Illuminés de Bavière

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Illuminati.
Illuminés de Bavière
Symbole des Illuminés de Bavière, 1776, avec la chouette de Minerve
Symbole des Illuminés de Bavière, 1776, avec la chouette de Minerve

Autres appellations Illuminés de Bavière,
Illuminati de Bavière
Création
Dissolution 1785
Créateur(s) Adam Weishaupt
Personnes-clés Adolph Knigge

Les Illuminés de Bavière (ou parfois Illuminati de Bavière) (en allemand Illuminatenorden) furent une société secrète allemande du XVIIIe siècle qui se réclamait de l' Aufklärung et plus généralement de la philosophie des Lumières.

Fondée le par le philosophe et théologien Adam Weishaupt à Ingolstadt, elle eut à faire face à des dissensions internes avant d'être interdite par un édit du gouvernement bavarois en 1785 et de disparaître peu après.

De nombreux mythes et théories du complot ont prétendu que l'ordre survécut à son interdiction et qu'il serait responsable, entre autres, de la Révolution française, de complots contre l' Église catholique romaine ainsi que de la constitution du nouvel ordre mondial.

Histoire

Adam Weishaupt, fondateur des Illuminés de Bavière

Création

Cette société, mouvement éphémère de libres penseurs, rationalistes et progressistes, la mouvance la plus radicale du siècle des Lumières [1] a été fondée le 1er mai 1776 par Adam Weishaupt, professeur de droit canonique à l'université d' Ingolstadt, dans le royaume de Bavière, où l’ Électeur conservateur Charles Théodore succéda en 1777 au progressiste et éclairé Maximilien III Joseph. Maximilien avait l'idée de créer un Ordre où le savoir serait partagé et où des connaissances ésotériques pourraient être transmises aux membres des grades les plus élevés. Tout d'abord École secrète [2], le groupe fut d'abord baptisé Bund der Perfektibilisten (Cercle des Perfectibilistes) puis Illuminatenorden (Ordre des Illuminés) [3].

Le but était le perfectionnement et progrès de l'humanité dans la liberté, l' égalité et la fraternité [4]. D'après l'historien Stéphane François, Adam Weishaupt avait pour objectif, dans une Allemagne catholique « dominée par l’ordre des Jésuites, très conservateur, qui formaient les futures élites de l’État », de « devancer [les] forces conservatrices en formant une élite progressiste », et en particulier de lutter contre la Rose-Croix d’or d’ancien système, société secrète « paramaçonnique de nature conservatrice » [5].

Organisation

Cette organisation pyramidale ne se réclame pas de la franc-maçonnerie, que son fondateur observe avec un certain dédain. Weishaupt y porte le titre de « général » et est assisté par un « Conseil suprême » formé de ses premiers compagnons, qu'il appelle « aréopagites » [6]. Seule la direction de l'organisation connaît ses secrets et ses objectifs matérialistes et anticléricaux. Les nouveaux recrutés, les « Novices » doivent observer une période probatoire d'environ deux ans avant d'accéder au grade de « Minerval » après une initiation qui reprend des thèmes et des dénominations de l'antiquité. Le recrutement reste limité à la Bavière et ne dépasse pas quelques dizaines de membres jusqu'en 1780, date à laquelle Weishaupt décide de renforcer son organisation en reprenant certaines formes maçonniques et en infiltrant quelques loges allemandes, notamment la loge « A la Prudence » dans laquelle il entra en février 1777 bien qu'elle défendît des conceptions mystiques très différentes des siennes, et la loge « Théodore au Bon Conseil » de Munich à laquelle s'affilièrent deux autres membres dirigeants de son ordre [6].

