Huey Pierce Long

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Long.
Huey Pierce Long
Illustration.
Fonctions
35e gouverneur de Louisiane

(3 ans, 8 mois et 4 jours)
Membre du Sénat des États-Unis

(3 ans, 7 mois et 16 jours)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissanceLouisiane
Date de décès (à 42 ans)
Lieu de décèsBaton Rouge
Parti politiqueParti démocrate
ConjointRose McConnell Long
Gouverneur de Louisiane

Huey Pierce Long (1893-1935), surnommé « The Kingfish », est un homme politique américain populiste et sudiste, présenté par ses adversaires comme figure principale du fascisme américain dans l'entre-deux-guerres. Membre du Parti démocrate, il fut gouverneur de Louisiane de 1928 à 1932 et sénateur de cet État au Congrès des États-Unis de 1932 à 1935.

Biographie

Né à Winnfield en Louisiane le , ce fils de fermiers devint avocat puis fut élu en 1918 dans sa Louisiane natale à la State Railroad Commission, un organisme qui sous sa férule devint la Public Service Commission, où il ne manqua pas une occasion d'attaquer Standard Oil et son patron, Rockefeller.

Gouverneur

Le sénateur Long

Après un échec en 1924, il est élu gouverneur de Louisiane en 1928, dès le premier tour, par 43,9 % des suffrages exprimés (126 842 voix) avec un programme progressiste (développement du réseau autoroutier, construction de ponts, augmentation des crédits pour l'éducation, gratuité des livres scolaires, plus grande aide médicale, taxation des revenus pétroliers et imposition des grosses compagnies). La division de ses adversaires, représentés par le démocrate Riley J. Wilson (en) et le gouverneur sortant, Oramel H. Simpson, également démocrate, explique sa victoire dès le premier tour. Son élection a marqué un transfert des forces politiques de Louisiane, auparavant dominées par les grands propriétaires terriens, les hommes d'affaires et les représentants de l'industrie pétrolière, vers les petits propriétaires et les fermiers[1].

Les progressistes avaient précédemment obtenu un score flatteur à la présidentielle de 1924, leur candidat, Robert M. La Follette, obtenant même 16,5 % des voix et gagnant dans l'État du Wisconsin.

Une fois au pouvoir, Long épure l'administration en y plaçant ses hommes selon le spoils system. Il instaure alors un système de clientélisme et de « racket », ponctionnant les revenus de tous les fonctionnaires lui devant leur emploi. Il mit en place un grand programme de travaux publics pour faire face à la crise (routes, hôpitaux, écoles, construction d'un nouveau Capitole de Louisiane, de la Old Louisiana Governor's Mansion (en), digue du lac Pontchartrain, etc.). Comme Roosevelt plus tard, Long fait un large usage de la radio et du téléphone, demandant à ses auditeurs d'« appeler cinq de [leurs] amis en leur disant que Huey est sur les ondes »[2].

Il s'associe également à la Mafia, en particulier avec Meyer Lansky, l'organisation criminelle voulant exploiter des hôtels-casinos en Louisiane. Après la fuite de Frank Costello de New York, chassé par le maire Fiorello LaGuardia élu en 1933, il invita ce dernier à La Nouvelle-Orléans afin de partager les revenus des salles de jeux clandestins[3].

Impeachment

Son programme économique et social lui valait l'opposition de l'élite de Louisiane. En 1929, après avoir proposé une taxe sur la production de pétrole raffiné (un nickel par baril), fortement critiquée par la Standard Oil, le député démocrate Cecil Morgan (en), dont le père avait été licencié par Long en raison de son opposition, tenta de mener une procédure d'impeachment contre le gouverneur, l'accusant entre autres de blasphème, corruption des députés régionaux, détournement de fonds, etc. Au total, son groupe d'adversaires, le Dynamite Squad, formé de représentants de l'élite locale proche de la faction dite des Old Regulars (en), l'accusait de 19 chefs d'accusation, dont la tentative d'assassinat du démocrate Jared Y. Sanders, Jr. (en), fils de l'ancien gouverneur de Louisiane avant la guerre, Jared Y. Sanders, Sr.. Grâce au Speaker (en) de la Chambre John B. Fournet (en), futur chief justice de la Cour suprême de Louisiane, Long tenta d'ajourner la discussion. La séance, connue sous le nom de Bloody Monday, finit en pugilat, certains députés ayant été accusés d'avoir porté des poings américains. Finalement, Long réussit à convaincre, à une voix près, un groupe de députés de s'opposer à la tentative d'impeachment.

À la suite de cette tentative, Long devint impitoyable envers ses adversaires, usant de tous ses pouvoirs en tant que chef de l'exécutif local. Il fonda un journal, le Louisiana Progress (en), afin de porter sa voix, contraignant les entreprises souhaitant obtenir des marchés publics à y acheter des pages de publicité. Menacé de mort, il s'entoura également en permanence de gardes du corps[4].

