Jean-Pierre Chevènement

Jean-Pierre Chevènement
Jean-Pierre Chevènement en 2014.
Jean-Pierre Chevènement en 2014.
Fonctions
Sénateur du Territoire de Belfort

(5 ans 11 mois et 29 jours)
Élection
Prédécesseur Yves Ackermann
Successeur Cédric Perrin
Maire de Belfort

(6 ans et 3 mois)
Prédécesseur Jackie Drouet
Successeur Étienne Butzbach

(14 ans 2 mois et 22 jours)
Prédécesseur Emile Gehant
Successeur Jackie Drouet
Ministre de l' Intérieur

(3 ans 2 mois et 25 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jospin
Prédécesseur Jean-Louis Debré
Successeur Jean-Jack Queyranne (intérim)
Daniel Vaillant
Ministre de la Défense

(2 ans 8 mois et 17 jours)
Président François Mitterrand
Gouvernement Rocard Rocard I et II
Prédécesseur André Giraud
Successeur Pierre Joxe
Ministre de l' Éducation nationale

(1 an 8 mois et 1 jour)
Président François Mitterrand
Gouvernement Fabius
Prédécesseur Alain Savary
Successeur René Monory
Ministre d'État, Ministre
de la Recherche
et de l' Industrie

(1 an 10 mois et 1 jour)
Président François Mitterrand
Gouvernement Pierre Mauroy Pierre Mauroy I
Pierre Mauroy Pierre Mauroy II
Prédécesseur André Giraud
Pierre Aigrain
Successeur Laurent Fabius
Député du Territoire de Belfort
Élu dans la 1re puis la 2e circonscription

(1 an 7 mois et 27 jours)
Prédécesseur Gilberte Marin-Moskovitz
Successeur Michel Zumkeller

(6 ans et 24 jours)
Prédécesseur Gilberte Marin-Moskovitz
Successeur Gilberte Marin-Moskovitz

(2 ans 3 mois et 26 jours)
Prédécesseur Élection à la proportionnelle par département
Successeur Gilberte Marin-Moskovitz

(8 ans 3 mois et 21 jours)
Prédécesseur André Tisserand
Successeur Lucien Couqueberg
Biographie
Date de naissance (77 ans)
Lieu de naissance Belfort ( Territoire de Belfort)
Nationalité française
Parti politique SFIO (1964-1969)
PS (1969-1993)
MDC (1993-2002)
Pôle républicain (2002-2003)
MRC (2003-2015)
Conjoint Nisa Grunberg
Diplômé de IEP Paris ( 1960)
ENA ( 1965)
Profession Conseiller commercial au ministère des Finances

Jean-Pierre Chevènement
Maire de Belfort

Jean-Pierre Chevènement, né le à Belfort ( Territoire de Belfort), est un homme politique français.

Il est plusieurs fois ministre dans les années 1980 et 1990, député, maire de Belfort, sénateur. Longtemps membre du Parti socialiste, il est à l'origine du Mouvement des citoyens (MDC) et du Mouvement républicain et citoyen (MRC). Il se présente à l' élection présidentielle de 2002, avec des positions qualifiées de «  souverainistes », et recueille 5,33 % des voix.

Biographie

Enfance et études

Jean-Pierre Chevènement est le fils de Pierre Chevènement, instituteur, et de Juliette Garessus, institutrice. La famille Chevènement est une famille franc-comtoise d'origine suisse ( canton de Fribourg), dont le nom était à l'origine Schwennemann, francisé en Chevènement au XVIIIe siècle [1].

Lauréat du concours général en grec et géographie, il est diplômé de l' Institut d'études politiques de Paris (1960) et élève de l' ENA dans la même promotion (promotion Stendhal 1963-1965) que Lionel Jospin, Jacques Toubon et Ernest-Antoine Seillière. En 1967, il a publié, sous un pseudonyme, avec son ami et premier collaborateur au CERES (alors courant de la SFIO), Didier Motchane, L'Énarchie ou les Mandarins de la société bourgeoise, premier livre grand public traitant de l' ENA. Il est aussi diplômé d'allemand de l'Université de Vienne.

Vie privée

Il épouse le dans le 15e arrondissement de Paris [2], Nisa Grunberg, peintre et sculptrice. Ils ont eu deux fils : Raphaël (scénariste, réalisateur et journaliste) et Jean-Christophe.

