Jean Lassalle

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lassalle.
Jean Lassalle
Jean Lassalle en 2017.
Jean Lassalle en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(15 ans, 2 mois et 3 jours)
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007
17 juin 2012
18 juin 2017
Circonscription 4e des Pyrénées-Atlantiques
Législature XIIe, XIIIe, XIVe, XVe
Groupe politique UDF puis NI
Prédécesseur Michel Inchauspé
Maire de Lourdios-Ichère

(40 ans, 3 mois et 20 jours)
Successeur Marthe Clot
Vice-président du conseil général des Pyrénées-Atlantiques

(10 ans et 17 jours)
Président François Bayrou
Conseiller général des Pyrénées-Atlantiques
Élu dans le canton d'Accous

(33 ans et 8 jours)
Élection
Réélection


Prédécesseur Robert Balangué
Successeur Jean-Claude Coste
Marie-Lyse Gaston
Président de Résistons !
En fonction depuis le
(1 an, 5 mois et 6 jours)
Prédécesseur Parti créé
Vice-président du MoDem

(6 ans, 4 mois et 26 jours)
Président François Bayrou
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Lourdios-Ichère
( Pyrénées-Atlantiques, France)
Nationalité française
Parti politique UDF (jusqu'en 2007)
MoDem (2007-2016)
Résistons ! (depuis 2016)
Enfants Thibault Lassalle
Profession technicien agricole
Résidence Lourdios-Ichère, Pyrénées-Atlantiques ( France)

Signature de Jean Lassalle

Jean Lassalle, né le à Lourdios-Ichère ( Basses-Pyrénées, aujourd'hui Pyrénées-Atlantiques), est un homme politique français.

Il est maire de Lourdios-Ichère de 1977 à 2017 et député depuis 2002. Remarqué pour ses interventions à l' Assemblée nationale, il acquiert une notoriété nationale avec sa grève de la faim pour éviter le départ de la vallée d'Aspe de l’usine Toyal et avec sa candidature à l' élection présidentielle de 2017, où il finit en septième position sur onze candidats.

Biographie

Origines, études

Jean Lassalle naît à Lourdios-Ichère, petit village de la vallée d'Aspe. Il est issu d’une famille de bergers pratiquant la transhumance, dont l’exploitation à flanc de montagne est aujourd’hui tenue par son frère, Julien Lassalle. Technicien agricole spécialisé dans l’ hydraulique et l’ aménagement du territoire, il fonde une société de conseil qui emploie une dizaine de salariés.

Sa langue maternelle est l' occitan, et il signe Jan de Lassala quand il écrit dans cette langue [1].

Parcours politique

Débuts

À 21 ans, en mars 1977, il est élu maire de son village natal, Lourdios-Ichère, devenant ainsi un des plus jeunes maires de France [2]. Il reste maire de cette commune jusqu'en juillet 2017.

En 1982, il est élu conseiller général des Pyrénées-Atlantiques dans le canton d'Accous et entre au conseil général des Pyrénées-Atlantiques comme benjamin. De 1988 à 2002, Jean Lassalle est suppléant du député RPR Michel Inchauspé, puis devient, en 2002, député de la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques.

Parallèlement, il devient de 1994 à 2011 vice-président de l’Assemblée départementale, où il préside le comité départemental du tourisme. Il est également, durant dix ans, président du parc national des Pyrénées. Il est, depuis 1994, à la tête de l’institution patrimoniale du Haut-Béarn.

Il est aussi, pendant dix ans, à la tête de l’association des maires des Pyrénées-Atlantiques, ayant pour objet la représentation des maires et présidents d'établissements publics de coopération intercommunale adhérents, en facilitant l'exercice de leurs fonctions, cet aspect se traduisant notamment par un contrat groupe garantissant la responsabilité personnelle des maires, ainsi que par le développement d'actions de formation envers les élus des communes [3]. Il est également investi dans l’association départementale des élus de montagne.

