Juifs

Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juif (homonymie).
Juifs
יְהוּדִים (Yehoudim)
Description de cette image, également commentée ci-après
Populations significatives par région
Drapeau d’Israël Israël6 484 000 (2017)[1]
Drapeau des États-Unis États-Unis6 469 500 (2016)[2]
Drapeau de la France France460 000 (2016)[2]
Drapeau du Canada Canada388 000 (2016)[2]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni290 000 (2016)[2]
Drapeau de la Russie Russie179 500 (2016)[2]
Drapeau de l'Argentine Argentine180 700 (2016)[2]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne117 000 (2016)[2]
Drapeau de l'Australie Australie113 000 (2016)[2]
Drapeau du Brésil Brésil94 200 (2016)[2]
Drapeau de l'Ukraine Ukraine56 000 (2016)[2]
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud69 500 (2016)[2]
Drapeau de la Hongrie Hongrie47 600 (2016)[2]
Drapeau du Mexique Mexique40 000 (2016)[2]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas29 900 (2015)[2]
Drapeau de la Belgique Belgique29 500 (2016)[2]
Drapeau de l'Italie Italie27 400 (2016)[2]
Drapeau du Chili Chili18 300 (2016)[2]
Drapeau de la Suisse Suisse18 800 (2016)[2]
Drapeau de la Turquie Turquie15 500 (2016)[2]
Drapeau de l'Uruguay Uruguay17 000 (2016)[2]
Drapeau de la Suède Suède15 000 (2016)[2]
Drapeau de l'Espagne Espagne11 800 (2016)[2]
Drapeau de l'Iran Iran9 000 (2016)[2]
Drapeau de la Roumanie Roumanie9 300 (2016)[2]
Drapeau du Venezuela Venezuela7 700 (2016)
Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan8 400 (2016)[2]
Drapeau de l'Inde Inde5 000 (2016)[2]
Drapeau de la Pologne Pologne3 200 (2016)[2]
Drapeau du Maroc Maroc2 300 (2016)[2]
Drapeau de la Tunisie Tunisie1100 (2016)[2]
Drapeau du Portugal Portugal600 (2016)[2]
Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie100 (2016)[2]
Population totale14 410 700 (2016)[2]
Autres
Langues

Langues juives traditionnelles
Hébreu (j. e siècle EC), aramit, yiddish, judéo-espagnol, et autres langues juives (la plupart ne sont plus parlées)

Langues liturgiques
Hébreu et araméen
Langues actuellement parlées
La langue du pays de résidence, ce qui inclut principalement l'anglais, l'hébreu, l'arabe le russe, le français et l'espagnol ; le yiddish, le ladino, le judéo-marocain sont parlés par certains
ReligionsJudaïsme
Ethnies liéesArabes et autres groupes sémitiques

Les Juifs (en hébreu : יְהוּדִים / yehoudim, en grec ancien : Ἰουδαῖοι / Ioudaĩoi, en latin : Iudaei, etc.) sont les membres d’un peuple lié à sa propre religion, le judaïsme, et au sens large du terme à une appartenance ethnique et religieuse[3].

La tradition juive relie leur ascendance aux patriarches Abraham, Isaac et Jacob également appelé Israël. Ils peuplent la Judée et le royaume d'Israël, structurant leur quotidien autour de la Bible hébraïque, laquelle comprend les cinq Livres de la Torah attribués à Moïse, les Livres des prophètes ultérieurs et d’autres écrits. La Bible définit leurs croyances, leur histoire, leur identité nationale et légifère dans tous les domaines de leur vie.

À la suite des aléas de leur histoire, les Juifs migrent ou sont déportés de la Judée et essaiment à travers le monde. La diaspora juive résulte principalement de la conjonction de deux facteurs, une volonté d'essaimage et la nécessité de fuir des persécutions[4]. Tentant de conserver leur mode de vie ancestral au sein des populations avoisinantes dans lesquelles ils s’acculturent, ils développent des traditions religieuses, culinaires et des langues propres ainsi que d’autres traits spécifiques. Réciproquement, ils exercent un certain attrait sur leurs populations d’accueil et l’on enregistre dans l’Empire romain un nombre important de conversions au judaïsme. L’impact et la proportion de ces conversions font débat au sein des historiens. Leur histoire sur plus de deux millénaires en Europe est marquée par des persécutions qui culminent au e siècle avec la Shoah.

Les grandes révolutions de l’ère moderne entraînent chez nombre d’entre eux une perte ou un abandon de tout ou partie des repères traditionnels. Plusieurs tentatives sont menées pour les redéfinir en tant qu’entité confessionnelle, nationale ou culturelle de sorte qu’en français, l'Académie française distingue entre les Juifs (avec une majuscule — les « personnes descendant de l'ancien peuple d'Israël ») et les juifs (sans majuscule — « personnes qui professent le judaïsme »)[5].

