Jeux olympiques d'hiver de 1992

Wikipédia:Bons articles Vous lisez un «  bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeux olympiques de 1992.
Jeux olympiques d'hiver de 1992
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau de la France  France
Ville hôte Albertville
Coordonnées 45° 39′ 52″ N, 6° 22′ 21″ E
Date Du 8 au
Ouverture officielle par François Mitterrand
Président de la République française
Participants
Pays 64
Athlètes 1 800
(1 312 masc. et 488 fém.)
Compétition
Nouveaux sports Patinage de vitesse sur piste courte
Ski acrobatique
Nombre de sports 6
Épreuves 57
Symboles
Serment olympique Surya Bonaly
Patineuse artistique
Flamme olympique Michel Platini et Francois-Cyrille Grange
Footballeur et écolier
Mascotte Magique, le lutin
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
City locator 4.svg
Albertville
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Savoie department location map.svg
City locator 4.svg
Albertville
City locator 5.svg
Les Saisies
City locator 5.svg
La Plagne
City locator 5.svg
Méribel
City locator 5.svg
Courchevel
City locator 5.svg
Tignes
City locator 5.svg
Val d'Isère
City locator 5.svg
Les Ménuires
City locator 5.svg
Pralognan-
la-Vanoise
City locator 5.svg
Les Arcs
Chronologie

Les Jeux olympiques d'hiver de 1992, officiellement connus comme les XVIes Jeux olympiques d’hiver, ont lieu à Albertville, dans le département de la Savoie, en France, du 8 au . Les organisateurs désignent l'événement comme les Jeux d'Albertville et de la Savoie. Ce sont les derniers Jeux d'hiver à se dérouler la même année que ceux d'été, avec Barcelone. Pour l'organisation de ces Jeux d'hiver, sept villes sont en compétition et c'est lors du sixième tour que le dossier français remporte les suffrages du Comité international olympique (CIO). Les deux co-présidents du comité d'organisation des Jeux d'Albertville sont Jean-Claude Killy et Michel Barnier.

Ces Jeux d'hiver réunissent 1 801 athlètes issus de 64 nations, qui participent à six sports et 57 épreuves. Désormais, les épreuves de ski acrobatique, de patinage de vitesse sur piste courte ainsi que le biathlon féminin sont disciplines officielles. Par ailleurs, trois disciplines — le ski de vitesse, le curling et les épreuves de sauts et de ballet en ski acrobatique — sont au programme en tant que démonstrations. Albertville est le siège de l'organisation de ces Jeux, mais la ville n'accueille en réalité que 18 de ces épreuves. Les autres sites sont répartis sur la vallée de la Tarentaise et du Beaufortain, notamment le ski alpin à Val d'Isère et aux Ménuires pour les hommes et à Méribel pour les dames, tandis que les épreuves de ski de fond et de biathlon ont lieu au col des Saisies. Il s'agit en effet d'une organisation multipolaire entre la ville hôte et le département puisque les Jeux sont codirigés par le président du Conseil général de la Savoie, cogestion que l'on retrouve dans l'appellation officielle de l'événement, « Jeux d'Albertville et de la Savoie ».

À l'issue de ces jeux, l'Allemagne, qui présente pour la première fois depuis 1964 une équipe unifiée, arrive en tête des nations avec 26 médailles dont 10 en or. Elle est suivie par l'Équipe unifiée composée de nations de l'ex-URSS (23 dont 9 en or), et la Norvège (20 dont 9 en or). Les athlètes les plus titrés, Bjørn Dæhlie et Vegard Ulvang, appartiennent d'ailleurs à cette équipe norvégienne. Ils remportent chacun trois médailles d'or, dont une par équipe, et une d'argent, dans les épreuves de ski de fond.

Sélection de la ville hôte

Élections des villes hôtes pour l'organisation

Le processus de sélection pour les Jeux olympiques d'hiver de 1992 comprend sept villes. La ville hôte d'Albertville est désignée le , à Lausanne, en Suisse, à l'occasion de la 91e session du CIO [1]. Elle est choisie lors du sixième tour, face aux villes candidates d' Anchorage ( États-Unis), de Berchtesgaden ( Allemagne), de Cortina d'Ampezzo ( Italie), de Lillehammer ( Norvège), de Falun ( Suède), et de Sofia ( Bulgarie) [1], [2].

Sur les sept villes, six se trouvent sur le continent européen, la septième se trouvant en Amérique du Nord. La ville de Cortina d'Ampezzo ( Italie) avait été sélectionnée pour organiser les Jeux olympiques d'hiver de 1944 (annulés en raison du contexte international), elle renouvelle sa candidature pour les Jeux d'hiver de 1952 avant d'être désignée pour accueillir ceux de 1956. Elle est à nouveau en lice pour l'organisation des Jeux de 1988 puis ceux de 1992. La ville de Lillehammer ( Norvège) sera quant à elle l'organisatrice des futurs Jeux olympiques d'hiver de 1994.

