Lewis Fry Richardson

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richardson.
Lewis Fry Richardson
Description de cette image, également commentée ci-après
Le météorologiste Fry-Richardson
Naissance[1]
Newcastle-upon-Tyne (Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Décès (à 71 ans)
à Argyll (Drapeau de l'Écosse Écosse)
NationalitéDrapeau de Grande-Bretagne Britannique
DomainesÉquations différentielles ordinaires (Systèmes dynamiques, Méthode des différences finies)
InstitutionsMet Office
DiplômeKing's College (Cambridge) (1906)
Directeur de thèseJoseph John Thomson
Renommé pourThéorie du chaos, invariance d'échelle

Lewis Fry Richardson (1881-1953) est un mathématicien, météorologiste et psychologue britannique. Au cours des années 1916-1918, il imagina de prévoir le temps à partir des équations primitives atmosphériques, les lois de la mécanique des fluides qui régissent les mouvements de l'air.

Enfance

Richardson est né en 1881 à Newcastle-upon-Tyne — un port industriel du nord de l'Angleterre — dans une famille de quakers. On l'envoya à l'école de Bootham, ayant cette affiliation, comme pensionnaire, et il y développa son goût pour la science et l'histoire naturelle. À 19 ans, il entra au King's College (Cambridge) où il obtint une licence ès sciences physiques. Il eut comme directeur Joseph John Thomson, Prix Nobel de physique, pour sa spécialisation en physique et mathématique.

Il entra au National Physical Laboratory après ses études et enseigna au University College d'Aberystwyth (Pays de Galles)[1]. Il travailla également pour l'industrie et enseigna plus tard au Manchester College of Technology. Durant les dix premières années après ses études, il développa des techniques mathématiques pour approximer la résolution analytique des équations différentielles complexes[1]. Il les appliqua au problème de la résolution des équations de la physique de l'atmosphère en espérant en tirer une méthode pratique.

En 1913, Richardson déménagea au Eskdalemuir Observatory en Écosse et devint directeur de l'observatoire de météorologie et de relevés magnétiques, une branche du Met Office. Il y continua ses recherches sur la prédiction du temps. En 1916[1], en tant que quaker, opposé à prendre les armes, il s'engage dans le corps des ambulanciers en France (Friends' Ambulance Unit). Il profita alors de ses temps libres pour parfaire ses idées et les écrivit dans un manuscrit qu'il faillit perdre.

De retour en Angleterre en 1919[1], Richardson retourna au Met’ Office à une station expérimentale près d’Oxford où il travailla sur la turbulence de l'air. Ceci l’amena à développer un critère pour qualifier la turbulence qu'on nomme le nombre de Richardson. Quand le Met’Office fut placé sous la direction du Ministère de l'Air, Richardson remit sa démission en raison de ses convictions quakers et se joignit au Westminster Training College comme directeur du département de physique.