Jean-Yves Le Bouillonnec

Jean-Yves Le Bouillonnec
Illustration.
Fonctions
Député de la 11e circonscription du Val-de-Marne

(15 ans et 1 jour)
Élection16 juin 2002
Réélection17 juin 2007
17 juin 2012
LégislatureXIIe, XIIIe et XIVe
Groupe politiqueSRC puis SER
PrédécesseurClaude Billard (PCF)
SuccesseurAlbane Gaillot
Maire de Cachan

(19 ans, 5 mois et 25 jours)
Élection
Réélection11 mars 2001
9 mars 2008
30 mars 2014
PrédécesseurJacques Carat (PS)
SuccesseurHélène de Comarmond (PS)
Conseiller général du Val-de-Marne
élu dans le canton de Cachan

(4 ans, 3 mois et 19 jours)
PrédécesseurPatrice Hernu (UDF)
SuccesseurAlain Blavat (PS)
1er Président de Paris Métropole

(11 mois et 29 jours)
Prédécesseurposte créé
SuccesseurJacques JP Martin (UMP)
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissanceCachan (Val-de-Marne)
NationalitéFrançaise
Parti politiqueParti socialiste

Jean-Yves Le Bouillonnec est un avocat et un homme politique socialiste français, né le à Cachan dans le Val-de-Marne.

Il a été maire de Cachan de 1998 à 2018, et député de la 11e circonscription du Val-de-Marne de 2002 à 2017, et est, depuis 2015, président du comité de surveillance de la société du Grand Paris, qui réalise le réseau de métro automatique Grand Paris Express.

Membre du groupe socialiste, radical et citoyen à l'Assemblée nationale, il est vice-président de la Commission des Lois, après avoir été pour le groupe le responsable des questions relatives à l’urbanisme, au logement et à la rénovation urbaine sous la 13e législature.

Il a été au centre de l'attention médiatique, lors de l'affaire du relogement des squatteurs du CROUS de Cachan, à l'automne 2006. Les logements étudiants occupés illégalement ayant été évacués de force par les CRS, le maire logea d'urgence les squatteurs dans le gymnase de l'école Belle-image pour éviter les troubles à l'ordre public qui pourraient survenir s'ils étaient laissés à la rue. Le gymnase fut occupé pendant une période bien plus longue, les étrangers en situation irrégulière en ayant fait un symbole, et voulant éviter d'être séparés par la force publique[1].

Il a publié en 2008 un rapport, passablement critique, sur la loi Robien concernant l'immobilier[2], et en 2010, un livre Logement: le bien premier, édition Jean Jaurès Fondation[3].

Other Languages