Résultats des votes du CIO [1]
Ville Pays 1er tour 2e tour 3e tour 4e tour 5e tour 6e tour
Albertville Drapeau de la France  France 19 26 29 42 - 51
Sofia Drapeau de la Bulgarie  Bulgarie 25 25 28 24 - 25
Falun Drapeau de la Suède  Suède 10 11 11 11 41 9
Lillehammer Drapeau de la Norvège  Norvège 10 11 9 11 40 -
Cortina d'Ampezzo Drapeau de l'Italie  Italie 7 6 7 - - -
Anchorage Drapeau des États-Unis  États-Unis 7 5 - - - -
Berchtesgaden Allemagne de l'Ouest  Allemagne de l'Ouest 6 - - - - -

Le même jour est désignée la ville organisatrice des Jeux olympiques d'été de 1992. Barcelone l'emporte face à Paris, avec 47 voix contre 23 [3]. La France est le seul pays à présenter une double candidature pour l'organisation de ces jeux d'été et d'hiver. Certains iront jusqu'à supposer que la désignation d'Albertville fut une compensation offerte à la France [3].

C'est par ailleurs lors de cette 91e session que le CIO décide d'organiser désormais en alternance les Jeux d'été et d'hiver, et non plus la même année [4].

Candidature d'Albertville

La possibilité d'une candidature de la ville d'Albertville (sous-préfecture, 17 000 habitants) et du département de la Savoie est envisagée au début des années 1980. L'idée est lancée par les deux futurs coprésidents de ces Jeux d'hiver, l'ancien triple champion olympique Jean-Claude Killy et le député de la Savoie et président du Conseil général de la Savoie, Michel Barnier, lors du Critérium de la première neige qui se déroule dans la station de Val d'Isère, le 5 décembre 1981 [5], [6]. Le 11 juin 1982, ils présentent leur projet au maire d'Albertville, Henri Dujol [6]. Le , la première conférence de presse est organisée lors du Critérium de la première neige. Jean-Claude Killy, Michel Barnier et Henri Dujol, le maire d'Albertville, annoncent officiellement la candidature de la ville et du département savoyard aux Jeux olympiques d'hiver [6]. Le 26 janvier suivant, le dossier de candidature est officiellement déposé auprès du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) [7]. Quelques mois plus tard, les deux personnalités présentent le dossier de localisation des futures épreuves olympiques. La promotion pour la candidature savoyarde démarre. Un Comité de candidature d'Albertville aux Jeux olympiques d'hiver voit le jour le [7]. La candidature reçoit le soutien officiel du président de la République française, François Mitterrand, en septembre [7].

Les membres du comité se déplacent pour présenter leur dossier à la 90e session du CIO à Berlin-Ouest [7]. Lors de la 91e session se déroulant à Lausanne (Suisse), le , au terme de 6 tours, le CIO attribue au dossier savoyard l'organisation des XVIe Jeux d'hiver de 1992 [7].

Le choix de proposer Albertville et la Savoie pour l'organisation de ces jeux d'hiver repose sur plusieurs paris. Le premier est avant tout de faire la promotion de la région touristique savoyarde, de profiter d'un « effet vitrine » [8]. L'organisation de cet événement planétaire doit aussi permettre d'apporter un développement économique à une région qui connaît, tout comme le reste du pays, la crise économique, accentuée depuis quelques années par la crise de « l'or blanc », mais aussi ayant pour objectif de moderniser le territoire savoyard [8], [9], [10]. En raison des enneigements inégaux des dernières années, du coût d'un séjour à la montagne et des infrastructures vieillissantes, les stations de sports d'hiver savoyardes connaissent un ralentissement de leurs activités vers la fin des années 1980. Ce développement doit donc passer par des investissements conjoints de l'État et des collectivités locales afin de moderniser les infrastructures d'accueil et d'hébergement, de communication [11]. Comme le souligne Rémy Charmetant, directeur général de l'Agence touristique départementale de la Savoie, « la problématique a d'abord été une problématique d'infrastructures touristiques, transformée en une problématique sportive, pour déboucher sur du développement économique durable », dans un article paru en 2006 [11].

Other Languages
беларуская (тарашкевіца)‎: Зімовыя Алімпійскія гульні 1992 году
Bahasa Indonesia: Olimpiade Musim Dingin 1992
Кыргызча: Альбервиль 1992
norsk nynorsk: Vinter-OL 1992
srpskohrvatski / српскохрватски: Zimska Olimpijada 1992
Simple English: 1992 Winter Olympics