Il est locataire, à partir de 1983, d'un appartement de cinq pièces dans le cinquième arrondissement de Paris, propriété de la Régie immobilière de la ville de Paris [3]. Durant les années 2000, plusieurs articles de presse évoquent cette situation [4], [5], bien que la légalité de cette location ne soit pas contestée [6], [7]. Jean-Pierre Chevènement refuse de donner suite aux propositions de deux adjoints au maire de Paris, Jean-Yves Mano et Pierre Aidenbaum, qui lui suggèrent de libérer ce logement « par souci d'exemplarité » [8], soulignant qu'il a déjà accepté une importante augmentation de loyer [9].

Carrière professionnelle

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [ Comment faire ?] ou le modèle sur les passages nécessitant une source.

À sa sortie de l' ENA, il est élève officier à l' École militaire de Cherchell avant de devenir attaché, puis conseiller commercial au ministère de l'Économie et des Finances (1965-1973). Il préside la Conférence Olivaint de 1957 à 1959.

Jean-Pierre Chevènement, préfet d' Oran (Algérie) par intérim lors du massacre du 5 juillet 1962, cite le nombre de 807 victimes fourni par ses services, nombre qu’il estime devoir être légèrement minoré, des habitants ayant peut-être gagné le port ou l'aérodrome, et trouvé un départ, et préfère pour sa part se résoudre à parler de centaines de victimes. Sous-lieutenant, Jean-Pierre Chevènement était alors chef de cabinet adjoint du préfet d'Oran, chargé des liaisons militaires. Le général Joseph Katz le jugeait trop curieux sur la question des disparus et Jean-Pierre Chevènement écrit avoir « bien failli disparaître dans la tourmente » [10].

Parcours politique

Ascension

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [ Comment faire ?] ou le modèle sur les passages nécessitant une source.

Les journalistes Joseph Confavreux et Marine Turchi écrivent à son sujet : « Jeune énarque, il fréquente [...] le club Patrie et Progrès, un groupuscule de gaullistes de gauche, dirigé par l’énarque Philippe Rossillon, qui milite pour le maintien de l’ Algérie française. Il s’y lie notamment à d’autres énarques tels Alain Gomez et Didier Motchane, avec lesquels il fondera ensuite le CERES » [11].

Membre de la SFIO à partir de 1964, il se montre partisan d'une rénovation du socialisme. Dans cet esprit, lors du congrès d'Épinay de 1971 qui fonde le PS, il apporte son soutien à François Mitterrand, qui prend la tête du nouveau parti. Dirigeant le Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste (CERES), qui constitue l'aile gauche du PS, il est chargé par Mitterrand d'élaborer le programme du PS et favorise le rapprochement avec le PCF, concrétisé par la signature du Programme commun de gouvernement en 1972. Cependant, son discours, jugé trop radical, ainsi que l'arrivée au sein du PS de Michel Rocard, auquel il s'oppose, entraînent sa mise à l'écart.

Il se forge par ailleurs une assise d'élu local en devenant député du Territoire de Belfort en 1973 (réélu en 1978 et 1981), conseiller régional de Franche-Comté (1974-1988), premier adjoint au maire de Belfort et président du conseil de district de l'agglomération belfortaine (1977-1983). À partir de mars 1983, il est constamment élu maire de Belfort ; il devient cependant premier adjoint de sa ville en 1997, lorsque Lionel Jospin demande à ses ministres de choisir entre leurs fonctions gouvernementale et locale. En tant que maire, il développe le tissu universitaire (notamment grâce à ses actions comme ministre de l'Éducation nationale), contribue à la fondation de la communauté d'agglomération belfortaine (grâce à la loi qu'il fait voter en tant que ministre de l'Intérieur), à la rénovation et à la colorisation du centre-ville, ainsi qu'à la promotion du projet de LGV Rhin-Rhône

En 1979, avec le CERES, il soutient François Mitterrand au congrès de Metz, contre Michel Rocard et Pierre Mauroy. François Mitterrand l'emportant, il a la charge de rédiger le programme socialiste en vue de la présidentielle de 1981. La même année, il est élu président du conseil régional de Franche-Comté.

Ministre sous la présidence Mitterrand

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [ Comment faire ?] ou le modèle sur les passages nécessitant une source.

Le , il est nommé ministre d'État, ministre de la Recherche et de la Technologie. Il démissionne le pour protester contre la « parenthèse libérale » et lance sa célèbre phrase : « Un ministre, ça ferme sa gueule ; si ça veut l'ouvrir, ça démissionne ». Le , nommé ministre de l'Éducation nationale, il occupe cette fonction jusqu'en . Il rétablit à cette occasion l'enseignement de l' éducation civique dans le primaire, abandonné depuis 1969. Il marque les esprits en annonçant en 1985 vouloir mener 80 % d'une classe d'âge au baccalauréat [12]. Il est de nouveau élu député du Territoire de Belfort en 1986 et 1988.

