Loire-Atlantique

Loire-Atlantique
Administration
Pays Drapeau de la France  France
Région Pays de la Loire
Création du département
Chef-lieu
( Préfecture)
Nantes
Sous-préfectures Ancenis
Châteaubriant
Saint-Nazaire
Président du
conseil départemental
Philippe Grosvalet ( PS)
Préfet Henri-Michel Comet
Code Insee 44
Code ISO 3166-2 FR-44
Code Eurostat NUTS-3 FR511
Démographie
Gentilé pas de nom officiel [1],

[2]

Population 1 327 643 hab. [Note 1] (2013)
Densité 195 hab./km2
Géographie
Superficie 6 809,10 km2
Subdivisions
Arrondissements 4
Circonscriptions législatives 10
Cantons 31
Intercommunalités 23
Communes 212

La Loire-Atlantique est un département français, situé dans la région Pays de la Loire. Elle doit son nom à la présence de la Loire, important fleuve qui la traverse, et de l' océan Atlantique, qui borde sa côte, à l'ouest, où l'embouchure de la Loire forme un estuaire.

Le département a été créé en 1790 par démembrement de la Bretagne, sous le nom de Loire-Inférieure, et a conservé cette appellation jusqu'en 1957. Il porte le numéro 44 dans la numérotation départementale française. Il constitue une collectivité territoriale administrée par le conseil départemental de la Loire-Atlantique, dont le président est Philippe Grosvalet. Le chef-lieu du département est Nantes, également préfecture de la région Pays de la Loire. Il compte actuellement quatre arrondissements, dont les chef-lieux sont Nantes, Saint-Nazaire, Châteaubriant et Ancenis.

Le territoire de Loire-Atlantique est proche de la région administrative Bretagne culturellement et historiquement depuis l'ancien régime. La question d'un éventuel rattachement à la région Bretagne fait l'objet d'un débat récurrent.

Comme dans le reste de la Haute-Bretagne, la langue vernaculaire y fut, jusque dans la seconde moitié du XXe siècle, le gallo. Cependant, dans la région de Guérande, le breton a été parlé jusqu'au début du XXe siècle.

Histoire

Article détaillé : Histoire de la Loire-Atlantique.

Le département de la Loire-Atlantique a été créé en 1790 ; à partir du démembrement de la Province de Bretagne, au début de la Révolution française, en application de la loi du .

Nom du département

À sa création en 1790, le département porte le nom de Loire-Inférieure. Le , il prend son nom actuel de Loire-Atlantique [3].

Formation du territoire départemental

La création des départements vise à faire disparaître les provinces de l'Ancien régime, et entraîne la mise en place de nouvelles entités. Le découpage territorial a fait l'objet de négociations. Rennes ayant obtenu que Redon soit rattachée au département dont elle va devenir le chef-lieu, Vannes exige en échange La Roche-Bernard et six paroisses rurales. En contrepartie, l'Assemblée concède aux nantais la baronnie de Châteaubriant et le vicomté de Fercé, qui contiennent onze paroisses. Les « frontières » des « pays » sont imprécises à l'est. La Remaudière et La Boissière-du-Doré sont englobées dans le même département que Nantes sans raison historique, et sans consultation des habitants [4].

Finalement, le département reprenait la quasi-totalité de la partie bretonne du territoire de l'ancien évêché de Nantes, recevant une petite partie du sud de l' évêché de Rennes, et perdant une partie du pays Mitau, au nord-ouest, le canton de La Roche-Bernard rattaché au Morbihan et celui du Grand-Fougeray rattaché à l' Ille-et-Vilaine.

Il a été constitué à partir de :

Districts et arrondissements

La Loire-Inférieure fut d'abord divisée en neuf districts qui étaient ceux de : Ancenis, Blain, Châteaubriant, Clisson, Guérande, Machecoul, Nantes, Paimbœuf et Savenay.

En 1800, les districts furent remplacés par de nouvelles circonscriptions administratives : les arrondissements. Cinq furent établis dans le département : Ancenis, Châteaubriant, Nantes, Paimbœuf et Savenay.

En 1868, la sous-préfecture de Savenay fut transférée à Saint-Nazaire.

En 1926, les arrondissements d'Ancenis et de Paimbœuf furent supprimés au bénéfice respectifs de ceux de Nantes et de Saint-Nazaire. Celui d'Ancenis fut rétabli en 1943, tandis que celui de Paimbœuf constitue toujours la partie sud de l'arrondissement Nazairien.

Révolution française et Empire

Le village de Derval s'est soulevé contre Nantes en 1788 juste avant la Révolution française [réf. nécessaire].

XIXe siècle

Après la victoire des coalisés à la bataille de Waterloo (18 juin 1815), la partie Nord du département est occupée par les troupes prussiennes de juin 1815 à novembre 1818 (voir occupation de la France à la fin du Premier Empire).

Entre Bretagne et Pays de la Loire

Depuis 2004 et l'élection de Patrick Mareschal au poste de président du Conseil général, le drapeau de la Bretagne flotte devant l'hôtel du département.
Panneau installé à l'entrée du département.
En Loire-Atlantique, les sondages réalisés entre 1998 et 2014 indiquent des taux compris entre 60 % et 75 % d'opinions favorables à la réunification.

