Kyūdō

Kyūdōjin pendant un tir
Concours au temple Sanjusangendo distance de tir 125 m

Le kyūdō (弓道, litt. « la voie de l'arc » ?) est un art martial Japonais ( budō), issu du tir à l'arc guerrier ( kyūjutsu).

Cette discipline se singularise de sa contrepartie occidentale par les influences mélangées propres à la culture japonaise: le zen, le Confucianisme, mais aussi le taoïsme et shintoisme.

Le kyūdō est une des voies martiales japonaises, cherchant le développement de la discipline du corps et du groupe, par la maîtrise des gestes et le respect de l'étiquette  (rei (礼?). Le pratiquant recherche un mouvement parfait, pour pouvoir transcender à la fois l'esprit et le corps. Le principe consiste à percer une feuille de papier servant de cible, avec un minimum de tension musculaire et un maximum d'énergie spirituelle, ki. La gestuelle esthétique résulte d'une chorégraphie codifiée. Atteindre précisément la cible est la conséquence de l'équilibre correct d'un corps et d'un esprit disciplinés et harmonisés. Le deuxième pendant de cette discipline est le développement du tir dans un comportement social entre archers, c'est-à-dire l'étiquette : un tir ne se déroule pas sans qu'un archer ne tienne compte du contexte, de l'environnement et des personnes présentes.

Étymologie

KanjiNoKyudo.jpg

Le mot « kyūdō » est composé de deux idéogrammes ( kanji) signifiant :

  • kyū : arc
  •  : voie

« Kyūdō » se traduit par « la voie de l'arc ». Comme pour tout mot composé de leur langue, les japonais se servent de vieux vocables chinois plutôt que de leurs prononciations autochtones. « kyū » (arc) est l'ancien vocable chinois, alors que «  yumi » (arc) est le vocable japonais désignant l'arc en général. Son idéogramme est une clé de la composition d'autres idéogrammes (comme un préfixe) et signifie la force. La voie () ici est la même qui se retrouve dans jūdō, kendō, etc. Elle désigne une discipline et un chemin d'accomplissement.