Homosexualité

Exemple d'un couple d'hommes.

L'homosexualité (terme datant du XIXe siècle) désigne un ensemble de comportements sexuels, caractérisés par l'attirance sexuelle ou affective d'un individu envers un autre individu de même sexe[1]. L'homosexualité fait partie de la sexualité humaine et se retrouve dans tous les groupes ethniques[2]. On observe également des comportements sexuels entre femelles ou entre mâles dans le règne animal[3]. L'homosexualité est une orientation sexuelle ainsi qu'une identité sexuelle, distincte de l'identité de genre (voir aussi androphilie et gynophilie)[4],[5] . Dans l'Occident moderne s'est établie une nomenclature d'usage pour définir les orientations sexuelles. Le terme « gay » est souvent utilisé pour définir les individus ayant un comportement à prédominance homosexuel principalement masculins, tandis que le terme « lesbienne » est exclusivement utilisé pour désigner des femmes homosexuelles[6]. Beaucoup d'homosexuels se désignent comme exclusivement attirés par des personnes de même sexe[7], alors qu'un homme ou une femme bisexuel sont attirés par des personnes des deux sexes[7]. Les homosexuels sont parfois représentés avec d'autres minorités sexuelles, par le sigle « LGBT »[8] pour « lesbiennes, gays, bisexuels, trans ». Le « T » de ce sigle comprend également les hommes et les femmes transgenres, transsexuels et travestis.

Selon les époques et les cultures, l'homosexualité sous ses différentes formes est plus ou moins acceptée ou réprimée. Au début du XXIe siècle, la tendance, dans les sociétés occidentales, est à l'acceptation et, dans certains pays, à l'établissement d'un statut légal (union civile ou mariage entre personnes de même sexe). Toutefois, 77 pays (principalement en Afrique et au Moyen-Orient) condamnent les auteurs « d'actes homosexuels » à des peines plus ou moins sévères, allant jusqu'à l'emprisonnement à perpétuité ou la peine de mort[9].

Appellations

Définitions

L'homosexualité fait référence à l'attirance ou à la pratique d'actes sexuels entre personnes de même sexe. Il n'existe cependant pas de définition universelle de l'homosexualité : d'après Marina Castañeda[réf. nécessaire], « un grand nombre de personnes pratiquent des actes homosexuels sans pour autant se considérer comme homosexuelles ; d'autres se croient homosexuelles sans avoir jamais eu de relations avec quelqu'un de leur sexe. » L'homosexualité ne se résume donc pas au seul aspect de la sexualité, voire au coït entre personnes de même sexe. Elle est aussi, et parfois pour certaines personnes exclusivement, un sentiment amoureux et un comportement social. Le psychiatre américain Judd Marmor, qui milita pour la suppression de la mention de l'homosexualité dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, propose en 1974 la définition suivante : « Peut être considérée comme homosexuelle une personne qui, durant sa vie adulte, manifeste une préférence pour des personnes de son propre sexe, est sexuellement attirée par ces personnes et a habituellement, mais pas nécessairement, des relations sexuelles avec une ou plusieurs de ces personnes[10]. »

L'homosexualité masculine était autrefois appelée en français sodomie, bougrerie, amour des garçons, amour grec, antiphysique, inversion sexuelle ou uranisme. L'emploi de ces termes perdure jusqu'au début du e siècle. Le mot pédérastie, qui désigne, à l'origine, l'attirance d'hommes adultes pour les garçons adolescents, a fini par désigner aussi l'attirance entre des hommes d'âges semblables, ou encore, par métonymie, l'acte de sodomie. Cet amalgame linguistique s'est poursuivi en ce qui concerne les relations avec des enfants, si bien que les homosexuels masculins sont parfois assimilés à des pédophiles. Historiquement, l'amalgame a été renforcé par le fait que dans les années 1970-1980, lors des mouvements dits de « libération sexuelle », les discours, défenseurs et groupes de pression défendaient souvent l'acceptation de ces deux types de sexualité[11][réf. à confirmer]. Ainsi, par exemple, le Groupe de recherche pour une enfance différente (GRED), premier groupe de pression pédophile français à perdurer, était membre du Comité d'urgence anti-répression homosexuelle (CUARH) et de l'International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association (IGA).[réf. nécessaire] Or la sexologie moderne ne retrouve, chez des homosexuels masculins, aucune tendance particulière à la pédophilie, par comparaison avec des hommes ayant des pratiques hétérosexuelles[12].