Ministre de la Défense des gouvernements Rocard I et II, il démissionne le pour protester contre l'engagement de l'armée française dans la guerre en Irak.

Il retrouve son siège à l'Assemblée nationale lors d'une élection partielle en 1991, et est réélu en 1993 et 1997. En 1992, il fait campagne contre la ratification du traité de Maastricht, puis, critiquant la « dérive gestionnaire » des socialistes, il quitte le PS en 1993, et transforme le Mouvement des citoyens (MDC), fondé en 1992, en parti politique, dont il prend la présidence.

Ministre de l'Intérieur du gouvernement Jospin

Le , il est nommé ministre de l'Intérieur du gouvernement Jospin. La circulaire du , passée un an après l' expulsion de l'Église Saint-Bernard, décidée par son prédécesseur, Jean-Louis Debré, aboutit à la régularisation de 100 000 sans-papiers sur 140 000 demandes, dont une majorité d'origine africaine (71 %) [13].

Dans un contexte de mobilisation du mouvement de l'immigration et d'une partie de la gauche ( Verts, PCF), ces derniers critiquent des critères trop stricts de régularisation [14]. À l'inverse, la droite dénonce des régularisations « massives ». Le , Chevènement déclare au Sénat, en réponse à une question de Jean-Pierre Camoin (RPR) : « Notre volonté est justement de mettre un terme aux situations inextricables et insupportables de personnes qui sont à la fois irrégularisables et inexpulsables. C'est, très largement, le produit d'une législation mal adaptée [15]. »

Deux lois portent son nom : la loi Reseda du , sur le droit des étrangers, et la loi sur l'intercommunalité du . Cette dernière loi sera « un facteur significatif d'augmentation des taux d'impôts locaux en France » [16]. Lors des débats sur la loi Reseda, qui visent à assouplir les lois Pasqua- Debré [17], Chevènement s'oppose à Charles Pasqua qui déclare, en , à propos de la carte de séjour pour les étrangers malades, « la France n’a ni vocation ni intérêt à devenir l’hôpital du monde [18]. » Le Gisti note qu'un an plus tard, Pasqua réclame la régularisation de tous les sans-papiers [19].

Le , il est opéré de calculs à la vésicule biliaire à l'hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce. Il est alors victime d'un grave accident d'anesthésie dû à une allergie au produit «  curarisant » utilisé. Il est plongé dans le coma pendant huit jours, ne sort de l'hôpital que le 22 octobre, et est tenu éloigné de son ministère pendant quatre mois. Il se surnomme alors lui-même le « miraculé de la République ». L'intérim au ministère de l'Intérieur est assuré par Jean-Jack Queyranne.

Il est l'un des défenseurs d'une « politique sécuritaire de gauche », s'opposant notamment au garde des Sceaux, Élisabeth Guigou, sur la question de la mise en détention des jeunes délinquants, et mettant en place la police de proximité. Manifestant une position « républicaine et souverainiste », il exprime aussi ses divergences de vue avec les autres membres du gouvernement à l’occasion du conflit au Kosovo [20], de la signature de la Charte européenne des langues régionales et au sujet de la Corse. S'exprimant en 2008 au sujet de la reconnaissance du Kosovo, il affirme que « c'est une triple faute » : il y voit une faute contre l'histoire, le pays n'ayant jamais été indépendant, une faute contre le droit, la guerre déclenchée en 1999 par l'Otan ayant ignoré les principes du droit international, et une faute contre l'« Europe unie » [21].

En désaccord avec le plan de Lionel Jospin sur l'avenir de la Corse, Jean-Pierre Chevènement démissionne le , protestant contre ce qu'il appelle les « accords de Matignon » (en référence aux accords de 1988 entre indépendantistes kanaks et loyalistes), qui reconnaissent les mouvements nationalistes corses sans que ceux-ci n'aient préalablement renoncé à l'utilisation de la violence.

Élection présidentielle de 2002

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [ Comment faire ?] ou le modèle sur les passages nécessitant une source.

Il retrouve son mandat de député du Territoire de Belfort en 2000, à l'issue d'une élection législative partielle provoquée par la démission de Gilberte Marin-Moskovitz.