Soutien de François Bayrou

Jean Lassalle et François Bayrou, en 2012.

Proche de François Bayrou, il participe activement à la campagne présidentielle de celui-ci en 2007. Il est dans la foulée élu député UDF-MoDem aux législatives de juin 2007 à la suite d'une triangulaire — la seule de France — face à Hervé Lucbéreilh (UMP) et Jean-Pierre Domecq (PS). Il adhère au Mouvement démocrate (MoDem) dès le lancement officiel de celui-ci en et en devient l'un des vice-présidents le 27 mars 2010 [4].

Il vote pour Nicolas Sarkozy au second tour de l' élection présidentielle de 2012, au contraire de François Bayrou [5]. Au second tour des élections législatives de juin suivant, où il se présente sous l'étiquette « Le Centre pour la France » ( MoDem), il est réélu en obtenant 50,98 % des suffrages exprimés contre son rival François Maïtia (PS) [6]. À l' Assemblée nationale, il siège comme député non-inscrit ; son suppléant est Barthélémy Aguerre, directeur de l'entreprise Spanghero [7].

Candidature à l'élection présidentielle de 2017 et création de Résistons !

Résistons !
Image illustrative de l'article Jean Lassalle
Logotype officiel.
Présentation
Président Jean Lassalle
Fondation

(Résistons !)
Scission de Mouvement démocrate
Légalisation
Slogan « Pour l'égalité des chances sur l'ensemble de notre territoire »
Positionnement Divers droite [8]
Centre [9]
Idéologie Agrarisme
Ruralisme
Humanisme
Localisme
Protectionnisme
Souverainisme
[réf. nécessaire]
Affiliation internationale Aucune
Coalition Aucune
Couleurs Bleu et rouge
Site web resistons-france.fr
Représentation
Députés
1 / 577
Sénateurs
0 / 348

Début 2016, il critique la position de François Bayrou sur la présidentielle 2017 (candidature conditionnée par le succès ou non d' Alain Juppé à la primaire de la droite) [10]. Le 3 mars 2016, il laisse entendre qu'il envisage une candidature à l' élection présidentielle de 2017 [11]. L'officialisation de celle-ci a lieu le 17 mars 2016, dans un entretien accordé à La République des Pyrénées [12].

Le , il quitte officiellement le MoDem [13], [14].

Fin 2016, il nomme son mouvement de campagne « Résistons » [15]. Il obtient notamment le soutien de Gérard Schivardi, dirigeant du Parti ouvrier indépendant démocratique [16].

Par ailleurs, les statuts, déposés le , sont légalisés le .

À trois jours de la fermeture du comptage des parrainages, il dénombre 453 signatures [17] sur les 500 nécessaires. Le 15 mars 2017, le président de l' Association des maires ruraux de France annonce l'obtention des 500 signatures requises [18]. Le 18 mars, sa candidature à l'élection présidentielle est validée par le Conseil constitutionnel qui a validé 708 parrainages [19], parmi lesquels les maires de communes rurales sont largement représentés [20].

Le 23 avril 2017, à l'issue du premier tour, il obtient 435 365 voix, soit 1,21 % des voix, arrivant en septième position sur onze candidats [21]. En vue du second tour, il ne donne pas de consigne de vote [22].

À la suite de l'élection présidentielle, son mouvement de campagne, Résistons !, prend l'allure d'un parti politique, puisqu'il est désormais possible d'y adhérer et qu'il présente des candidats aux élections législatives de juin 2017.

Lors de ce scrutin, Jean Lassalle arrive dans sa circonscription en deuxième position au premier tour, ce qui le place en situation difficile pour le second face au candidat de la majorité présidentielle. Il remporte néanmoins le second tour avec plus de 2 000 voix d'avance sur Loïc Corrégé, candidat investi par La République en marche ! [23]. Dans le reste des circonscriptions, Résistons ! présente 21 autres candidats sur les 50 prévus. Ceux-ci ayant tous été tous éliminés dès le premier tour, le mouvement organise un appel aux dons pour rembourser ses frais de campagne [24].

