John Maynard Keynes

Page d'aide sur les redirections « Keynes » redirige ici. Pour les autres significations, voir Keynes (homonymie).
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».

John Maynard Keynes (keɪnz/), né le à Cambridge et mort le dans sa ferme de Tilton à Firle, est un économiste, haut fonctionnaire et essayiste britannique. Sa notoriété est mondiale. Il est le fondateur de la macroéconomie keynésienne[Note 1]. Le keynésianisme, la nouvelle économie keynésienne, le néokeynésianisme ou le post-keynésianisme sont issus de son œuvre. Considéré comme l'un des plus influents théoriciens de l'économie du e siècle[1], il fut, en tant que conseiller officiel ou officieux de nombreux hommes politiques, l'un des acteurs principaux des accords de Bretton Woods, après la Seconde Guerre mondiale.

Il a aussi été très jeune un auteur à succès, avec l'écriture d'un livre sur le traité de Versailles intitulé Les Conséquences économiques de la paix, publié en 1919, et la rédaction d'articles pour des journaux et revues. Sa première somme théorique fut le Traité sur la monnaie. Mais son œuvre majeure est sans conteste la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936). Ce livre, après d'autres, s'en prend à la loi de Say, un des fondements du laissez-faire.

La force de John Maynard Keynes réside dans le fait qu'à la différence de ses prédécesseurs, il élabore une théorie nouvelle ainsi que les outils conceptuels nécessaires à la mise en place de politiques économiques alternatives. Ses travaux sont utilisés après la Seconde Guerre mondiale dans le cadre de la mise en place de l'État-providence. Selon Kenneth R. Hoover, Keynes[Note 2] aurait eu à son époque une position « centriste » entre d'une part Friedrich Hayek et d'autre part Harold Laski, un des inspirateurs de l'aile gauche du parti travailliste. Il est souvent considéré comme ayant donné aux sociaux-libéraux britanniques la théorie économique qui leur manquait.

Sa pensée, notamment le courant keynésien dit de la synthèse néoclassique longtemps dominant aux États-Unis[Note 3], a perdu selon ses partisans une large part de son influence à partir du début des années 1980 avec la montée en puissance du monétarisme, de la déréglementation financière et de la nouvelle économie classique. Cependant, la crise économique de 2008-2009 a semblé marquer un regain d'intérêt pour sa pensée, tant dans la version sociale libérale de la nouvelle économie keynésienne que dans des versions plus hétérodoxes, telles que le post-keynésianisme ou encore, en France, l'économie des conventions.

Sommaire

Other Languages
Alemannisch: John Maynard Keynes
مصرى: كينز
azərbaycanca: Con Meynard Keyns
žemaitėška: John Maynard Keynes
беларуская (тарашкевіца)‎: Джон Мэйнард Кейнз
客家語/Hak-kâ-ngî: John Maynard Keynes
interlingua: John Maynard Keynes
Bahasa Indonesia: John Maynard Keynes
Lëtzebuergesch: John Maynard Keynes
македонски: Џон Мејнард Кејнс
Bahasa Melayu: John Maynard Keynes
norsk nynorsk: John Maynard Keynes
Piemontèis: John Maynard Keynes
srpskohrvatski / српскохрватски: John Maynard Keynes
Simple English: John Maynard Keynes
slovenčina: John Maynard Keynes
slovenščina: John Maynard Keynes
српски / srpski: Џон Мејнард Кејнс
татарча/tatarça: Con Meynard Keyns
oʻzbekcha/ўзбекча: John Maynard Keynes
Tiếng Việt: John Maynard Keynes
Bân-lâm-gú: John Maynard Keynes
粵語: 凱恩斯