Islande

Cet article est en cours de réécriture ou de restructuration importante (décembre 2016).

Un utilisateur prévoit de modifier cet article pendant quelques jours. Vous êtes invité(e) à en discuter en page de discussion et à participer à son amélioration de préférence en concertation pour des modifications de fond.
Bandeau apposé par Mywiz ( d ·  c).

République d'Islande

Lýðveldið Ísland (is)

Drapeau
Drapeau de l'Islande
Blason
Armoiries de l'Islande
Description de cette image, également commentée ci-après

L'Islande au sein de l'Europe

Devise nationale Með lögum skal land byggja
(La nation est construite sur la loi.)
Hymne national Lofsöngur
Fête nationale 17 juin
Administration
Forme de l'État République parlementaire
Président Guðni Th. Jóhannesson
Premier ministre Sigurður Ingi Jóhannsson
Langues officielles Islandais
Capitale Reykjavik

64° 15' N, 21° 95' O

Géographie
Plus grande ville Reykjavik
Superficie totale 103 125  km2
( classé 108e)
Superficie en eau 2,7 %
Fuseau horaire UTC +0 ( été +0, sans changement) [1]
Histoire
Indépendance du Danemark
Date
- République

Démographie
Gentilé Islandais
Population totale (1er janvier 2016) 332 529 [2]hab.
( classé 171e)
Densité 3,2 [N 1] hab./km2
Économie
PIB nominal ( 2015) en diminution 16,718 milliards de $
-2,57% [3] ( 56e/62)
PIB (PPA) ( 2015) en augmentation 15,154 milliards de $
+5% [3] ( 61e/62)
PIB nominal par hab. ( 2014) en augmentation 51 261,875 $
+ 7,63 % (14e)
PIB (PPA) par hab. ( 2014) en augmentation 43 637,270 $
+ 2,03 % (23e)
Taux de chômage ( 2015) Decrease Positive.svg 3,992% de la pop. active
-19,48% [3]
Dette publique brute ( 2014) Nominale :
Increase Negative.svg 1 609,814 milliards de ISK
+ 0,29 %
Relative :
Decrease Positive.svg 82,071 % du PIB
- 4,24 %
IDH ( 2013) en augmentation 0,895 (très élevé) ( 13e)
Monnaie Couronne islandaise [1] ( ISK​)
Divers
Code ISO 3166-1 ISL, IS​
Domaine Internet .is
Indicatif téléphonique +354

L'Islande (en islandais Ísland, prononcé [ ˈ i s l a n t], littéralement « terre de glace »), en forme longue la République d'Islande (Lýðveldið Ísland) [N 2], est un État insulaire de l' océan Atlantique Nord, situé entre le Groenland et la Norvège, au nord-ouest des îles Féroé. Elle se trouve sur la dorsale médio-atlantique séparant les plaques tectoniques eurasienne et nord-américaine et compte de ce fait de nombreux volcans. Géographiquement plus proche du continent américain de par sa proximité avec le Groenland, le pays est rattaché culturellement et historiquement à l' Europe. Il a une superficie de 103 000 km2 et une population d'environ 331 000 habitants ; sa densité [N 1], 3,2 hab./km2, est la plus faible d'Europe ((189e rang mondial) [4]. Sa capitale, et plus grande ville, est Reykjavik. La langue nationale, l' islandais, est parlée par la quasi-totalité des habitants et a le statut de langue officielle depuis juin 2011 [5].

L'Islande fut colonisée par les Vikings à partir du IXe siècle, bien que vraisemblablement découverte auparavant par des moines irlandais connus sous le nom de Papar [N 3]. En 930, les chefs islandais décident de créer une assemblée commune, l' Althing, le plus vieux Parlement au monde. S'en suit une longue période d'indépendance connue sous le nom d' État libre islandais, durant laquelle intervient notamment la christianisation de l'Islande. Cependant, des luttes internes connues sous le nom d' Âge des Sturlungar affaiblissent le régime dès 1220, qui s'effondre en 1262 lors de la signature du Vieux Pacte qui lie l'Islande au Royaume de Norvège. Après la fin de l' Union de Kalmar en 1536, l'île passe sous domination danoise et l'Althing est abolie par le Roi en 1800. Il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour que le mouvement indépendantiste, mené par Jón Sigurðsson, se développe. L'Althing est rétablie en 1843 et l'Islande obtient l' autonomie du Danemark en 1874 [6]. En 1918, l'Islande devient juridiquement un État distinct, le Royaume d'Islande, bien que lié au Danemark par un Acte d'union qui leur confère le même roi [7]. Le pays devient pleinement indépendant et souverain en 1944 lors de la fondation de la république.

