Judaïsme messianique

Un des symboles.

Le judaïsme messianique est un mouvement religieux issu du christianisme évangélique, porté par le mouvement missionnaire chrétien et qui combine une théologie chrétienne avec une pratique religieuse partiellement juive. Ses fidèles se définissent comme des juifs affirmant la messianité de Yeshoua (Jésus). Le mouvement trouve son origine, au début du XIXe siècle, en Angleterre dans l'anglicanisme.

Après l'apparition des premières idéologies sionistes à la fin du XIXe, le développement du sionisme chrétien, la Seconde Guerre mondiale et la reconnaissance de l’État d’Israël, il prend sa forme actuelle aux États-Unis à partir des années 1960[1],[2]. En effet, la victoire israélienne de 1967 et la réunification de Jérusalem sont perçues par les Juifs messianiques comme « un « signe des temps » particulièrement fort. Cet événement précéderait la seconde venue de Jésus et l'instauration de son règne de mille ans à Sion, à l'issue de la guerre finale de Gog et Magog »[2].

Les « Juifs messianiques » ne doivent pas être confondus avec les Juifs qui se convertissent au christianisme (catholique, orthodoxe ou protestant). Après leur conversion, ces personnes sont pleinement intégrées à l'Église qu'elles ont rejointe.

Même si certains Juifs messianiques sont juifs selon la Halakha (c'est-à-dire pourraient être considérés comme juifs même selon les critères orthodoxes), le judaïsme messianique n'est pas reconnu comme courant par le judaïsme. De même, il est classé dans le christianisme par les spécialistes de l'histoire des religions.

Other Languages