Homère

Wikipédia:Bons articles Vous lisez un «  bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Homère (homonymie).
Page d'aide sur les redirections « Homérique » redirige ici. Pour l'épithète, voir Épithète homérique.
Homère
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Homère du « type d'Épiménide », d'après une copie romaine d'un original grec du Ve siècle Ve siècle av. J.-C. conservé à la Glyptothèque de Munich (Inv. 273)

Nom de naissance Ὅμηρος
Naissance VIIIe siècle VIIIe siècle av. J.-C. (?)
Ionie (?)
Décès VIIIe siècle VIIIe siècle av. J.-C. (?)
Activité principale
Poète ( aède ?)
Auteur
Langue d’écriture Grec ancien ( dialecte homérique)
Genres

Œuvres principales

Homère (en grec ancien Ὅμηρος / Hómêros, « otage » ou « celui qui est obligé de suivre » [1]) est réputé avoir été un aède (poète) de la fin du VIIIe siècle VIIIe siècle av. J.-C. Il était simplement surnommé « le Poète » (ὁ Ποιητής / ho Poiêtếs) par les Anciens. Les deux premières œuvres de la littérature occidentale que sont l’ Iliade et l’ Odyssée lui sont attribuées.

Il est encore difficile d'établir aujourd'hui avec certitude si Homère a été un individu historique ou une identité construite, et s'il est bien l'auteur des deux célèbres épopées qui sont au fondement de la littérature occidentale. Cependant plusieurs villes ioniennes ( Chios, Smyrne, Cymé ou encore Colophon) se disputaient l'origine de l'aède et la tradition l'individualisait en répétant qu'Homère était aveugle.

La place d'Homère dans la littérature grecque est tout à fait majeure puisqu'il représente à lui seul le genre épique à cette période : l’ Iliade et l’ Odyssée lui sont attribuées dès le VIe siècle VIe siècle av. J.-C., ainsi que deux poèmes comiques, la Batrachomyomachia (littéralement « la bataille des grenouilles et des rats ») et le Margitès, et les poèmes des Hymnes homériques. La langue homérique est une langue déjà archaïque au VIIIe siècle av. J.-C. et davantage encore au moment de la fixation du texte, au VIe siècle av. J.-C. : elle est associée à l'emploi de l' hexamètre dactylique.

Biographie

Homère selon les Anciens

Homère et son guide, par William Bouguereau ( 1874)

La tradition veut qu'Homère ait été aveugle. Tout d'abord, l' aède Démodocos, qui apparaît dans l’ Odyssée pour chanter des épisodes de la guerre de Troie, est aveugle : la Muse lui a « pris les yeux, mais donné la douceur du chant [2] ». Ensuite l'auteur de l' Hymne homérique à Apollon Délien déclare à son propre sujet : « c'est un aveugle, qui réside à Chios la rocailleuse [3] ». Le passage est repris par Thucydide, qui le cite comme un passage où Homère parle de lui-même [4].

L'image du « barde aveugle » est un lieu commun de la littérature grecque. Un personnage d'un discours de Dion Chrysostome remarque ainsi que « tous ces poètes sont aveugles, et croient qu’il serait impossible de devenir un poète autrement » ; Dion répond que les poètes se transmettent cette particularité comme une sorte de maladie des yeux [5]. De fait, le poète lyrique Xénocrite de Locres est réputé être aveugle de naissance [6] ; Achaïos d'Érétrie devient aveugle pour avoir été piqué par des abeilles, symbole des Muses [7] ; Stésichore perd la vue parce qu'il a dit du mal d' Hélène de Sparte [8] et Démocrite s'ôte la vue pour mieux voir [9].

Tous les poètes grecs ne sont pas aveugles, mais la fréquence avec laquelle la cécité est associée à la poésie pousse à s'interroger. Martin P. Nilsson remarque que, dans certaines régions slaves, les bardes sont rituellement qualifiés d'« aveugles » [10] : comme le soutient déjà Aristote [11], la perte de la vue est supposée stimuler la mémoire. De plus, la pensée grecque associe très fréquemment cécité et pouvoir divinatoire : les devins Tirésias, Ophionée de Messène, Événios d'Apollonie ou Phinée sont tous privés de la vue. Plus prosaïquement, le métier d' aède est l'un des rares accessibles à un aveugle dans une société comme celle de la Grèce antique [12].