Peut-être dans la filiation vidalienne des « régions Clémentel » de 1919, une loi du gouvernement de Vichy du 19 avril 1941 créa des préfectures de région à compétence supradépartementale. La Loire-Inférieure ne fut pas intégrée à la région de Rennes (qui correspondait à l'actuelle région Bretagne), mais à celle d' Angers (dont les limites étaient différentes de l'actuelle région des Pays de la Loire puisqu’elle incluait l'Indre-et-Loire (partie occupée), mais pas la Vendée, rattachée à la région de Poitiers). Un autre découpage, celui de la France en « provinces » défini par le Conseil national en août 1941 établit une province de Bretagne en cinq départements, dont les limites auront suscité un arbitrage du maréchal Pétain lui-même, mais qui n'aura guère d'existence effective [5].

L'institution des préfectures de région ne fut pas mise en cause dès la chute du régime de Vichy, puisque l'ordonnance du Général de Gaulle du 10 janvier 1944, créant des «  régions administratives », allait dans le même sens. Mais celles-ci furent dissoutes après son départ de Matignon en 1946.

Le décret Pflimlin du 30 juin 1955 créa les régions de programme qui avaient pour objectif d'optimiser l'aménagement du territoire : selon des considérations économiques, la Loire-Atlantique est placée dans la région Pays de la Loire [6].

La création des préfets de région en 1964, des établissements publics régionaux en 1972 et des régions en 1982 entérina ce découpage et lui donna une légitimité. Mais, dans cette même période, l' identité bretonne s'affirma et l'attribution de la Loire-Atlantique aux Pays de la Loire se trouva contestée. En 1972, le conseil général du département émit le vœu d'être rattaché à une région incluant les cinq départements bretons, mais en y associant les départements voisins [7].

À l'heure actuelle, il semble qu'un assez grand nombre d'habitants de la Loire-Atlantique souhaite le rattachement à la région Bretagne, selon différents sondages (de 44 % en 1986 [8] à 75 % en 2001 [9]).

Les inscriptions 44 = BZH sont visibles et le sujet anime parfois des discussions.

Les principales associations, groupes de pression et partis politiques militant pour la réunification sont Bretagne réunie (ex CUAB), l' Union démocratique bretonne (UDB), le Parti breton, Les Verts et le Modem (dont les élus au conseil régional de Bretagne se sont exprimés en faveur de la réunification) [10], tout comme certains élus ou responsables FN, UMP, PS, PRG et PCF qui se sont prononcés favorablement (cf : vote unanime de la résolution du conseil régional de Bretagne le 2 juillet 2001 et le 8 octobre 2004, ainsi que les milliers de signatures de la Charte des élus pour la réunification par des maires, parlementaires, conseillers municipaux... des 5 départements au contraire des élus ligériens qui n'ont pas pris position). En revanche, des petits partis politiques comme le Mouvement républicain et citoyen (MRC) et le Parti des travailleurs, une association comme le CUAR (Comité pour l'unité administrative de la république) se sont prononcés contre la séparation de la Loire Atlantique des Pays de Loire [réf. nécessaire].

Selon un sondage (2011), la Loire-Atlantique est, malgré le découpage régional officiel, associé à l'image de la Bretagne pour 3 % des Français, à égalité avec l' Ille-et-Vilaine [11]. En 2014, dans la communce de St Viaud a été organisée une votation sur la question du rattachement à la Bretagne. Avec une participation de 20% des inscrits sur les listes, 76% de la population a voté "oui" [12].

Other Languages
Afrikaans: Loire-Atlantique
aragonés: Loira Atlantica
azərbaycanca: Luar-Atlantik
беларуская: Луара Атлантычная
беларуская (тарашкевіца)‎: Атлянтычная Люара
български: Лоар Атлантик
brezhoneg: Liger-Atlantel
čeština: Loire-Atlantique
Esperanto: Loire-Atlantique
Gàidhlig: Liger-Atlantel
客家語/Hak-kâ-ngî: Loire-Atlantique-sén
Bahasa Indonesia: Loire-Atlantique
italiano: Loira Atlantica
Taqbaylit: Loire-Atlantique
lietuvių: Atlanto Luara
Bahasa Melayu: Loire-Atlantique
Plattdüütsch: Loire-Atlantique
Nederlands: Loire-Atlantique
norsk nynorsk: Loire-Atlantique
norsk bokmål: Loire-Atlantique
Kapampangan: Loire-Atlantique
português: Loire-Atlantique
sámegiella: Loire-Atlantique
srpskohrvatski / српскохрватски: Loire-Atlantique
Simple English: Loire-Atlantique
slovenčina: Loire-Atlantique
slovenščina: Loire-Atlantique
српски / srpski: Атлантска Лоара
Kiswahili: Loire-Atlantique
українська: Атлантична Луара
Tiếng Việt: Loire-Atlantique
Bân-lâm-gú: Loire-Atlantique