Le nombre total des Juifs contemporains est difficile à estimer avec précision, et fait l'objet de controverses, mais, selon une estimation effectuée en 2016, il serait d'environ 14,4 millions[2]. La majorité d'entre eux vit en Israël et aux États-Unis, et les autres principalement en Europe, au Canada et en Amérique latine.

Origine des mots juif et Juif

Étymologie

L'hébreu biblique nomme יהודי (yehoudi, « judéen ») tout Israélite habitant la Judée[6]. L'araméen reprit ce mot sous la forme yehoudaïé[7], qui devint Ἰουδαῖος [Ioudaîos] en grec ancien[8] puis IVDÆVS [jûdæus] en latin[9]. Au e siècle, l'ancien français fait évoluer ce mot latin en la forme judeu, qui se transforme ensuite en juiu puis en juieu au e siècle EC[10]. De la forme féminine juive de ce dernier mot dérive, dès le e siècle, le mot français masculin « juif » qui parvient jusqu'à nos jours sous les deux graphies « juif » (appartenant à la religion juive) et « Juif » (appartenant au peuple juif).

D'autres ethnonymes désignant les Juifs dans diverses langues contemporaines s'appuient sur cette même étymologie « judéenne », par exemple يهودي [yahûdi] en arabe, Jude en allemand, juutalainen en finnois, Jew en anglais, židov en croate, jøde en danois, zsidó en hongrois, ou Żyd en polonais. Dans les pays où le nom originel de « juif » est devenu péjoratif (giudeo, Ιουδαίος, jid, jidov), des noms qui dérivent du mot « hébreu » lui sont préférés comme Ebreo en italien, Εβραίος [evraios] en grec moderne, еврей [yevrey] en russe, ou evreu en roumain. D'autres noms, tel Musevî en turc, dérivent de celui de Moïse.

Orthographe

Conformément aux conventions typographiques de la langue française, qui imposent une majuscule aux noms de peuples et une minuscule aux noms de croyances[11], « Juif » s'écrit avec une initiale majuscule quand il désigne les Juifs en tant que membres du peuple juif (et signale ainsi leur judéité), mais il s'orthographie avec une initiale minuscule lorsqu'il désigne les juifs en tant que croyants qui pratiquent le judaïsme (et insiste en ce cas sur leur judaïté).

Judaïtes, Judéens, Juifs

Le premier livre de la Bible présente la lignée des patriarches hébreux : Abraham, Isaac, et Jacob qui reçoit aussi pour nom Israël et dont la descendance forme l'ensemble des Israélites. Jacob-Israël génère douze fils, ancêtres éponymes des douze tribus d'Israël. Le nom de son quatrième fils, Juda (יְהוּדָה, Yehouda « il remerciera, il reconnaîtra »), désigne dans la Bible l'homme, sa tribu et la terre habitée par sa lignée (la terre de Juda). Ses habitants sont nommés Judaïtes (יְהוּדִים yehoudim).

Représentation du roi Salomon, fils de David; peinture du XIXe siècle par Isaak Asknaziy.

Selon la Bible hébraïque, nait sept siècles plus tard, de la tribu de Juda, le roi David[12]. Le royaume unifié de David et de son fils Salomon, qui regroupe les douze tribus d'Israël, se scinde vers 930 avant l'ère commune en deux royaumes israélites rivaux[13]. Juda désigne dès lors le royaume de Juda, dont la capitale est Jérusalem, les habitants les Judéens, le roi un membre de la dynastie davidique et la langue officielle le yehoudit[14], en opposition avec le royaume d'Israël, dont la capitale est Samarie.
Les Judéens ne sont pas tous judaïtes, et la première occurrence du mot yehoudi dans la Bible désigne un membre de la tribu de Benjamin[15].

Au Ier siècle av. J.-C., sous la dynastie des Hasmonéens, l'État juif restauré sous le nom de royaume de Juda englobe, sur tout le territoire de la Terre d'Israël, la Judée et la Samarie dont l'ensemble forme, pour les Romains, une provincia romana qu'ils nomment Judaea, la Judée, dont les habitants sont les yehoudim que le français traduit aussi par Judéens.

Après la destruction du premier Temple, en 587 av. J.-C., les yehoudim se disséminent de par le monde (ce qu'ils nomment la גָּלוּת galouth (ou gola) ou, en grec, la diaspora). Les francophones nomment Juifs ces yehoudim émigrés, ainsi que leurs descendants des deux premiers millénaires de l'ère courante.

L'évolution sémantique du mot yehoudim couvre les sens généalogique (fils de Yehouda), social (membres de la tribu de Yehouda) et géographique (habitants de la terre de Yehouda), rendus en français par Judaïtes, qui se complètent par les sens national (au royaume de Juda fondé par David) puis politique (au royaume de Judée sous les Hasmonéens), rendus en français par Judéens. Enfin, de la destruction du second temple à nos jours s'ajoutent les sens ethnique et culturel au mot yehoudim que le français traduit désormais par Juifs. Ces trois termes insistent sur la judéité des yehoudim.

