Joakim Noah

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noah.
Joakim Noah
image illustrative de l’article Joakim Noah
Joakim Noah
Fiche d’identité
Nom completJoakim Simon Noah[1]
NationalitéDrapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la Suède Suède
Naissance (33 ans)
New York, États-Unis
Taille2,11 m (6 11)
Poids105.2 kg (231 lb)
SurnomJooks[2], Sticks[3], Stickman[4]
Situation en club
Club actuelDrapeau : États-Unis Knicks de New York[5]
Numéro13[5]
PostePivot, Ailier fort
Carrière universitaire ou amateur
2004-2007Gators de la Floride (NCAA)
Draft de la NBA
Année2007
Position9e
FranchiseBulls de Chicago
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
2014-2015
2015-2016
2016-2017
2017-2018
2017-2018
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de Westchester
06,6
06,7
10,7
11,7
10,2
11,9
12,6
07,2
04,3
05,0
01,7
09,0
Sélection en équipe nationale **
2009-2011Drapeau : France France (22 sél.)185[6]

* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Joakim Simon Noah, né le 25 février 1985 à New York, est un joueur de basket-ball de nationalités française, suédoise et américaine[7]. Il évolue au poste de pivot et d'ailier fort[5] (intérieur[6]).

Noah joue pour les Knicks de New York dans le championnat de National Basketball Association (NBA)[5] après avoir joué au sein de la franchise des Bulls de Chicago[5], également en NBA, et l'équipe des Gators de la Floride de l'université de Floride. Avec cette dernière, il a été double champion universitaire NCAA en 2006 et 2007.

De 2009 à 2011, il est également membre de l'équipe de France. Il mesure 2,11 m[5],[6] pour 105,2 kg[5].

Biographie

Famille et enfance

Joakim Simon Noah[1],[8] est né le 25 février 1985[5],[6] à New York[4],[6]. Il est le fils du chanteur et ancien joueur français de tennis Yannick Noah[5], vainqueur des Internationaux de France de tennis en 1983 et plusieurs années « personnalité préférée des Français »[9], et de la sculptrice[4] Cecilia Rodhe qui fut Miss Suède en 1978[5]. De ce fait, il est également le petit-fils de Zacharie Noah, joueur camerounais de football professionnel, vainqueur de la Coupe de France de football en 1961[4]. Sa grand-mère paternelle aurait aussi été joueuse amatrice de basket-ball au Cameroun. De son important métissage culturel, il se définit lui-même comme un « Viking africain »[10]. Son deuxième prénom Simon lui vient de son arrière-grand-père paternel Simon Noah, notable camerounais assassiné à 84 ans l'année de la naissance de Joakim[11].

À partir de trois ans, il réside en France et joue notamment au Paris-Levallois Basket en benjamin[12].

Il retourne aux États-Unis à treize ans[13],[4]. Il a joué dans les équipes de basket-ball de plusieurs écoles d'enseignement secondaire, d'abord à l' École internationale des Nations unies de New York à partir de treize ans[4]. Il a ensuite joué à la Poly Prep Country Day School de Brooklyn[1] à partir de quinze ans[4], puis à la Lawrenceville School de Lawrenceville dans le New Jersey[1]. Avec cette dernière, il remporte avec l'équipe de basket-ball le titre de l'État[4].

Il a côtoyé dans sa jeunesse le basketteur Patrick Ewing, ami de son père[13].

Carrière universitaire

Il rejoint en 2004, à dix-neuf ans, l'université de Floride et leur équipe de basket-ball des Gators de la Floride[4]. Pendant sa première saison (freshman) en 2004-2005, il participe à 29 matchs[8], obtenant une moyenne de 3,5 points[8], 2,5 rebonds[8] et 0,5 passes[8] pour 9,4 minutes de jeu par match[8] en saison régulière. Il est à l'époque barré dans l'équipe par le pivot David Lee, futur joueur NBA.

