Jean-Louis Bianco

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bianco (homonymie).

Jean-Louis Bianco
Illustration.
Fonctions
Président de l'Observatoire de la laïcité
En fonction depuis le
PrédécesseurFonction créée
Président du conseil général Alpes-de-Haute-Provence
PrédécesseurPierre Rinaldi
SuccesseurGilbert Sauvan
Député de la 1re circonscription des Alpes-de-Haute-Provence
PrédécesseurFrancis Galizi
SuccesseurGilbert Sauvan
Conseiller général du Canton de Digne-les-Bains-Ouest
PrédécesseurFernand Tardy
SuccesseurFrançoise Bérenguier-Boyer
Maire de Digne-les-Bains
PrédécesseurPierre Rinaldi
SuccesseurSerge Gloaguen
Ministre de l'Équipement, du Transport et du Logement
PrésidentFrançois Mitterrand
GouvernementPierre Bérégovoy
PrédécesseurPaul Quilès
SuccesseurBernard Bosson
(Équipement et transport)
Hervé de Charette
(Logement)
Ministre des Affaires sociales et de l'Intégration
PrésidentFrançois Mitterrand
GouvernementÉdith Cresson
PrédécesseurClaude Évin
SuccesseurRené Teulade
Secrétaire général de la présidence de la République française
PrésidentFrançois Mitterrand
PrédécesseurPierre Bérégovoy
SuccesseurHubert Védrine
Biographie
Nom de naissanceJean Louis Bianco
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissanceNeuilly-sur-Seine, Seine, France
NationalitéFrançaise
Parti politiquePS
Diplômé deÉcole nationale supérieure des mines de Paris
IEP de Paris
ENA

Jean-Louis Bianco, né le à Neuilly-sur-Seine, est un homme politique français.

Il est successivement secrétaire général de l'Élysée (le plus jeune à ce poste, 39 ans, et durant la plus longue période sous la Ve République, 9 ans, sous la présidence de François Mitterrand), ministre des Affaires Sociales et de l'Intégration, puis ministre de l'Équipement, du Logement et des Transports.

Durant sa carrière politique, il occupe les fonctions de maire de Digne-les-Bains, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, président du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence et député. En , il annonce l'abandon de ses mandats électifs.

Au sein de la direction du Parti socialiste, il fut le principal soutien de Ségolène Royal et défend sa candidature à la primaire citoyenne de 2011 organisée par le PS et le PRG, après avoir été son codirecteur de campagne lors de l'élection présidentielle de 2007. À la suite de la défaite de Ségolène Royal au premier tour de la primaire de 2011, il s'engage en faveur de François Hollande.

Par ailleurs, il est ancien conseiller du premier secrétaire du Parti socialiste pour les questions européennes et fut longtemps membre du bureau national du parti.

Par décret en date du 5 avril 2013, il est nommé président de l'Observatoire de la laïcité, poste où sa vision de la laïcité, divise, étant l'objet de soutiens comme de critiques.

Other Languages