Avant la crise financière de 2008, l'Islande était au premier rang des pays les plus développés au monde selon l' indice de développement humain ( IDH) de 2007 et 2008. Son économie est fondée sur un système d' économie mixte où les services, la finance, la pêche et les industries sont les principaux secteurs. Le pays est membre de l' ONU [8], du Conseil de l'Europe [9], de l' OTAN [10], de l' AELE [11], de l' OCDE [12] et de l' EEE. L'Islande a déposé sa candidature à l'entrée dans l' Union européenne le 17 juillet 2009 [13], mais celle-ci, gelée à partir du 13 juin 2013, est officiellement retirée le 12 mars 2015 [14], bien que ce retrait soit contesté [15] par une minorité d'Islandais, la majorité refusant l'application des quotas de pêche imposés par l'UE.

Géographie

Article détaillé : Géographie de l'Islande.

La géographie de l'Islande est très fortement marquée par le volcanisme de ce pays insulaire composé d'une île principale représentant 99,7 % de sa superficie ( 19e du monde en termes de superficie) autour de laquelle gravitent quelques petites îles et îlots dont certains sont néanmoins habités. L'ensemble est situé dans le nord de l' océan Atlantique, à l'ouest de la mer de Norvège et au sud-est du détroit de Danemark. Elle est située à une distance de 287 km au sud-est du Groenland [16] (entre 63° 17' 30" et 67° 07' 05" Nord et à 4° 32' 12" Ouest) au milieu de la dorsale médio-atlantique et représente sa seule partie émergée. Le cercle polaire arctique se trouve à quelques kilomètres du nord de l'Islande [N 4]. La superficie du pays est de 103 125 km2, dont 100 329 km2 de terre et 2 796 km2 d'eau. La longueur de ses côtes est de 4 970 kilomètres [16]. Son point culminant est le Hvannadalshnjúkur avec 2 109,6 mètres d'altitude [16]. Les fleuves les plus longs sont le Þjórsá avec 230 kilomètres de longueur et la Jökulsá á Fjöllum avec 206 kilomètres [16].

Géologie

Article détaillé : Géologie de l'Islande.
Article connexe : Volcans d'Islande.
Système volcanique de l'Islande.
Un des aspects de l'éruption de l'Eyjafjöll en 2010.
Le geyser Strokkur.

L'Islande est située au milieu de l' Atlantique sur la dorsale médio-océanique entre l' Europe et l' Amérique. Ainsi, d'un point de vue de la tectonique des plaques, la partie nord-ouest de l'Islande est sur la plaque américaine et la partie sud-est est sur la plaque eurasiatique. De plus, un point chaud se situerait juste en-dessous de l'Islande, plus précisément sous le massif du Vatnajökull. Cette situation unique engendre sur l'île une importante activité volcanique et géothermale, située principalement le long de ce graben, là où le magma est le plus près de la surface.

Les manifestations à la surface de cette intense activité volcanique sont nombreuses : de nombreux volcans et failles éruptives sont situés sur l'île, dont environ 130 actifs, et de nombreux phénomènes paravolcaniques comme les solfatares et les sources thermales, dont les geysers (ce mot étant lui-même d'origine islandaise). L'abondance d'une telle énergie géothermique fait que la plupart des habitants ont accès à l'eau chaude et au chauffage domestique pour des prix très modiques.

Depuis l'ère tertiaire, cette île de 103 000 km2 ne cesse de se transformer à cause de l'activité volcanique permanente ; ses contours sont donc en évolution relativement rapide (à l'échelle des temps géologiques). L'île volcanique de Surtsey, formée dans les années 1960, est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO [17].

