Jacques Bainville

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bainville.
Jacques Bainville
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Bainville (date incertaine entre 1900 et 1922).
Nom de naissanceJacques Pierre Bainville
Naissance
Vincennes (France)
Décès (à 57 ans)
Paris (France)
Activité principale
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur
Auteur
Langue d’écriturefrançais

Œuvres principales

Jacques Pierre Bainville, né le à Vincennes et mort le à Paris, est un journaliste, chroniqueur de politique étrangère, historien et académicien français.

Biographie

Issu d'une famille attachée aux valeurs républicaines[1], Jacques Bainville étudia au lycée Henri-IV puis une année à la Faculté de droit de Paris[2]. Il est le neveu de l’écrivain Camille Bainville[3]. Il commença son œuvre en 1900, à l'âge de 20 ans, avec Louis II de Bavière. C'est à l’issue de son séjour en Bavière que Bainville devint monarchiste en 1900. C’est par réflexion, par comparaison, que ce fils de famille républicaine, libre penseur et voltairien, peu sensible à tout sentiment nostalgique, s’est tourné vers le royalisme. Face au rayonnement d’une Allemagne unifiée par Bismarck, en plein épanouissement économique, démographique, au pouvoir stable et fort, il jugea que la République – « la fille de Bismarck », écrira-t-il dans son Bismarck et la France – était un régime malthusien, essoufflé, livré à des gens médiocres et aux querelles intestines, incapable de faire face à cette Allemagne qui le fascinait autant qu’elle l’inquiétait.

Le café de Flore vers 1900, lieu de réunion habituel des fondateurs de l'Action française.

« En mars 1900, il rencontre Charles Maurras au Café de Flore qui le séduit autant par la qualité de sa critique littéraire que par la cohérence de sa doctrine, son empirisme et son absence de préjugé religieux. Convaincu de la supériorité du modèle politique allemand, Bainville est déjà gagné aux idées monarchistes. Il est l'un des premiers à répondre dans la Gazette de France à l'Enquête sur la monarchie. Avec Maurras, il collabore à la revue traditionaliste Minerva, fondée en 1902 par René-Marc Ferry, et enseigne les relations internationales à l'Institut d'Action française, tout en assurant nombre de chroniques dans le journal du mouvement : vie parlementaire, diplomatie, économie, bourse et même vie théâtrale, rien n'échappe à sa plume[4]. »

— Agnès Callu et Patricia Gillet, Lettres à Charles Maurras : amitiés politiques, lettres autographes : 1898-1952

Maurras le fait entrer comme journaliste à La Gazette de France puis à L'Action française où il tint la rubrique de politique étrangère. Bainville écrivit aussi pour La Liberté, Le Petit Parisien et La Nation belge. Il assura la direction du journal La Revue universelle. En 1912, il épouse Jeanne Niobey[5] (1889-1970) avec laquelle il aura un fils, Hervé (1921-2014)[6].

Grande figure du monarchisme nationaliste et de l'Action française, il exalta la politique de la monarchie française (Histoire de France, 1924) et s'inquiéta de la faiblesse de la démocratie face à la puissance allemande (la Troisième République, 1935). Il est élu le membre de l'Académie française, en même temps qu'André Bellessort et Claude Farrère. Il obtient vingt voix sur vingt-sept votants pour succéder à Raymond Poincaré au 34e fauteuil.

Jacques Bainville était-il pour autant nationaliste ? Sa biographie très critique de Napoléon, et plus encore son Histoire de trois générations qui dénonce l'exaltation nationaliste et guerrière héritées de la Révolution française et du mythe napoléonien entretenu par plusieurs poètes romantiques, inspirent une réponse plutôt négative[réf. nécessaire]. Il y décrit le nationalisme français comme l'inspirateur du nationalisme allemand, donc la cause profonde des catastrophes de 1870 et de 1914-1918. Il l’explique en 1915 dans son Histoire de deux peuples puis en 1918 dans son Histoire de trois générations, où il martèle cette idée force que la plus grande erreur de la France, qui a abouti à la Première Guerre mondiale, est d’avoir contribué à l’unification allemande :

« Au nom de la gloire et des nationalités, au nom de l’émancipation des races et des principes de la Révolution, Napoléon III mettait sur le pied de guerre une armée française pour sauver la Prusse et permettre aux héritiers de Frédéric de jeter un jour sur la France des millions d’Allemands unis sous le même drapeau. »

Dans un ouvrage remarqué, Les Conséquences politiques de la paix[7], publié en 1920, Jacques Bainville est de ceux qui ont dénoncé le traité de Versailles de 1919 et les compensations très importantes demandées à l'Allemagne. Il y estimait que ce traité humiliait l'Allemagne et la pousserait à la revanche dans un avenir proche et Bainville y annonce, 15 à 20 ans à l'avance, le processus de déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, à savoir l'annexion de l'Autriche par le Reich, la crise des Sudètes avec la Tchécoslovaquie et un pacte germano-soviétique contre la Pologne. Profondément anti-communiste, il écrivait : « il s'agit d'une paix trop douce pour ce qu'elle a de dur, et trop dure pour ce qu'elle a de doux »[8].

Plaque apposée au no 31 de la rue de Bellechasse, dans le 7e arrondissement de Paris, où mourut Jacques Bainville en 1936.

François Mauriac, louant les talents d'analyste de Bainville, écrira en 1956 : « D'une science conjecturale, Bainville a fait une science exacte[9]. »

Lors de ses funérailles, le , le cortège funéraire a provoqué un embouteillage dû à la vitesse peu élevée à laquelle il avançait. Malgré lui, Léon Blum, dans une voiture à cocarde, se trouva à proximité du cortège funéraire. Reconnu par des militants d'extrême droite, Blum - alors âgé de 63 ans - fut violemment frappé par nombre d'entre eux : d'anciens Camelots, séparés officiellement de l'Action française[10], cassèrent la vitre arrière de la voiture de Blum, ce qui le blessa au cou et à la tempe d'où une profusion importante de sang[11]. L'intervention d'ouvriers travaillant sur un chantier voisin évita que le chef socialiste ne fût lynché[12]. L'enquête montrera que « la plupart des agresseurs portaient des brassards et insignes d’Action française », et le chapeau de Blum sera retrouvé dans ses locaux[13]. Cette violente agression suscita une importante émotion. En signe de protestation, une manifestation se déroula du Panthéon à la Bastille et fut marquée par quelques affrontements[14].

Il était Chevalier de la Légion d'honneur[15].

Other Languages