Louis XIV

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres significations, voir Louis Louis XIV (homonymie) et Louis le Grand.
Page d'aide sur les redirections « Roi Soleil » redirige ici. Pour la comédie musicale, voir Le Roi Soleil.
Louis XIV
Portrait de Louis XIV en costume de sacre par Hyacinthe Rigaud en 1701.
Portrait de Louis Portrait de Louis XIV en costume de sacre par Hyacinthe Rigaud en 1701.
Titre
Roi de France et de Navarre

(72 ans, 3 mois et 18 jours)
Couronnement en la cathédrale de Reims
Régent Anne d'Autriche (1643-1651)
Premier ministre Jules Mazarin
Prédécesseur Louis XIII
Successeur Louis XV
Dauphin de France

(4 ans, 8 mois et 9 jours)
Prédécesseur Louis XIII
Successeur Louis de France
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Louis de Bourbon [1]
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Germain-en-Laye ( France)
Date de décès (à 76 ans)
Lieu de décès Versailles ( France)
Sépulture Basilique de Saint-Denis
Père Louis Louis XIII
Mère Anne d'Autriche
Fratrie Philippe d'Orléans
Conjoint Marie-Thérèse d'Autriche
(1659-1683)
Françoise d’Aubigné
(1683-1715)
Enfants Louis de France
Anne-Élisabeth de France
Marie-Anne de France
Marie-Thérèse de France
Philippe-Charles de France
Louis-François de France
Héritier Philippe de France (1643-1661)
Louis de France (1661-1711)
Louis de France (1711-1712)
Louis de France (1712-1712)
Louis de France, futur Louis Louis de France, futur Louis XV (1712-1715) Red crown.png
Religion Catholique
Résidence Palais du Louvre
Château de Saint-Germain-en-Laye
Château de Versailles
Château de Marly
Grand Trianon

Signature de Louis XIV

Louis XIV
Rois de France

Louis XIV, dit Louis le Grand ou le Roi-Soleil, né le au Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye et mort le à Versailles, est un roi de France et de Navarre. Il règne sur le royaume de France et de Navarre du à sa mort, le .

Né Louis, surnommé « Dieudonné » [2], il monte sur le trône de France au décès de son père Louis Louis XIII, quelques mois avant son cinquième anniversaire. Il est le 64e roi de France, le 44e roi de Navarre et le troisième roi de France issu de la dynastie des Bourbons. Son règne de 72 ans est l’un des plus longs de l'histoire d'Europe, et le plus long de l'Histoire de France.

Il marque l'apogée de la construction séculaire d'un absolutisme de droit divin. Après une minorité troublée par la Fronde de 1648 à 1653, Louis XIV assume personnellement le gouvernement à la mort du cardinal Mazarin en 1661 en ne prenant plus de ministre principal. Son autorité se déploie avec la fin des grandes révoltes nobiliaires, parlementaires, protestantes et paysannes qui avaient marqué les décennies précédentes. Le monarque impose l'obéissance à tous les ordres et contrôle les courants d'opinion (y compris littéraires ou religieux), parmi lesquels le jansénisme à partir de 1660 et le protestantisme au travers de la révocation de l' édit de Nantes en 1685. Louis XIV construit un État centralisé, où son rôle direct est encore accentué après le décès des ministres Colbert en 1683 et Louvois en 1691.

Par la diplomatie et la guerre, il accroît sa puissance en Europe, en particulier contre les Habsbourg. Sa politique du «  pré carré » cherche à agrandir et rationaliser les frontières du pays, protégée par la «  ceinture de fer » de Vauban qui fortifie les villes conquises. Pour obtenir une prédominance économique, un effort de développement commercial et colonial est conduit, notamment par son ministre Colbert.

À partir de 1682, Louis XIV dirige son royaume depuis le vaste château de Versailles, modèle architectural de nombreux palais européens et dont il a dirigé la construction. Sa cour soumet la noblesse, étroitement surveillée, à une étiquette très élaborée. Le prestige culturel s'y affirme grâce au mécénat royal en faveur d'artistes tels que Molière, Racine, Boileau, Lully, Le Brun et Le Nôtre, ce qui favorise l'apogée du classicisme français, qualifié, dès son vivant, de « Grand Siècle », voire de « Siècle Louis XIV ».

Sa difficile fin de règne est marquée par l'exode des protestants persécutés, par des revers militaires, par les deux famines de 1693 et de 1709 qui font près de deux millions de morts, par la révolte des Camisards et par les nombreux décès de ses héritiers royaux. Tous ses enfants et petits-enfants dynastes sont morts, et son successeur, son arrière-petit-fils Louis Louis XV, n'a que cinq ans à la mort du roi, et pourtant, même après la régence assez libérale de Philippe d'Orléans, l'absolutisme perdure, attestant ainsi de la solidité du régime construit par Louis XIV.

