Langue agglutinante

La forme ou le fond de cet article sur les langues est à vérifier. (décembre 2012)

, ou discuter des points à vérifier. Si vous venez d'apposer le bandeau, merci d'indiquer ici les points à vérifier.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section «  Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Une langue agglutinante est, en typologie morphologique, une langue dont les traits grammaticaux sont marqués par l'assemblage d'éléments basiques ou morphèmes, chaque morphème correspondant à un trait et chaque trait étant noté par un morphème (dont la forme est quasiment invariable).

Les langues agglutinantes forment un sous-groupe des langues flexionnelles. Le terme de langue agglutinante a été créé en 1836 par le linguiste allemand Wilhelm von Humboldt. Il est formé à partir du verbe latin agglutinare, signifiant « coller ensemble ». L'autre groupe des langues flexionnelles est celui des langues synthétiques.

Parmi les langues agglutinantes sont les langues dravidiennes ( tamoul), les langues altaïques ( turc, mongol), les langues ouraliennes ( estonien, finnois, hongrois), le coréen, le japonais, le basque, le nahuatl, le géorgien, l' abkhaze, le swahili, le somali [réf. nécessaire], le zoulou, le quechua, l' aymara [1]. L' arménien est la seule langue indo-européenne agglutinante [2].

L' inuit est aussi une langue agglutinante mais appartient à un type de langue agglutinante particulier : les langues polysynthétiques. L' espéranto, comme certaines langues construites à visée internationale, possède également des mécanismes d'agglutination, bien que très sommaires.

Certaines langues de fiction, comme le klingon et le novlangue, sont fondées sur une syntaxe agglutinante