Chez les femmes, l'homosexualité est appelée lesbianisme (ou plus anciennement saphisme). Ces termes font référence à Sappho, une poétesse grecque de l'île de Lesbos qui tenait une sorte de collège de jeunes filles, et à laquelle les poèmes passionnés qu'elle adressait à ses amies, ainsi que sa vie entourée d'autres femmes, ont valu la réputation d'homosexuelle. On disait aussi fricarelle ou tribadisme, mots qui désignent, de nos jours, une pratique sexuelle spécifique.

Étymologie et évolution sémantique

Le terme « homosexualité » et la notion moderne qu'il définit sont apparus en français à la toute fin du XIXe siècle[13]. En 1868 et 1869 l'écrivain hongrois Karl-Maria Kertbeny, forge les mots allemands homosexuell et Homosexualität en associant la racine grecque (homo « semblable », parfois confondue avec le substantif latin homo « homme ») et la racine latine (sexualis « sexuel »). Les mots français homosexualité, homosexuel et homosexuelle apparaissent peu après, rapidement rejoints par l'antonyme hétérosexuel[14].

Avant cette date, la distinction des différentes pratiques sexuelles considérait déjà comme pertinente la distinction entre homosexuels et hétérosexuels, mais se focalisait plus sur les pratiques que sur une dimension psychologique (on parlait de « sodomites », mais cela pouvait éventuellement désigner un hétérosexuel) ; il existait nombre de qualificatifs pour désigner des pratiques très diverses[14]. Certains faisaient par exemple une distinction importante entre comportements actif et passif, ce qui a été le cas dès l'Antiquité grecque ou latine (où la passivité était particulièrement dévalorisée, quel que soit le sexe du partenaire), et reste encore vrai aujourd'hui dans certaines cultures, voire de législations[réf. nécessaire]. On qualifiait par exemple aux e et e siècles de bougre, ou de culiste un homosexuel, alors qu'on utilisait le terme coniste pour un hétérosexuel. Charles Fourier (suivi par Pierre-Joseph Proudhon) qualifie les homosexuels d'« unisexuels ». Proudhon parle lui de « monosexie » et d'« unisexualité ».

Les relations entre personnes du même sexe ont été qualifiées au fil du temps des mots suivants (certains de ces termes étaient et restent injurieux) :

Du fait d'une perception populaire assez souvent négative de l'homosexualité, de nombreux termes moqueurs, dégradants ou injurieux ont été créés pour désigner les homosexuels, notamment dans l'argot.

Dans le vocabulaire courant, la locution anglaise gay a pris le pas sur d'autres qualificatifs à partir des années 1960 pour évoquer l'homosexualité masculine, le mot « lesbienne » qualifiant lui l'homosexualité féminine, perdant peu à peu la connotation péjorative voire insultante qu'il véhiculait. Si de nos jours en France le mot générique homosexualité a perdu toute connotation médico-légale, ce n'est pas le cas au Canada francophone où on lui préférera de loin le terme gai (l'usage du mot hétérosexualité y a également une connotation médico-légale). L'apocope homo, très courante en Europe, est largement perçue comme une insulte (l'équivalent du mot européen pédé).