Le 16 juillet 2017, en raison de l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation sur le cumul des mandats, il est contraint de démissionner de son mandat de maire de Lourdios-Ichère après 40 ans de mandats [25].

Idées politiques

Ruralité et agriculture

Président du Parc national des Pyrénées de 1989 à 1999, et du Comité départemental du tourisme des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle défend l'idée de « protéger sans interdire » au travers du Collectif national des racines et des hommes (CNRH) qu'il a contribué à fonder et qu'il préside. Le CNRH dénonce notamment le système des parcs nationaux perçus comme l'instrument d'une réquisition des territoires et d'une financiarisation de la nature, au détriment des habitants. Le collectif dénonce une politique de gestion du territoire antidémocratique et prône le principe de gestion en bien commun librement partagé par et pour tous dans un souci de protection de la nature au profit du respect de la vie de ses autochtones [26].

Il ironise à l' Assemblée nationale, en , à propos du pacte écologique proposé par Nicolas Hulot :

« Je propose simplement d’élever Nicolas Hulot au rang de père de la Nation, et même, profitant des bonnes relations qu’entretient le Président de la République avec le pape, de le canoniser. (Sourires.) Il serait en effet prudent de le mettre à l’abri de la justice, qui risque de lui demander un jour des comptes : car c’est bien l’argent des grands spéculateurs les plus pollueurs qu’il blanchit, ou verdit, dans sa fondation ! [27] »

Il préside depuis 1994 l'Institution patrimoniale du Haut-Béarn (IPHB), un organisme fondé sur la charte de développement durable des vallées béarnaises et de la protection de l' ours (signée le 31 janvier 1994), qui a pour but de réfléchir à l'avenir de trois vallées béarnaises : Ossau, Aspe, Barétous, avec deux missions : le développement socio-économique des vallées et la gestion de l'ours, de la faune et des milieux naturels. L'institution fonctionne en « gestion de patrimoine commun » fondée sur l'implication, la concertation et la décision partagée : ainsi les habitants sont mis au centre des projets concernant leurs vallées. Elle permet donc la rencontre de plusieurs acteurs concernés par la vallée : élus, administrateurs, bergers, association de protection de la nature, hydro-électriciens… Elle a obtenu des investissements importants pour les bergers de montagne et la préservation de l'ours [28].

En novembre 2008, Jean Lassalle lance avec André Chassaigne un appel national pour des États généraux des campagnes françaises, appelant à faire de l’arrêt du déclin programmé des campagnes françaises une grande cause nationale. Cet appel dénonce publiquement la dégradation des services publics dans les campagnes, l'absence de financement pour les espaces ruraux dans la politique d'aménagement du territoire, l’endettement des communes rurales sous le poids des normes et le manque de crédit supprimant la possibilité de toute vision d'avenir pour les élus, la disparition des agriculteurs suivi du départ des artisans et des commerçants [29].

En 2016, il est le seul député, sur 525 votants, à voter contre la nouvelle mouture de la loi montagne [30].

Services publics

En juin 2003, il entonne la chanson béarnaise Aqueros Mountagnos dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale pendant les questions au gouvernement, interrompant le Ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, pour obtenir le maintien d'une gendarmerie près du tunnel du Somport [31], et de manière plus générale combattre la disparition des services publics de proximité. La gendarmerie menacée est finalement maintenue pour sécuriser le tunnel du Somport [32] .

Il se pose également en défenseur des élus de proximité, et en opposant à la loi NOTRe du 7 août 2015 sur le regroupement forcé des communes en intercommunalités, et des régions [33], [34], [35], [36], [37].