Plusieurs villes ioniennes ( Chios, Smyrne, Cymé ou encore Colophon) se disputent l'origine d'Homère. L’Hymne homérique à Apollon délien mentionne Chios et Simonide de Céos [13] attribue à « l'homme de Chios » l'un des plus fameux vers de l'Iliade, « il en est de la race des humains comme des feuilles [14] », devenu un proverbe à l'époque classique. Lucien de Samosate fait d'Homère un Babylonien envoyé en otage (en grec ὅμηρος / homêros) chez les Grecs, d'où son nom [15]. Interrogé à cet effet, l' oracle de Delphes répond en 128 à l'empereur Hadrien qu'Homère est natif d' Ithaque et qu'il est fils de Télémaque et Polycaste [16]. Proclos de Constantinople conclut la polémique dans sa Vie d'Homère, en disant que celui-ci fut avant tout un « citoyen du monde ».

Huit biographies anciennes nous sont parvenues, faussement attribuées à Plutarque et Hérodote : elles s'expliquent probablement par l'« horreur du vide » des biographes grecs [17]. Elles datent pour les plus vieilles de l' époque hellénistique et regorgent de détails dont certains remontent à l'époque classique : il en ressort qu'Homère est né à Smyrne, a vécu à Chios et a trouvé la mort à Ios. Son véritable nom est Mélesigénès ; son père est le dieu fleuve Mélès et sa mère la nymphe Créthéis [18]. Aristote fait naitre Homère sur Ios [19], une île des Cyclades. Dans le même temps, Homère est également un descendant d' Orphée, ou un cousin, voire un simple contemporain du musicien.

Homère, personnage historique

Une thèse récente, formulée par des auteurs anglo-saxons, postule que l'Odyssée aurait été écrite par une femme sicilienne du VIIe siècle VIIe siècle av. J.-C. (et dont le personnage de Nausicaa serait une sorte d'autoportrait) : le premier à avoir lancé l'idée est l'écrivain anglais Samuel Butler dans The Authoress of the Odyssey, en 1897. Le philosophe français Raymond Ruyer, grand admirateur de Samuel Butler (cf. La Gnose de Princeton), va dans le même sens dans son ouvrage Homère au féminin ou La jeune femme auteur de l'Odyssée publié chez Copernic en 1977. Cette conception a été reprise par le poète Robert Graves dans son roman Homer's Daughter [20] et plus récemment, en septembre 2006, par l'universitaire Andrew Dalby dans son essai Rediscovering Homer [21].

D'autres remettent en cause l'existence d'un Homère historique. Son nom même pose problème : on ne connaît aucune autre personne portant ce nom avant l' époque hellénistique et il reste rare avant l'époque romaine, où il est porté en particulier par des affranchis [22]. Le nom signifierait « otage » et différents récits visent à expliquer pourquoi Homère a reçu ce nom, après avoir été donné en otage par telle ou telle cité. On a objecté que le terme se rencontre normalement au neutre pluriel ὅμηρα / homêra) et non au masculin. Éphore de Cumes, un auteur du IVe siècle IVe siècle av. J.-C., explique quant à lui que, dans le dialecte de sa cité, le nom signifie « aveugle » et qu'il a été donné au poète en raison de sa cécité, le but étant de prouver qu'Homère est un compatriote [23]. Cependant, le mot n'est pas attesté par ailleurs et le mot « aveugle », si on le rencontre comme cognomen, n'est jamais donné comme nom seul [24]. Par ailleurs, on a fait valoir que pour les épopées, l'anonymat était la règle et le nom d'auteur, l'exception [25].

On a donc pu parler de l'« invention » d'Homère. Pour Martin L. West, le personnage a été inventé par les érudits athéniens du VIe siècle VIe siècle av. J.-C. à partir des revendications d'organisations de rhapsodes tels que les Homérides de Chios, qui prétendaient descendre d'Homère, lui attribuaient les poèmes qu'ils récitaient et racontaient divers épisodes de la vie de leur supposé ancêtre [26]. Pour Barbara Graziosi, il s'agit plutôt d'un mouvement panhellénique, lié aux représentations des rhapsodes à travers l'ensemble de la Grèce : qu'il ait existé ou non un Homère, le nom d'Homère est devenu un nom fameux dans toute la Grèce, auquel les rhapsodes pouvaient se référer pour attirer les foules lors de leurs récitations publiques [27].