Joakim Noah chez les Gators de la Floride.

Encore peu connu, il « explose » pendant sa deuxième saison (sophomore) en 2005-2006. Il a remporté avec son équipe le tournoi de la Southeastern Conference et remporte la finale du Final Four NCAA 2006 face aux Bruins d'UCLA de l'université de Californie à Los Angeles. Il est nommé Most Outstanding Player du tournoi[14] et finit avec une moyenne de 14,2 points[8], 7,1 rebonds[8] et 2,1 passes[8] pour 24,9 minutes de jeu par match[8] en saison régulière, soit 39 matchs[8]. Il est à ce jour (2017) le seul joueur européen à avoir reçu cette distinction. Lors de la finale, il a cumulé 16 points (7/9, dont 5 dunks), 9 rebonds, 3 passes décisives et 6 contres. Le précédent record de contres en finale NCAA était de 4 et remontait à 2001 par Loren Woods des Wildcats de l'Arizona[15]. Ce record de six contre est égalé par Anthony Davis lors de la finale du championnat 2012[16]. Ses records personnels sont alors de 37 points et 17 rebonds et ont été réalisés le contre la Florida Agricultural and Mechanical University.

La fédération française de basket-ball, qui le considère comme un bon espoir, évoque la possibilité d'entamer une procédure pour qu'il puisse jouer en équipe de France, puisqu'il a le choix entre les équipes américaine, suédoise et française.

Il est alors annoncé dans les dix premiers choix de la Draft de la NBA en 2006 mais il choisit de rester à Florida une année supplémentaire, comme ses coéquipiers Al Horford et Corey Brewer, et de défendre son titre universitaire. Il se justifie en expliquant se sentir trop juste techniquement et physiquement pour passer professionnel, choix cependant rare pour un MOP[Note 1].

Lors de la saison 2007, les Gators repartent avec la même équipe. Avec une nouvelle victoire dans le Final Four[17], ils réalisent le doublé, exploit qui n'avait plus été réalisé depuis 1992 par les Blue Devils de l'université Duke avec Grant Hill. Cette victoire est obtenue avec le même cinq de départ que l'année 2006, exploit qui n'avait encore jamais été réalisé.

Carrière professionnelle

Joakim Noah faisant un contre.

Bulls de Chicago

2007-2008

Joakim Noah a annoncé son souhait de participer à la Draft de la NBA[18] et est choisi par les Bulls de Chicago en neuvième choix de la Draft 2007 de la NBA qui se tient au Madison Square Garden à New York le 28 juin 2007[5],[19],[4]. Chicago avait obtenu ce choix de draft des Knicks de New York à la suite d'une transaction incluant notamment Eddy Curry[8].

Il a signé un contrat de deux ans, avec une option pour une troisième et quatrième année, le . Il touche 3,69 millions de dollars sur ces deux années[20]. Noah et ses ex-coéquipiers des Gators Corey Brewer et Al Horford, sont devenus le trio d'une même université le plus haut choisi dans l'histoire de la NBA. Horford a été choisi à la troisième place par les Hawks d'Atlanta et Brewer a été choisi au septième rang par les Timberwolves du Minnesota.

Cependant, ses débuts chez les Bulls sont difficiles, notamment en raison d'un mauvais départ en championnat de l'équipe et de médiocres statistiques personnelles en partie dues à son faible temps de jeu[21]. Le 2 janvier il marque 17 points, prend 6 rebonds et délivre 4 passes décisives (en ayant joué le quatrième quart-temps en entier) contre les Bobcats de Charlotte.

