Kanpaku

Le kanpaku (関白?) est un régent, ou « grand rapporteur », d'un empereur majeur au Japon. Cette fonction, qui portait auparavant le nom d'azukari-mōsu, fut créée à l'ère Heian en 884 pour Fujiwara no Mototsune. À l'origine, le titre correspondait davantage à un rôle de premier conseiller ou de premier secrétaire de l'empereur. Par la suite, à l'usage, il correspondit à un véritable régent destiné non pas à gérer les affaires publiques lors d'une minorité mais d'un empereur adulte. Au même titre que les sesshō (摂政?), les kanpaku avaient quasiment les pouvoirs absolus et faisaient la politique de régence (摂関政治, sekkan seiji?) de la famille Fujiwara. À l'usage, les deux titres se confondirent car le sesshō d'un empereur mineur devenait logiquement le kanpaku une fois ce dernier adulte. De même, à la mort de ce dernier, l'empereur qui lui succédait ne changeait pas de kanpaku. Ainsi, les deux titres furent regroupés sous l'appellation de sekkan (摂関?) et la famille qui détenait le titre sekkan-ke (摂関家?). À partir du XIIe siècle cependant, les Fujiwara n'eurent plus le monopole du titre dont la charge eut tendance à devenir honorifique. C'est ainsi que le titre se perpétua jusqu'en 1867. À noter que l'un des plus célèbres kanpaku fut Toyotomi Hideyoshi qui, après avoir unifié le Japon lors de la période Sengoku, ne pouvait, de par ses origines paysannes, obtenir le titre de seii taishogun.

Histoire

À l'origine, seuls les membres de la famille impériale pouvaient être nommés sesshō. L'empereur Ōjin aurait été épaulé par sa mère, l'impératrice Jingū, mais ce fait est largement contesté et mis en doute. Le premier sesshō attesté fut le prince Shotoku qui a conseillé l'Impératrice Suiko.

C'est la célèbre famille des Fujiwara qui va conserver la charge de manière héréditaire. C'est en 844 que Fujiwara no Yoshifusa est devenu sesshō. Il fut le premier sesshō qui n'appartenait pas à la maison impériale. En 876, ce fut Fujiwara no Mototsune, le neveu et fils adoptif de Yoshifusa, qui occupera le premier la charge de kanpaku. Et depuis Fujiwara Hokke, les deux titres seront transmis héréditairement dans cette famille.

Après Fujiwara no Michinaga et Fujiwara no Yorimichi, la famille se scinda au XIIe siècle en plusieurs branches et chacune tenta d'obtenir cette charge honorifique. De fait, il y eut cinq familles titulaires du titre de régent parmi les descendants des Yorimichi, appelées sekke : la famille Konoe, la famille Kujō, la famille Ichijō, la famille Takatsukasa et la famille Nijō. La branche des Konoe et des Kujo descendent de Fujiwara no Tadamichi. Les trois autres familles sont des branches cadettes des deux premières familles. Jusqu'à la restauration Meiji en 1868, ces cinq familles monopolisèrent le titre à deux exceptions notables : Toyotomi Hideyoshi et son neveu Toyotomi Hidetsugu.

Aujourd'hui, le titre est tombé en désuétude, et fut absorbé par la fonction de Premier ministre avant que l'empereur Meiji ne supprime définitivement le titre en 1872. Désormais, en vertu de la loi sur la Maison impériale, le titre de sesshō est exclusivement limité à la famille impériale japonaise. Cela explique pourquoi le prince héritier Hirohito fut, avant de monter sur le trône, sesshō de 1921 à 1926.

Other Languages
فارسی: کانپاکو
hrvatski: Kampaku
日本語: 関白
한국어: 관백
norsk: Kampaku
русский: Кампаку
српски / srpski: Кампаку
svenska: Kampaku
українська: Кампаку
中文: 關白
粵語: 關白