Jean-Claude Lenoir

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lenoir.
Jean-Claude Lenoir
Jean-Claude Lenoir devant l'Arc de Triomphe.
Jean-Claude Lenoir devant l' Arc de Triomphe.
Fonctions
Sénateur de l'Orne

(6 ans et 1 jour)
Élection 25 septembre 2011
Groupe politique UMP puis LR
Prédécesseur Alain Lambert
Président de la Commission des Affaires économiques du Sénat

(3 ans et 1 jour)
Élection
Prédécesseur Daniel Raoul
Successeur Sophie Primas
Député de la 2e circonscription de l'Orne

(18 ans, 5 mois et 28 jours)
Réélection 1er juin 1997
16 juin 2002
10 juin 2007
Législature Xe, XIe, XIIe et XIIIe
Prédécesseur Francis Geng
Successeur Véronique Louwagie
Maire de Mortagne-au-Perche

(25 ans et 5 jours)
Réélection 25 juin 1995
Prédécesseur Robert Tanné
Successeur Jacky Desouche
Conseiller général de l' Orne
élu dans le canton de Mortagne-au-Perche

(11 ans et 22 jours)
Prédécesseur Pierre du Breil de Pontbriand
Successeur Roland Caillaud
Biographie
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance Mortagne-au-Perche ( Orne)
Nationalité Française
Parti politique UDF, UMP puis LR
Liste des députés de l'Orne
Liste des sénateurs de l'Orne

Jean-Claude Lenoir est un homme politique français, né le à Mortagne-au-Perche ( Orne), membre de l' UDF puis de l' UMP.

Biographie

Professeur au lycée Bignon de Mortagne-au-Perche, Il enseigne d’abord l’histoire de 1963 à 1970 avant d'entamer une carrière entièrement tournée vers la vie publique. Il devient l'assistant parlementaire du député Aymar Achille-Fould et l'administrateur du groupe centriste de l'Assemblée Nationale de 1970 à 1974. Il est ensuite Conseiller technique auprès de plusieurs ministres, Michel d’Ornano, René Monory et Alain Madelin de 1974 à 1988. De 1988 à 1993, il est chargé des relations avec le Parlement auprès de la direction générale d’ EdF. Parallèlement, Il s'engage dans la vie locale, fait son entrée au conseil municipal de Mortagne-au-Perche où devient adjoint au maire en 1971. Il a depuis été réélu sans discontinuité dans cette ville dont il est maire entre 1989 et 2014 [1] , [2]. En 1981, il succède à M. de Pontbriand comme conseiller général du canton de Mortagne-au-Perche. Il conserve ce mandat jusqu'en 1993, date de son élection comme député. Il siège également au Conseil régional de Basse-Normandie de 1986 à 2001. Élu député en 1993 (sans étiquette), il est réélu en 1997 (DL), en 2002 et en 2007 (UMP). Le 25 septembre 2011, il est élu sénateur de l’Orne (UMP), et président de la commission des affaires économiques au Sénat (9 octobre 2014) [3]. Ses centres d'intérêt portent sur l'énergie et les questions touchant l'aménagement du territoire [4].

Il soutient François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016 [5].

Conseil supérieur de l'énergie

En 2002, le Conseil supérieur de l'énergie est créé. En novembre de la même année, le gouvernement Raffarin le nomme président du conseil. Il est renouvelé en janvier 2012, à la suite de son élection au Sénat le , par le gouvernement Fillon. Toutefois, en devenant un élu parlementaire de l'opposition, le mardi 23 octobre 2012, il décide de démissionner de la présidence, tout en restant membre du conseil supérieur de l'énergie [6].

Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques

Membre de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, Jean-Claude Lenoir est chargé avec le député PS Christian Bataille d'un rapport sur « les techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels », dont une « version d'étape » a été déposée le 5 juin 2013 [7]. Ce rapport, qui conclut à la « nécessité de relancer les travaux de recherche afin de mieux connaître notre patrimoine géologique » et de « poursuivre l'exploration puis engager, dès que possible, l'exploitation du gaz de houille ( gaz de couche) dans les anciens bassins miniers du Nord-Pas-de-Calais et de Lorraine dans la mesure où elle ne nécessite pas l'emploi de la fracturation hydraulique », a été critiqué par les opposants aux gaz de schiste pour ses approximations scientifiques et le manque d'équilibre de la liste des personnes auditionnées par les rapporteurs, parmi lesquelles deux seulement représentaient une association de défense de la nature [8].

Médiateur de l'énergie

Jean-Claude Lenoir a été nommé par arrêté ministériel du 14 mars 2007 médiateur national à l'énergie. Cette nomination fait l'objet d'une contestation par le député François Brottes qui relève que le député UMP vient « d'être nommé au poste dont il a fait voter la création en y adjoignant les moyens nécessaires » [9]. Il renonce à cette fonction quelques mois plus tard et son successeur est nommé le 5 novembre 2007.

Other Languages