L'utilisation rétroactive du terme homosexualité pour parler de relations sexuelles entre hommes avant le XIXe siècle fait l'objet d'un débat : certains historiens soutiennent que c'est un abus de langage, qu'il n'a de pertinence que dans son usage et contexte strictement contemporains, le sens actuel du mot ne pouvant désigner des pratiques qui à l'époque étaient socialement différentes, d'où des contresens, des anachronismes et des projections[15]. D'autres répliquent que, bien que chaque culture approche l'homosexualité d'une façon différente, le phénomène de base, la distinction entre amour du même sexe et amour du sexe opposé, et la notion des catégories sociologiques qui en résultent ont toujours existé ; il leur paraît donc pertinent de discuter l'histoire de l'orientation et des pratiques sexuelles en utilisant les termes homosexuel, hétérosexuel, bien que les personnes concernées ne se seraient pas forcément reconnues comme sous ces qualifiants sexo-identitaires[16],[17].

Other Languages
Afrikaans: Homoseksualiteit
Alemannisch: Homosexualität
aragonés: Homosexualidat
العربية: مثلية جنسية
অসমীয়া: সমকামিতা
asturianu: Homosexualidá
azərbaycanca: Homoseksuallıq
Boarisch: Homosexualität
беларуская (тарашкевіца)‎: Гомасэксуальнасьць
български: Хомосексуалност
भोजपुरी: समलैंगिकता
Bahasa Banjar: Homoseksualitas
বাংলা: সমকামিতা
brezhoneg: Heñvelrevelezh
bosanski: Homoseksualnost
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Dùng-séng-luông
čeština: Homosexualita
Zazaki: Hemcınsbaz
डोटेली: समलैंगिकता
Ελληνικά: Ομοφυλοφιλία
emiliàn e rumagnòl: Omosesuêl
English: Homosexuality
Esperanto: Samseksemo
español: Homosexualidad
føroyskt: Samkyndleiki
贛語: 同性戀
Gàidhlig: Co-ghnèitheachd
ગુજરાતી: સમલિંગી
Hausa: Kishili
Hawaiʻi: Homosexuality
हिन्दी: समलैंगिकता
Fiji Hindi: Homosexuality
hrvatski: Homoseksualnost
interlingua: Homosexualitate
Bahasa Indonesia: Homoseksualitas
íslenska: Samkynhneigð
italiano: Omosessualità
日本語: 同性愛
ಕನ್ನಡ: ಸಲಿಂಗ ಕಾಮ
한국어: 동성애
Lëtzebuergesch: Homosexualitéit
lumbaart: Omosessüalità
lietuvių: Homoseksualumas
Malagasy: Fahapelahana
Māori: He nonofo
македонски: Хомосексуалност
монгол: Гомосекс
Bahasa Melayu: Homoseksual
Mirandés: Homossexualidade
مازِرونی: همجنس گرائی
Nāhuatl: Cuilonyotl
Napulitano: Ommosessualità
Nedersaksies: Homoseksualiteit
नेपाल भाषा: समलैङ्गिकता
Nederlands: Homoseksualiteit
norsk nynorsk: Homofili
norsk: Homofili
occitan: Omosexualitat
ਪੰਜਾਬੀ: ਸਮਲਿੰਗਕਤਾ
Piemontèis: Omossessualità
português: Homossexualidade
română: Homosexualitate
sicilianu: Omusissualitati
srpskohrvatski / српскохрватски: Homoseksualnost
Simple English: Homosexuality
slovenčina: Homosexualita
slovenščina: Homoseksualnost
chiShona: Ungochani
Soomaaliga: Khaniisnimada
српски / srpski: Хомосексуалност
Sesotho: Bosodoma
ślůnski: Hōmoseksualnota
Türkmençe: Homoseksuallyk
Türkçe: Eşcinsellik
татарча/tatarça: Һомосексуальлек
oʻzbekcha/ўзбекча: Gomoseksuallik
West-Vlams: Homoseksualiteit
吴语: 同性媾
მარგალური: ჰომოსექსუალობა
Yorùbá: Ilopọ
中文: 同性戀
文言: 同性戀
Bân-lâm-gú: Tông-sèng-loân
粵語: 同性戀
isiZulu: Isitabane