Livres sibyllins

Ne doit pas être confondu avec Oracles sibyllins.

Les livres sibyllins sont un recueil d'oracles conservé à Rome dans l'Antiquité. Selon une tradition ancienne[1], ils furent achetés à une sibylle par le roi Tarquin le Superbe.

Les livres sibyllins ne sont consultés qu'à la suite d'un prodige (ou présage) grave. Il s'agit de savoir quel dieu apaiser et par quels rites. Ils furent d’abord confiés à un collège de deux prêtres, nombre qui s’accrut par la suite pour atteindre quinze membres sous l’Empire, qu'on appela alors les quindecemviri sacris faciundis. La réponse était d'abord lue au Sénat, qui statuait ensuite sur l'opportunité de sa publication[2].

Pendant la guerre sociale (entre 91 et 89 av. J.-C.), un incendie au Capitole détruisit les exemplaires des livres sibyllins. Pour les reconstituer, on fit rechercher les prophéties de la Sibylle enregistrées à Samos, à Ilion, à Érythrée, dans les colonies grecques d’Italie, en Afrique et en Sicile. Les prêtres firent ensuite un tri pour ne retenir que celles qui leur paraissaient véritables[3].

À la fin de l’Empire romain d'Occident, probablement lors des mesures antipaïennes promulguées par Honorius à partir de 404, les chrétiens s’emparèrent des livres sibyllins et les brûlèrent[4]. Rutilius Namatianus, préfet de Rome en 417, dénonce Stilicon comme l’instigateur de cette action sacrilège[5].

Other Languages
беларуская: Кнігі Сівіл
български: Сибилски книги
Esperanto: Libroj sibilaj
interlingua: Libros sibyllin
Bahasa Indonesia: Kitab-Kitab Sibilin
italiano: Libri sibillini
Nederlands: Sibillijnse boeken
português: Livros Sibilinos
русский: Книги Сивилл
srpskohrvatski / српскохрватски: Sibilske knjige
Simple English: Sibylline Books
српски / srpski: Сибилске књиге
українська: Сивілині книги