1930-1931

En 1930, la Chambre s'oppose à son programme de construction de routes et à d'autres initiatives. En réponse, il se présente aux primaires du Parti démocrate du pour les sénatoriales fédérales, transformant l'élection en plébiscite sur sa personne. Battant de loin son rival sortant Joseph E. Ransdell (en) (57,3 % contre 42,7 %), il décide cependant d'ajourner la prise de son siège au Sénat fédéral en restant gouverneur jusqu'en janvier 1932, quelques mois à peine après la fin de son mandat de gouverneur. Il avait alors coutume de dire : « avec Ransdell comme sénateur, le siège était de toute façon vacant ».

Plébiscité par l'électorat, il est en position de force pour négocier avec son adversaire principal, le Regular Democratic Organization (en), passant un accord avec son leader, le maire de La Nouvelle-Orléans T. Semmes Walmsley (en). En échange de son soutien économique à la ville (construction du pont Huey Long (en) au-dessus du Mississippi, d'un aéroport - le New Orleans Lakefront Airport (en), etc.), il obtint le soutien de cette tendance démocrate jusqu'à l'automne 1933. Ceci lui permit de faire voter une loi taxant l'essence, d'augmenter le budget consacré à l'éducation, de soutenir la construction du Capitole et de consacrer 75 millions de dollars à l'infrastructure routière, permettant notamment la construction de la Airline Highway (en) entre La Nouvelle-Orléans et Bâton-Rouge. Son architecte préféré, Leon C. Weiss (en), conçut non seulement le Capitole, mais aussi le Charity Hospital (en) qui fut largement financé par l'État fédéral dans le cadre du programme Federal Emergency Administration of Public Works (future Public Works Administration), ainsi que de nombreux bâtiments du système éducatif.

Ces grands travaux firent du réseau routier et autoroutier de Louisiane l'un des plus modernes du pays. Il augmenta également le nombre d'étudiants inscrits à l'Université d'État de Louisiane (LSU) de 1 600 à 4 000, faisant de celle-ci la 11e université nationale. Il promeut ainsi une politique d'accession à l'éducation supérieure des classes populaires.

1931-1934

En octobre 1931, son adjoint et rival, Paul N. Cyr (en), l'accuse de rester illégalement à son poste de gouverneur et se proclame gouverneur. Long fait appel à la Garde nationale pour empêcher le coup d'État et porte plainte devant la Cour suprême de Louisiane contre Cyr, l'accusant d'avoir de facto abandonné son poste de gouverneur-adjoint en s'auto-proclamant gouverneur. La Cour lui donne raison, et son dauphin Alvin Olin King devient son adjoint. Aux élections locales de janvier 1932, c'est son dauphin, Oscar K. Allen, qui est triomphalement élu gouverneur avec l'appui des soutiens politiques de Long et de la base électorale de la tendance Old Regular du Parti démocrate, Long ayant accepté de siéger au Sénat fédéral. Censé être écarté de la scène de Louisiane, Long y reste de fait une figure décisive, maintenant le gouverneur Allen sous son contrôle étroit et n'hésitant pas à le moquer en public ou à occuper ses bureaux lors de ses séjours fréquents à Bâton-Rouge. Il parvient ainsi à réformer la structure administrative de Louisiane à partir de 1934, afin d'augmenter les pouvoirs du gouverneur au détriment des circonscriptions locales, en particulier de La Nouvelle-Orléans, d'Alexandria et de Bâton-Rouge, et octroyant un pouvoir de nomination général du gouverneur sur les fonctionnaires locaux.

Huey Long soutint Roosevelt à la présidentielle de 1932, mais se brouilla avec lui, le jugeant trop lié à la haute finance. Il s'attira alors les foudres du monde de la haute finance qui le qualifia même de « fasciste », tandis que Roosevelt le qualifia, avec le général Douglas MacArthur, d'un des deux hommes les plus dangereux des États-Unis[5]. Roosevelt, qui le compare à Hitler et Mussolini, tente de l'écarter, en commanditant une enquête de l'IRS (le fisc), qui affecte plusieurs de ses subordonnés mais manque Long lui-même.

Il fonde alors, en 1934, le mouvement Share Our Wealth Long (en), proposant une concession rurale pour chaque famille américaine, un revenu annuel de 2 500 $, et un impôt sur la fortune sur les revenus de plus de 5 millions de $ et les revenus annuels de plus de 1 million de $ (soit respectivement 64,5 millions et 84,7 millions d'euros actuels [réf. nécessaire]). Il fonde aussi un journal national, l' American Progress, pour soutenir sa personne. Dirigé par le révérend Gerald L. K. Smith (en), futur fondateur du groupe antisémite Christian Nationalist Crusade (en), le mouvement Share our Wealth connaît cependant un succès foudroyant : un an à peine après sa fondation, il compte 27 000 clubs et plus de 7 millions d'adhérents[réf. nécessaire].