Exemples

  • En finnois, la forme taloissani (dans mes maisons) se décompose en : talo « maison » + i marque du pluriel + ssa marque de l' inessif (« dans ») + ni suffixe indiquant un possesseur de première personne du singulier (« mon, ma, mes »).
  • En basque, la forme etxeetan (Dans les maisons) se décompose en : etxe « maison » + -ee- marque du pluriel + -tan marque de l' inessif « dans ». Aussi, izokiaren (izoki saumon + -ren marque du génitif - Du saumon), hegazkinerantz (hegazkin avion + -erantz marque de l' adlatif- vers l'avion), Kursaaletik (Kursaal lieu + -etik marque de l' ablatif- du/depuis le Kursaal).
  • En arabe tunisien, la forme fi diari (dans mes maisons), se décompose en: fi signifiant « dans » et diar « les maisons » + i sufixe indiquant un possesseur de première personne du singulier (« mon, ma, mes »).
  • En tamoul, la forme வீடுகளில், soit en transcription "vīṭukaḷil" (Dans les maisons) se décompose en vīṭu " maison" + kaḷ marque du pluriel + il marque du lieu "dans".
  • Le hongrois obéit aux mêmes principes [3] : ház (« la maison ») → házam (« ma maison ») → házaim (« mes maisons ») → házaimban (« dans mes maisons »). Cependant, le pluriel formé à l'aide de la marque i n'est utilisé que pour la possession. À part celle-ci, il est toujours marqué par un k, que ce soit sur les noms comme dans házházak (« les maisons ») → házakban (« dans les maisons »), ou sur les verbes comme dans látja (« il/ elle le voit ») → látják (« ils/ elles le voient ») [4].
  • En turc, la construction est très similaire : à partir de ev (maison) on forme : evler (les maisons), evlerim (mes maisons), puis evlerimde (dans mes maisons) ou encore evlerimdekiler (ceux qui sont dans mes maisons).
  • En japonais, l'agglutination se déroule de manière semblable mais reste très marquée dans la langue moderne par un phénomène de contraction des formes agglutinées entre elles. Ainsi la phrase 「 寒くなかったでしょうね。」, soit en transcription Hepburn modifiée : « samukunakatta deshō ne » (« Il ne faisait pas si froid que ça, n'est-ce pas ? ») se décompose ainsi : samuku + naku + ari + tari + deshô + ne. Soit, plus précisément : samuku (adjectif signifiant « froid » à la forme suspensive) + naku (adjectif de négation à la forme suspensive) + ari (verbe topo-ontologique « être/avoir/il y a » à la forme suspensive, utilisé ici comme auxiliaire adjectival permettant une suffixation temporelle) + tari (marque du passé dit « explicatif », par opposition au passé narratif) + deshō (copule marquée d'une sorte de conditionnel adoucissant) + ne (particule postpositionnelle interrogative qui implique généralement l'attente d'une réponse ou d'une réaction de la part de la personne interrogée, la plupart du temps une simple approbation). On passe donc de : samuku + naku + ari + tari + deshô + ne à : samuku + nak(u) + a(ri) + tta(ri) + deshô + ne autrement dit : samuku + nak + a + tta + deshô + ne ou encore : samuku + nakatta + deshô + ne, ainsi qu'on le présente généralement dans les grammaires modernes simplifiées pour Occidentaux.
  • L' espéranto, de par la régularité de ses désinences (-j- au pluriel et -n à l'accusatif des noms et adjectifs), peut être classé comme agglutinant. Néanmoins, cette agglutinance est très limitée, et l'espéranto ne possède pas d'équivalent aux exemples ci-dessus. Il s'agit en quelque sorte de la régularité presque parfaite d'une langue inspirée des langues flexionnelles.
  • L' arménien, qui bien que langue flexionnelle, peut présenter le caractère agglutinant dans certaines constructions. Ainsi, la forme flexionnelle im tneri medj (Dans mes maisons) se décompose de im (« mes ») + tneri (« maisons » au génitif) + medj (« dans »). Mais l'on retrouve bien une agglutination dans la version tnerums, qui assemble tner (« maisons ») + um (suffixe voulant dire « dans ») + s indiquant un possesseur de première personne. Une forme mixte existe également, à savoir im tnerum, où l'on retrouve im pour la première personne du singulier et le um à la fin de tnerum. Cependant, l'agglutination est plus usitée dans les formes familiales et dialectiques de l'arménien.
  • Le géorgien présente également une importante capacité à agglutiner de nombreux éléments en plus des désinences flexionnelles. Ainsi dans c'est dans les maisons se dira ეს სახლებშია (es sakhlchebchia), c'est-à-dire ეს ("es" = ce) + სახლ- ("sakhl" radical de სახლი "sakhli" = "maison") + -ებ- ("eb" = suffixe du pluriel) + le suffixe -ში- ("chi" = postposition signifiant dans) + le suffixe -ა ("a" forme courte suffixée de არის "aris" signifiant "est"). Le système verbal extrêmement complexe du géorgien peut réserver également bien des surprises. À titre d'exemple, sans rentrer dans les détails de formation, დავახატვინებ (davakhat'vineb) signifie "je le lui ferai peindre" ou bien დაქალდაო (dakaldao) signifie "elle est devenue une femme, disaient-ils".

Nota bene : une langue agglutinante est une langue dont la flexion est agglutinante (la déclinaison ou/et la conjugaison), mais ce caractère ne doit pas être confondu avec une grande capacité à créer des mots composés. Ainsi, l' allemand, malgré une forte capacité de composition (Donaudampfschiffahrtsgesellschaft = Société de navigation à vapeur du Danube), ne fait pas partie des langues agglutinantes. Le principe de la composition (nominale, verbale ou autre) se trouve dans un grand nombre de langues qui peuvent avoir un fonctionnement grammatical global très différent.

Other Languages
azərbaycanca: Aqqlütinativ dillər
беларуская (тарашкевіца)‎: Аглютынацыйныя мовы
brezhoneg: Yezh daspegel
Esperanto: Aglutina lingvo
עברית: לשון מדבק
Bahasa Indonesia: Bahasa aglutinatif
日本語: 膠着語
한국어: 교착어
norsk nynorsk: Agglutinerande språk
norsk bokmål: Agglutinerende språk
sicilianu: Agglutinazzioni
srpskohrvatski / српскохрватски: Aglutinativni jezici
Simple English: Agglutinative language
slovenščina: Aglutinacijski jezik
Türkçe: Eklemeli diller
中文: 黏着语