Luxembourgeois

Page d'aide sur les redirections « Francique luxembourgeois » redirige ici. Pour les autres significations, voir Francique.
Luxembourgeois
Lëtzebuergesch (Westmoselfränkisch)
PaysDrapeau du Luxembourg Luxembourg
Drapeau de la Belgique Belgique (Pays d'Arlon, Pays de Saint-Vith)
Drapeau de la France France (Pays des Trois Frontières)
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Pays de Bitburg, Pays de Saarburg, Pays de Prüm)
Nombre de locuteursprès de 400 000 (2010)
TypologieSVO accentuelle
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielleDrapeau du Luxembourg Luxembourg
Codes de langue
ISO 639-1lb
ISO 639-2ltz
ISO 639-3ltz
ÉtendueLangue individuelle
TypeLangue vivante
IETFlb
Linguasphère52-ACB-db
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français) :

Artikel 1

All Mënsch kënnt fräi a mat deer selwechter Dignitéit an deene selwechte Rechter op d'Welt. Jiddereen huet säi Verstand a säi Gewësse krut a soll an engem Geescht vu Bridderlechkeet deenen anere géintiwwer handelen.

Le luxembourgeois (Lëtzebuergesch en luxembourgeois) est une langue germanique parlée essentiellement au Grand-Duché de Luxembourg, ainsi que dans quelques communes limitrophes en Belgique[1], en France[2] et en Allemagne. Le luxembourgeois est la langue nationale du Luxembourg et considéré comme langue officielle du pays, au même niveau que le français et l'allemand[3].

Classification et extension

Façade du Monkey's Bar, 4, rue de la Loge, Luxembourg : Mir wölle bleiwe wat mir sinn (« Nous voulons rester ce que nous sommes »)
Luxemburgs.png

Le luxembourgeois (Lëtzebuergesch en luxembourgeois, Luxemburgisch en Allemand) est une langue du groupe germanique occidental au même titre que l'allemand et le néerlandais. C'est une des nombreuses variantes locales du moyen-francique. Certaines classifications le rattachent au francique mosellan (Moselfränkisch en allemand). Avec le francique ripuaire et le francique rhénan, le francique mosellan constitue l'aile occidentale du groupe des dialectes moyen-allemands. Bien que très similaire, cette langue n'est pas considérée par certains scientifiques comme de l'allemand standard, et a ses particularités propres, tant au niveau du vocabulaire que de la syntaxe. De plus, elle a largement subi l'effet d'un superstrat roman : environ 5 000 mots d'origine française ont été intégrés au luxembourgeois.

La limite orientale du domaine dialectal luxembourgeois est l'isoglosse op/of (mutation consonantique en finale qui sépare le francique luxembourgeois du francique mosellan). Au sud et à l'ouest, le luxembourgeois est voisin de parlers romans (lorrain et wallon).

En 2010, on estime que près de 400 000 personnes dans le monde parlent cette langue [4]. Son aire de pratique s'étend, outre sur l'ensemble du Grand-Duché de Luxembourg, sur les communes belges limitrophes depuis Tintange jusqu'à Athus (formant le Pays d'Arlon), avec la ville largement francisée d'Arlon (où la variante locale est appelée arlonais ou areler), ainsi que sur le territoire de Beho.
Le luxembourgeois est aussi parlé en France (Lorraine) et en Allemagne, dans les arrondissements de Bitburg et de Daun, ainsi que dans une partie de la vallée de la Moselle.

À la suite d'une très forte[[réf. souhaitée] émigration en fin du XIXe siècle et début du XXe siècle, « eis Sprooch », « notre langue », est également parlée en Amérique du Nord[[réf. souhaitée], notamment au nord des États-Unis et au Canada.

Si, dans les pays francophones limitrophes du Grand-Duché, il a été honni et banni à cause de la politique linguistique française, aux deux guerres mondiales du e siècle et à l'annexion de l'Alsace-Lorraine comme territoire de l'Empire allemand, il a en revanche été au Luxembourg un ciment national, un moyen d'identification et de résistance (ainsi, la population a refusé de considérer l'allemand comme sa langue, malgré la pression nazie, lors d'un recensement). Il suffit de penser à la devise nationale, gravée au fronton de la Maison Communale d'Esch-sur-Alzette (Esch-Uelzecht en luxembourgeois) : Mir welle bleiwen wat mer sinn (« Nous voulons rester ce que nous sommes »). Cette même phrase peut également être trouvée sur une façade de la Vieille-Ville de Luxembourg-Ville, rue de la Loge avec une graphie légèrement différente : « Mir wölle bleiwe wat mir sin ».

Il fut un temps où les Luxembourgeois appelaient cette langue « l'allemand luxembourgeois » ou « l'allemand du Luxembourg »[5]. Ainsi que « dialecte allemand luxembourgeois » au e siècle[6] .

Other Languages
Afrikaans: Luxemburgs
azərbaycanca: Lüksemburq dili
Boarisch: Luxnbuagisch
беларуская (тарашкевіца)‎: Люксэмбурская мова
brezhoneg: Luksembourgeg
català: Luxemburguès
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Luxembourg-ngṳ̄
čeština: Lucemburština
Cymraeg: Lwcsembwrgeg
Zazaki: Luksemburgki
English: Luxembourgish
euskara: Luxenburgera
Gàidhlig: Lucsamburgais
客家語/Hak-kâ-ngî: Luxembourg-ngî
Fiji Hindi: Luxembourgish
Bahasa Indonesia: Bahasa Luksemburg
íslenska: Lúxemborgíska
Taqbaylit: Taluksemburgit
kernowek: Lushaborgek
Lëtzebuergesch: Lëtzebuergesch
Limburgs: Luxembörgs
олык марий: Люксембург йылме
Bahasa Melayu: Bahasa Luxembourg
Dorerin Naoero: Dorerin Ruketemburg
Nedersaksies: Luxembörgs
Nederlands: Luxemburgs
norsk nynorsk: Luxemburgsk
Novial: Luxemburgum
occitan: Luxemborgés
Papiamentu: Luxemburges
پنجابی: لکسمبورگی
davvisámegiella: Luxemburggagiella
srpskohrvatski / српскохрватски: Luksemburški
Simple English: Luxembourgish language
slovenčina: Luxemburčina
slovenščina: Luksemburščina
svenska: Luxemburgiska
Türkçe: Lüksemburgca
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: ليۇكسېمبۇرگ تىلى
vepsän kel’: Lüksemburgan kel'
Tiếng Việt: Tiếng Luxembourg
中文: 卢森堡语
Bân-lâm-gú: Luxembourg-gí
粵語: 盧森堡文