Lionnel Luca

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luca.
Lionnel Luca
Fonctions
Député de la 6e circonscription
des Alpes-Maritimes

(20 ans et 8 jours)
Élection 1er juin 1997
Réélection 16 juin 2002
17 juin 2007
10 juin 2012
Groupe politique UMP puis LR
Prédécesseur Suzanne Sauvaigo
Successeur Laurence Trastour-Isnart
Maire de Villeneuve-Loubet
En fonction depuis le
(3 ans, 4 mois et 19 jours
Élection 30 mars 2014
Prédécesseur Richard Camou

(5 ans, 8 mois et 27 jours)
Prédécesseur Max Chaminadas
Successeur Richard Camou
Conseiller général des Alpes-Maritimes
élu dans le canton de Cagnes-sur-Mer-Ouest

(25 ans, 5 mois et 20 jours)
Prédécesseur Suzanne Sauvaigo
Successeur Françoise Revest
Conseiller régional de PACA

(5 ans, 3 mois et 7 jours)
Élection 22 mars 1992
Président Jean-Claude Gaudin
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt ( Seine)
Nationalité Française
Parti politique RPR ( 1997- 1999)
RPFIE (1999-2002)
UMP (2002-2015)
Les Républicains (depuis 2015)
Diplômé de Université de Nice
Profession Professeur d'histoire-géographie

Lionnel Luca, né le à Boulogne-Billancourt ( Seine), est un homme politique français.

Il est député Les Républicains de la sixième circonscription des Alpes-Maritimes et est l'une des principales figures de la Droite populaire.

Biographie

Jeunesse

Lionnel Luca naît à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) de parents ouvriers. Son père, roumain, né en 1925, avait passé une partie de son enfance en France dans les années 1930 puis était revenu en Roumanie avec ses parents en 1940 lors de l'établissement de l'« État national légionnaire» au début la Seconde Guerre mondiale. Lorsque le maréchal Antonescu renverse l'«État national légionnaire », son grand-père et son père sont internés jusqu'à ce que le le roi Michel renverse Antonescu alors que l' Armée rouge envahit le pays [1]. Son père revient alors en France, s'engage dans la Légion étrangère en 1946, et sert en Indochine. Naturalisé en 1958, il devient partisan du général De Gaulle [2].

Lionnel Luca obtient sa licence, sa maîtrise puis son DEA d'histoire à l' université de Nice, avec un mémoire intitulé « Le gaullisme dans les Alpes-Maritimes entre 1958 et 1974 », réalisé sous la direction de Ralph Schor. Il devient ensuite professeur d'histoire-géographie et exerce durant 20 ans dans les lycées privés Don-Bosco et Saint-Vincent-de-Paul à Nice.

Premiers mandats : du RPR au RPFIE

Il adhère au RPR en 1976.

Il est élu adjoint au maire de Saint-Laurent du Var en 1983, puis de Villeneuve-Loubet en 1989 et devient maire (RPR) de cette ville en 1995 en étant élu dès le premier tour avec 62 % des voix.

En 1988, il est élu conseiller général du canton de Cagnes-sur-Mer-Ouest, fonctions auxquelles il est réélu en 1994 (RPR), 2001 (RPFIE) et 2008 (UMP). Il assure également la vice-présidence du conseil général des Alpes-Maritimes depuis le 16 juin 2002.

En 1992, il est élu au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

En 1997, il est élu député en se présentant sans l'investiture de son parti contre la députée sortante du même camp, Suzanne Sauvaigo [2].

En 1999, il démissionne du RPR et il est l'un des premiers adhérents du Rassemblement pour la France et l'indépendance de l'Europe, le mouvement lancé par Charles Pasqua et Philippe de Villiers. Il prend la direction du parti dans le département des Alpes-Maritimes et se lance à l'assaut de la mairie de Cannes lors des municipales de 2001 contre le candidat du RPR, Bernard Brochand, ce dernier étant finalement élu.

du RPFIE aux Républicains : députation et mandat de maire

Lionnel Luca rejoint ensuite l'UMP. Il est réélu député le , pour la XIIe législature ( 2002- 2007), dans la sixième circonscription des Alpes-Maritimes. Il est réélu une nouvelle fois le , au premier tour, avec 63,94 % des voix et en juin 2012 dans la nouvelle 6e circonscription des Alpes-maritimes dès le premier tour avec 51,4 % des voix.

Depuis 2002, il est le président du groupe d'études sur le problème du Tibet de l' Assemblée nationale [3]. Il siège depuis 2002 au groupe UMP. À partir de , il fait partie, avec une trentaine d'autres députés UMP, du « collectif de la droite populaire », qui souhaite peser sur le gouvernement afin de défendre les « valeurs qui font la France », prônant une plus grande fermeté sur les questions de sécurité et d'immigration [4]. Par ailleurs, pour la XIVe législature, il se rattache financièrement à Debout la République [5], expliquant qu'il « partage beaucoup de positions gaullistes de Nicolas Dupont-Aignan sur l'Europe », qu'il veut aider DLR à « boucler son budget », et qu'il désire aussi lancer un « avertissement » à l'UMP [6].

Le 26 janvier 2013, à l'occasion de sa cérémonie des vœux, il annonce sa candidature aux élections municipales de 2014 à Villeneuve-Loubet [7]. Il indique qu'en cas d'interdiction du cumul des mandats de maire et de député, il « assumera pleinement l'honneur d'être le maire de cette commune » [7]. Le 23 mars 2014, sa liste est élue avec 61,35 % des voix dès le 1er tour et le 30 mars 2014, lors du conseil municipal d'installation, il est élu maire de celle-ci [8].

En 2014, le bureau de l'assemblée nationale refuse la levée de son immunité parlementaire dans une affaire d’heures supplémentaires supposées indues dans sa commune, à la fin des années 90 [9], [10].

Il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016 [11]. Il annonce vouloir voter blanc au second tour de l'élection présidentielle de 2017 [12]. Il ne se présente pas aux élections législatives de juin suivant.

Other Languages
English: Lionnel Luca