Maison-Blanche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison-Blanche (homonymie).
Maison-Blanche
US-WhiteHouse-Logo.svg
White House north and south sides.jpg
Présentation
Type
Palais présidentiel
Style
Architecte
Construction
Ouverture
Statut patrimonial
Site web
Géographie
Pays
Commune
Adresse
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte du district de Columbia
voir sur la carte du district de Columbia
Red pog.svg
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg
Vue générale de la Maison-Blanche avec la résidence exécutive au centre face à la pelouse sud, l'aile Ouest à gauche (avec le bureau ovale au toit blanc de la même forme) et l'aile Est à droite, toutes deux reliées par des colonnades (toiture rouge) au bâtiment principal. Le Old Executive Office Building sur l'extrême gauche et le parc Lafayette en haut séparée du jardin nord de la Maison-Blanche par la Pennsylvania Avenue.

La Maison-Blanche [1] (The White House en anglais) est la résidence officielle et le bureau du président des États-Unis. Elle se situe au 1600, Pennsylvania Avenue NW à Washington. Ce bâtiment en grès d’Aquia Creek et peint en blanc, construit entre 1792 et 1800, s'inspire du style géorgien. Il est le lieu de résidence, de travail et de réception de tous les présidents américains depuis John Adams, deuxième président des États-Unis, qui y entra en 1800.

L'expression « Maison-Blanche » est souvent employée pour désigner, par métonymie, l'administration du président. Elle est le symbole du pouvoir exécutif et de la puissance politique américaine. Son actuel résident est Barack Obama, 44e président des États-Unis.

De son inauguration en 1800 à l'année 1942, la demeure a subi de nombreuses modifications : des reconstructions à la suite d'incendies (1814, 1929), de réaménagements fonctionnels par les présidents successifs ou d'extensions avec notamment la construction de l'aile ouest en 1901 et de l'aile est en 1942. À partir de cette date, si l'on excepte la modernisation des installations et de la construction de quelques aménagements de sécurité ou de loisir (piscine, terrains de golf, jardins, etc.), l'aspect de la Maison-Blanche n'évoluera pratiquement plus. Son emprise au sol s'est agrandie avec le temps avec l'adjonction d'espace de jardins au sud autrefois public. Aujourd'hui le complexe de la Maison-Blanche comprend la résidence exécutive (Executive Residence, le bâtiment central historique dans laquelle la famille présidentielle réside et où se tiennent un certain nombre de réceptions officielles et quelques réunions), l' aile Ouest (où se trouvent les bureaux de l'administration présidentielle dont le bureau ovale, la Cabinet Room et la Roosevelt Room) et l'aile Est (où se trouve le bureau de la First Lady et le secrétariat social de la Maison-Blanche), ainsi que le Old Executive Office Building, grand bâtiment situé juste en face de l'aile Ouest et qui abrite des bureaux de l'administration présidentielle et le bureau du vice-président des États-Unis. Le complexe inclut également un jardin au nord donnant sur Pennsylvania Avenue et un parc au sud dont la pelouse Sud, sur laquelle se pose l'hélicoptère présidentiel Marine One.

La Maison-Blanche et ses jardins font partie d'un plus grand ensemble, le parc du Président (President's Park) qui comprend aussi le Lafayette Square au nord, de l'autre côté de Pennsylvania Avenue, et l'Ellipse au sud (les deux ouverts au public) et géré par le National Park Service.

Histoire

Premières résidences officielles

Après son investiture en avril 1789, le président George Washington occupe deux hôtels particuliers à New York : la Samuel Osgood mansion au 3 Cherry Street (d'avril 1789 à février 1790) et l'Alexander Macomb mansion au 39-41 Broadway (de février à août 1790). Une loi fédérale datant de juillet 1790, le Residence Act, désigne la ville de Philadelphie comme capitale provisoire pour une période de dix ans. Ce délai correspond au temps nécessaire à la construction de la nouvelle capitale fédérale : Washington. La ville de Philadelphie loue alors l'hôtel particulier de Robert Morris, au 190 High Street (aujourd'hui le 524-30 Market Street), pour devenir la résidence officielle du président Washington. À la même époque, l'État de Pennsylvanie construit un palais présidentiel à quelques blocs de là dans l'espoir que Philadelphie soit finalement désignée comme capitale fédérale permanente. George Washington occupe l'hôtel de Market Street de novembre 1790 à mars 1797, en y apportant des modifications qui influenceront le style de la future Maison-Blanche. Le président Adams décide également d'occuper cet hôtel après avoir refusé de s'installer au palais présidentiel (acheté in fine par l' Université de Pennsylvanie).

Concours architectural

Projet proposé par James Hoban en 1793.