Habité par l'idée de sa gloire et de son droit divin, soucieux d'accomplir en permanence son « métier de roi », Louis XIV est devenu l' archétype du monarque absolu aux yeux du monde.

La jeunesse de l'Enfant-Roi

Louis-Dieudonné

Anne d'Autriche et le futur roi Louis XIV qui porte une plume au béguin assortis à sa robe et son tablier richement ornés de broderies et de dentelles.

Fils de Louis Louis XIII et d' Anne d'Autriche, Louis est le fruit d'unions dynastiques : ses parents sont des deux familles les plus puissantes d'Europe ( Bourbon et Habsbourg), ses grands-parents paternels Henri Henri IV et Marie de Médicis, étaient respectivement Franco-Navarran et Florentine ; ses grands-parents maternels, Philippe III et Marguerite d'Autriche-Styrie étaient espagnol et autrichienne, tous deux Habsbourg, proches parents l'un de l'autre [3].

Au traditionnel titre de Dauphin de Viennois est ajouté à sa naissance celui de Premier fils de France. L’enfant est aussi prénommé Louis-Dieudonné, car, après presque vingt-trois ans de mariage sans enfant, plusieurs fausses couches de la reine et la mésentente du couple royal, la naissance inattendue de l’héritier du trône est considérée comme un don du Ciel, au point que certains historiens suspectent le véritable père d’être Mazarin [4] dont des lettres échangées avec Anne d'Autriche, utilisant des codes, sont parfois très sentimentales [5]. Beaucoup de courtisans parlent de « miracle ». En effet en 1637, Louis XIII avait présenté un acte faisant de la Vierge Marie la « protectrice spéciale » de son royaume et, à peine la grossesse de la reine est-elle avérée que le roi publie cet acte le , la fête de l' Assomption de Marie célébrée par le Vœu de Louis Vœu de Louis XIII étant désormais un jour férié et chômé en France [6]. Irrité, Louis XIII aurait répliqué que « ce n'était point là si grand miracle qu'un mari couchât avec sa femme et lui fasse un enfant » [7]. Des récits affirment que le roi a été conçu le [Note 1], l'historien Jean-Christian Petitfils propose plutôt la date du 20 ou du 30 novembre [8].

La naissance de Louis [9], le [10], est suivie, deux ans plus tard, par celle de Philippe, d'abord titré duc d'Anjou, puis duc d'Orléans vingt ans plus tard, à la mort de son oncle, Gaston d'Orléans. Celui-ci était hostile au cardinal de Richelieu, premier ministre de Louis XIII, qui le trouvait trop favorable aux nobles et aux Habsbourg. La naissance tant espérée d'un dauphin écarte du trône un comploteur impénitent ; c'est ainsi une victoire politique pour le cardinal de Richelieu, premier ministre de Louis XIII.

À la mort de son père, Louis-Dieudonné devient roi sous le nom de Louis XIV [11]. Comme il n'a que quatre ans et demi, sa mère, Anne d'Autriche, devient régente. Elle maintient contre toute attente le cardinal Mazarin comme Premier ministre, en dépit de la désapprobation des cercles politiques français de l'époque dont beaucoup n'apprécient pas qu'un Italien, fidèle de Richelieu, dirige la France.

La Régente quitte alors les appartements incommodes du Louvre et s'installe au Palais-Cardinal, légué par Richelieu à Louis XIII, pour profiter du jardin où peuvent jouer le jeune Louis XIV et son frère. Le Palais-Cardinal devient alors le Palais-Royal où des gouvernantes abandonnent le jeune Louis à leurs femmes de chambre qui cèdent à tous ses caprices, ce qui fera naître la légende colportée par les Mémoires de Saint-Simon d'une éducation négligée [12].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'éducation du roi

Louis XIV et son frère cadet Philippe, dit le "Petit Monsieur", tableau attribué à Henri et Charles Beaubrun.
Louis XIV, en costume de sacre en 1648

