Lac de Paladru

Lac de Paladru
Le lac de Paladru en 2017.
Le lac de Paladru en 2017.
Administration
Pays Drapeau de la France  France
Département Isère
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 18″ nord, 5° 32′ 06″ est
Type naturel
Origine 12000
Superficie 3,9 km2
Longueur 5,3 km
Largeur 650 m
Altitude 492 m
Profondeur
 · Maximale
 · Moyenne
 
36 m
25 m
Volume 97 millions de m3
Hydrographie
Bassin versant 10 km2
Alimentation le Courbon du côté de Montferrat
le Chantabot (ou Surand) du côté de Le Pin
Émissaire(s) la Fure
Divers
Peuplement piscicole brochets, carpes, perches, tanches, ombles chevaliers, truites lacustres, corégones, gardons, ablettes, écrevisses
Peuplement avifaune hérons cendrés, grèbes, locustelles, rousserolles, bruants des roseaux, cincles plongeurs, becassines des marais, martins-pêcheurs, canards, sarcelles, macreuses, foulques, cygnes
Commentaire plages aux deux extrémités

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Lac de Paladru

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Lac de Paladru

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac de Paladru

Le lac de Paladru, surnommé le « lac bleu », par ses riverains, est un lac naturel des Préalpes françaises, situé administrativement dans le département de l' Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes et autrefois rattachée à l'ancienne province du Dauphiné.

D'une longueur légèrement supérieure à 5 km et d'une superficie de 3,9 km2, ce lac est partagé entre cinq communes et deux cantons et se présente aujourd'hui comme le cinquième lac naturel d'origine glaciaire de France, exception faite de la partie française du Léman.

C'est aussi un haut lieu archéologique français qui possède une grande variété de poissons et de nombreux espaces de sa zone lacustre sont classées en zones naturelles protégées [1]

Son bassin, situé à mi-chemin entre Grenoble et Lyon, dans un paysage de collines et de petites montagnes est gérée par une société privée : la Société du lac de Paladru qui a publié un règlement qui s'applique aux riverains et aux plaisanciers notamment dans l'usage des bateaux à moteurs et dans la pratique de la baignade autorisée que dans certains lieux [2].

Son étymologie, selon J. Tripier qui citerait lui-même Nicolas Chorier, homme de loi et historien dauphinois du XVIIe siècle, signifierait « Pelas Druon », soit littéralement « près des chênes », du fait de la présence en nombre de ces arbres sur ces rives. Cette thèse fut reprise dans l'ouvrage de Jean-Étienne Guettard, Mémoires sur la minéralogie du Dauphiné [3], [4].

Géographie

Carte du lac de Paladru et de ses communes environnantes

Situation

Le lac de Paladru est situé dans le département de l'Isère et plus précisément dans la région des collines miocènes du Bas-Dauphiné, appelées Terres froides, approximativement entre les villes de Voiron et La Tour-du-Pin. Il s'étend selon une orientation nord est-sud -ouest sur 5 300 m, pour une largeur de 650 m. Il a une profondeur moyenne de 25 m, avec un maxima de 36 m. Le volume d'eau qu'il contient est de 97 millions de m3. Il est situé à 492 m d'altitude. Cinq communes se partagent le littoral. Ce sont, dans le sens des aiguilles d'une montre: Charavines, située à la pointe sud, Le Pin, située à l'ouest, Paladru, village, situé à la ponte nord et à qui il doit son nom du fait que la commune possède la plus grande part du plan d'eau, Montferrat et Bilieu à l'est. Les plages se situent aux deux extrémités ; les rives latérales ont une forte déclivité. Le bassin du lac est un facteur d'unité et donne une image d'authentique « pays » au sens géographique du terme.

Depuis le 1er janvier 2017, les deux communes riveraines du Pin et de Paladru ont fusionné dans une commune nouvelle, sous le nom de villages du Lac de Paladru, dépassant ainsi en population totale, celle de Charavines, commune auparavant la plus peuplée du bassin.

Géologie

Le lac est le produit du surcreusement par le glacier du Rhône sur un dépôt Miocène à dominance calcaire du Bas-Dauphiné. Lors du retrait au moment du réchauffement würmien, il y a 12 000 ans, le barrage morainique du Guillermet a formé le lac. Cette origine est perceptible par la présence, au sommet des collines environnantes, de blocs erratiques, arrachés aux sommets des Alpes et abandonnés à des altitudes de 800 m lors du retrait du glacier. Un témoin impressionnant appelé pierre Beau Soleil ou pierre de Libre Soleil (6 m de long sur 4,50 m de large et haut de 2 m) est visible au-dessus de Bilieu [Note 1]. Il faut noter la forme d'auge caractéristique des deux vallées contiguës au lac de Paladru, la vallée de la Bourbre et la vallée d' Ainan qui démontre l'origine commune des Trois-Vals. Les langues glaciaires du Rhône y rencontraient celles du glacier de l'Isère au débouché de la cluse de Voreppe et ont conduit à la constitution de bourrelets morainiques et de plusieurs seuils dont celui de Charavines (au lieu-dit Le Guillermet).

Au musée du château d'Annecy, dans la salle aménagé par l' Observatoire régional des lacs alpins, le lac de Paladru est présenté comme un des cinq grands lacs d'origine glaciaire avec le Léman, le lac d'Annecy, le lac du Bourget et le lac d'Aiguebelette [5], tous issus du grand glacier würmien qui reposait sur l'ensemble des massifs alpins et jurassiens. Cependant, géographiquement, ce lac qui reste le plus petit, en volume et en superficie de cet ensemble, est situé hors du massif alpin et même hors des préalpes, le massif de la Chartreuse, étant situé plus à l'est, ce qui n'empêche pas le lac de Paladru d'être le lac du groupe le plus élevé en altitude.

Hydrographie

Vue sur le lac depuis le versant occidental.
Vue sur le lac et le village du Pin depuis le versant occidental
  • L'alimentation du lac

Son alimentation se fait par deux ruisseaux : le Courbon du côté de Montferrat et le Chantabot (ou Surand) du côté de Le Pin, émissaire de l'étang du Vivier. Un apport par des sources sous-lacustres est attesté par l'importante différence entre la somme des débits entrants et le débit sortant.

  • La source de la Fure

Le lac de Paladru donne naissance à la Fure dont le nom évoque la violence du torrent primitif. La Fure se jette après un parcours d'une vingtaine de kilomètres dans l' Isère à Tullins, après avoir traversé Rives, ville renommée au Moyen Âge pour la qualité de ses épées. Le vallon de la Fure a connu du XVIIIe au début du XXe siècle un destin industriel prospère (aciéries, papeteries). Une prise en surface et un éclusage furent aménagés en 1869 pour réguler le cours de la Fure en saison sèche et permettre l'exploitation de toutes ces usines.

Climat

Le tour du lac présente un climat tempéré frais à tendance continentale. L'orientation nord-sud et l'altitude relativement élevée font que la moyenne thermique annuelle se situe autour de 10 °C avec une amplitude d'une vingtaine de degré. La pluviométrie est irrégulière avec des maximums en juin et octobre à la faveur des remontées des masses d'air humide de la Méditerranée. Le mois de janvier est le plus froid, avec des gels fréquents [Note 2]. En revanche le début de l'automne est particulièrement doux.

Other Languages
Esperanto: Lac de Paladru
norsk nynorsk: Lac de Paladru
português: Lago de Paladru