Réorganisation : apport de Knigge

Alors que le projet n'attire d'abord que « peu de personnes, surtout des proches et d’anciens élèves » d'Adam Weishaupt, le baron Adolf von Knigge, membre des Lumières, rejoint le mouvement en 1780 [5]. Franc-maçon depuis 1773, il réorganise l'ordre des illuminaten en trois classes :

  1. Première classe – Pépinière :
    • Cahier préparatoire
    • Noviciat
    • Minerval
    • Illuminé Mineur
  2. Deuxième classe – Franc-maçonnerie :
    • Apprenti
    • Compagnon
    • Maître
    • Illuminé majeur ou Novice écossais
    • Illuminé dirigeant ou Chevalier écossais
  3. Troisième classe – Mystères :
    • Petits Mystères - Prêtre
    • Petits Mystères - Régent ou Prince
    • Grands Mystères - Mage
    • Grands Mystères - Roi

Knigge donne à l'ordre une direction philosophique moins anticléricale et plus rousseauiste, fondée sur un idéal d' ascétisme et de retour de l'homme à l'état de nature [réf. nécessaire].

De plus, « il décide qu’il faut investir les loges maçonniques pour y recruter de nouveaux membres », et « cible non pas de futurs fonctionnaires, mais des personnes qui sont déjà en poste », stratégie qui permet aux Illuminés de passer « de quelques dizaines de membres à plus de 1500 » [5].

Le est constituée une Grande Loge provinciale. La société atteint alors son apogée, se répandant dans les pays rhénans, en Autriche et en Suisse. Cependant, le conflit entre Knigge et Weishaupt s'envenime, et le premier, que le second accuse de « fanatisme religieux » se retire en avril 1784 en publiant un mémoire condamnant les conceptions anticléricales de Weishaupt et de la majorité des dirigeants de l'ordre [6].

Répression

Charles Théodore de Bavière, prince-électeur et duc de Bavière. Il approuva l'édit ordonnant la dissolution des Illuminés de Bavière.

À partir de 1782, « certains francs-maçons hostiles aux Illuminés dénoncent leur présence au sein des loges » [5]. Le , l' électeur de Bavière, Charles Théodore, bannit toutes les sociétés secrètes, ce qui inclut les Illuminati et la franc-maçonnerie. En février 1785, Weishaupt est destitué de sa chaire universitaire et banni de Bavière. Il se réfugie alors à Gotha, sous la protection du duc de Saxe [6], l'électeur Frédéric-Auguste III, (que Napoléon fera Frédéric-Auguste Frédéric-Auguste Ier, roi de Saxe).

C'est alors le journaliste Johann Bode qui devient de fait le chef de l'ordre. En 1787, il se rend en France, à Strasbourg, puis à Paris [7], où il rencontre des membres des «  Philalèthes ». Selon son « Journal de voyage », certains d'entre eux constitueront alors un noyau secret de «  Philadelphes », ressemblant aux Illuminaten allemands [pertinence contestée] [8]. [réf. insuffisante]

Traqués, assimilés à des criminels, les Illuminés de Bavière disparaissent totalement du Sud de l'Allemagne dès 1786, seuls quelques foyers résistent en Saxe jusqu'en 1789 [6].

Other Languages
Alemannisch: Illuminatenorden
العربية: متنورون
azərbaycanca: İllüminatlar
беларуская: Ілюмінаты
български: Илюминати
bosanski: Iluminati
català: Illuminati
čeština: Ilumináti
Чӑвашла: Иллюминатсем
Ελληνικά: Ιλλουμινάτοι
English: Illuminati
Esperanto: Iluminatoj
euskara: Illuminati
suomi: Illuminati
galego: Illuminati
עברית: אילומינטי
हिन्दी: इलूमिनाती
hrvatski: Iluminati
Bahasa Indonesia: Illuminati
italiano: Illuminati
ქართული: ილუმინატები
қазақша: Иллюминати
latviešu: Ilumināti
македонски: Илуминати
Bahasa Melayu: Illuminati
Nederlands: Illuminati (orde)
norsk nynorsk: Illuminatar
Papiamentu: Illuminati
português: Illuminati
română: Illuminati
Kinyarwanda: Illuminati
srpskohrvatski / српскохрватски: Iluminati
Simple English: Illuminati
slovenčina: Ilumináti
slovenščina: Iluminati
shqip: Iluminati
српски / srpski: Илуминати
svenska: Illuminati
Kiswahili: Illuminati
Türkçe: İlluminati
українська: Ілюмінати
Tiếng Việt: Illuminati
მარგალური: ილუმინატეფი
中文: 光照派
Bân-lâm-gú: Illuminati