Politique industrielle

Le , il entame au Palais Bourbon, dans la salle des Quatre-Colonnes, une grève de la faim qui durera 39 jours. Par cet acte, il veut faire pression pour éviter le départ de la vallée d'Aspe de l’usine Toyal, filiale du groupe japonais Toyo Aluminium K.K. qui emploie 150 salariés, et qui souhaitait ouvrir une autre implantation à Lacq, à 70 kilomètres d' Accous [38]. En 5 semaines, il perd 21 kg et souffre de baisses de tension. Son action reçoit un large écho médiatique national et international. Le , il est hospitalisé d'urgence à l' hôpital Raymond-Poincaré de Garches, ce qui provoque l'intervention du président de la République Jacques Chirac, du premier ministre Dominique de Villepin et du ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy. Ceux-ci amènent la société Toyal Europ à annuler le projet de nouvelle implantation ; le député cesse alors sa grève de la faim [39], [40].

Il est également vice-président de l'association Estivade d'Aspe Pyrénées, présidée par Marthe Clot, sa première adjointe à la municipalité de Lourdios-Ichère. L'organisation a notamment pour but de réaliser des chantiers d'insertion et des actions d'accompagnement et d'accès à l'emploi pour des personnes en difficulté sociale et professionnelle. L'association fonctionne à partir d' ateliers chantiers d'insertions accueillant des bénéficiaires du RSA, des jeunes et d'anciens détenus. Ces ateliers se concentrent sur deux secteurs, d'une part, le secteur du tourisme social comprenant la gestion d'hébergement touristique et, d'autre part, le secteur de l'environnement avec l'entretien et le nettoyage des milieux naturels.

Positions sociétales

Préférant introduire une « union », il est d'abord indécis à propos de l'extension du mariage aux couples de même sexe [41]. En avril 2013, il vote finalement contre la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe [42].

Du au 11 décembre 2013, Jean Lassalle quitte les bancs de l’ Assemblée nationale pour effectuer un tour de France à pied à la rencontre des citoyens, écouter leurs griefs et donner la parole aux « oubliés ». Cette marche de plus de 5 000 kilomètres qui a duré un peu plus de huit mois lui a permis de rencontrer des milliers de personnes. Il a ainsi pu recueillir leurs souffrances, colères, doutes et aspirations, pour être « la voix des sans-voix », invitant tout Français à témoigner, individuellement ou collectivement dans des « Cahiers de l’Espoir » [43] qu'il a lancé (inspirés des cahiers de doléances de l'Ancien Régime). Jean Lassalle a posé les principes de ces Cahiers lors de sa conférence de presse qui s’est déroulée à Dunkerque le [44]. Arrivé à Paris le , il organise les 14 et deux journées citoyennes de débats autour des Cahiers de l’Espoir et des nombreux témoignages récoltés tout au long de son périple. Un rapport sur cette Marche a été remis aux plus hautes autorités de l’État, au président de la République française, le , et aux présidents des deux Chambres [45].

À la suite de la marche est créée l'association La marche citoyenne, construite sur le principe du respect de la parole donnée, et qui érige au rang de priorités le respect de la dignité de la personne humaine et l'écoute des compatriotes, en mettant l'accent sur l'importance du lien humain. En son sein a été institué un Conseil national de réflexions et de propositions (CNRP).

Organisée en commissions thématiques, cette association continue, sous une autre forme, le travail commencé par Jean Lassalle lors de sa marche vers les Français. Elle mobilise l’intelligence collective, permettant au citoyen de devenir acteur de l’action politique et de réinjecter du sens dans la vie démocratique des institutions. L'association se déclare en dehors de tout parti politique. Elle répond à l’exigence démocratique croissante des citoyens, œuvrant au retour du Politique comme fondateur de la cohésion sociale et du rapport entre les hommes.

En mai 2016, il soutient le mouvement Nuit debout [46] et se rend à plusieurs reprises place de la République pour échanger avec les manifestants et les soutenir contre la loi Travail. Il vote la motion de censure déposée par la droite face à l'utilisation de l'article 49 alinéa 3 du gouvernement qui visait à faire adopter la loi.

Politique internationale

Carte du tour d'Europe de Jean Lassalle.

