Mâchicoulis

Mâchicoulis du XVe siècle sur la collégiale de Candes-Saint-Martin, en Indre-et-Loire

Construit en avant-corps au sommet d'une enceinte militaire (tour, courtine, rempart, etc.), le mâchicoulis est un moyen de défense à plancher ajouré qui, par jet de projectiles, protège certaines zones vulnérables tel le pied du mur.

Ce système de défense active, surtout sous la forme de « mâchicoulis sur consoles » se répand à la fin du Moyen Âge (deuxième moitié du XIVe siècle) en remplacement de celui des hourds, et sert comme lui à jeter divers matériaux pour défendre le pied des fortifications.

Étymologie

Le terme est mentionné pour la première fois en 1402 - 1404 [1], c'est-à-dire postérieurement à la technique elle-même, sous la forme machecoleis « galerie extérieure de pierre, en encorbellement et percée d'ouvertures destinées au tir plongeant »

Le mot est issu du moyen français *machecolis dérivé à l'aide du suffixe -is [?]. Il est attesté en latin médiéval sous la forme machecollum. Il s'agit d'un probable composé du vieux français macher « battre, frapper, meurtrir » et de col (cou en vieux français) [2]. Les projectiles lancés des mâchicoulis étaient effectivement destinés à « briser le cou » des assaillants [3].

Mâchicoulis au-dessus de la porte du château de Caen
Other Languages
беларуская: Машыкуль
беларуская (тарашкевіца)‎: Машыкуль
български: Машикула
català: Lladronera
Deutsch: Maschikuli
English: Machicolation
eesti: Mašikulii
euskara: Matakan
עברית: משיקולי
italiano: Piombatoia
日本語: 出し狭間
한국어: 마시쿨리
Limburgs: Mezekouw
lietuvių: Mašikula
Nederlands: Mezekouw
polski: Machikuły
português: Mata-cães
русский: Машикули
slovenščina: Mašikula
српски / srpski: Машикула
Türkçe: Tepe mazgalı
українська: Машикулі