Le volcan Eyjafjöll est entré en éruption le 15 avril 2010, provoquant l'arrêt des lignes aériennes dans le nord de l'Europe durant plusieurs jours [18], [19].

Topographie et hydrologie

Carte physique de l'Islande.

L'Islande possède un relief assez important. Le centre de l'île (les hautes terres d'Islande) constitue un vaste plateau d'altitude supérieure à 500 m, et les côtes sont souvent montagneuses, découpées de fjords (en particulier la région des fjords de l'ouest et l' Austurland).

Environ 10 % de l'île est recouverte de glaciers. Il y a quatre glaciers importants : le Vatnajökull, le Hofsjökull, le Langjökull et le Mýrdalsjökull. Ces glaciers alimentent plusieurs grandes rivières glaciaires (d'où le nom Jökulsá de plusieurs d'entre elles) dont la Þjórsá est la plus longue (230 km) et l'Ölfusá la plus importante en termes de débit (423 m3/s) [16]. Ces rivières offrent une source importante d'électricité, utilisée principalement par l'industrie.

Ces caractéristiques géographiques exceptionnelles ont permis à l'île de développer un tourisme en plein essor, également pour observer les aurores boréales.

La topographie de l'île est marquée par une activité volcanique encore prégnante voire en augmentation. De plus en raison de la fonte accélérée des glaciers dans le contexte du réchauffement climatique l'île subit une élévation rapide de son sol ( rebond isostatique), dont le début coïncide avec les premiers indices relevés (il y a environ 30 ans) de modifications locales du climat suffisantes pour faire fondre la glace à une vitesse accélérée (jusqu'à 35 mm/an, soit 1,4 pouce/an dans les années 2000-2014). Le relèvement du sol n'est pas parfaitement homogène : certaines parties du centre-sud de l'île montent de 35 mm/an, une vitesse qui surprend les chercheurs qui suivent ce mouvement ascendant du sol via un réseau géodésique spécialement installé de 62 récepteurs GPS fixés au sol ou sur des rochers de différents parties de l'Islande (depuis 1995 pour certains de ces récepteurs). Les données fournies par ce réseau montrent que « au moins pour l'Islande, le soulèvement en cours d'accélération du sol est directement liée à l'amincissement des glaciers et au réchauffement climatique ». Il existe des traces géologiques d'un phénomène similaire lors de la dernière déglaciation (entamée il y a environ 12000 ans) avec une activité volcanique qui dans certaines régions de l'Islande avait augmenté de trente fois. L'augmentation récente de la fréquence d'éruptions volcaniques régionales (comme l'éruption de l'Eyjafjöll en 2010, qui a eu des conséquences économiques négatives dans le monde entier) pourrait être liée à ce phénomène de rebond isostatique. De futures études vont porter sur un éventuel lien entre la variation saisonnière de l'épaisseur et du poids des calottes glaciaires et ces mesures [20]. Un phénomène similaire a été signalé en 2010 pour les îles du Svalbard et du Groenland, avec au Groenland un soulèvement de l'ouest de l'île qui semble avoir commencé dans la fin des années 1990. L'élévation y atteignait déjà 1 pouce par an (2,5 cm) vers 2010, et à ce rythme pourrait doubler pour atteindre deux pouces par an (5 cm) d'ici 2025 selon Tim Dixon (professeur de géophysique à l'Université de Miami et l'un des auteurs principaux de l'étude [21]).

Climat

Article détaillé : Climat de l'Islande.

L'Islande possède un climat océanique tempéré, soumis à l'influence des vents froids polaires. Grâce au Gulf Stream, ses côtes sud et ouest bénéficient d'une température bien plus clémente en hiver que New York [22]. Les températures ne s'éloignent jamais beaucoup de 0 °C (5 °C en moyenne annuelle à Reykjavik, 3,8 °C à Akureyri). Les précipitations varient du nord au sud. Akureyri, au nord, a un total inférieur à 500 mm, alors qu'au sud certaines stations météorologiques atteintes de plein fouet par les tempêtes océaniques ont un total pluviométrique annuel qui peut dépasser 2 000 mm.

