Lü Bu

Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Portrait de Lü Bu, archer. D'après une édition de l'Histoire des Trois Royaumes de la dynastie Qing.
Noms
Chinois traditionnel (simplifié) : 呂布
Sinogramme simplifié: 吕布
Pinyin: Lǚ Bù
EFEO : Lu Pou
Prénom social : Fengxian (奉先)
Nom japonais : Ryofu Hōsen
Nom coréen : Yeopo Bongseon (여포 봉선)
Nom vietnamien: Lã Bố Phụng Tiên
Surnoms
Le général volant (飛將, fēi jiāng)
Titres et charges honorifiques
  • Maître des registres (主簿, zhǔ bù)
    Nommé par Ding Yuan, date inconnue.
  • Colonel de la cavalerie (騎都尉, qí dūwèi)
    Nommé par Dong Zhuo en 189.
  • Général de corps d'armée impérial (中郎將, zhōng láng jiāng)
    Nommé par Dong Zhuo, date inconnue (entre 189 et 192).
  • Marquis de Douting (都亭侯, Dōutíng hóu)
    Nommé par Dong Zhuo, date inconnue (entre 189 et 192).
  • Général qui provoque le prestige (奮威將軍, fèn wēi jiāngjūn)
    Nommé par Wang Yun vers juin 192.
  • Marquis de Wen (温侯, Wēn hóu)
    Nommé par Wang Yun vers juin 192.
  • Gouverneur de Xu (徐州刺史, Xúzhōu cìshǐ)
    Autoproclamé en 196, mais jamais officialisé.
  • Général de la gauche (左將軍, zuǒ jiāngjūn)
    Nommé par Cao Cao, date inconnue (entre 196 et 198).

Lü Bu (153/156 - 198/7 février 199) ou Lu Pou (chinois traditionnel : 呂布, simplifié : 吕布, pinyin : Lǚ Bù), de son prénom social Fengxian (奉先, Fèngxiān) était un général puis un petit seigneur de guerre de l’époque de la fin de la dynastie Han.

Lü Bu est principalement connu pour avoir trahi et tué ses deux pères adoptifs, Ding Yuan en 189 et le tyran Dong Zhuo en 192. Après avoir trahi le gouverneur Liu Bei par deux fois en 196 et 198 et pris possession de la province de Xu, il fut capturé par le seigneur de guerre Cao Cao. Ce dernier pensa un moment le garder à son service, mais après avoir considéré ses multiples trahisons, préféra l'exécuter par strangulation en 199.

Son personnage fut popularisé au XIVe siècle par le roman Histoire des Trois Royaumes de Luo Guanzhong. Il y est présenté comme un guerrier invincible, maître de la hallebarde et de l’arc, chevauchant le cheval Lièvre Rouge capable de parcourir mille li en une journée. Selon un proverbe de l'époque[1] : « Parmi les hommes il y a Lü Bu, parmi les chevaux, il y a Lièvre Rouge. »

Cependant, il y est également dépeint comme une personne arrogante, fourbe et aisée à manipuler.

Il a une fille du nom de Lu Lingqi. Sa concubine préférée était Diaochan.

Lü Bu est connu au Japon sous le nom de Ryofu Hōsen, en Corée sous celui de Yeopo Bongseon (여포 봉선) et au Viêt Nam sous celui de Lã Bố Phụng Tiên.

Biographie

Service sous Ding Yuan et Dong Zhuo

Selon le Livre des Han postérieurs[2] et les Chroniques des Trois Royaumes[3], Lü Bu naît dans le district de Wuyuan dans le Jiuyuan (aujourd’hui Baotou dans le Shaanxi). Reconnu pour ses talents martiaux, il est recommandé pour servir la province de Bing (région aux alentours de l’actuelle Shanxi). Lorsque l’inspecteur de la province, Ding Yuan, est promu au rang de colonel de la cavalerie (騎都尉, qí dūwèi) et se poste en garnison à Henei (aujourd’hui Hanoï), il prend Lü Bu sous ses ordres et le nomme maître des registres (主簿, zhǔ bù).

