Jacques Pierre Abbatucci

Ne doit pas être confondu avec Jacques-Pierre Abbatucci.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Abbatucci.
Jacques Pierre Abbatucci
Abbatucci, Jacques Pierre.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
AjaccioVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Allégeance
Activité
Enfants
Jean Charles Abbatucci
Jacques-Marie-Séverin Abbatucci (d)
Antoine-Dominique Abbatucci (d)
Jacques Pierre Nicolas Pascal Abbatucci (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Distinction

Jacques Pierre Abbatucci (Giacomo Pietro Abbatucci), né à Zicavo (Corse) le et mort à Zicavo le , officier royal devenu général de division sous la Révolution.

La Corse génoise

Né à Zicavo d'un père colonel corse au service de Venise et petit-fils du général Paganelli dit Zicavo, lui aussi corse, il fait ses études au collège des Jésuites de Brescia, puis est docteur de médecine à l’université de Padoue en 1746. Il retourne s’établir en Corse, où il devient en 1753, après l’assassinat de François Gaffori, consulte de Petreto, lieutenant général des milices des pievi de l'Ornano, de l'Istria, de la Rocca et du Talavu, alors que la situation est très agitée sur l'île : Gênes tente désespérément de se maintenir, mais le départ des troupes françaises commandées par de Cursay la met dans une situation périlleuse. En 1755, Pascal Paoli est élu général des Corses (par 16 des 66 pievi, provinces) ; quatre pievi du sud, dont celle d’Abbatucci, le rejoignent en 1757. Il est élu lieutenant général pour le sud de l'île en 1763, dans une sorte de coup d’État interne des miliciens corses, ce qui entraîne son arrestation et son incarcération à Corte par Paoli, de novembre 1763 à mai 1764, date à laquelle il est banni. Il se maintient cependant en Corse jusqu’en 1765, avant de partir pour la Toscane.

En 1766, il est nommé par Paoli général pour le sud de l'île. En octobre 1768, il bat à Borgo les forces de Chauvelin, puis arrête Grandmaison et fait reculer Narbonne. Après la défaite de Ponte-Novo, il couvre la retraite de Paoli, puis fait allégeance au roi de France.