'indépendance. La Mano Negra garde sa liberté décide des titres de l'album et du single destiné aux radios, du marketing, des affiches, de la promotion, et enfin de ne pas avoir de producteur. Thomas Darnal réalise toujours les pochettes en toute liberté.

Ainsi, c’est sous le label Virgin que sort, le , le deuxième album Puta's Fever, qui s'oriente punk rock [2] ; le succès est encore plus grand, l’album s'illustre notamment avec les singles King Kong Five et Pas assez de toi. Le troisième single, Sidi 'h' Bibi ne passe pas sur les radios françaises parce que chanté en arabe, en pleine guerre du Golfe [réf. nécessaire]. L'album se vend à 400 000 exemplaires en France [4]. Le groupe reçoit le Bus d'Acier en 1990 pour leur album.

Un mois après la sortie de Puta's Fever le groupe part, durant trois mois, sillonner la France entière. De novembre 1989 à janvier 1990 le groupe fait plus 50 concerts à travers la France et aussi quelques dates en Belgique en Suisse et aux Pays-Bas. Puis ils partent aux États-Unis, en octobre et novembre 1990, faire la 1re partie de la tournée d’ Iggy Pop. Malheureusement, le rêve se transforme en un mois et demi de prise de tête avec l'équipe technique d’ Iggy Pop (entre les balances de la Mano qui se font avec des basses mises en sourdine, l’interdiction de toucher aux lumières…). Le groupe restera dégoûté par ce pays et la star capricieuse.

King of Bongo (1991–1993)

Le groupe part à Cologne, en Allemagne, pour enregistrer leur troisième album King of Bongo, qui sort le . L’album est un mélange de plusieurs styles musicaux incluant reggae ( Out of Time Man), ska (It's My Heart), salsa (El Jako), java revue et corrigée (Madame Oscar), voire chanson réaliste (Le Bruit du frigo). La Mano Negra entreprend une tournée avec 41 dates en province et quelques festivals durant l'été, dont un gigantesque concert gratuit sur le parvis de La Défense pour le Festival Paris quartier d'été [5].

Pour la célébration du 500e anniversaire de la découverte de l' Amérique par Christophe Colomb, le Royal de luxe et la Mano entreprennent de refaire le voyage à bord d'un vieux cargo acheté et retapé pour l'occasion. Ils partent en mars pour la tournée Cargo 92 [6]. Le voyage en cargo est éprouvant : les pannes sont fréquentes, la quantité de carburant nécessaire est impressionnante. Dans sept ports de l’ Amérique latine, ils présentent La Véritable histoire de France. La situation politique et sociale étant parfois instable et les villes en ébullition, de Caracas à Buenos Aires, en passant par Rio de Janeiro et La Havane, le voyage des artistes pendant cinq mois est enrichissant mais souvent difficile [4]. Ce voyage est ensuite prolongé par une tournée au Japon où la Mano Negra enregistre, en décembre 1992, leur premier live, In the Hell of Patchinko [7].

C'est au retour de cette tournée, en janvier 1993, que Jo Dahan et Tonio quittent le groupe. Leur départ crée un déséquilibre. Daniel Jamet part lui aussi, se sentant de moins en moins écouté par Manu, en particulier pendant le mixage des albums (qu'il réalise seul). Il semble aussi que la mort d' Helno, le chanteur des Négresses Vertes, ait été un facteur déclencheur de sa décision. Gambeat et Madjid Fahem remplacent Jo et Daniel pour les concerts.

Casa Babylon et séparation (1993–1994)

La Mano Negra reprend, à la fin de 1993, la route pour une tournée, El Expresso del Hielo, en train à travers la Colombie [8]. Mais le train trop lent (25 km/h maximum), la drogue à trop bon marché, les finances inexistantes rendent l'ambiance insupportable. Le 29 novembre, deux semaines après le départ, Santi, Philippe, Kropol et Jean-Marc, un autre cuivre de la Mano, retournent en France. Seul Tom reste, et encore, il n'accompagnera pas Manu à Paris.

