Jeronimo

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mardaga (homonymie).
Jeronimo
Description de cette image, également commentée ci-après

Jéronimo en 2011

Informations générales
Nom de naissance Jérôme Mardaga
Naissance (44 ans)
Liège, Belgique
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Rock
Instruments guitare

Jérôme Mardaga, mieux connu sous son pseudonyme Jeronimo, est un guitariste et chanteur belge né à Liège le .

Biographie

Les débuts

Arpentant les scènes de la région de Liège depuis les années 1980 (s'étant par ailleurs retrouvé sur les bancs de l'école en même temps que l' Enfant Pavé de Starflam), notamment en tant que guitariste du groupe Sealane, Jérôme Mardaga n'acquerra une notoriété auprès du grand public qu'au début des années 2000, notamment par la diffusion de l'une de ses démos (« Mon éternel petit groupe ») sur Radio 21, sous le nom de Jeronimo. Repéré par le label indépendant Anorak Supersport, le garçon s’offre une session d’enregistrement et s’entoure d’un éternel petit groupe, trio élaboré autour d’une basse, d’une batterie et d’un clavier. L'album « Un monde sans moi » sort en Belgique en , précédé par le single « Ma femme me trompe » où le chanteur clame haut et fort qu’« il est sûr que sa femme le trompe mais qu’il tient bon ». La Belgique s’est découvert un nouveau surréaliste. Accueilli en grande pompe par la critique, ce premier disque touche un large public, séduit par ces histoires tragi-comiques aux doux relents de belgitude.

Carrière

Les portes des plus grands rendez-vous s’ouvrent pour Jeronimo. C’est le temps des concerts au Dour Festival, aux Nuits Botanique [1], au Printemps de Bourges, aux Francofolies de Spa avec Noir Désir… Le succès conduit la formation à se produire loin de nos frontières : en Suisse, en Espagne, au Canada où une large audience succombe aux charmes de ses comptines faussement désabusées. De retour de cet étonnant périple, Jeronimo est invité à assurer les premières parties d’ Indochine pour de nombreuses dates hexagonales. L’excursion se poursuit et le groupe enregistre dans la foulée un album live à l' Orangerie du Botanique à Bruxelles. Puis c'est au tour de Cali et de Tarmac d'inviter le trio pour des dates à l' Olympia et à l' Ancienne Belgique. La tournée rebaptisée « l'éternel petit tour » s'achève avec plus de 200 dates au compteur.

C’est au long de ces différents voyages que s’est écrit et enregistré, souvent dans des conditions live, « 12h33 », deuxième album de Jeronimo, qui sort au printemps 2005. Plus sombres et mélancoliques, les 12 nouveaux titres n’en demeurent pas moins visionnaires. Les guitares acoustiques se disputent avec leurs cousines électriques et diffusent des compositions bercées de mélancolie et d’insouciance. Entretemps Jérôme s'est envolé pour New York avec le réalisateur Marc Laguna afin d'y tourner un moyen-métrage illustrant les thèmes du disque. Intitulé « 12h33 », il s'agit d'un film poignant et fugitif racontant l'errance et la solitude. Disque et film sont présentés au Cirque Royal de Bruxelles et le groupe reprend la route des grands festivals wallons. Puis c'est au tour de dEUS d'emmener Jeronimo dans ses valises pour une longue tournée française qui fera étape à l' Olympia. « 12h33 » se voit attribuer le prix Rapsat-Lelièvre à Montréal et le groupe donne des prestations mémorables aux Francofolies de Montréal et au Coup de cœur Francophone en 2006. « Les mains qui tremblent » et « Moi je voudrais », les deux singles font un tabac sur les ondes de toute la francophonie.

Jérôme Mardaga trouve aussi le temps de participer à des sessions d'enregistrements pour les albums de Miam Monster Miam (Have a Cup, L'Homme Libellule), de Sophie Galet (Cyclus), de Juan d'Outremont (Bambi is dead) et de Jacques Duvall (The cowboy and the callgirl) chez Freaksville Record. Autre fait marquant en 2006, la rencontre avec Mark Gardener (Oxford UK) ex chanteur/guitariste de Ride. Jérôme rejoint son groupe ( Mark Gardener and The Full Band Sonic) et joue ses premières dates à Paris. Cependant l'année se termine dans le deuil; Fools, ingénieur du son de Jeronimo, trouve la mort en rentrant d'un concert. Le Québec attend de nouveau Jeronimo pour lui remettre le prix Rapsat-Lelièvre. Le groupe se produit à guichets fermés lors de cette dernière tournée outre-Atlantique, bénéficiant de statut de groupe culte après son premier album très remarqué. De retour sur le vieux continent, le groupe déboussolé et meurtri s'embarque sur la « Tournée Débranchée », revisite folk du répertoire de « 12h33 » qui se clôture au Botanique à Bruxelles à la fin de l'année. Une page se tourne.

Au printemps 2007, Mark Gardener and The Full Band Sonic prennent la route pour une tournée européenne qui fera étape entre autres à Berlin, Hambourg, Rome, Turin, Luxembourg, Paris, Rouen, Reims,… Véritable cure de jouvence et retour aux racines musicales anglaises de Jérôme qui était un fan assidu de Ride au début des années 1990. De nouvelles compositions de Jeronimo sont enregistrées à l'été en Italie au studio Fabbrica di Plastica (Gattatico). Jérôme y trouve sérénité, calme et recul. Les fondations du troisième album « Mélodies Démolies » y sont dessinées.