Une autre évolution sémantique donne au mot yehoudim un sens religieux judaïque que la langue française rend par le mot « juifs » (adeptes du judaïsme), sens ignoré par le récit biblique pour les époques antérieures à leur Exil à Babylone. La Bible rapporte que des non-Judaïtes pratiquent le culte de YHWH[16], ou que des Israélites du nord, Judéens ou Samaritains, sont polythéistes ou pratiquent d'autres cultes[17]. Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman suggèrent, dans leur ouvrage controversé[18] La Bible dévoilée, des divergences religieuses marquées entre les habitants du royaume de Samarie au nord et les Judéens du sud, que les rédacteurs de la Bible hébraïque auraient atténuées afin d'affirmer l'unité religieuse du « peuple d'Israël »[19].

Le judaïsme naquit au retour de l'Exil, sous l'impulsion du scribe Ezra et des promoteurs du second Temple de Jérusalem (516 av. J.-C.). À partir de cette date et jusqu'à nos jours, yehoudim est remplacé en français par « juifs », pour signifier la judaïté (identité religieuse) et la judaïcité des concepts et rites religieux juifs.

Other Languages
Afrikaans: Jode
aragonés: Chodigos
العربية: يهود
ܐܪܡܝܐ: ܝܗܘܕܝܐ
asturianu: Pueblu xudíu
azərbaycanca: Yəhudilər
تۆرکجه: یهودیلر
башҡортса: Йәһүдтәр
Boarisch: Judn
žemaitėška: Žīdā
беларуская: Яўрэі
беларуская (тарашкевіца)‎: Габрэі
български: Евреи
বাংলা: ইহুদি
brezhoneg: Yuzevien
bosanski: Jevreji
català: Jueus
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Iù-tái-nè̤ng
нохчийн: Жуьгтий
Cebuano: Hudiyo
کوردی: جوو
čeština: Židé
Чӑвашла: Еврейсем
Cymraeg: Iddewon
dansk: Jøder
Deutsch: Juden
Zazaki: Cıhudi
Ελληνικά: Εβραίοι
English: Jews
Esperanto: Judoj
español: Pueblo judío
eesti: Juudid
euskara: Judu
فارسی: یهودی
føroyskt: Jødar
Frysk: Joaden
Gagauz: Çıfıtlar
galego: Pobo xudeu
𐌲𐌿𐍄𐌹𐍃𐌺: 𐌹𐌿𐌳𐌰𐌹𐌴𐌹𐍃
Gaelg: Ewnyn
客家語/Hak-kâ-ngî: Yù-thai-ngìn
עברית: יהודים
हिन्दी: यहूदी
hrvatski: Židovi
magyar: Zsidók
Հայերեն: Հրեաներ
interlingua: Judeo
Bahasa Indonesia: Yahudi
Igbo: Jew
Ido: Judo
íslenska: Gyðingar
italiano: Ebrei
日本語: ユダヤ人
Basa Jawa: Yahudi
ქართული: ებრაელები
Kongo: Bayuda
қазақша: Еврейлер
ಕನ್ನಡ: ಯೆಹೂದ್ಯ
한국어: 유대인
къарачай-малкъар: Чууутлула
Latina: Iudaei
лезги: Чувудар
لۊری شومالی: جید
lietuvių: Žydai
latviešu: Ebreji
Malagasy: Jiosy
македонски: Евреи
മലയാളം: ജൂതൻ
монгол: Еврей
मराठी: ज्यू लोक
Bahasa Melayu: Orang Yahudi
مازِرونی: یهودی
Plattdüütsch: Joden
Nedersaksies: Jeuden
Nederlands: Joden
norsk nynorsk: Jødar
norsk: Jøder
Nouormand: Juis
occitan: Jusieus
ਪੰਜਾਬੀ: ਯਹੂਦੀ
Norfuk / Pitkern: Jua
polski: Żydzi
پنجابی: یہودی
português: Judeus
română: Evrei
русский: Евреи
саха тыла: Дьэбириэйдэр
sardu: Ebreos
sicilianu: Ebbreu
Scots: Jews
srpskohrvatski / српскохрватски: Jevreji
සිංහල: යුදෙවුවෝ
Simple English: Jew
slovenčina: Židia
slovenščina: Judje
chiShona: Rudzi rwaIsrael
српски / srpski: Јевреји
Basa Sunda: Yahudi
svenska: Judar
ślůnski: Żydy
தமிழ்: யூதர்
Tagalog: Mga Hudyo
Türkçe: Yahudiler
татарча/tatarça: Яһүдләр
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: يەھۇدىلار
українська: Євреї
اردو: یہودی
oʻzbekcha/ўзбекча: Yahudiylar
Tiếng Việt: Người Do Thái
Winaray: Hudeyo
吴语: 犹太人
მარგალური: ურიეფი
ייִדיש: ייד
中文: 犹太人
Bân-lâm-gú: Iû-thài-lâng
粵語: 猶太人