Ménehould

Sainte Ménehould
image illustrative de l’article Ménehould
Chapelle et Statues à Bienville
NaissanceVe siècle
à Perthes
Décès14 octobre entre 490 et 500 
à Bienville
Fête14 octobre
Saint patronBienville, fabricants de lanterne[1]

Ménehould est une sainte de l'Église catholique qui a donné son nom à la ville de Sainte-Menehould en Champagne.

Biographie-Hagiographie

On trouvera principalement des informations sur la vie de Sainte Ménehould dans le livre de Claude Buirette, Histoire de la ville de Sainte-Ménehould et de ses environs[2] ou dans le tome 12 des petits Bollandistes : vies des saints, de Monseigneur Paul Guérin[3].

Son prénom est orthographié aussi Manechilde (en latin Manechildis) ou Manehould[2].

Perthes

Ménehould[3] naquit dans la première moitié du Ve siècle à Perthes, village champenois situé près de Saint-Dizier. Elle était fille du gouverneur du Perthois, le comte Sigmarus (Sigmar) et la cadette des sept filles de Sygmarus et de Lintrude : Amée[4], Hoïlde[5], Lintrude[6], Pusinne[6], Francule[6], Libaire[6] et Ménehould. Élevées dans la piété chrétienne par le prêtre Eugène, elles auraient toutes pris le voile. L’évêque de Châlons Saint Alpin reçut leurs vœux.

Château-sur-Aisne

Ménehould s'installa avec son père sur l'une de ses terres à Château-sur-Aisne, lieu marécageux où les habitants furent atteints d'une maladie contagieuse. Ménehould y prit la direction d'un hospice fondé grâce au don de deux juifs convertis. Elle y soigna les habitants avec beaucoup de dévouement. Château-sur-Aisne deviendra Sainte-Ménehould.

La Neuville-au-Pont

Ménehould s'installa sur une colline nommée Côte-à-Vignes près de La Neuville-au-Pont. On lui attribue plusieurs guérisons miraculeuses. Elle y aurait fait jaillir une source miraculeuse en plantant son fuseau en terre.

Bienville

Après la mort de ses parents, elle s'installa à Bienville sur l'une des terres de son père (lequel avait attribué un domaine à chacune de ses filles). Elle y finit sa vie, y serait morte, à un âge avancé, le 14 octobre de l'an 490[3] ou 499 ou 500[2] selon les textes.

Other Languages