La première saison de Noah est un échec en raison de son faible impact, mais aussi de par un comportement considéré comme inapproprié pour un rookie, revendiquant une certaine liberté d'attitude et de paroles[22],[9]. En effet, Noah déclare à plusieurs reprises qu'il souhaite être un leader sur le terrain et dans les vestiaires. Cependant des retards répétés aux entraînements lui sont reprochés ce qui lui vaut de nombreuses amendes et quelques réprimandes publiques de la part de ses dirigeants[23]. De plus, il se dispute avec un assistant de l'entraîneur Jim Boylan le 11 janvier 2008, puis avec l'intérieur Ben Wallace, l'un de ses coéquipiers, lors d'un entraînement. Il est suspendu pour deux matchs par son équipe[24]. L'entraîneur Boylan déclare « On n'est plus à l'université ici. C'est la NBA, on est chez les pros et Joakim ne l'a pas démontré à plusieurs reprises récemment[25]. ». Néanmoins, au fil de sa carrière, Noah garde cette réputation de « grande gueule de la NBA »[9].

Lors du match contre les Wizards de Washington le 26 mars 2009.
2008-2009

Durant sa seconde saison NBA, il progresse dans le jeu, mais ses statistiques restent cependant sobres : 6 points et 7 rebonds par match en saison régulière pour moins de 20 minutes de jeu. Il se révèle au premier tour des playoffs contre les Celtics de Boston en passant à 11 points et 13 rebonds par match, marquant le panier décisif du 6e match, sauvant son équipe de l'élimination[26].

Durant l’automne 2008, il reprend contact avec un de ses amis de New York, Alex Perris, qu'il a connu lors de son passage à l'École internationale des Nations unies[27]. Ce dernier, pratiquant le culturisme, lui donne des conseils pour améliorer son régime alimentaire et l'adapter au sport de haut-niveau[27].

2009-2010

Lors de sa troisième saison, Noah se fait remarquer aux rebonds. Le , il devient le premier Français à mener le classement du meilleur rebondeur de la NBA en saison régulière[réf. nécessaire]. Le , il est second de la ligue avec 12,2 prises par match[28] (contre 12,9 à Dwight Howard). Une semaine après avoir battu son record personnel avec 20 rebonds (dont 14 offensifs, contre les Nuggets), Noah en capte 21 le face aux Lakers[29].

Cet excellent début de saison permet à Noah de faire taire les critiques à l'image du journaliste Rick Morrissey du Chicago Sun qui mange littéralement un de ses anciens articles le critiquant. Le journaliste avait effectué la promesse de le faire si le joueur arrivait à beaucoup progresser[30],[22]. Il ne passe pas loin de la sélection au NBA All-Star Game[22]. Il finit la saison régulière avec des moyennes de 10,7 points et 11,0 rebonds. Noah réussit aussi 28 double-doubles mais manque 18 rencontres à cause d'une blessure au pied. À son retour de blessure, l'entraîneur Vinny Del Negro se dispute avec John Paxson, vice-président des Bulls, pour que Noah joue plus souvent[31]. Sa blessure l'oblige à jouer avec des piqûres de cortisone[32].

Le 25 avril, contre les Cavaliers de Cleveland, il est le premier joueur des Bulls à réussir un 20-20 en playoffs (plus de 20 dans deux catégories statistiques, avec ici, 20 points et 21 rebonds). Les Bulls sont éliminés par les Cavaliers en cinq rencontres et Noah prend en moyenne 13 rebonds par match.

2010-2011
Nick Young, Carlos Boozer et Joakim Noah.