2008 est une année chargée: Jérôme rejoint le groupe corso-liégeois Saint André et enchaîne une longue série de dates, le succès est à nouveau au rendez-vous. Ensuite Jeronimo repart en Italie achever « Mélodies Démolies » et est invité au festival de Dour pour y présenter les nouvelles compositions. Nouveau succès. L'album sort à l'automne et est applaudi par la critique qui le considère comme le meilleur album de Jeronimo à ce jour. Les climats rêveurs développés en Italie laisse les guitares et les mellotrons s'épanouir en toute liberté. Jérôme y chante les paradoxes des « montagnes belges » comme dans l'immense « Irons-nous voir Ostende ? » et « Le nord le sud et le grand mur ». Sur fond de crise économique mondiale, le single « L'argent c'est bien » part en éclaireur. le groupe se produit au Cirque Royal et à l' Ancienne Belgique avant les festivals de 2009. La pochette du disque arbore fièrement un cliché de Françoise Sagan, désinvolte et insouciante, à l'image de la musique et des textes. Début 2009, Jeronimo se produit à Londres dans Soho devant une assistance enthousiaste ainsi que peu après dans la mythique Ancienne Belgique. Malheureusement le troisième album peine à trouver son public et malgré des dates incessantes, la lassitude et le doute envahissent le chanteur/guitariste. À l'automne Jerome rejoint Saint André aux studios ICP pour l'enregistrement d'un second opus très attendu réalisé sous la houlette de Jean-Louis Pierrot. Jerome retrouve également Jacques Duvall et Benjamin Schoos le temps d'une session d'enregistrement pour l'album « Expert en Désespoir ». À noter également que Jérôme Mardaga a joué dans le groupe belge The engines Of Love qui se produit occasionnellement en Belgique. Il a également participé activement à l'enregistrement de l'album Hermetic du même groupe qui sort début 2011 et reçoit volée de bonnes chroniques. À l'aube de 2010, Jerome Mardaga annonce la fin de l'aventure Jeronimo et s'offre un dernier concert archi-complet à la Chapelle de Mons. Dernier concert donné dans la bonne humeur et l'émotion. Jerome rejoint Phantom feat. Lio pour une date à Bruxelles puis traverse le channel pour Londres où il se produit avec Phantom feat. Marie-France. Ensuite Jerome rejoint les Loved Drones de Miam Monster Miam qui se produit à Bruxelles et à Paris. Viendra peu après la rupture houleuse avec le groupe Saint André, jugé trop consensuel par le guitariste en quête d'indépendance vis-à-vis du music business et de la musique formatée. Jerome quitte le label Anorak Supersport fin 2010, soucieux de trouver un environnement plus dynamique. Ce sera désormais Freaksville Record pour lequel Jerome participe régulièrement à des sessions studios ainsi que des scènes. Dès 2011, Jerome collabore au sein des Experts en Désespoir de Jacques Duvall, avec qui il effectue une tournée qui passe par le Cirque Royal de Bruxelles. Il intègre les Obstacles, nouveau groupe de Marc Morgan, et a emmené ses guitares jusqu'à Berlin afin d'y coucher sur bande l'album Beaucoup vite loin. Entretemps, Jerome lance les bases de Tympan, un nouveau projet résolument tourné vers l' Angleterre aussi bien dans le texte que dans la musique, l'artiste y invite différents chanteurs et chanteuses. À noter que Laurence « Loz » Colbert, ex- batteur de Ride et Jesus and Mary Chain, est invité à la batterie dans Tympan.

Toujours avide de rencontres, Jérôme embarque avec Marc Dixon pour le temps d'un album. "Jours sombres Nuits blanches" voit les deux hommes se retirer dans une grande maison perdue sur les hauts plateaux ardennais et co-réaliser l'opus. Jérôme joue tous les instruments et s'occupe également des enregistrements. L'album sera mixé par Gilles Martin et sortira début 2012 en auto-production. 2012 est aussi l'année de la réalisation de "Zinzin", l'album surprise, l'album retour de Jeronimo. S'appuyant de la dynamique retrouvée grâce au travail avec Marc Dixon, Jérôme s'isole un mois durant dans une église romane et boucle seul l'enregistrement de ce quatrième effort. L'album, sixéorartiillesrMartin,a au printemps 2013 et recevra à nouveau un très bel accueil. Cependant la scène est moins présente car Jérôme est avant tout soucieux de préserver sa nouvelle dynamique d'enregistrements et de réalisations. Passages obligés par Les Nuits Botanique, les Francos de Spa et le réseau des Clubs Plasma.

À noter que Jérôme a rejoint les Loved Drones le temps d'un concert mythique en octobre 2012 avec en invités de luxe Damo Suzuki (Can) et Rob Ellis (PJ Harvey).

Dans la foulée Jérôme enchaîne avec la réalisation du premier album de Li-Lo* , "By The Way" où, à nouveau, il gère la production artistique, les enregistrements et la plupart des instruments. À noter que cet album contient un extrait de la bande sonore originale du court-métrage "Mr Hublot", primé aux Oscars en 2013. Toujours très productif en 2013, Jérôme rejoint l'ex Mud Flow Olivier Juprelle pour réaliser son premier album "Le Bruit et la Fureur". Il décide d'accompagner Juprelle en tournée en tant que guitariste. Jérôme retourne vers la scène avec Hugo Chastanet, l'auteur-compositeur-interprete français qui avait mis tout le monde dans sa poche avec son tube "La Nacelle" en 1996. Scènes avec Hugo pour son album "L'Homme du Soir" mais également du studio.

2014 est donc une année scénique pour Jérôme avec Olivier Juprelle, Hugo et Jeronimo.

2015 verra la suite de la tournée d'Hugo et la clôture des enregistrements d'un nouvel album ainsi qu'une tournée en Chine aux côtés d'Olivier Juprelle.

Other Languages