En plus de ses fonctions ministérielles, Mazarin, parrain de Louis XIV, se voit attribuer par la reine en mars 1646 la responsabilité de l'éducation du jeune monarque et de son frère le duc Philippe d’Orléans (dit " Le petit Monsieur"), l’usage étant que les princes élevés par des gouvernantes « passent aux hommes » à l'âge de sept ans (l'âge de raison à l'époque) pour être confiés aux soins d’un gouverneur assisté d’un sous-gouverneur. Il devient donc « surintendant au gouvernement et à la conduite de la personne du roi et de celle de M. le duc d'Anjou » et confie la tâche de gouverneur au maréchal de Villeroy. Le roi et son frère viennent souvent à l' hôtel de Villeroy, non loin du palais royal. Louis XIV se lie d'amitié à vie avec le fils du maréchal, François de Villeroy. Malgré les efforts des différents précepteurs ( abbé Péréfixe de Beaumont en 1644, François de La Mothe Le Vayer à partir de 1652, son meilleur éducateur étant sans doute Pierre de La Porte, son premier valet de chambre qui lui fait la lecture de textes historiques [13]) engagés pour lui prodiguer des cours de latin, d' histoire, de mathématiques, d' italien et de dessin, Louis n'est pas un élève très travailleur. Mais, suivant l'exemple du grand collectionneur d'art qu'est Mazarin, Louis XIV se montre très sensible à la peinture, à l' architecture, à la musique et surtout à la danse qui est, à l'époque, une composante essentielle de l'éducation d'un gentilhomme : on dit que le jeune Louis s'entraîne à danser environ deux heures par jour de 7 à 27 ans [14]. Le jeune roi apprit également à jouer de la guitare auprès de Francesco Corbetta [15].

Louis aurait bénéficié également d'une éducation sexuelle : sa mère (Anne d'Autriche) aurait demandé à la baronne de Beauvais (surnommée "Cateau la Borgnesse") de "déniaiser" Louis XIV à sa majorité sexuelle [Note 2].

Louis XIV, enfant, en costume romain.

Louis, le « miraculé »

Dans son enfance, Louis XIV échappe à plusieurs reprises à la mort. À 5 ans, il manque de se noyer dans un des bassins du jardin du Palais-Royal. Il est sauvé in extremis. À 9 ans, le , il est atteint de la variole [16]. Dix jours plus tard, les médecins n’ont plus aucun espoir mais le jeune Louis se remet « miraculeusement ». À 15 ans, il a une tumeur au sein [16]. À 17 ans, il souffre de blennoragie [16].

L'alerte la plus sérieuse pour le royaume a lieu le  : le roi, à 19 ans, est victime d’une grave intoxication alimentaire (à cause de l'infection des eaux) et de fièvre typhoïde [16], diagnostiquée comme un typhus exanthématique, lors de la prise de Bergues dans le Nord. Le lundi 8 juillet, on lui donne les derniers sacrements et on commence à préparer la succession mais Guénaut, le médecin d’Anne d’Autriche, lui donne un émétique à base d’ antimoine et de vin qui guérit encore une fois « miraculeusement » le roi. Selon son secrétaire Toussaint Rose, c'est à cette occasion qu'il perd une bonne partie de ses cheveux et se met à porter temporairement [17] la « perruque à fenêtre » dont les ouvertures laissent passer les quelques mèches qui lui restent [18].

L'épreuve de la Fronde

Article détaillé : Fronde (histoire).
Le Grand Condé, d'abord ferme soutien du pouvoir royal devient l'opposant le plus déterminé.

Après avoir célébré sa première communion à l' église Saint-Eustache le , Louis XIV, qui n'a alors que 12 ans, entre au conseil en 1650. C'est l'époque de la Fronde, une contestation de l'autorité royale par les parlements et la noblesse qui allait marquer durablement le monarque. En réaction à ces événements, Louis XIV s'appliqua plus tard à continuer le travail commencé par Richelieu : affaiblir les membres de la noblesse d'épée en les obligeant à servir comme membres de sa cour en transférant la réalité du pouvoir à une administration très centralisée et à la noblesse de robe [12].

En 1648, le parlement de Paris s'oppose fermement aux impôts levés par Mazarin pour continuer la guerre contre l'Espagne. La Journée des barricades contraint le roi à quitter Paris une première fois. S'il revient assez vite dans la capitale, les exigences des parlementaires, appuyés par le très populaire Jean-François Paul de Gondi, obligent Mazarin à envisager un coup de force. En pleine nuit et dans le plus grand secret, le roi et sa cour quittent la capitale dans le but de l'assiéger et de la remettre à obéissance. L'affaire se complique quand des personnalités de la haute noblesse apportent leur soutien à la fronde : le prince de Conti, frère de Condé, Beaufort, petit-fils d'Henri IV et quelques autres veulent renverser Mazarin. Si, après quelques mois de siège Paris se rend au roi, Mazarin ne parvient pas à imposer sa volonté aux parlementaires et le conflit politique demeure.

En 1650, une nouvelle fronde appelée Fronde des princes se construit autour du tumultueux prince de Condé. Les princes sont arrêtés sur l'ordre de Mazarin, ce qui aboutit à une nouvelle guerre civile, relayée essentiellement dans les provinces (Bordeaux). En 1651, Gondi et Beaufort, chefs de la première fronde, s'allient à la fronde des princes, pour renverser Mazarin. L'appui du duc d'Orléans et une émeute parisienne obligent Mazarin à s'exiler. Le , la reine et le jeune Louis essaient de s'enfuir de la capitale mais, alarmés, les Parisiens envahissent le palais royal où loge le roi, désormais prisonnier de la fronde.