Jean Lassalle décide d’entamer, à partir du 2014, un tour de l’Europe à la rencontre de ses concitoyens européens [47]. Il rencontre également de hauts représentants politiques comme Angela Merkel. Le député visite ainsi l’Angleterre, l’Irlande, l’Italie, la Slovénie, la Croatie, la République tchèque, l’Espagne, l’Allemagne, la Roumanie, la Grèce, le Danemark et la Suède. Il dresse un constat sévère sur l’Europe : manque de démocratie, manque d’identité européenne, opacité des institutions européennes, croissance des inégalités ; avec une attention particulière à l’avenir de la jeunesse d'Europe.

Il critique très vivement le projet de traité TAFTA de « libre-échange transatlantique » entre l'Europe et les États-Unis. Il a plusieurs fois manifesté sa colère face à l'opacité des négociations de ce traité, qui aura selon lui un lourd impact sur les normes sociales, sanitaires et environnementales en France [48], [49].

Il est le président de l’Association des populations des montagnes du monde (APMM) depuis 2002. En juin 2000, l’Association nationale des élus de la montagne (ANEM) et la ville de Chambéry organisaient conjointement un Forum mondial de la montagne, se tenant à la fois à Chambéry et dans les locaux de l' UNESCO à Paris, et réunissant 900 participants issus de 70 pays. La création de l'APMM est décidée dans les mois qui suivent, ses statuts étant rédigés en avril 2001. Elle a pour but de sauvegarder les territoires d’exception et la dignité des populations concernées. Elle réunit aujourd'hui plus de 70 pays sur quatre continents. L’APMM veut assurer la pérennité de l’identité montagnarde en promouvant un développement durable et équitable. Elle soutient les initiatives locales des membres de l'association, et organise l’échange et la coopération Nord-Sud et Sud-Sud. Elle est à l'origine de la Charte des populations des montagnes du monde [50], qui appelle à la reconnaissance des peuples des montagnes, à un accès équitable aux biens sociaux, services et équipements, au respect et à la reconnaissance des identités, cultures, spécificités de la montagne, à une exploitation maîtrisée et respectueuse des ressources.

Lors de visites en Syrie, il rencontre, aux côtés d'autres députés, le président syrien Bachar el-Assad (en novembre 2015 [51] puis en janvier 2017) [52]. Dans le contexte de la campagne présidentielle, sa seconde visite en janvier 2017 suscite nombre de réactions hostiles. Il déclare en effet, dans le quotidien régional Sud Ouest, à propos d'el-Assad :

« Je suis dans l’incapacité de dire si ce qu’il fait, c’est bien ou mal. Je ne suis pas un tribunal, je ne suis pas La Haye ! La France refuse ce débat, on est tout de suite accusé de pactiser avec le diable [53]. »

Le député socialiste Sébastien Pietrasanta l'accuse de soutenir un « régime de barbares » [54]. Jean Lassalle attire en revanche la sympathie des médias proches du Kremlin comme Russia Today, qui multiplie les articles (du 6 au 10 janvier 2017) louant son voyage avec les députés Mariani et Dhuicq, ou Sputnik, à qui le député accorde une interview [55].

Jean Lassalle dénonce une « dictature financière » de l' Union européenne (UE) et propose de retrouver « les marges de manœuvre politiques et financières » de la France, de renégocier les traités de l'UE et de refonder une « Europe des nations », rassemblant des « États démocratiques et responsables » [56].

Vie privée

Jean Lassalle et son épouse Pascale Lassalle ont quatre enfants, Alizée, Geoffray, Amaury et Thibault Lassalle, rugbyman professionnel évoluant au Castres Olympique depuis la saison 2016/2017.

Other Languages
العربية: جان لاسال
Deutsch: Jean Lassalle
English: Jean Lassalle
Esperanto: Jean Lassalle
Bahasa Indonesia: Jean Lassalle
Nederlands: Jean Lassalle
occitan: Joan Lassala
русский: Лассаль, Жан