Candidat à l' élection présidentielle de 2002, il se veut « ni de droite, ni de gauche » et reçoit le soutien de partisans de la droite (royalistes, anciens partisans de Jean-Marie Le Pen ou souverainistes), de socialistes, ainsi que de proches de l'extrême gauche. Il est soutenu par des résistants comme Lucie et Raymond Aubrac, Robert Chambeiron ou Pierre Marie Gallois et par des intellectuels comme Jean-François Kahn, Régis Debray ou Max Gallo, son directeur de campagne. Il se réfère aux valeurs de la République, notamment à la laïcité, et se montre critique envers l'intégration européenne et l'alliance avec les États-Unis. Un temps présenté comme le troisième homme dans les sondages, il recueille 5,33 % des suffrages exprimés, se plaçant en sixième position sur les 16 candidats présents à ce premier tour. Sa candidature est présentée comme un élément explicatif de l'échec dès le premier tour du candidat du PS, Lionel Jospin.

En mai 2002, le MDC se fond au sein du Pôle républicain dans la perspective des élections législatives prévues le mois suivant, lors desquelles Jean-Pierre Chevènement perd son siège de député au profit du candidat de l'UMP, Michel Zumkeller. Le Pôle républicain devient ensuite le Mouvement républicain et citoyen (MRC), dont il est le président de 2008 à 2010 et le président d'honneur de 2003 à 2008 et de 2010 à 2015.

Maire et sénateur

Jean-Pierre Chevènement en 2007.

En 2004, il fonde l'association pour la Fondation Res Publica, reconnue d' utilité publique par décret l'année suivante. Le MRC s'allie au Parti socialiste et au PCF dans quelques régions lors des élections régionales de 2004, et obtient 15 élus.

Jean-Pierre Chevènement enchaîne les débats politiques pour soutenir le « non » au référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe, lequel est refusé par 54,87 % des suffrages. Deux ans plus tard, en 2007, il s'oppose au traité de Lisbonne, qui apparaît comme un traité « simplifié » de celui de 2004 [22].

Il annonce sa candidature à l' élection présidentielle le , avant de se retirer le mois suivant, après un accord politique intervenu entre le MRC et le PS qui accorde la priorité à la relance économique et qui offre la possibilité au MRC d'obtenir des représentants à l' Assemblée nationale à l'occasion des élections législatives à venir. Au cours de la campagne électorale de 2007, Jean-Pierre Chevènement occupe une place active auprès de Ségolène Royal. Aux élections législatives, il ne parvient pas à reprendre son siège de député à Michel Zumkeller. Il démissionne de son mandat de maire au lendemain de cette défaite, mais conserve la présidence de la communauté d'agglomération jusqu'en 2008, cédant son siège à Étienne Butzbach [23].

Jean-Pierre Chevènement est candidat à l' élection sénatoriale du 21 septembre 2008 dans le Territoire de Belfort contre notamment le sortant socialiste, Michel Dreyfus-Schmidt, qui décède le 7 septembre 2008, et le candidat officiel du PS, Yves Ackermann [24]. Il est élu sénateur avec 42 % des voix au second tour [25]. Il siège sur les bancs du groupe RDSE et devient vice-président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat.

Lors du congrès de Kremlin-Bicêtre du , il quitte la présidence d'honneur du MRC pour devenir président « effectif » du parti [26]. Il appelle à voter « blanc ou nul » aux élections européennes de 2009, affirmant que « cette élection à un Parlement-fantôme est un trompe-l'œil » [27], [28], puis, lors des élections régionales de 2010, il passe un accord avec le PS, ce qui permet au MRC d'obtenir 19 élus. Il annonce qu'il se présente à la présidentielle de 2012 le [29], avant de retirer sa candidature le [30]. Il se rallie ensuite à François Hollande [31]. Il ne se représente pas à l' élection sénatoriale de septembre 2014 dans le Territoire de Belfort, remportée par l'UMP Cédric Perrin [32].

Dernières activités politiques

Le , Jean-Pierre Chevènement est nommé représentant spécial pour la Russie dans le cadre de la « diplomatie économique » du Quai d'Orsay [33]. À ce titre, il se rend en Russie, en septembre 2014, pour négocier l'apaisement des relations entre Paris et Moscou après les sanctions adoptées par l' Union européenne après la crise ukrainienne [34], [35].

Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Pierre Chevènement réunis en aout 2015 aux universités d'été de Debout la France

Jean-Pierre Chevènement quitte le MRC, dont il est jusqu'alors le président d'honneur, le , après avoir sans succès proposé de nouer un dialogue avec Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, classé à droite de l'échiquier politique [36]. Le lendemain, il prône un rassemblement allant de Jean-Luc Mélenchon à Nicolas Dupont-Aignan [37]. Il annonce d'ailleurs sa participation aux universités d'été de Debout la France fin août 2015 [38]. Il y prononce un discours sur l'Éducation et demande à « réunir tous les patriotes de droite comme de gauche » [39].

