Indochine française

Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un «  article de qualité ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Indochine (homonymie).
Union indochinoise
(1887-1941)
Fédération indochinoise
(1941-1954)

1887- 1954

Drapeau Blason
Emblème du Gouvernement général de l'Indochine.
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de l'Indochine française : localisations du Tonkin, de l' Annam, de la Cochinchine, du Laos, du Cambodge et (au nord-est) de Kouang-Tchéou-Wan.

Informations générales
Statut Fédération d'une colonie, de quatre protectorats et d'un territoire à bail, relevant de l' empire colonial français.
À partir de 1949 : fédération d' États associés de l' Union française.
Capitale Saïgon
(1887-1902, 1945-1954)
Hanoï
(1902-1945)
Langue français, vietnamien, khmer, lao, chinois
Monnaie piastre de commerce
Démographie
Population env. 22 655 000 (1940)
Superficie
Superficie 1945 ~737 000 km2
Histoire et événements
Création [1]
Ajout du protectorat du Laos
Ajout de Kouang-Tchéou-Wan
Mutinerie de Yên Bái
Fin 1930-début 1931 Premiers soulèvements communistes
Coup de force des Japonais
Rétrocession de Kouang-Tchéou-Wan à la Chine
Hô Chi Minh, chef du Việt Minh, proclame l'indépendance de la République démocratique du Viêt Nam
Début de la conférence de Fontainebleau, qui débouchera sur un échec
Novembre- décembre 1946 Début de la guerre d'Indochine
Proclamation de l' État du Viêt Nam, dirigé par l'ancien empereur Bảo Đại
Le Cambodge de Norodom Sihanouk proclame son indépendance
13 mars- Bataille de Diên Biên Phu
Accords de Genève, division du Viêt Nam entre Nord et Sud
Dissolution des derniers liens fédéraux

L’Indochine française [2], [a], [b] est un territoire de l'ancien empire colonial français, dont elle était la possession la plus riche et la plus peuplée. Officiellement nommée Union indochinoise puis Fédération indochinoise, elle est fondée en 1887 et regroupe, jusqu'à sa disparition en 1954, diverses entités possédées ou dominées par la France en Extrême-Orient : trois pays d' Asie du Sud-Est aujourd'hui indépendants, le Viêt Nam, le Laos et le Cambodge, ainsi qu'une portion de territoire chinois située dans l'actuelle province du Guangdong.

L'Indochine française est créée pour englober plusieurs territoires aux statuts officiels différents, conquis entre 1858 et 1907 par la France au fur et à mesure de son expansion en Asie orientale. Elle se compose de la colonie de Cochinchine (Sud du Viêt Nam), des protectorats de l' Annam et du Tonkin (Centre et Nord du Viêt Nam), du protectorat du Cambodge, du protectorat du Laos et du territoire à bail chinois de Kouang-Tchéou-Wan.

La colonisation française de la péninsule commence en 1858 sous le Second Empire, avec l' invasion de la Cochinchine, officiellement annexée en 1862, suivie de l'instauration d'un protectorat sur le Cambodge en 1863. Elle reprend à partir de 1883 sous la Troisième République avec l' expédition du Tonkin, corollaire de la guerre franco-chinoise, qui conduit la même année à l'instauration de deux protectorats distincts sur le reste du Viêt Nam. En 1887, l'administration de ces territoires est centralisée avec la création de l'Union indochinoise. Deux autres entités lui sont rattachées par la suite : en 1899 le protectorat laotien, instauré six ans auparavant, et en 1900 Kouang-Tchéou-Wan, que la France avait commencé d'occuper deux ans plus tôt.

Les Français sont peu nombreux en Indochine, qui n'est pas une colonie de peuplement mais en premier lieu une zone d'exploitation économique, grâce à ses nombreuses matières premières ( hévéa, minerais, riz, etc.). Sur le plan financier, la colonisation française en Extrême-Orient est un succès : la balance commerciale de l'Indochine est presque constamment bénéficiaire au début du e siècle et son économie connaît un « boom » dans les années 1920, ce qui lui vaut d'être considérée comme la « perle de l'empire ». La France développe les systèmes de santé et d'éducation dans les pays indochinois, dont la société reste cependant très inégalitaire. Les indigènes, malgré le développement d'une bourgeoisie locale, demeurent placés dans une situation d'infériorité et beaucoup connaissent des conditions de travail très dures. Sur le plan politique, la période coloniale se traduit par un profond affaiblissement de la monarchie vietnamienne, qui règne symboliquement sur un territoire divisé. Au Cambodge, le roi reste au contraire le principal référent de l'unité du pays, tandis que le Laos se constitue progressivement en tant que nation.

Tout au long de l'histoire de l'Indochine française, l'ordre colonial fait face à des soulèvements périodiques ; dans l' entre-deux-guerres, l' indépendantisme — principalement vietnamien — regagne en puissance, au profit notamment des communistes locaux. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'Indochine est occupée par le Japon tout en restant jusqu'au bout fidèle à Vichy, puis en mars 1945, craignant un débarquement allié, les Japonais détruisent l'administration coloniale. Le vide du pouvoir à la fin de la guerre permet ensuite au Việt Minh, mouvement dirigé par les communistes, de proclamer l'indépendance du Viêt Nam. La France tente de reprendre le contrôle en réorganisant l'Indochine sous la forme d'une fédération d' États associés de l' Union française ; mais l'échec des négociations avec le Việt Minh débouche, fin 1946, sur la guerre d'Indochine, conflit qui s'inscrit à la fois dans le contexte de la décolonisation et dans celui de la guerre froide.

Les Français cherchent à trouver une solution en réunifiant le territoire vietnamien, où est proclamé en 1949 l' État du Viêt Nam. Le conflit vire cependant à l'impasse politique et militaire, au point que la France doit se résoudre à abandonner l'Indochine. Le Cambodge proclame son indépendance dès . Le processus est accéléré par la défaite française lors de la bataille de Diên Biên Phu, qui sonne le glas de la colonisation ; en , les accords de Genève mettent un terme à la guerre d'Indochine et marquent dans le même temps la fin de la Fédération indochinoise en reconnaissant l'indépendance du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge. Ils officialisent également la partition du Viêt Nam, germe de la future guerre du Viêt Nam ainsi que des conflits parallèles au Laos et au Cambodge. La France maintient ensuite des liens avec les trois États issus de l'ex-Indochine, bien que leurs relations soient compliquées par les conflits que traversent les trois pays et par leur passage dans le camp communiste en 1975.

Sommaire

Other Languages
हिन्दी: हिंदचीन
Bahasa Indonesia: Indochina Perancis
Basa Jawa: Prancis Indocina
ភាសាខ្មែរ: សហភាពឥណ្ឌូចិន
Lëtzebuergesch: Franséisch Indochina
Nederlands: Unie van Indochina
norsk nynorsk: Fransk Indokina
português: Indochina Francesa
srpskohrvatski / српскохрватски: Francuska Indokina
Simple English: French Indochina