À leur retour, les séances de Casa Babylon, leur quatrième album, s'étirent sur deux années : il commence à être enregistré à Ornano et finit à Cologne en 1994. Puis Manu Chao tourne avec Radio Bemba pendant 2 ans, en continuant sous le nom de Mano Negra alors que la plupart des membres du groupe ont changé. La fin définitive de La Mano Negra prend fin après les nombreuses réunions, entre 1994 et 1995, de la société Patchanka qui statue que Manu Chao n'aura plus désormais le droit d'utiliser le nom Mano Negra, sauf si un minimum de cinq musiciens du noyau y participent.

Après séparation

À titre posthume, un best-of intitulé Best of, est publié en 1998, et en 1999 en Amérique du Nord [9].

Après une tournée sur plusieurs continents, les membres se dispersent dans d'autres projets musicaux. Santiago Casariego jouera pendant 10 ans avec le groupe de sa sœur Marina, Marousse. Puis il sera directeur général de Mercury pour Universal France, et présidera l'émission Popstars. Il devient en octobre 2006 le directeur de Music One le label musical de TF1. Joseph Dahan reprend sa guitare pour filer un coup de main aux Wampas de 1994 à 2005. On peut aussi le voir dans quelques films, dont Trois zéros. Il tient la basse sur le deuxième album de Tarmac avec qui il a tourné en 2002-2003.Il est aussi sur des spectacles de rue avec Manu_Layotte. Pierre Gauthé joue avec Marousse et les Têtes Raides avant de créer son groupe, Kropol et ses amis. Il joue ensuite avec Castafiore Bazooka et rejoint de nouveau les Têtes Raides pour l'album Fragile (2005).

Thomas Darnal fondera P18 [10] avec Phil et Daniel, groupe aux influences électroniques et cubaines ( rumba), latines en général. Trois albums sont nés de la rencontre du son traditionnel afro-cubain et de la touche electro de Tom (Urban Cuban - 1999 / Electropica - 2002 / Viva P18 - 2008). Daniel Jamet poursuit dans deuyx groupes : P18 [10] de 1996 à 1999, et un groupe de flamenco- electro-rock, Flor del Fango depuis 1996. En 1995, il joue avec Schultz et les Tontons Flingueurs et fait la bande son originale du film Raï de Thomas Gilou avec Manu Layotte. Récemment, il s'est investi dans les groupes Pause et Desert Rebel. En 2005 il rejoint Mano Solo (ex Chihuahuas et Marousse) pour jouer sur son album Animals et depuis, leur collaboration musicale se prolonge avec la composition de plusieurs titres sur l'album In the Garden.

Philippe Teboul, le percussionniste, qui chantait Sidi'h Bibi joue avec Flor del Fango, P18 [10], et en 2001 avec Louise Attaque dont il a fait un remix du titre Du nord au sud sur le simple du même nom. En 2004, il rejoint Manu Chao sur scène. Antoine Chao réapparaitra sous le nom de DJ Toni Tchao. Il rejoint l'équipe de Daniel Mermet et a produit l'émission Là-bas si j'y suis sur France Inter jusqu'en 2015. Depuis, il participe à l'émission Comme un bruit qui court, sur la même station. Son frère Manu Chao, chanteur et compositeur de la plupart des morceaux de la Mano, poursuit sa carrière solo depuis 1998 avec Radio Bemba avec qui il multiplie les concerts à travers le monde.

Other Languages
български: Мано Негра
čeština: Mano Negra
dansk: Mano Negra
Deutsch: Mano Negra
Ελληνικά: Mano Negra
English: Mano Negra
Esperanto: Mano Negra
euskara: Mano Negra
suomi: Mano Negra
italiano: Mano Negra
Nederlands: Mano Negra
polski: Mano Negra
português: Mano Negra (banda)
русский: Mano Negra
српски / srpski: Мано негра
svenska: Mano Negra
українська: Mano Negra