Un proverbe islandais illustrant la variabilité du temps dit : « Si le temps ne te plaît pas, attends juste cinq minutes » [22].

Relevé météorologique de Reykjavik - altitude : 61 m (période 1961-1990)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne ( °C) −3 −2,1 −2 0,4 3,6 6,7 8,3 7,9 5 2,2 −1,3 −2,8 1,9
Température moyenne (°C) −0,5 0,4 0,5 2,9 6,3 9 10,6 10,3 7,4 4,4 1,1 −0,2 4,4
Température maximale moyenne (°C) 1,9 2,8 3,2 5,7 9,4 11,7 13,3 13 10,1 6,8 3,4 2,2 7
Précipitations ( mm) 75,6 71,8 81,8 58,3 43,8 50 51,8 61,8 66,5 85,6 72,5 78,7 798,2
Source : Le climat à Reykjavik (en °C et mm, moyennes mensuelles,nbre jours pluie) climate-charts.com


L'île est presque totalement située au sud du cercle Arctique et connaît donc une alternance jour/nuit toute l'année, même si la durée de clarté du jour est très courte en hiver, et les nuits sont très courtes en été. Seule la petite île de Grímsey, qui constitue le lieu habité le plus septentrional d'Islande, est traversée par le cercle polaire arctique.

Flore et faune

De maigres forêts et fruticées de bouleaux pubescents, aujourd'hui quasiment disparues, couvraient le quart de l'Islande avant la colonisation humaine.
Le plateau central islandais est le plus souvent nu ou juste parsemé de quelques plantes rabougries.
Les landes rases riches en éricacées (camarine, callune, myrtille…) constituent le principal type de couverture végétale continue.

Plus de la moitié du territoire islandais est dépourvue de végétation terrestre ou juste colonisée par de rares plantes dispersées. Après avoir décompté les quelques étendues d'eau : lacs, rivières et lagunes, qui couvrent environ 2 % de la surface du pays, c'est donc un désert qui occupe principalement le plateau central et les chaînes montagneuses et qui est composé de glaciers (environ 10 % du territoire islandais), d'étendues de roches volcaniques nues (environ 23 %), de terrains à végétation très éparse (environ 13 %) et de sables (environ 3 %) [23].

La périphérie de l'île est plus verdoyante, avec majoritairement de nos jours des paysages de toundra. Ce ne fut pas toujours le cas: les Vikings au IXe siècle découvrirent une île couverte à plus du quart de sa superficie par des forêts ou des buissons de bouleaux pubescents [N 5]. Les défrichements agricoles, l'exploitation du bois pour la construction ou comme combustible et le pâturage des moutons ont fait disparaître ces boisements naturels [24] qui ne couvrent plus aujourd'hui que 1,1 % de la surface de l'île (0,2 % de forêts et 0,9 % de buissons) [25]. Cependant depuis un peu plus d'un siècle, également pour lutter contre les phénomènes d'érosion, l'Islande a développé une politique de conservation, et également d' afforestation en plantant diverses espèces exotiques. La plus importante forêt issue de cet effort, est celle de Hallormsstadarskogur, près de Egilsstadir, créée à partir de 1903 dans l'est de l'île. Ces forêts se sont avérées de très bons puits de carbone, du fait de la pauvreté initiale en carbone du sol [26].

Les principales formations végétales actuelles sont alors des landes rases qui s'étendent sur environ 35 % de l'Islande et qui peuvent être constituées soit de sous-arbrisseaux dont notamment la camarine noire (Empetrum nigrum), la callune (Calluna vulgaris), la myrtille des marais (Vaccinium uliginosum)…, soit simplement de tapis de mousses ou de lichens parsemés ici ou là de quelques touffes de petites plantes vasculaires. Les autres habitats sont des tourbières et marécages (environ 7 %), des prairies naturelles (environ 3 %), et des terres agricoles (environ 2,5 %) essentiellement représentées par des pâtures et prairies de fauche [23].