Pour la saison NBA 2010-2011, les Bulls, après avoir un temps recherché à signer deux des agents libres les plus en vue de l'intersaison (LeBron James, Dwyane Wade ou Chris Bosh, tous trois se retrouvant finalement au Heat de Miami)[33], se rabattent sur l'intérieur Carlos Boozer en provenance du Jazz de l'Utah pour l'associer à Noah[2]. Cela n'empêche cependant pas des spéculations sur un échange entre Noah et Carmelo Anthony des Nuggets de Denver[2],[34]. Noah fait l'impasse sur le championnat du monde 2010 pour faciliter la négociation et les Bulls font traîner en longueur les discussions[2]. Noah profite de l'inter-saison pour travailler les nouveaux systèmes de jeu du nouvel entraîneur Tom Thibodeau[32], réputé pour son jeu défensif[33]. Boozer se blesse lors de la pré-saison et dans le même temps, coïncidence ou non[34], Noah prolonge aux Bulls pour un contrat de 60 millions de dollars sur cinq ans[2] avec des bonus, malgré une conjoncture salariale en baisse dans la NBA[34]. Scottie Pippen, ancienne star des Bulls, avait notamment fait une déclaration en soutien à Noah vis-à-vis de l'échange avec Anthony[34]. L'entraîneur Tom Thibodeau souhaite faire du Français « sa pierre angulaire en défense »[34], n'hésitant pas à le comparer à l'ailier fort Kevin Garnett[35] malgré le fait que Noah affiche au cours de la saison une forte rivalité avec ce dernier[36]. Avec son nouveau contrat, il devient le sportif français le mieux payé[37]. Noah est désigné cocapitaine de l’équipe avec Derrick Rose, Carlos Boozer et Luol Deng[38].

Au moment où le retour de Boozer permet de démontrer le potentiel de l'association entre lui et Noah, Joakim se blesse le 27 novembre lors d'un match contre les Kings de Sacramento[39]. Il joue les neuf matches suivants avec une gêne mais sa déchirure d'un ligament du pouce droit l'oblige à finalement se faire opérer et à être indisponible au moins deux mois[39]. Coup dur pour les ambitions du club et du joueur, remplacé temporairement par Taj Gibson, Noah revient avant les playoffs, en février[40], après 31 matchs manqués. Contrairement aux attentes, la franchise n'a pas déjoué pendant son absence et est parvenue à conserver de bonnes statistiques[40]. Noah explique avoir notamment travaillé son tir pendant son absence et ses statistiques au rebond impressionnent.

Joakim Noah face à JaVale McGee.

À la fin de la saison régulière, au coude à coude avec les Spurs de San Antonio, les Bulls finissent à la première place du classement général avec un bilan de 62 victoires pour 20 défaites[41], notamment grâce à une bonne deuxième partie de saison à l'image du meneur Derrick Rose, futur meilleur joueur de la saison. Cela ne s'était pas vu depuis « l'ère Jordan » en 1998[41], d'autant que Thibodeau décroche lui aussi un titre de meilleur entraîneur de l'année. La première série de matchs des playoffs NBA 2011 se joue contre les Pacers de l'Indiana, seule équipe qualifiée avec plus de défaites que de victoires. Les Bulls l'emportent 4-1 avec des statistiques meilleures pour Joakim Noah qu'en saison régulière et à la suite de l'élimination des Pacers, Danny Granger, amer, s'est plaint de « coups de coude » du Français en mettant en cause sa façon de jouer[42]. Noah y répond en déclarant « je ne joue pas plus dur qu'un autre […] je ne cherche pas à blesser quelqu'un, juste à gagner »[42]. Lors du cinquième match contre les Pacers, le grand-père de Joakim, Zacharie Noah, avait fait le déplacement depuis le Cameroun[42]. La deuxième série des playoffs se joue contre les Hawks d'Atlanta et Joakim est complimenté par son entraîneur qui le décrit comme exemplaire[43]. Peu après, il est nommé dans la All-NBA Defensive Second Team et Chicago remporte la série 4-2, s'offrant donc une place en finale de la conférence Est face au Heat de Miami et son redouté trio Chris Bosh, LeBron James et Dwyane Wade. Lors du premier match gagné par les Bulls, James déclare que « Noah […] a fait très mal » aux joueurs du Heat, notamment par ses prises de rebonds offensifs[44]. Lors du troisième match de la série, Noah répond par une injure à caractère homophobe à un supporter de l'équipe adverse[45]. Il s'en excuse et reçoit une amende de 50 000 $, mais évite une suspension[45]. Finalement, les Bulls perdent la série 4-1 et Joakim Noah ne participe pas à sa première finale NBA.