En août 2016, François Hollande propose son nom pour prendre la tête de la Fondation des œuvres de l'islam de France, créée en 2005 par Dominique de Villepin, organisme que le président de la République souhaite relancer [40]. Cette proposition est critiquée par la sénatrice écologiste de Paris Esther Benbassa qui estime que le choix par le gouvernement d'une personnalité politique « discrédite à l’avance » l'institution et qu'une telle nomination pouvant être perçue comme une « mise sous tutelle » des musulmans [41]. Le maire LR de Tourcoing Gérald Darmanin juge que « le nommer à la tête de cette fondation est une idée pour le moins paternaliste, presque coloniale [42] ». Pour la sénatrice UDI de l’Orne Nathalie Goulet, « Personne ne songerait à nommer un chrétien à la tête de la fondation pour le judaïsme [41]. » Malgré des propos maladroits (appel à la « discrétion » des musulmans, disparition d'« une nationalité » à Saint-Denis), il est cependant confirmé comme président de la fondation [43].

Positionnement politique

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [ Comment faire ?] ou le modèle sur les passages nécessitant une source.

Jean-Pierre Chevènement s’inscrit résolument dans la mouvance souverainiste : il est opposé à la construction de type État fédéraliste de l' Union européenne. Cette réticence s'exprime notamment au travers de ses charges régulières envers le traité de Maastricht (1992). Il regrette ainsi que la France n'ait pas davantage d'indépendance en matière de monnaie, de commerce extérieur, de flux financier ; mais aussi, de manière plus générale, la subordination du droit français au droit de l'Union européenne. Bien que l'idée de construction européenne lui importe, il critique la forme prise par celle-ci. Sa volonté est d'imposer une vision «  républicaine » de la nation, basée sur le consentement et l'adhésion. Il est également opposé à la réintégration de la France dans le commandement intégré de l'OTAN, y voyant une menace de subordination de la politique étrangère de la France à celle des États-Unis.

Économiquement, il se montre opposé au capitalisme financier. Il juge que le Parti socialiste s’est conformé au « dogme mondialiste néolibéral », qu’il rejette. Il estime que les politiques mises en place pour sauver l’euro dans le cadre de la crise de la dette sont des politiques d’austérité menant à la récession. Si les réformes appliquées ne permettent pas de sortir l’ union monétaire de l'ornière, il se dit alors favorable à ce qu'un glissement d'une monnaie unique à une monnaie commune se mette en place. Il prône une relance salariale couplée à une politique de change visant à faire baisser le cours de l'euro. En cela, sa pensée peut être qualifiée de keynésienne. Il se fait par ailleurs le défenseur d'une politique de protectionnisme « raisonnable » : il reprend le concept de démondialisation marchande et financière visant à réindustrialiser la France. En effet, il est selon lui impossible de conserver des services publics et un système de protection sociale forts sans la solidité d'une base productive.

Il se montre favorable à une politique sécuritaire de gauche « non laxiste », étant par exemple hostile à la légalisation des drogues. Il met cependant en garde contre d'éventuelles dérives liberticides des politiques de sécurité : il a ainsi marqué son opposition au développement des systèmes de vidéosurveillance publique ou à la loi Hadopi.

L'école est un sujet important dans le projet de Jean-Pierre Chevènement. Il souhaite mettre l'accent sur la formation des enseignants, l'école primaire et l’enseignement supérieur. L'école publique doit, selon lui, reposer sur les valeurs de transmission et d' autorité du maître vers l' élève, ainsi que du travail et de l' égalité des chances.

Il est favorable à une laïcité assez stricte cantonnant la religion uniquement à la sphère privée. Il souhaite une intégration poussée des immigrés, en opposition au communautarisme. Pour cela il préconise que les immigrés soient assimilés culturellement à la population d'origine (langue, traditions), de manière à rendre pérenne l'idée d'une nation une et indivisible. Il est de fait opposé au concept de la discrimination positive.

Jean-Pierre Chevènement est également un jacobin convaincu [réf. nécessaire] : il est opposé à toute idée de régionalisme allant dans le sens de plus de décentralisation et d' autonomie pour les régions françaises. Ses prises de positions régulières contre les idées autonomistes et indépendantistes corses en témoignent.

Sur le plan écologique, ses préférences vont à une sauvegarde du potentiel nucléaire français, ainsi qu'à la réduction des gaz à effet de serre, qui constituent, selon lui, la véritable menace.

Other Languages