La Dryade à huit pétales (Dryas octopetala), Holtasóley en islandais, la fleur nationale du pays, que l'on trouve également en Arctique, dans les Alpes et autres montagnes d'Europe, est l'une des premières colonisatrices des terres libérées par les glaciers ou des champs de lave refroidis.
L' Épilobe à feuilles larges (Chamerion latifolium), qui peut former en floraison de remarquables étendues roses près des rivières est l'une des rares espèces communes à la flore américaine et à la flore islandaise qui sont absentes du reste de l'Europe.
Contrairement à ce que pourrait laisser penser leur vitalité, les lupins ne sont pas des fleurs typiques d'Islande mais ont été introduits depuis la côte pacifique de l'Amérique du Nord.

La flore terrestre indigène et naturalisée d'Islande comprend 470 espèces de plantes vasculaires et environ 500 espèces de mousses et apparentées. Un tiers des espèces de plantes vasculaires sont caractéristiques de la flore arctico-alpine, et sont incluses dans un ensemble de type boréal qui représente plus de la moitié de la flore. Les autres espèces, à distribution plus large et plus tempérée, sont surtout des graminées et des plantes du littoral ou des milieux d'eau douce [27]. Il n'existerait qu'une seule espèce incontestablement endémique, une euphraise : Euphrasia calida [28]. D'un point de vue botanique, l'Islande se trouve aussi au croisement des influences américaine et européenne, mais avec une prédominance nette de la part européenne. Il existe ainsi seulement 8 espèces que l'on ne trouve qu'en Amérique et en Islande, contre environ 72 qui n'existent qu'en Europe [27].

L'importance des espèces boréales parmi les plantes islandaises est un héritage de la flore de la dernière glaciation. Cette flore froide s'est maintenue à cause de l'isolement de l'île, malgré un climat aujourd'hui plus doux qui permettrait d'exprimer une végétation de type plus tempéré. De nombreuses espèces exotiques ont d'ailleurs été introduites par les humains, pour l'agrément des jardins ou pour d'autres raisons et certaines peuvent devenir envahissantes au détriment de la flore indigène. Le cas le plus marquant est sans doute celui du lupin bleu d'Alaska ( Lupinus nootkatensis) qui peut former de véritables tapis monospécifiques, qui s'est avéré très intéressant pour fixer des sols érodés et reconstituer leur fertilité mais qui constitue une menace d'étouffement des plantes locales.

Les chevaux islandais présentent des robes de couleurs variées.
L'Islande abrite la plus importante partie des effectifs mondiaux de Petits Pingouins.
Les moutons islandais ont assuré la subsistance et l'habillement des habitants mais ont contribué fortement à la dégradation des sols et de la végétation.

Du fait de son isolement insulaire, l'Islande possède peu d'espèces animales terrestres indigènes : aucun reptile ni amphibien, un seul mammifère, des insectes en nombre limité… Les populations d'animaux marins, notamment les oiseaux, sont en revanche bien représentées.

Le seul mammifère terrestre qui était présent en Islande avant l'arrivée des colons est le renard polaire (Alopex lagopus), probablement arrivé lors d'une ère glaciaire en marchant sur la mer gelée. Malgré une longue tradition de chasse intensive, censée empêcher la prédation sur les agneaux et sur les colonies d'eiders ( Somateria mollissima) exploitées pour leur duvet, les populations de renards polaires ont toujours réussi à se reconstituer rapidement après des baisses importantes d'effectifs comme celle commencée dans les années 1950 jusqu'à la fin des années 1970 où l'on estime qu'ils n'étaient plus qu'environ un millier en hiver [29]. Leur population actuelle pour l'ensemble du pays est évaluée à environ 8 000 [30]. Il est de nos jours toujours chassé [31], mais protégé dans certaines réserves comme celle de Hornstrandir où les touristes peuvent l'observer [32]. Quelques ours polaires venant du Groenland s'échouent parfois sur l'île après avoir dérivé sur des morceaux de banquise [33].

Les autres mammifères indigènes de l'île sont marins. On trouve ainsi des phoques et de nombreuses baleines près des côtes islandaises. Ces dernières ont donné leur nom à certains lieux, tels que le Hvalfjörður (signifiant fjord des baleines), et la ville de Húsavík a connu un important développement touristique centré sur l'observation des cétacés. La baleine fait l'objet d'une chasse très controversée.

