M. G. Ramachandran

Marudhur Gopalamenon Ramachandiran
Nom de naissanceMarudhur Gopalamenon Ramachandiran
SurnomMGR
Puraitchy Nadhigar
Makkal Thilagum
Puraitchy Thalaivair
Naissance
Kandy Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka
NationalitéDrapeau de l'Inde Indien
Décès (à 70 ans)
Drapeau de l'Inde Chennai, capitale du Pays Tamoul (Tamil Nadu)
ProfessionComédien de théâtre
Directeur de troupe de théâtre
Acteur
Metteur en scène
Producteur
Homme politique indien

Marudhur Gopalamenon Ramachandiran (மருதூர் கோபாலமேனன் இராமச்சந்திரன்), plus connu sous le nom de M. G. R. (எம்.ஜி.ஆர்.), né le à Kandy (British Ceylon) et mort le à Chennai (Tamil Nadu), est un acteur, homme politique, producteur et réalisateur indien, originaire de l'État du Kérala.

Il était comédien de théâtre (dès son enfance), directeur de troupe de théâtre[1], acteur, réalisateur, producteur (sous la bannière de la Emgeeyar Pictures Limited) du 7e art tamoul, propriétaire de la MGR Schools (pour les enfants de techniciens de cinéma), à Kumbakonam, en 1953, de la Sathiya Studios[2], du syndicat des acteurs (sous quatre mandats, de 1952 à 1961), fondateur et directeur de presse tamoul (le Thaïy et le Anna), philanthrope (participation à l’effort de guerre, durant la guerre sino-indienne de 1962), humaniste, progressiste, féministe (avant l'ère et avant l'heure) et homme d'État tamoul, (fondateur du parti régionaliste Anna Dhravidhar Mounaithrum Kazhagum (Anna D.M.K.) en octobre 1972, qui devient le All India Anna Dhravidhar Mounaithrum Kazhagum (A.I.Anna D.M.K.), en mai 1976.

Il fut durant une décennie (1977-1987) le ministre en chef de l'État du Pays Tamoul (Tamil Nadu).

Biographie

M. G. Ramachandran est né à Kandy le 17 janvier 1917, il est originaire de Vadavannur dans la province de Kérala. Son père est Mainaigeth Gopala Menon, magistrat de profession et sa mère est Marudhur Sathiyabhama (décédée en 1952), de son vrai nom Kandjiyamma. Il perd son père, un frère et une sœur, alors qu’il n’est encore qu’un enfant. Il lui reste 2 frères, M.G.Balakrishnan et M.G.Chakrapani et deux sœurs, M.G.Kamalatchi et M.G.Sumitra. À la suite de leur disparition, la condition sociale de la famille change du tout au tout. Sa mère et le reste de la famille quittent alors Kandy pour Koumbakonam, en Pays Tamoul, où vit leur oncle maternel, qui travaille au sein d’une compagnie théâtrale, la Madurai Original Boys Company[3],[4].

La situation ne s’améliore guère et le pousse avec son grand frère, M. G. Chakrapani, à abandonner les bancs de l’école de la Ânaiyadhi School et à intégrer la Madurai Original Boys Company. Celle-ci assure l’éducation, l’emploi rémunéré et le couvert.

Son tout premier rôle, sur les planches, est Uthran, un personnage issu de l'une des grandes épopées de la mythologie indienne, le Mahâbhâradam. Son cachet mensuel, à cette époque, est de seulement cinq roupies.

Son frère, M. G. Chakrapani[5],[6] (de son vrai nom Neelakandhan) dit Yétthan (l’aîné, en langue malayalame), Périyavar (l’aîné, en langue tamoule) devient comédien de théâtre, directeur de troupe de théâtre[5], acteur, réalisateur et producteur tamoul (La Sathiyaraja Pictures), il est né le 5 janvier 1911 (ou 13 janvier 1911) à Vadavannur et décédé le 17 août 1986, à Chennai, (Pays Tamoul) à l'âge de 75 ans.

Cinéma

Sadi Leelavadi, 1re apparition de MGR au cinéma

Il joue au total dans 42 longs-métrages en couleur de 1956 à 1991 et 96 films en noir et blanc entre 1936 et 1972.

Avec l'avènement du parlant, MGR effectue sa première incursion cinématographique en 1936 dans le film Sadi Leelavadi d’Ellis R. Dungan[7],[8] , noir et blanc, qui sort le 28 mars 1936. MGR y joue le rôle d’un policier.