La nouvelle capitale de la jeune République est située sur un terrain cédé par les États de Virginie et du Maryland. Ces derniers transférèrent la propriété du terrain au gouvernement fédéral à la suite du compromis conclu avec le président George Washington. Le Congrès chargea les commissaires du district de Columbia de construire la nouvelle ville sous la direction du président. L'architecte de la Maison-Blanche fut choisi lors d'un concours qui opposa neuf propositions, dont une fut soumise anonymement par Thomas Jefferson [2]. Le président Washington se rendit sur place le pour prendre sa décision, avec l'urbaniste Pierre Charles L'Enfant [3]. Selon les registres, le passage en revue des différents projets et la sélection du finaliste furent très brefs. Le choix s'est porté sur le projet de James Hoban, un Irlandais de Charleston [4]. La majorité des autres projets architecturaux étaient maladroits et naïfs. Washington n'était pas tout à fait satisfait par l'œuvre originale d'Hoban, car il trouvait que le bâtiment était trop petit, manquait d'ornements et ne serait pas digne d'un chef d'État. Sur ses recommandations, la maison fut agrandie de près de 30 % et il fut ajouté un grand hall de réception, l'actuelle East Room. La construction de cette dernière est probablement inspirée de la grande salle de réception de Mount Vernon.

Influences architecturales

Dessin de Andrea Palladio - Projet pour Francesco et Lodovico de Trissini - Extrait du livre : I quattro libri dell'architettura - Publié en 1570
Le château de Rastignac en Dordogne.
Leinster House à Dublin.

Le bâtiment est d'inspiration classique dont les sources pourraient se chercher de façon directe ou indirecte chez l’architecte romain Vitruve ou encore chez Andrea Palladio, architecte italien de la Renaissance qui eut une influence considérable sur toute l'architecture occidentale. Le bâtiment dessiné par Hoban est largement inspiré des deux premiers étages de Leinster House [5], un palais ducal situé à Dublin et qui est désormais le siège de la Chambre basse du Parlement irlandais [6]. Beaucoup d'autres bastides irlandaises de l'époque géorgienne ont été désignées comme sources probables d'inspiration pour la façade sud en arc de cercle, ou encore, pour des détails d'intérieur comme les anciennes niches de la Blue Room. Bien qu'il n'existe aucun document prouvant ces influences, ils sont officiellement cités dans le guide de la Maison-Blanche et dans des publications de l' Association historique de la Maison-Blanche.

Le premier guide officiel de la Maison-Blanche, publié en 1962, suggère un lien entre le plan d'Hoban pour le portique sud, et le château de Rastignac, une demeure néoclassique située à La Bachellerie, en Dordogne. Cette bâtisse fut construite entre 1812 et 1817, sur les bases des plans antérieurs de la Maison carrée d'Arlac, dans la banlieue de Bordeaux (1785-1789) [7]. Le lien entre les deux bâtiments a été contesté par le fait qu'Hoban n'a jamais visité la France. Cependant, il est avéré que Thomas Jefferson a visité l'École spéciale d'architecture de Bordeaux en 1789 où il vit les croquis de Mathurin Salat, l'architecte du château de Rastignac [8]. À son retour aux États-Unis, il partagea sa découverte avec Washington, Hoban, Monroe et Benjamin Henry Latrobe [9].

Il faut également songer à l'hôtel de Salm, construit de 1782 à 1787 à Paris par l'architecte Pierre Rousseau, qui est l'actuel Palais de la Légion d'honneur, et que Thomas Jefferson avait connu lorsqu'il était ambassadeur à Paris.

Construction

La construction débuta avec la pose de la première pierre le , bien qu'il n'y ait eu aucune cérémonie officielle [10], [5]. Le journal tenu par le commissaire chargé de la construction du district de Columbia relate ainsi que les fondations ont été réalisées par des esclaves et The White House Historical Association note que la proximité des deux États esclavagistes de Virginie et du Maryland a « influencé le choix de travailleurs » dans cette région alors peu peuplée et que les responsables de la construction « se sont tournés vers les Afro-Américains, esclaves ou libres, pour composer la principale force de travail ayant construit la Maison-Blanche, le Capitole, et d'autres bâtiments gouvernementaux » [11], [12]. Une grande part du travail sur la maison a été exécuté par des immigrants européens qui, pour la majeure partie d'entre eux, ne possédaient pas encore la nationalité américaine [12]. Les murs de grès ont été érigés par des immigrants écossais, tout comme la rose en haut-relief et les guirlandes qui surplombent l'entrée nord [13]. Quant aux briques et aux plâtreries, elles ont été réalisées par des immigrants irlandais et italiens.