Cependant, les colons vikings ont introduit sur l'île plusieurs espèces, involontairement dans leurs navires, comme les rats et les souris, ou volontairement pour l'agriculture, comme les moutons, les vaches, les chevaux. Ces fameux chevaux islandais, aujourd'hui au nombre d'environ 50 000 sur l'île, ont la particularité d'être exclusivement issus de groupes importés avant la fin du Xe siècle et d'avoir conservé des caractères ancestraux. Ils sont petits (entre 1,30 m et 1,40 m au garrot), et très résistants ; ils ont été, des siècles durant, le seul moyen intérieur de transport et de locomotion [34].

L'Islande héberge de grandes populations d'oiseaux, en particulier marins. La falaise de Látrabjarg, par exemple, est considérée comme la plus grande falaise à oiseaux de l'Atlantique nord, où se trouve entre autres, la plus importante colonie de Petit pingouin (Alca torda) au monde [35]. Après avoir failli disparaître voilà un siècle, prélevés avec excès pour être consommés tout comme leurs œufs, les macareux moines (Fratercula arctica), parents des pingouins, sont aujourd'hui plusieurs millions, en grande partie dans les îles Vestmann, ce qui représente la plus grande colonie de macareux moines du monde [36].

On trouve aussi plusieurs espèces d'oiseaux d'eau douce, abondantes par exemple dans la réserve naturelle de Mývatn-Laxá.

Géographie humaine

Carte générale de l'Islande avec ses principales villes et routes.

L’Islande fait partie politiquement de l' Europe, et non de l' Amérique. Géographiquement, elle se situe en effet à cheval sur le rift de séparation des deux continents, la plus grande partie de son territoire se situant du côté européen du rift.

Culturellement et historiquement, sa population est d'origine européenne et non indienne ou inuit. L’Islande possède la plus faible densité de population d'Europe avec 3,2 habitants par kilomètre carré [N 1]. La répartition de la population de l'île est très inégale. La majorité des villes et villages est située sur la côte car les terres intérieures, ou «  Hautes Terres d'Islande », sont constituées principalement de déserts inhabitables. La principale ville du pays est Reykjavik, la capitale, qui concentre près de la moitié de la population islandaise, et même les deux tiers si on inclut l'agglomération dont elle est le centre. La partie orientale de l'île ne compte que 12 000 habitants, qui dépendent en grande partie de la pêche. Les principales villes du pays en dehors de l'agglomération de Reykjavik sont Akureyri, un port important du nord de l'île, et Keflavík, le lieu d'implantation de l' aéroport international.

Transports

Article détaillé : Transport en Islande.
La route 1, ou route circulaire (Hringvegur), principale voie qui fait le tour de l'île, n'a cependant rien par endroits d'une autoroute.

Le principal mode de transport en Islande est la route. En 2012, le réseau comptait 12 898 km de routes, dont 5 252 km de routes revêtues [37]. Les principaux liens par ferry se font entre les Îles Vestmann et le port de Landeyjahöfn (parfois Þorlákshöfn lors des intempéries), entre Stykkishólmur et Brjánslækur (en passant par l'île de Flatey), et entre Akureyri et l'île de Grímsey (en passant par l'île de Hrísey et le port de Dalvík [38]). Le pays n'a pas de voies ferrées.

La route 1 est la route principale qui fait le tour de l'île et relie la plupart des zones habitables. Seules quelques routes, dont les pistes de Sprengisandur et de Kjölur, traversent l'intérieur du pays, inhabité. Ces routes sont réservées à des véhicules 4×4, du fait de nombreux franchissements de gués. L'hiver, la plupart des routes secondaires sont difficilement praticables, et les pistes sont même souvent fermées à la circulation. La gestion des routes est assurée par l'administration islandaise des routes, en islandais Vegagerðin [39].

En Islande, les lignes de bus sont très utilisées, avec pour les touristes des systèmes de forfaits estivaux [40]. L’ auto-stop est également un moyen de déplacement fréquemment pratiqué sur les voies touristiques malgré un trafic souvent faible sur les axes les plus isolés.

