La Libre Parole

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parole (homonymie).
Icône de paronymieCet article possède un paronyme ; voir : Liberté d'expression.
La Libre Parole
image illustrative de l’article La Libre Parole
Édouard Drumont et la Libre Parole, numéro sur la condamnation d'Alfred Dreyfus, 10 septembre 1899.

PaysDrapeau de la France France
LangueFrançais
Périodicitéquotidien
GenrePolitique
Date de fondationavril 1892
Date du dernier numérojuin 1924

PropriétaireÉdouard Drumont
ISSN1256-0294
Édouard Drumont, portrait photo, vers 1880 (sources BNF).

La Libre Parole est un journal politique français lancé à Paris le par le journaliste et polémiste Édouard Drumont et disparu en juin 1924.

Par la suite, un certain nombre de périodiques tentèrent de reprendre l'esprit du titre.

Histoire

Article détaillé : Édouard Drumont.

Se revendiquant de thèses proches du socialisme, mais en réalité faisant montre de populisme ancré dans une recherche d'un ennemi imaginaire[1],[2], La Libre Parole se fait surtout connaître par la dénonciation de différents scandales dont, le 6 septembre 1892, le scandale de Panama qui doit son nom à la publication d'un dossier dans le journal.

Le siège se situe au 14 boulevard Montmartre (Paris) et le prix de vente est de 5 centimes. Un sous-titre apparaît en Une, « La France aux Français ».

Drumont lance en juillet 1893 un hebdomadaire, en plus de son quotidien, La Libre Parole illustrée : ce n'est pas le premier supplément, puisqu'en janvier 1893 était sorti le premier Almanach de La Libre Parole[3].

En octobre 1894, débute l'affaire Dreyfus. La Libre Parole connaît alors un succès considérable, le journal étant le premier à révéler l'arrestation de Dreyfus sans toutefois le nommer. Il sera un des principaux supports des antidreyfusards.

Parallèlement, La Libre Parole prône un anticapitalisme virulent en raison du lien établi par Drumont et ses collaborateurs entre juif et capital. Le journal s'intéresse aussi aux massacres d'Arméniens qui ont lieu en Turquie[4]. De son côté, La Libre Parole illustrée publie alors de nombreuses caricatures antisémites puis cesse de paraître en 1897[5].

Drumont quitte la direction du journal vers 1898 alors qu'il fait son entrée en politique (élection comme député d'Alger jusqu'en 1902). Vers 1908, désireux de céder La Libre Parole à Léon Daudet, Drumont tente de fusionner le journal avec L'Action française, mais le projet échoue.

À partir de 1910, le journal est dirigé par des catholiques ultra-conservateurs et ne connaîtra plus le succès que lui avait assuré le style pamphlétaire et belliqueux de Drumont. Parmi ses rédacteurs en chef, on compte Gaston Méry[6]. En janvier 1919, il publie une déclaration du marquis de l'Estourbeillon en faveur de l'enseignement du breton à l'école.

Other Languages
български: Либр парол
español: La Libre Parole
italiano: La Libre Parole