La construction initiale s'est étalée sur huit années pour un coût de 232 371,83  dollars américains (ce qui correspondrait à environ 2,4 millions de dollars, en valeur de 2005). La Maison-Blanche accueillit son premier locataire, le président John Adams dès le [5], alors que la construction n'était pas encore achevée [14], [15]. Une fois les travaux terminés, le grès poreux fut enduit d'un mélange de chaux, de colle, de caséine et de plomb, pour donner finalement au bâtiment sa couleur et son nom [16].

Appellation

À l'origine, la demeure était appelée « palais présidentiel » ou « manoir présidentiel » [17]. L'épouse du président Madison, Dolley Madison, l'appelait le « château du président ». La première apparition du terme de « Maison-Blanche » apparaît en 1811 [18]. Durant la guerre de 1812, le bâtiment fut partiellement détruit par des incendies, et un mythe voit l'origine de l'appellation « Maison blanche » dans la peinture blanche utilisée pour la reconstruction. Le nom de « Manoir exécutif » fut souvent employé dans des contextes officiels jusqu'à ce que le président Theodore Roosevelt établisse le nom formel en 1901 en faisant figurer « Maison-Blanche-Washington » sur l'en-tête de son papier à lettres [19], [20]. Le président Franklin Roosevelt le modifia par la suite en « La Maison-Blanche » avec l'inscription « Washington » centrée en dessous [20]. Cette convention perdure encore aujourd'hui.

Bien qu'elle ne fût construite que plusieurs années après la présidence de George Washington, certains, et en premier lieu le comté de New Kent en Virginie, suggèrent que le nom provient de celui de la maison où vécut l'épouse de Washington, Martha Custis Washington : White House Plantation située dans le comté. En effet c'était, semble-t-il, un endroit cher aux époux [21].

Other Languages
Afrikaans: Withuis
አማርኛ: ዋይት ሃውስ
العربية: البيت الأبيض
azərbaycanca: Ağ Ev
تۆرکجه: آغ ائو
Boarisch: Weißes Haus
беларуская: Белы дом
български: Белият дом
भोजपुरी: व्हाइट हाउस
brezhoneg: Ti Gwenn
bosanski: Bijela kuća
català: Casa Blanca
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Băh Gṳ̆ng
Tsetsêhestâhese: Vo'kome-mâheo'o
کوردیی ناوەندی: کۆشکی سپی
čeština: Bílý dům
Cymraeg: Y Tŷ Gwyn
Deutsch: Weißes Haus
ދިވެހިބަސް: ވައިޓް ހައުސް
Ελληνικά: Λευκός Οίκος
English: White House
español: Casa Blanca
eesti: Valge Maja
euskara: Etxe Zuria
فارسی: کاخ سفید
Frysk: Wite Hûs
Gaeilge: Teach Bán
galego: Casa Branca
客家語/Hak-kâ-ngî: Pa̍k-kiûng
עברית: הבית הלבן
hrvatski: Bijela kuća
magyar: Fehér Ház
Հայերեն: Սպիտակ տուն
Bahasa Indonesia: Gedung Putih
italiano: Casa Bianca
Basa Jawa: Gedhung Putih
ქართული: თეთრი სახლი
қазақша: Ақ Үй
ಕನ್ನಡ: ಶ್ವೇತ ಭವನ
한국어: 백악관
Kurdî: Qesra Spî
Latina: Domus Alba
lietuvių: Baltieji rūmai
latviešu: Baltais nams
македонски: Белата куќа
Bahasa Melayu: Rumah Putih
မြန်မာဘာသာ: အိမ်ဖြူတော်
مازِرونی: اسپه کاخ
norsk bokmål: Det hvite hus
Nouormand: Blianche Maîson
occitan: Ostal Blanc
ਪੰਜਾਬੀ: ਵਾਈਟ ਹਾਊਸ
polski: Biały Dom
Piemontèis: Ca bianca
پنجابی: وائٹ ہاؤس
português: Casa Branca
română: Casa Albă
русский: Белый дом
sicilianu: Casa Janca
srpskohrvatski / српскохрватски: Bijela kuća
Simple English: White House
slovenčina: Biely dom
slovenščina: Bela hiša
српски / srpski: Бела кућа
svenska: Vita huset
తెలుగు: శ్వేత సౌధం
Tagalog: White House
Türkçe: Beyaz Saray
татарча/tatarça: Ак йорт
українська: Білий дім
oʻzbekcha/ўзбекча: Oq Uy
vepsän kel’: Vauged Pert'
Tiếng Việt: Nhà Trắng
吴语: 白屋
ייִדיש: ווייסע הויז
Yorùbá: White House
Zeêuws: Witte 'uus
中文: 白宮
文言: 白宮
Bân-lâm-gú: Pe̍h Kiong
粵語: 白宮