2011-2012

La saison NBA 2011-2012 est menacée de lock-out. Plusieurs joueurs français de NBA signent alors dans des clubs européens. Noah confie que s'il devait le faire aussi, ce serait au Paris-Levallois Basket où il a évolué plus jeune[12].

Le 22 février 2012, il réalise sa meilleure performance en match contre les Bucks de Milwaukee : 13 points, 13 rebonds et 10 passes. C'est son premier triple-double en carrière, le deuxième pour un Français après Boris Diaw. Avec 10 passes, il réalise son record personnel de passes[46],[47].

Les Bulls se qualifient pour les playoffs mais Derrick Rose se blesse lors du premier match de la série contre les 76ers de Philadelphie. Noah réussit une très bonne deuxième rencontre : 21 points, 8 rebonds, 5 passes décisives mais son équipe s'incline. Dans le 3e match, il se blesse à la cheville et sa saison s'arrête là[48]. Les Bulls perdent la série 4-2.

2012-2013
Joakim Noah et Kevin Séraphin, autre joueur français en NBA.

La blessure contractée pendant les playoffs de la saison précédente, lui permet de travailler son tir à mi-distance. Ce travail porte ses fruits car Noah effectue plus de tirs à mi-distance et est plus précis. De plus, il progresse encore au rebond et au contre. Il est, fin janvier, classé parmi les cinq meilleurs rebondeurs et les dix contreurs de la NBA. Son implication dans le jeu des Bulls avec une plus grande présence dans le domaine offensif permet de pallier en partie l'absence de Derrick Rose. Son coéquipier Carlos Boozer le compare à Dennis Rodman[49].

Lors du début de saison, le 18 décembre 2012, il réussit son deuxième triple-double en carrière en réussissant 11 points, 13 rebonds et 10 passes - égalant ainsi son record en carrière dans cette dernière statistique - face aux Celtics de Boston[50]. Ses statistiques par matchs, 12,1 points, 11,3 rebonds, 4,2 passes et 2,2 contres au 29 janvier 2013 en font un pivot très présent en NBA et un candidat potentiel pour le NBA All-Star Game 2013 qui se déroule le 17 février à Houston.

Pour la première fois de sa carrière, il est retenu en tant que All-Star. Présent avec Tony Parker des Spurs de San Antonio, c'est également la première fois que deux Français sont sélectionnés pour cet événement de la NBA.

Le 28 février 2013, contre Philadelphie, et en l'absence de Derrick Rose, il réussit un nouveau triple-double en marquant 23 points, prenant 21 rebonds et effectuant 11 contres (son record en carrière)[51].

Les Bulls terminent la saison régulière en 5e position de la conférence Est de NBA[52]. Au premier tour des playoffs, les Bulls affrontent les Nets de Brooklyn et Chicago s'en défait en sept matchs[52]. Pour la première fois de l'histoire de la franchise, une série de playoff est gagnée grâce à une victoire à l'extérieur[52]. Lors du septième match, Noah, diminué par une inflammation de la voûte plantaire au pied droit depuis plusieurs semaines, réussit une nouvelle prestation remarquée avec 24 points, 14 rebonds et 6 contres[52]. L'entraîneur Tom Thibodeau déclare alors que Noah est le « socle de [leur] jeu » et le « point d'ancrage en défense »[52]. Les Bulls sont défaits au deuxième tour des playoffs face au Heat de Miami et perdent la série 4 matchs à 1.

2013-2014
Joakim Noah en février 2011.

Noah est sélectionné par les entraîneurs pour participer à son second All-Star Game, qui se déroule le 16 février à La Nouvelle-Orléans. Le 2 mars 2014, il réalise son cinquième triple-double en carrière, face aux Knicks de New York, avec 13 points, 12 rebonds et 14 passes décisives (record en carrière de passes)[53]. Il réalise quelques jours plus tard son sixième triple-double en carrière, le 5 mars 2014, face aux Pistons de Détroit avec 10 points, 11 rebonds et 11 passes décisives[54].