En 189, à la mort de l'empereur Lingdi, et à la suite de la crise de succession, Ding Yuan se rend avec son armée à Luoyang, alors la capitale, et emmène Lü Bu avec lui. Il se range aux côtés du maréchal He Jin et complote contre les eunuques qui détiennent une partie du pouvoir. Cependant, la cabale est éventée et He Jin est assassiné, ce qui déclenche une purge des eunuques au palais impérial. Le général Dong Zhuo arrive à la capitale peu après avec sa propre armée et s'approprie les soldats de He Jin et He Miao, morts au cours de la purge. Désireux d'annexer également les troupes de Ding Yuan, il parvient à convaincre Lu Bu de tuer celui-ci pour lui, sachant que Ding Yuan lui portait une entière confiance. Lü Bu rapporte à Dong Zhuo la tête de Ding Yuan et reçoit en récompense le rang de colonel de la cavalerie. Dong Zhuo, qui lui voue une véritable affection, le prend comme fils adoptif. En 190, Dong Zhuo détrône Liu Bian, qui venait d'être proclamé empereur, pour introniser à sa place Liu Xe (l'empereur Xiandi). Lorsqu'une coalition se lève contre Dong Zhuo, ce dernier, après avoir pillé Luoyang, déplace la capitale à Chang'an (aujourd'hui Xi'an), se proclame Premier ministre et contrôle l'empire au travers de l'empereur.

Lü Bu se révèle être un cavalier et archer accompli, d'une grande force physique, et reçoit le surnom de « général volant » (飛將, fēi jiāng). Plus tard, il est promu au rang de général de corps d'armée impérial (中郎將, zhōng láng jiāng) et reçoit le titre de marquis de Douting (都亭侯, Dōutíng hóu).

Sachant qu'il s'était fait beaucoup d'ennemis et craignant de se faire assassiner, Dong Zhuo utilise Lü Bu comme garde du corps et le garde en permanence à ses côtés. Cependant, il se montre souvent irritable et laisse éclater sa colère sans penser aux conséquences. Un jour, Lü Bu commet une petite faute et Dong Zhuo, furieux, saisit une petite hallebarde et la jette contre lui. Lü Bu parvient à l'esquiver et à faire accepter ses excuses, mais après cet incident conçoit de la rancœur envers Dong Zhuo. Lü Bu, également chargé de la protection des appartements de Dong Zhuo, a une aventure avec une de ses servantes, Diaochan, et vit dans l'angoisse que Dong Zhuo la découvre.

En mai 192[4], Lü Bu se confie au ministre du Peuple Wang Yun, et le père de Diaochan. Ce dernier conspirait alors contre Dong Zhuo et propose à Lü Bu de rejoindre son complot. Initialement, Lü Bu refuse : « Dong Zhuo et moi sommes père et fils, comment pourrais-je agir ainsi ? », cependant Wang Yun rétorque : « Votre nom de famille est Lü. Vous n'êtes pas de la même chair ni du même sang que Dong Zhuo. Et maintenant vous craignez que celui-ci un jour ne vous tue. Comment peut-on parler de père et fils dans ces conditions ? » Convaincu, Lü Bu accepte de se rallier au complot de Wang Yun.

Le 22 mai[5], Lü Bu se rend aux portes du palais de Chang'an avec une dizaine d'hommes, dont le colonel de la cavalerie Li Su, pour accueillir Dong Zhuo. Li Su attaque Dong Zhuo, et celui-ci, alarmé, appelle Lü Bu à l'aide. Lü Bu dit simplement : « J'ai un ordre impérial » avant de le tuer. Le maître des registres Tian Jing se précipite auprès du corps de Dong Zhuo mais Lü Bu l'abat également. En récompense, Wang Yun le nomme « général qui provoque le prestige » (奮威將軍 fèn wēi jiāngjūn) et marquis de Wen (温侯, Wēn hóu) et la cérémonie qu'il reçoit en cet honneur est digne de celle des Trois ministres[6]. En outre, il reçoit la charge de s'occuper des affaires d'état avec le nouveau gouvernement.

Exil

Illustration du chapitre 5 d'une édition de l'Histoire des Trois Royaumes de la dynastie Qing : Lü Bu (à gauche), à cheval sur Eclair de feu, tenant tête aux trois frères jurés Liu Bei (portant deux épées), Guan Yu (portant un guandao) et Zhang Fei (portant une lance) au détroit de Hulao. Cette célèbre scène est purement fictive et ne figure dans aucune chronique historique.

En raison de l'assassinat de Dong Zhuo, Lü Bu s'attire l'animosité de nombreuses personnes dans la province de Liang, d'autant qu'aucun pardon impérial n'est prononcé pour les anciens subordonnés de Dong Zhuo. L'un d'eux, Li Jue, secondé par Guo Si, lance une attaque contre Chang’an. Selon la Chronique des héros[7], Lü Bu convainc Guo Si de l’affronter dans un duel singulier et parvient à le blesser d’un coup de lance.

