Mâchicoulis

Mâchicoulis du XVe siècle sur la collégiale de Candes-Saint-Martin, en Indre-et-Loire.

Un mâchicoulis est une galerie formant un encorbellement, soit en position mitoyenne ou en couronnement d'une enceinte militaire (tour, courtine, rempart, etc.) et dont le plancher ajouré permettait, si besoin, de flanquer divers projectiles au pied de mur, zone souvent vulnérable.

Ce système de défense active en maçonnerie, surtout sous la forme de « mâchicoulis sur consoles » se répand à la fin du Moyen Âge (deuxième moitié du XIVe siècle) en remplacement de celui des hourds en bois[1].

Étymologie

Le terme est mentionné pour la première fois en 1402 - 1404[2], c'est-à-dire postérieurement à la technique elle-même, sous la forme machecoleis « galerie extérieure de pierre, en encorbellement et percée d'ouvertures destinées au tir plongeant »

Le mot est issu du moyen français *machecolis dérivé à l'aide du suffixe -is [?]. Il est attesté en latin médiéval sous la forme machecollum. Il s'agit d'un probable composé du vieux français macher « battre, frapper, meurtrir » et de col (cou en vieux français)[3]. Les projectiles lancés des mâchicoulis étaient effectivement destinés à « briser le cou » des assaillants[4].

Mâchicoulis au-dessus de la porte du château de Caen
Other Languages
беларуская: Машыкуль
беларуская (тарашкевіца)‎: Машыкуль
български: Машикула
català: Lladronera
Deutsch: Maschikuli
English: Machicolation
eesti: Mašikulii
euskara: Matakan
galego: Matacán
עברית: משיקולי
italiano: Piombatoia
日本語: 出し狭間
한국어: 마시쿨리
Limburgs: Mezekouw
lietuvių: Mašikula
Nederlands: Mezekouw
polski: Machikuły
português: Mata-cães
русский: Машикули
русиньскый: Махикулы
slovenščina: Mašikula
српски / srpski: Машикула
Türkçe: Tepe mazgalı
українська: Машикулі