Quelques ferries assurent des liaisons régulières pour desservir les petites îles habitées ou pour traverser certains fjords.

L' aéroport de Keflavík, situé à 50 km de la capitale, est le grand aéroport international d'Islande. Il sert de hub pour les compagnies Icelandair (qui assure toute l'année des liaisons directes à partir de la France, et de l'été jusqu'à l'automne à partir de la Belgique et du Canada) et WOW air (qui propose des vols au départ de la France). Des liaisons internationales régionales sont proposées entre l'aéroport de Reykjavik et le Groenland et les îles Féroé. Périodiquement, il y a eu des vols au départ des aéroports d'Akureyri ou d'Egilsstadir à destinations européennes. Quelques compagnies locales, comme Air Iceland ou Eagle Air Iceland, basées à l' aéroport de Reykjavik, assurent les vols intérieurs et des vols régionaux. L'Islande compte en tout 98 aérodromes, certains de taille très modeste.

Other Languages
Acèh: Islandia
Afrikaans: Ysland
Akan: Iceland
Alemannisch: Island
አማርኛ: አይስላንድ
aragonés: Islandia
Ænglisc: Īsland
العربية: آيسلندا
asturianu: Islandia
azərbaycanca: İslandiya
تۆرکجه: ایسلند
башҡортса: Исландия
Boarisch: Island
žemaitėška: Islandėjė
Bikol Central: Islanda
беларуская: Ісландыя
беларуская (тарашкевіца)‎: Ісьляндыя
български: Исландия
भोजपुरी: आइसलैंड
Bislama: Iceland
bamanankan: Aisland
বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী: আইসল্যান্ড
brezhoneg: Island
bosanski: Island
буряад: Исланд
català: Islàndia
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Bĭng-dō̤
нохчийн: Исланди
Cebuano: Islandya
کوردیی ناوەندی: ئایسلەند
corsu: Islanda
qırımtatarca: İslandiya
čeština: Island
kaszëbsczi: Islandëjô
словѣньскъ / ⰔⰎⰑⰂⰡⰐⰠⰔⰍⰟ: Исландъ
Чӑвашла: Исланди
Cymraeg: Gwlad yr Iâ
dansk: Island
Deutsch: Island
Zazaki: İslanda
dolnoserbski: Islandska
ދިވެހިބަސް: އައިސްލަންޑަން
eʋegbe: Iceland
Ελληνικά: Ισλανδία
emiliàn e rumagnòl: Islanda
English: Iceland
Esperanto: Islando
español: Islandia
eesti: Island
euskara: Islandia
estremeñu: Islándia
فارسی: ایسلند
Fulfulde: Islannda
suomi: Islanti
Võro: Island
føroyskt: Ísland
arpetan: Islande
Nordfriisk: Islönj
furlan: Islande
Frysk: Yslân
Gaeilge: An Íoslainn
Gagauz: İslandiya
Gàidhlig: Innis Tìle
galego: Islandia
Avañe'ẽ: Iylanda
गोंयची कोंकणी / Gõychi Konknni: आइसलँड
𐌲𐌿𐍄𐌹𐍃𐌺: 𐌴𐌹𐍃𐌰𐌻𐌰𐌽𐌳
ગુજરાતી: આઈસલેંડ
Gaelg: Yn Eeslynn
Hausa: Iceland
客家語/Hak-kâ-ngî: Pên-tó
Hawaiʻi: ʻĀina Hau
עברית: איסלנד
हिन्दी: आइसलैण्ड
Fiji Hindi: Iceland
hrvatski: Island
hornjoserbsce: Islandska
Kreyòl ayisyen: Islann
magyar: Izland
Հայերեն: Իսլանդիա
interlingua: Islanda
Bahasa Indonesia: Islandia
Interlingue: Island
Igbo: Iceland
Ilokano: Islandia