Le 21 avril 2014, il est officiellement nommé Defensive Player of the Year. Le 4 juin, il est nommé dans le cinq majeur de la saison régulière[55].

2014-2015
2015-2016

Au début de la saison, Noah perd sa place de titulaire au profit de Nikola Mirotić. Durant la saison, il dépasse notamment le record de la franchise en termes de rebonds offensifs, passant donc Horace Grant[56]. La fin de saison est compromise par une blessure à l'épaule[57]. Avec 29 rencontres disputées[58], c'est statistiquement sa pire saison depuis ses débuts.

À la fin de la saison 2015-2016, il annonce son départ de la franchise de Chicago et devient donc agent libre[59].

Knicks de New York

2016-2017

Durant l'intersaison, la presse se fait l'écho de discussions avec les Knicks de New York[60] et d'un contrat de quatre années pour un montant global de 72 millions de dollars[61]. La signature est finalement officialisée dans les jours qui suivent[62],[63].

Il suit ainsi Derrick Rose, ancien coéquipier des Bulls, lui aussi arrivé à l'intersaison[60], et le Français Kevin Séraphin. Il compense le départ du pivot titulaire Robin Lopez, parti justement à Chicago dans le cadre de l'échange de Rose[60]. Pour Noah, l'arrivée dans cette franchise en reconstruction serait aussi un retour dans sa ville natale[58], jouer pour la franchise qu'il supportait dans l'enfance[58] et la possibilité de travailler avec Phil Jackson, ancien entraîneur emblématique des Bulls de Chicago, notamment durant l'époque de Michael Jordan. Certains critiques estiment cependant le transfert risqué compte tenu de l'importance du montant du contrat pour l'âge de Noah (31 ans) et de sa condition physique (retour de blessure)[64]. Noah quitte Chicago en publiant une lettre ouverte dans le Chicago Tribune où il remercie les Bulls de Chicago pour lui avoir donné « les meilleurs moments de [sa] vie »[65].

Très rapidement, Noah, en coulisse, réussit à convaincre l'arrière Courtney Lee de rejoindre également la franchise new-yorkaise[63].

Fin mars 2017, il est suspendu pour 20 matchs en raison d'un contrôle anti-dopage positif[66].

2017-2018

Purgeant toujours sa suspension au début de la saison 2017-2018, il est finalement envoyé en G-League aux Knicks de Westchester le 29 novembre 2017 afin de retrouver du temps de jeu[67]. Il ne participe qu'à une seule rencontre avant de retrouver la franchise de New York.

Fin janvier 2018, Noah et l'entraîneur des Knicks, Jeff Hornacek ont une altercation, Noah se plaignant de son temps de jeu limité. Les Knicks souhaitent alors se séparer de Noah[68],[69],[70].

Other Languages
العربية: يواكيم نواه
català: Joakim Noah
Deutsch: Joakim Noah
English: Joakim Noah
español: Joakim Noah
فارسی: جوکیم نوا
galego: Joakim Noah
hrvatski: Joakim Noah
Հայերեն: Ջոակիմ Նոա
Bahasa Indonesia: Joakim Noah
italiano: Joakim Noah
한국어: 조아킴 노아
lietuvių: Joakim Noah
latviešu: Žoakims Noā
Malagasy: Joakim Noah
монгол: Жоаким Ноа
Nederlands: Joakim Noah
polski: Joakim Noah
português: Joakim Noah
русский: Ноа, Джоаким
srpskohrvatski / српскохрватски: Joakim Noah
Simple English: Joakim Noah
српски / srpski: Жоаким Ноа
svenska: Joakim Noah
Tagalog: Joakim Noah
Türkçe: Joakim Noah
Volapük: Joakim Noah