En 1941, Saya de Nandlal Jaswanthlal, M. G. Ramachandran, dans ce qui devait être son tout premier personnage principal au cinéma, est débarqué en plein tournage pour incompatibilité d’humeur avec les responsables de la production. Pourtant le réalisateur hindi, Nandlal Jaswanthlal plaidera en sa faveur, mais sans résultat.

En 1947, il joue dans Raja Kumari d’A.S.A.Samy. Onze ans après son premier film et une dizaine de seconds rôles plus tard, M. G. Ramachandran accède à la plus haute marche, à la première place du générique d’une autre production de la Jupiter Pictures. Il explose et se révèle finalement au grand public tamoul.

En 1956, Alibabavum 40 Thirudhargalum de T.R.Sundharam inaugure la couleur sur grand écran au Pays Tamoul, avec la Geva colour.

En 1958, il joue dans Nadhondhi Mannan de M.G. Ramachandiran. À la suite du décès brutal de K. Ramnoth, en 1956, MGR décide, contre toute attente, de diriger et de produire, lui-même, pour la première fois de sa carrière cinématographique, viaEmgeeyar Pictures, cette synthèse de trois films américains, If i were king (1938) de Frank Lloyd, Viva Zapata ! (1952) d’Elia Kazan et The Prisoner of Zenda (1952) de Richard Thorpe.'

MGR réalise des prouesses techniques à cette occasion, au service de ce qui deviendra la vraie prise de conscience du peuple tamoul, amorcée dès 1954, avec un autre film de MGR, Malaikalan, pour la cause patriotique et politique d'Anna Doré, fondateur et à la tête d’un jeune parti régionaliste baptisé le Dhravidhar Mounaithrum Kazhagum, dont MGR est devenu un membre à part entière, quelques années auparavant.

En 1969, il joue dans Adhimai Penn de K. Shankar. Dans cette 5e collaboration avec le réalisateur K. Shankar, MGR incorpore tous les éléments venus principalement d’Hollywood et de la Cinecittà. M. G. Ramachandran, en réaction à une confrontation avec son interprète officiel, le ténor T.M. Soundher Radjan, introduit sur ce film, un jeune chanteur nommé S.P. Balasubramanium.

En 1973, il dirige Ulagum Sutrum Valiban. Ce film est le coup d’envoi, en quelque sorte, de la course à l’investiture au poste de ministre en chef du Pays Tamoul, pour MGR, sous ses propres couleurs politiques.

En 1974, il joue dans Ourimai Koural de C.V.Sridher. Parce que le réalisateur Sridher était au creux de la vague, après avoir connu un désastre financier au box-office l’année précédente, MGR accepte de jouer à titre gracieux, dans ce qui deviendra le deuxième plus gros carton de sa carrière. C’était également l’occasion pour les deux hommes de se retrouver après leur rendez-vous raté d’Andhru Sindiye Ratham en 1963 et juste avant son accession au pouvoir, en 1977. MGR préparait deux autres films avec Sridher, Anna Nee Yen Deivam et Naan Oru Tozhilali. Ils ne purent mener à bien leur entreprise.

En 1978, il réalise son dernier film, Madurai Mitha Sundharapandhiyan, un film de capes et d’épées de grande envergure, le genre où il s’illustra naguère, MGR repasse derrière la caméra, épaulé par ses vieux amis, les metteurs en scène Pa. Neelakandhan et K. Shankar, comme à l’époque de Ulagum Sutrum Valiban.

Films posthumes

En 1990, a partir de quatre séquences d’un film inachevé intitulé Anna Nee yen Deivam de C.V. Sridher, celui qu’on surnommait le « Varissu » (l’héritier), K. Bhackiya Radj réussit à broder un scénario plausible, tout en reprenant les codes cinématographiques de MGR et en n’omettant pas d’apporter sa touche personnelle. On peut ainsi retrouver l'acteur dans Avasara Police 100.

En 1991, Nalade Nadhu Keithkum de M. Karnan reprend le même procédé que Avasara Police 100.

Vie privée

Il a eu plusieurs épouses :

  • Bargavi (plus connue sous le prénom de Thangamani)[9], épousée en 1938, décédée des suites de troubles psychiatriques, en 1942.
  • Sadanandavadi (Ammu Kuthi)[10], épousée en 1942, décédée des suites de la tuberculose, en 1962.
  • V. N. Janaki (Vaïkom Narayani Janaki), née le 30 novembre 1923 dans la ville de Vaïkom (Kérala) et décédée le 19 mai 1996, à Chennai, (Pays Tamoul) à l'âge de 72 ans, d'un arrêt cardiaque, actrice, femme politique tamoul (Ministre en chef du Pays Tamoul, du 7 au 30 janvier 1988).
Other Languages