Les Musulmans fumants

Les Musulmans fumants est un collectif d'artistes emblématique de l' art urbain parisien [1], parfois assimilé à la Figuration libre. Leur nom emprunte à celui d'un gang dans le roman Il pleut des coups durs de Chester Himes. Le groupe est actif de 1980 à 1990.

Le groupe a été fondé à la fin de l'été 1980 à Formentera, par César Maurel, Tristam et Philippe Waty. Francky Boy les rejoint peu après leur retour à Paris [2]. En 1981 a lieu leur première exposition, à Paris, avec en guest star, Hervé Di Rosa et Robert Combas. L'année suivante, le collectif expose dans le cadre de l’International Contemporary Art Fair, au Riverside Studio de Londres. Fabrice Langlade et Dominique Gangloff intègrent le groupe. En 1983, ils organisent une exposition pirate à la FIAC. En 1984, ils réalisent le logo de la boîte de nuit parisienne Le Palace. Jusqu'en 1990, ils exposent en France et en Europe et réalisent des fresques (maison de Coluche en 1984 [3], boîte de nuit The Limelight à Londres en 1987...) [4]

À la suite de plaintes de musulmans à SOS Racisme en 1989, le groupe est officiellement dissous en 1990, tout en précisant que le nom du groupe ne voulait pas porter atteinte aux musulmans, et qu'il n'évoquait pas, par exemple, des fumeurs de drogues. Le nom du groupe voulait être une évocation exotique, ou de l'Orient, et inviter à rêver, une évocation plutôt romantique et poétique [[réf. souhaitée].

"La dissolution du groupe a été décidé par ses membres en 1987 à l'issue de l'inauguration de l'exposition à l'Espace Kiron. Un groupe d'étudiants iraniens ayant provoqué des incidents pendant le vernissage. Les membres du groupe ont décidé, à l'unanimité de poursuivre leurs carrière individuellement et en aucun cas leur amitié n'a été remise en cause." César Maurel

Philippe Waty est décédé en février 2012, en Thaïlande, peu après la rétrospective à la galerie Intuiti.

Membres

  • Francky Boy (François Sévéhon), né en 1954, qui a, entre autres, signé la pochette de l'album emblématique du groupe Téléphone, Un autre monde
  • Tristam Dequatremare, né en 1958, par ailleurs interprète de la chanson Je suis de bonne humeur ce matin en 1988 [5][1]
  • Philippe Waty (1956-2012), dont le surnom, La Wat, aurait inspiré à Pierre Grillet le tube C’est la ouate, interprété par Caroline Loeb [3]
  • Dominique Gangloff (19??-1983 [6])
  • Fabrice Langlade
  • César Maurel Né à Paris en 1959. Il réside au Costa Rica depuis 1981 mais a continué ponctuellement à participer aux activités du groupe. Il a poursuivi une carrière comme poète en langue espagnole et comme comédien au cinéma.
Other Languages