Ido: Islando
íslenska: Ísland
italiano: Islanda
Patois: Aislan
la .lojban.: island
Basa Jawa: Èslan
ქართული: ისლანდია
Qaraqalpaqsha: İslandiya
Taqbaylit: Island
Адыгэбзэ: Ислэнд
Kongo: Islande
қазақша: Исландия
kalaallisut: Islandi
ភាសាខ្មែរ: ប្រទេសអាយឡែន
한국어: 아이슬란드
Перем Коми: Исланд
къарачай-малкъар: Исландия
Kurdî: Îslenda
kernowek: Island
Кыргызча: Исландия
Latina: Islandia
Ladino: Islandia
Lëtzebuergesch: Island
лезги: Исландия
Luganda: Isilandi
Limburgs: Iesland
Ligure: Islanda
lumbaart: Islanda
lingála: Islandi
لۊری شومالی: ئیسلأند
lietuvių: Islandija
latgaļu: Īslandeja
latviešu: Islande
мокшень: Исланда
Malagasy: Islandy
олык марий: Исландий
Māori: Tiorangi
македонски: Исланд
മലയാളം: ഐസ്‌ലാന്റ്
монгол: Исланд
मराठी: आइसलँड
Bahasa Melayu: Iceland
Malti: Iżlanda
Mirandés: Eislándia
မြန်မာဘာသာ: အိုက်စလန်နိုင်ငံ
مازِرونی: ایسلند
Dorerin Naoero: Aiterand
Nāhuatl: Iztlalpan
Plattdüütsch: Iesland
Nedersaksies: Ieslaand
नेपाली: आइसल्याण्ड
Nederlands: IJsland
norsk nynorsk: Island
norsk bokmål: Island
Novial: Islande
Nouormand: Islaunde
Diné bizaad: Tin Bikéyah
occitan: Islàndia
Livvinkarjala: Islandii
Oromoo: Aayislaandi
Ирон: Исланди
ਪੰਜਾਬੀ: ਆਈਸਲੈਂਡ
Pangasinan: Island
Kapampangan: Islandya
Papiamentu: Islandia
Picard: Islinde
पालि: आइसलैंड
Norfuk / Pitkern: Iseland
polski: Islandia
Piemontèis: Islanda
پنجابی: آئس لینڈ
Ποντιακά: Ισλανδία
پښتو: آيسلېنډ
português: Islândia
Runa Simi: Islandya
rumantsch: Islanda
română: Islanda
armãneashti: Islanda
tarandíne: Islanne
русский: Исландия
русиньскый: Ісландія
Kinyarwanda: Isilande
संस्कृतम्: आइसलैंड
саха тыла: Исландия
sardu: Islanda
sicilianu: Islandia
Scots: Iceland
sámegiella: Islánda
Sängö: Islânde
srpskohrvatski / српскохрватски: Island
Simple English: Iceland
slovenčina: Island
slovenščina: Islandija
Gagana Samoa: Aiselani
chiShona: Iceland
Soomaaliga: Ayslaan
shqip: Islanda
српски / srpski: Исланд
Sranantongo: Islenikondre
SiSwati: Echweni
Sesotho: Iceland
Seeltersk: Ieslound
Basa Sunda: Islandia
svenska: Island
Kiswahili: Iceland
ślůnski: Islandyjo
తెలుగు: ఐస్‌లాండ్
tetun: Izlándia
тоҷикӣ: Исландия
Türkmençe: Islandiýa
Tagalog: Iceland
Tok Pisin: Aislan
Türkçe: İzlanda
татарча/tatarça: Исландия
chiTumbuka: Iceland
тыва дыл: Исландия
удмурт: Исландия
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: ئىسلاندىيە
українська: Ісландія
اردو: آئس لینڈ
oʻzbekcha/ўзбекча: Islandiya
vèneto: Islanda
vepsän kel’: Islandii
Tiếng Việt: Iceland
West-Vlams: Ysland
Volapük: Lisladeän
walon: Izlande
Winaray: Islandya
Wolof: Islaand
吴语: 冰岛
მარგალური: ისლანდია
ייִדיש: איסלאנד
Yorùbá: Íslándì
Zeêuws: Iesland
中文: 冰岛
文言: 冰島
Bân-lâm-gú: Peng-tó
粵語: 冰島
isiZulu: I-Ayisilandi