Le 28 juin 192[8], Lu Bü est vaincu et fuit Chang’an à travers le détroit de Wu en compagnie de quelques centaines de cavaliers, tandis que Li Jue s’empare de l’empereur. Le 4 juillet, il fait exécuter Wang Yun et toute sa famille. Lü Bu se réfugie auprès du seigneur de guerre Yuan Shu. En tuant Dong Zhuo, qui était un ennemi de Yuan Shu, Lü Bu pensait avoir rendu à ce dernier un grand service. Mais Yuan Shu, révulsé par les multiples trahisons de Lü Bu au cours de sa carrière, refuse de le prendre à son service. En conséquence, Lü Bu se rend au nord et brigue un poste auprès de Yuan Shao, un puissant seigneur de guerre.

Yuan Shao décide de l’engager et l’envoie en expédition à Changshan contre le bandit Zhang Yan, qui mène alors une rébellion avec dix mille soldats et plusieurs milliers de cavaliers. Lü Bu part avec son cheval, Lièvre Rouge, ainsi que son conseiller Cheng Lian, et parvient à venir à bout de Zhang Yan. Cependant, ses troupes pillent la région, au grand mécontentement de Yuan Shao. Sentant l’animosité de Yuan Shao à son égard, Lü Bu demande à Yuan Shao la permission de le quitter. Yuan Shao, de peur que Lü Bu ne se retourne un jour contre lui, planifie son assassinat. Selon la Chronique des héros, après ses victoires, Lü Bu se montre arrogant envers les généraux de Yuan Shao, refuse d’obéir à leurs ordres, et réclame qu’on lui offre la ville de Luo. Yuan Shao fait mine de lui offrir un poste de colonel ainsi que trente soldats qui ont pour mission de l’assassiner. Cependant le complot s’ébruite et lorsque les soldats exécutent leurs ordres à la faveur de la nuit, ils ne poignardent que le lit et les draps.

Lü Bu s’enfuit à Henei et Yuan Shao ordonne à ses généraux de le poursuivre, mais ceux-ci craignent tellement Lü Bu qu’ils évitent de trop presser le pas.

Lors de sa fuite, Lü Bu fait la rencontre de Zhang Miao, le grand gouverneur de Chenliu, et avant son départ, tous deux se serrent la main pour faire un vœu solennel d’amitié. Cependant ce geste vaut à Zhang Miao de s’attirer les foudres de Yuan Shao, qui était en froid avec celui-ci depuis l’époque de la coalition contre Dong Zhuo. Zhang Miao craint également ne pas pouvoir compter sur la protection du seigneur de guerre Cao Cao malgré les liens d’amitié qui les unissent. C’est pourquoi en 194 (1re année de Xingping), Zhang Miao rejoint son frère Zhang Chao et le général Chen Gong dans une rébellion contre Cao Cao. Chen Gong recrute alors Lü Bu et lui offre le poste de protecteur de la province de Yan. Cao Cao, qui menait alors une campagne contre Tao Qian pour venger la mort de son père doit se retirer pour mater la rébellion. Il affronte Lü Bu à Puyang durant une centaine de jours sans parvenir à le vaincre. La famine force cependant Lü Bu à se replier à l’est de Shanyang. Sur les deux années suivantes, Cao Cao parvient à reprendre toutes les villes rebelles et inflige une défaite à Lü Bu à Juye. Lü Bu fuit vers l’est, pour se réfugier auprès de Liu Bei, le gouverneur de la province de Xu.

Occupation de Xiu

Lü Bu affrontant Liu Bei, Guan Yu et Zhang Fei.

Selon la Chronique des héros, Lü Bu se montre extrêmement respectueux envers Liu Bei. Il l’invite à sa tente, le laisse s’asseoir sur le lit de sa femme, oblige sa femme à lui présenter ses respects, lui prépare un festin, et le nomme « petit frère ». Cependant Liu Bei juge les paroles de Lü Bu creuses et fait mine d’accepter sans être convaincu.