Long s'oppose à la Réserve fédérale, au National Industrial Recovery Act qu'il considère comme un cadeau fait aux grandes entreprises et au projet de loi de Glass sur les banques, accusant celui-ci de favoriser les banques fédérales au détriment des banques locales; il soutiendra en 1933, après amendements, le Glass-Steagall Act. Il se déclare par ailleurs anti-communiste, fondant son programme sur la Bible et la Déclaration d'indépendance. Il débat en 1934 avec le représentant du Parti socialiste d'Amérique, Norman Thomas, défendant son programme contre le projet socialiste.

1935

L'opposition de Louisiane à Long s'organise en 1935 autour du Square Deal Association, qui dénonçait sa soudaine fortune personnelle et commença à parler d'insurrection contre son pouvoir jugé dictatorial. La coalition rassemblait les ex-gouverneurs John M. Parker et Ruffin G. Pleasant et le maire de La Nouvelle-Orléans T. Semmes Walmsley (en). Le , deux cents hommes armés dirigés par cette coalition prennent de force la Paroisse de East Baton Rouge, Long appelant de nouveau la Garde nationale à la rescousse et faisant décréter la loi martiale, interdisant les rassemblements publics de plus de 2 personnes et toute critique du gouvernement de Louisiane. La troupe tira sur les insurgés, faisant seulement un blessé.

À l'été 1935, il fit passer de nouvelles lois centralisant à nouveau les pouvoirs au profit du gouverneur de Louisiane et retirant la quasi-totalité de ses pouvoirs au maire de La Nouvelle-Orléans. Il créa ainsi un comité chargé de la publication, ayant pouvoir d'interdire l'édition de journaux jugés non-coopératifs, centralisa les prêts autour d'un comité étatique, et créa un nouveau comité chargé de nommer tous les observateurs dans les bureaux de vote. Il abroge également, en 1935, la poll tax qui établissait, de fait, un suffrage censitaire, augmentant de 90 % le nombre d'inscrits sur les listes électorales.

Assassinat

La tombe originale de Huey P. Long au Louisiana State Museum

Après une tournée nationale faite au printemps 1935, il annonça son intention de devenir candidat à la primaire démocrate pour la présidentielle de 1936, mais il fut assassiné le au Capitole de Louisiane, à Baton Rouge — les marques des balles y sont toujours visibles sur le mur. Blessé grièvement par Carl Weiss (gendre de l’un des ennemis de Long, belliciste notoire), il succomba deux jours plus tard, le 10 septembre. Ses derniers mots furent « Seigneur, ne me laissez pas mourir, j'ai tant de choses à accomplir ». Le révérend d'extrême-droite Gerald L. K. Smith (en) fut chargé de prononcer son oraison funèbre, à laquelle ont assisté des dizaines de milliers de personnes.

Postérité

Après sa mort, des proches de Huey Long tentèrent de reprendre son mouvement sous le nom d' Union Party, lui rendant une apparence plus populiste, et présentèrent comme candidat le républicain William Lemke, mais celui-ci ne connut jamais la popularité de son prédécesseur et ne récolta que 2 % des voix. Son livre, My First Days in the White House (en), écrit peu avant sa mort, fut publié de façon posthume.

Selon ses biographes T. Harry Williams (en) et William Ivy Hair, en se présentant à l'élection de 1936, Long avait en fait comme objectif, plutôt que de se faire élire président — ce qu'il pensait irréalisable — de gêner Roosevelt et de créer un troisième parti à partir d'une scission du Parti démocrate, en s'appuyant sur des figures de l'extrême-droite comme le prédicateur Charles Coughlin ou l'agrarien d'Iowa Milo Reno. Cette scission aurait empêché l'élection de Roosevelt au profit du candidat républicain, mais Long pensait ainsi pouvoir être élu en 1940.

Son frère, Earl Kemp Long, fut également gouverneur de Louisiane. Sa femme, Rose McConnell Long (1892-1970), fut sénatrice de Louisiane de 1936 à 1937. Son fils, Russell B. Long a été sénateur de Louisiane de 1948 à 1987.

Other Languages
العربية: هيوي لونغ
català: Huey Long
čeština: Huey Long
dansk: Huey Long
Deutsch: Huey Long
English: Huey Long
español: Huey Long
suomi: Huey Long
עברית: יואי לונג
magyar: Huey Long
한국어: 휴이 롱
norsk nynorsk: Huey Long
norsk: Huey Long
português: Huey Long
русский: Лонг, Хьюи
Simple English: Huey Long
svenska: Huey Long
українська: Г'юї Лонг