Other Languages
Afrikaans: Homeros
Alemannisch: Homer
አማርኛ: ሆሜር
aragonés: Homero
العربية: هوميروس
مصرى: هوميروس
অসমীয়া: হোমাৰ
asturianu: Homero
azərbaycanca: Homer
تۆرکجه: هومر
башҡортса: Гомер
Boarisch: Homer
žemaitėška: Huomers
Bikol Central: Homer
беларуская: Гамер
беларуская (тарашкевіца)‎: Гамэр
български: Омир
भोजपुरी: होमर
Bislama: Homer
বাংলা: হোমার
བོད་ཡིག: ཧོ་མུར།
brezhoneg: Homeros
bosanski: Homer
буряад: Хомер
català: Homer
нохчийн: Гомер
کوردی: ھۆمیرۆس
corsu: Omeru
qırımtatarca: Gomer
čeština: Homér
Чӑвашла: Гомер
Cymraeg: Homeros
dansk: Homer
Deutsch: Homer
Zazaki: Homeros
डोटेली: होमर
Ελληνικά: Όμηρος
English: Homer
Esperanto: Homero
español: Homero
eesti: Homeros
euskara: Homero
estremeñu: Omeru
فارسی: هومر
suomi: Homeros
Võro: Homeros
føroyskt: Homer
furlan: Omêr
Frysk: Homêros
Gaeilge: Hóiméar
贛語: 荷馬
Gàidhlig: Ómīros
galego: Homero
Avañe'ẽ: Homéro
客家語/Hak-kâ-ngî: Homeros
Hawaiʻi: Homer
עברית: הומרוס
हिन्दी: होमर
Fiji Hindi: Homer
hrvatski: Homer
Kreyòl ayisyen: Homer
magyar: Homérosz
Հայերեն: Հոմերոս
interlingua: Homero
Bahasa Indonesia: Homeros
Ilokano: Homero
Ido: Homero
íslenska: Hómer
italiano: Omero
日本語: ホメーロス
Patois: Uoma
Basa Jawa: Homeros
ქართული: ჰომეროსი
Qaraqalpaqsha: Homer
Taqbaylit: Homer
Адыгэбзэ: Гомер
Kabɩyɛ: Homère
қазақша: Гомер
ភាសាខ្មែរ: ហូម័រ
ಕನ್ನಡ: ಹೋಮರ್
한국어: 호메로스
Kurdî: Homer
Latina: Homerus
Lëtzebuergesch: Homer
Limburgs: Homeros
lumbaart: Umer
ລາວ: ໂຮແມ
lietuvių: Homeras
latviešu: Homērs
मैथिली: होमर
Malagasy: Homer
олык марий: Гомер
Baso Minangkabau: Homerus
македонски: Хомер
മലയാളം: ഹോമർ
монгол: Хомер
मराठी: होमर
Bahasa Melayu: Homer
Malti: Omeru
Mirandés: Houmero
မြန်မာဘာသာ: ဟိုးမား
Dorerin Naoero: Homer
Plattdüütsch: Homer (Dichter)
नेपाल भाषा: होमर
Nederlands: Homerus
norsk nynorsk: Homer
norsk: Homer
Novial: Hómeros
occitan: Omèr
ଓଡ଼ିଆ: ହୋମର
Ирон: Гомер
ਪੰਜਾਬੀ: ਹੋਮਰ
Kapampangan: Homer
Picard: Homère
Pälzisch: Homer
polski: Homer
Piemontèis: Omer
پنجابی: ہومر
پښتو: هومر
português: Homero
Runa Simi: Omiros
română: Homer
armãneashti: Homeru
русский: Гомер
русиньскый: Гомер
саха тыла: Хомер
sicilianu: Omeru
Scots: Homer
سنڌي: هومر
srpskohrvatski / српскохрватски: Homer
Simple English: Homer
slovenčina: Homér
slovenščina: Homer
shqip: Homeri
српски / srpski: Хомер
Seeltersk: Hómēros
svenska: Homeros
Kiswahili: Homer
ślůnski: Hůmer
தமிழ்: ஓமர்
తెలుగు: హోమర్
тоҷикӣ: Ҳомер
Türkmençe: Gomer
Tagalog: Homer
Türkçe: Homeros
татарча/tatarça: Һомер
удмурт: Гомер
українська: Гомер
اردو: ہومر
oʻzbekcha/ўзбекча: Homer
vèneto: Omero
vepsän kel’: Gomer
Tiếng Việt: Homer
Volapük: Homeros
walon: Homere
Winaray: Homeros
吴语: 荷馬
მარგალური: ჰომეროსი
ייִדיש: האמעראס
Yorùbá: Homer
Vahcuengh: Hozmaj
中文: 荷马
Bân-lâm-gú: Homeros
粵語: 荷馬