Liu Bei prépare une expédition à l’est pour attaquer Yuan Shu, qui s’était proclamé empereur. Lü Bu, avec la complicité de Cao Bao, en profite pour trahir Liu Bei, capturer Xiapi et se proclamer gouverneur de Xu (徐州刺史, Xúzhōu cìshǐ). Yuan Shu envoie le général Ji Ling avec une armée de trente mille hommes pour attaquer Liu Bei et ce dernier doit se résoudre à demander de l’aide à Lü Bu. Les généraux de Lü Bu lui recommandent : « Mon général, vous avez toujours désiré tuer Liu Bei, vous pouvez laisser Yuan Shu s’en charger. » Mais Lü Bu répond : « Non, car si Yuan Shu défait Liu Bei, il pourra se coordiner avec ses généraux au nord, et je me retrouverai encerclé. Je n’ai pas d’autre choix que de sauver Liu Bei. » Il se rend auprès de Liu Bei avec mille soldats et deux cent cavaliers, et Ji Ling, apprenant que Lü Bu arrive, n’ose pas lancer l’assaut. Lü Bu invite Ji Ling à un festin en compagnie de Liu Bei, et au cours de celui-ci, lui dit : « Xuande [prénom social de Liu Bei] est un petit frère pour moi, et votre armée est en train d’encercler mon petit frère, c’est pourquoi je viens le sauver. Mais je n’apprécie pas de résoudre les problèmes par la violence, je préfère les résoudre par la discussion. » Lü Bu ordonne que l’on plante une hallebarde à l’entrée du camp, et annonce : « Messeigneurs, regardez-moi tirer une flèche sur la hampe de la hallebarde. Si ma flèche atteint sa cible, vous cesserez les hostilités. Dans le cas contraire, vous pouvez commencer l’affrontement. » Saisissant son arc il tire droit dans la hampe de la hallebarde, et autour de lui les généraux s’exclament : « Le général Lü Bu possède la puissance céleste. » Le banquet continue jusqu’au lendemain, puis les deux armées se séparent.

Yuan Shu tente alors de rallier Lü Bu à lui en envoyant un messager, Han Yin, pour proposer de marier le fils de Yuan Shu, Yuan Yao avec la fille de Lü Bu, Lu Lingqi. Ce dernier accepte le mariage et Yuan Shu demande que Lü Bu lui envoie sa fille. Cependant, Chen Gui, le gouverneur de Pei et ennemi politique de Yuan Shu craint cette union et tente de persuader Lü Bu de refuser ce mariage et de se rallier plutôt à Cao Cao. Lü Bu, qui gardait de la rancœur envers Yuan Shu lorsqu'autrefois celui-ci avait refusé de le garder à son service, se laisse convaincre, fait rappeler le chariot de sa fille qui était déjà en route, et fait décapiter Han Yin. Entre-temps, Cao Cao recommande Lü Bu au poste de général de la gauche (左將軍, zuǒ jiāngjūn). Lorsqu’il reçoit la nouvelle, Lü Bu est fou de joie et envoie Chen Deng, le fils de Chen Gui, à la capitale pour transmettre ses remerciements et briguer officiellement le poste de protecteur impérial de la province de Xu (徐州牧, Xúzhōu mù).

Lorsque Chen Deng fait la rencontre de Cao Cao, il lui dit que Lü Bu, quoique brave, n’a aucune tactique, qu’il est prompt à retourner sa veste, et qu’il serait judicieux de l’écarter de la scène politique le plus vite possible. Cao Cao dit alors : « Bu est tel le louveteau, plein d’ambitions sauvages. Il ne faut pas l’élever plus longtemps. » Il récompense Chen Gui et nomme Chen Deng grand gouverneur de Guangling en lui donnant comme instructions de recruter davantage d’hommes qui pourraient servir d’agent double.

Lorsque Chen Deng retourne auprès de Lü Bu et que celui-ci apprend que Cao Cao ne l'a pas fait nommer gouverneur de Xu, il est si furieux qu’il empoigne une hallebarde et en frappe une table. Il crie alors à Chen Deng : « Ton père m’avait conseillé de m’allier avec le seigneur Cao et d’abandonner la proposition de mariage de Gonglu [prénom social de Yuan Shu]. Te voilà de retour sans rien pour moi alors que ton père et toi semblez avoir grandement profité du voyage. Je suis certain que tu m’as trahi. Qu’as-tu dit de moi ? » Chen Deng reste calme durant l’éclat de fureur de Lü Bu et répond tranquillement : « Lorsque j’ai vu le seigneur Cao, je lui ai dit : “Traiter avec mon général [Lü Bu] est comme élever un tigre : il faut lui donner son content de viande car lorsqu’il a faim, il dévore les hommes.” Mais le Seigneur Cao m’a répondu : “Je ne suis pas d’accord. C’est plutôt comme élever un aigle : il ne sert que tant qu’il a faim car une fois qu’il a mangé, il s’envole au loin.” » Ces paroles calment alors la fureur de Lü Bu et dissipe ses soupçons.

