Huángdì

Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir huangdi (homonymie).
Huángdì
黄帝
Illustration.
Titre
Roi de Chine
av. J.C – av. J.C
PrédécesseurShennong
SuccesseurZhuanxu
Biographie
DynastieLes cinq empereurs
Nom de naissance黄帝

L'Empereur Jaune (黄帝 Huáng Dì) est selon la tradition chinoise un souverain civilisateur de la haute antiquité qui aurait régné de 2697 à 2597 av. J.-C. ou de 2698 à 2598 av. J.-C.[1]. Il n’est pas mentionné dans les plus anciennes sources, mais apparaît à l’époque des Royaumes combattants[2] et occupe une place prééminente chez les historiographes de la dynastie Han. Il est le premier des cinq Empereurs dans le Shiji et le troisième des trois Augustes dans la préface du Shujing par Kong Anguo. Il représentait le souverain idéal pour le courant philosophico-politique huanglao qui eut les faveurs de la cour jusque Han Wudi. À cet égard, de nombreux textes politiques ou techniques furent attribués à lui ou ses assistants, dont les Quatre Livres de Huangdi et le Huangdi Neijing. Divinisé, il est resté un dieu et un immortel taoïste.

Il est considéré comme le père de la civilisation chinoise, particulièrement à partir du XIXe siècle où la définition de la nation chinoise fait l’objet de nombreux débats[3].

Personnage historique ou mythologique

Jusqu’au début du XXe siècle, Huangdi fut considéré comme un personnage historique par les historiens chinois. Certains révolutionnaires anti-mandchous acceptèrent l’hypothèse émise par le philologue Albert Terrien de Lacouperie (1845–1894) que Huangdi était un chef mésopotamien arrivé avec son peuple en Extrême Orient en 2300 av. J.-C., qui avait battu les autochtones et fondé la civilisation chinoise[4],[5].

Dans les années 1920, le « mouvement de doute [vis-à-vis des documents] de l’antiquité » (yigupai 疑古派) remit en question l’existence historique de figures telles que Huangdi, proposant qu’il s’agissait de dieux anciens devenus souverains civilisateurs dans la mémoire collective. Ainsi, Gu Jiegang proposa de voir en Huangdi un avatar de Shangdi[6].

Bien qu’ils réfutent l’hypothèse Shangdi, les spécialistes modernes tendent aussi à penser qu’à l’origine du Huangdi historique et du dieu taoïste qui émerge entre les Royaumes combattants et les Han, se trouve une figure surnaturelle plus ancienne[7],[6]. Mark Edward Lewis propose de voir en lui une évolution du shaman (wang 尪) qui sous les Shang accomplissait les rituels appelant la pluie[8]. Il aurait représenté la pluie et les nuages, alors que Chiyou ou Yandi, ses adversaires historiques, aurait représenté le feu et la sécheresse[9]. Sarah Allan voit plutôt en lui un dieu de l’inframonde, associé aux sources jaunes[10]. Un mythe Shang mentionne la lutte de leurs ancêtres sous la forme d’astres et d’oiseaux associés à l’Est et au dieu Shangdi contre des adversaires liés à l’Ouest, au monde souterrain et aux dragons[10] ; ces adversaires mythologiques seraient devenus dans la tradition une dynastie historique, les Xia[10].

Other Languages
አማርኛ: ኋንግ ዲ
العربية: هوان جي دي
български: Хуанди
བོད་ཡིག: ཧོང་ཏི།
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Uòng-dá̤
čeština: Žlutý císař
Deutsch: Huangdi
贛語: 黃帝
客家語/Hak-kâ-ngî: Vòng Ti
hrvatski: Žuti Car
Bahasa Indonesia: Huang Di
italiano: Huang Di
日本語: 黄帝
한국어: 황제 (전설)
lietuvių: Huangdi
latviešu: Huandi
македонски: Жолт цар
Bahasa Melayu: Maharaja Kuning
Nederlands: Huang Di
norsk nynorsk: Den gule keisaren
polski: Huang Di
پنجابی: پیلا شہنشاہ
português: Huangdi
română: Huang Di
русский: Хуан-ди
srpskohrvatski / српскохрватски: Žuti car
Simple English: Yellow Emperor
slovenščina: Rumeni cesar
српски / srpski: Жути цар
svenska: Huang-Di
українська: Жовтий імператор
Tiếng Việt: Hoàng Đế
中文: 黄帝
文言: 黃帝
Bân-lâm-gú: N̂g-tè
粵語: 黃帝