Le , le lit de justice déclare la majorité du roi. Tous les grands du royaume viennent lui rendre hommage, sauf Condé qui, de Guyenne, lève une armée pour marcher sur Paris. Défait, Condé se jette dans Paris qui se soulève devant le retour d'exil de Mazarin. Le pouvoir royal doit de nouveau assiéger Paris. Le deuxième exil de Mazarin, les exactions des troupes de Condé, les troubles populaires et la lassitude à l'égard de la guerre mettent un terme à la fronde, devenue impopulaire : la plupart des grands font leur soumission. Seul, Condé trahit la France pour se mettre au service de l'Espagne, qui avait profité du désordre pour reprendre du terrain en Flandre. L'arrestation et l'exil de Gondi, éternel comploteur, permettent de mettre un terme définitif aux troubles.

Louis XIV est sacré le en la cathédrale de Reims par Simon Legras, évêque de Soissons, mais laisse les affaires politiques à Mazarin, tandis qu'il continue sa formation militaire auprès de Turenne.

Louis XIV par Juste d'Egmont (1654)

Mariage avec Marie-Thérèse d'Autriche

Entrevue de Louis XIV et de Philippe Philippe IV dans l'île des Faisans en 1659. On distingue la fille de Philippe IV, future reine de France, derrière lui.

Pendant le voyage du jeune roi, le , les Espagnols acceptent de signer le traité des Pyrénées qui fixe les frontières entre la France et l'Espagne. De son côté, Louis XIV accepte bon gré, mal gré de respecter une des clauses du traité : épouser l' infante Marie-Thérèse d'Autriche, fille de Philippe Philippe IV, roi d'Espagne et d' Élisabeth de France. Les époux sont doublement cousins germains : la reine-mère Anne d'Autriche étant la sœur de Philippe IV et Élisabeth de France la sœur de Louis Louis XIII. Ce mariage a cependant pour but de rapprocher la France de l'Espagne. Il a lieu le en l' église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-de-Luz.

Louis ne connaît sa femme que depuis trois jours, celle-ci ne parle pas un mot de français mais le roi « l'honore » fougueusement et devant témoins dès la nuit de noces [19]. Selon d'autres sources, cette nuit de noces, contrairement à l'usage, n'eut pas de témoin [20].

Other Languages
Alemannisch: Ludwig XIV.
አማርኛ: 14ኛ ሉዊ
azərbaycanca: XIV Lüdovik
башҡортса: Людовик XIV
Boarisch: Ludwig XIV.
žemaitėška: Liodvėks XIV
беларуская: Людовік XIV
беларуская (тарашкевіца)‎: Людовік XIV
български: Луи XIV
буряад: XIV Людовик
нохчийн: Людовик XIV
čeština: Ludvík XIV.
Deutsch: Ludwig XIV.
eesti: Louis XIV
suomi: Ludvig XIV
Võro: Louis XIV
Nordfriisk: Ludwig XIV.
Հայերեն: Լուի Արև արքա
Bahasa Indonesia: Louis XIV dari Perancis
íslenska: Loðvík 14.
ქართული: ლუი XIV
Kabɩyɛ: Wiyaʋ Louis 14
қазақша: Людовик XIV
ភាសាខ្មែរ: ល្វី ដ៏អស្ចារ្យ
한국어: 루이 14세
Kurdî: Louis XIV.
Lëtzebuergesch: Louis XIV. vu Frankräich
lietuvių: Liudvikas XIV
latviešu: Luijs XIV
Malagasy: Louis XIV
македонски: Луј XIV
монгол: Людовик XIV
Plattdüütsch: Ludwig XIV.
polski: Ludwik XIV
Piemontèis: Luis XIV ëd Fransa
پنجابی: لوئی چودواں
Runa Simi: Louis XIV
русский: Людовик XIV
srpskohrvatski / српскохрватски: Louis XIV od Francuske
Simple English: Louis XIV of France
slovenčina: Ľudovít XIV.
slovenščina: Ludvik XIV. Francoski
shqip: Luigji XIV
српски / srpski: Луј XIV
Türkçe: XIV. Louis
татарча/tatarça: Lüdovik XIV
українська: Людовик XIV
oʻzbekcha/ўзбекча: Lyudovik XIV
Tiếng Việt: Louis XIV của Pháp
West-Vlams: Lodewyk XIV
吴语: 路易十四
中文: 路易十四
Bân-lâm-gú: Louis 14-sè
粵語: 路易十四