Yuan Shu, furieux du comportement de Lü Bu, envoie le général Zhang Xun en compagnie de Han Xian et Yang Feng l'attaquer. Lü Bu dit à Chen Gui : « Yuan Shu m'a envoyé son armé parce que j'ai suivi tes conseils. Qu'allons-nous faire ? » Chen Gui répond : « Xian, Feng et Yu ont été envoyés ensemble, mais ceux-ci ne savent pas s'entendre lorsqu'il s'agit d'ériger des tactiques. Selon mon fils Deng, ils sont tels les poules qui ne peuvent toutes se percher sur la branche : il suffira de semer la discorde entre eux et leur armée se divisera. » Lü Bu envoie alors des messagers pour proposer à Han Xian et Yang Feng de trahir Yuan Shu et d'attaquer Zhang Xun en l'échange de tout l'équipement que leur avait confié Yuan Shu. Ceux-ci acceptent et infligent à Zhang Xun une importante défaite.

Chute

Portrait de Lü Bu, d'après une édition de l'Histoire des Trois Royaumes de la dynastie Qing.

En juin 198[9], Lü Bu trahit à nouveau Liu Bei et s'allie à Yuan Shu. Initialement, Cao Cao envoie le général Xiahou Dun pour venir en aide à Liu Bei, mais celui-ci est défait par Gao Shun. Cao Cao décide de mener personnellement une expédition pour venir à bout de Lü Bu, et, lorsqu'il commence le siège de Xiapi, il envoie une lettre à Lü Bu pour l'inciter à se rendre. Lü Bu pense dans un premier temps accepter, mais son conseiller Chen Gong s'y oppose véhément et Lü Bu demande finalement à Yuan Shu de lui envoyer des renforts. Il tente une sortie avec mille cavaliers, mais subit une défaite et s'abrite derrière les murs de la ville et n'ose plus tenter de nouvelle bataille.

Yuan Shu n'envoie à Lü Bu aucun renfort et Lü Bu commence à se montrer méfiant envers sa propre armée, bien qu'il fasse toujours confiance à ses généraux. Ces derniers sont cependant très divisés et perdent la plupart de leurs batailles. Cao Cao fait détourner les eaux de la rivière Yi pour inonder la ville et après trois mois de siège, le moral est au plus bas. Selon le Livre des Han postérieurs, Hou Cheng, un général de Lü Bu, veut célébrer une victoire avec un peu de vin et demande l'autorisation exceptionnel à Lü Bu de pouvoir servir un peu de boisson alcoolisée. Lü Bu se met en colère à la demande et accuse Hou Cheng de conspirer contre lui en relâchant la discipline parmi ses rangs. Effrayés par la réaction de Lü Bu. Hou Cheng, Song Xian et Wei Xu décident d'offrir leurs services à Cao Cao et ligotent Chen Gong et Gao Shun pour les livrer.

Finalement, le 7 février 199[9], Lü Bu pose le drapeau blanc aux portes de la ville en guise de reddition. Lorsqu'il est emmené ligoté devant Cao Cao, il dit à ce dernier : « Mes liens me blessent. Desserrez-les un peu. » Mais Cao Cao répond : « Lorsqu'on ligote un tigre, il faut serrer fort. » Lü Bu supplie alors qu'on lui laisse la vie sauve : « Monseigneur, j'ai toujours été votre principal danger. Maintenant que vous m'avez battu, l'Empire ne craint plus rien. Si Monseigneur dirige l'infanterie et me donne le contrôle de la cavalerie, nous pourrons faire régner l'ordre dans l'Empire ! » Cao Cao montre des signes d'hésitation, mais Liu Bei intervient : « Monseigneur se souvient-il du sort qu'à fait subir Bu à Ding Yuan et Dong Zhuo ? » Lü Bu maudit alors Liu Bei : « Tu es la personne la plus perfide qui soit ! » Cao Cao ordonne l'exécution de Lü Bu par strangulation, châtiment délibérément humiliant car réservé aux femmes. Son conseiller Chen Gong et le général Gao Shun choisissent d'être exécutés tandis que le général Zhang Liao accepte de se mettre au service de Cao Cao. Après son exécution, la tête de Lü Bu est exposée sur la grand-place.

Other Languages
العربية: لو بو
català: Lü Bu
Deutsch: Lü Bu
English: Lü Bu
español: Lü Bu
Bahasa Indonesia: Lü Bu
italiano: Lü Bu
日本語: 呂布
한국어: 여포
монгол: Лу Бу
Nederlands: Lü Bu
norsk: Lü Bu
português: Lü Bu
русский: Люй Бу
srpskohrvatski / српскохрватски: Lü Bu
slovenčina: Lü Pu
svenska: Lü Bu
ไทย: ลิโป้
Türkçe: Lü Bu
українська: Люй Бу
Tiếng Việt: Lã Bố
吴语: 吕布
中文: 吕布
文言: 呂布
Bân-lâm-gú: Lū Pò͘
粵語: 呂布