Lanterne magique

Une lanterne magique
Le Vieux Style, caricature dans Le Bon Genre, 1801.
Plaque de lanterne magique

La lanterne magique est l'ancêtre des appareils de projection et particulièrement du projecteur de diapositives. Inventée au e siècle par le père Athanase Kircher en Allemagne et par le père De Châle en France [1], elle permet de projeter des images peintes sur des plaques de verres à travers un objectif, via la lumière d'une chandelle ou d'une lampe à huile. Tout d'abord baptisée « lanterne de peur » par son inventeur, elle est après plusieurs appellations successives, renommée « lanterne magique » par le jésuite Francesco Eschinardi en raison de la fascination que ses images exercent sur le public [2].

Histoire

Sa date de création est estimée à 1659. D'abord appelée « lanterne de peur » puis « lanterne mégalographique » et « lanterne thaumaturgique », elle reçoit aussi le nom de « cassette des illusions » avant d'être désignée par son nom actuel en 1668 [2]. Son invention doit beaucoup à la fascination de son auteur pour les figures morbides de la Danse macabre. Alors qu'il en peint des représentations de grandes dimensions sur les murs de son jardin en 1646, cette invention lui permet pour sa première projection d'utiliser des dessins de petite taille, afin de représenter un squelette évoquant l'œuvre d' Hans Holbein le Jeune. Ce squelette animé grâce à la présence deux plaques de verre, dodeline, agite ses bras et ses jambes et semble inviter le spectateur à le suivre [3].

Other Languages
čeština: Laterna magica
English: Magic lantern
Esperanto: Magia lanterno
suomi: Taikalyhty
עברית: פנס קסם
Bahasa Indonesia: Lentera ajaib
italiano: Lanterna magica
日本語: 幻灯機
한국어: 환등기
Lëtzebuergesch: Laterna magica
Nederlands: Toverlantaarn
norsk nynorsk: Laterna magica
português: Lanterna mágica
Türkçe: Büyülü fener
українська: Чарівний ліхтар