Histoire du jeu vidéo

L'Histoire du jeu vidéo débute dans les années 1950, où l'idée du jeu vidéo naît au sein des universités lors de recherches sur l'informatique. Les jeux vidéo ne se font connaitre du grand public qu'à partir des années 1970 avec la commercialisation des premières bornes d'arcade ainsi que les consoles de jeu vidéo, pouvant faire tourner une dizaine de jeux simplistes. Le jeu vidéo devient alors une industrie, évoluant avec la technologie et marqué par un krach en 1983, à la suite de l'inondation des modèles sur le marché après le boom des années 1970.

En 2016, huit générations de consoles se sont succédé, la dernière étant composée de la Wii U et la Nintendo 3DS, la Playstation 4 et la Playstation Vita et enfin la Xbox One. L'Histoire du jeu vidéo s'étend également sur PC, qui représente aujourd'hui une forte proportion du marché et qui prend de plus en plus de place grâce à la distribution dématérialisée, via Steam notamment. Depuis les années 2010, le jeu vidéo se développe également sur smartphone, grâce à des appareils de plus en plus puissants et des écrans de plus en plus grand, permettant le développement de jeux du même acabit que ceux des années 2000 sur consoles portables.

1948-1972 : Prémices d'un nouveau genre

Article détaillé : Avant 1971 en jeu vidéo.

Définition du jeu vidéo

Avant la démocratisation du jeu vidéo, la définition même du terme a subie plusieurs évolutions, passant d'une définition purement technique à un concept plus général du divertissement. Techniquement, un programme peut être considéré comme un jeu vidéo s'il émet un signal vidéo subissant une rastérisation et qui peut être affiché sur un écran CRT [1]. Cette définition exclut toutefois les premiers jeux sur oscilloscope, sur écran vectoriels mais également les jeux plus récents sur consoles portables ou les écrans LCD [2]. D'un point de vue technique, selon Mark Wolf, ces jeux devraient être nommés comme étant des « jeux électroniques » ou « jeux d'ordinateur » [3].

Aujourd'hui, le terme de « jeu vidéo » s'est généralisé et regroupe tous les jeux pouvant être joué sur du matériel électronique avec lequel le joueur peut interagir afin d'obtenir un résultat à l'écran. Cette définition permet d'inclure des jeux développés dans les années 1950 dans le cadre de recherches universitaires [4].

Cette définition n'est pas partagée par tous cependant : Ralph Baer, inventeur de la console de jeu Odyssey estime par exemple que le premier jeu vidéo est Spacewar!, qui respecte la définition technique définie plus haut. Il prône ce point de vue pour légitimer sa place dans l'histoire du jeu vidéo toutefois, puisqu'il estime qu'il n'y a que deux personnes qui peuvent se considérer père du jeu vidéo : Nolan Bushnell, concepteur de Computer Space en 1969 et lui-même qui a déjà imaginé le concept de jeu sur télévision en septembre 1966 [5].

Précurseurs du jeu vidéo

L'ENIAC, un des premiers ordinateurs dans les années 1950, permettant l'émergence du jeu vidéo peu après.

Pendant la seconde Guerre mondiale, les premiers ordinateurs analogiques font l'apparition afin de contribuer à l'effort de guerre. C'est dans ce contexte que sont créés les premiers ordinateurs, Colussus et ENIAC. Ces ordinateurs sont cependant peu fiables, très coûteux et dédié à une tâche unique [6], [7]. Juste après la guerre, à la fin des années 1940, l'application de l' architecture de von Neumann permet la création des premiers ordinateurs programmables à l' Université de Pennsylvanie ( EDVAC), à l' Université de Cambridge ( EDSAC), ou encore à l' Université de Manchester ( Manchester Mark 1). Ces ordinateurs changent alors les méthodes de recherches de scientifiques et intéressent rapidement les universités, entreprises et instituts publics qui permet le développement rapide de la technologie dans les années 1950 [8].

C'est dans ce contexte que naissent les prédécesseurs du jeu vidéo. À l'époque, le jeu peut servir dans trois cas de figures : comme programme d'entrainement, de recherche dans certains domaines tel que l' intelligence artificielle et enfin comme démonstration technique. Les jeux sont alors développés pour un ordinateur précis et ne sont pas prévus pour être distribués. Les ordinateurs ayant servi à présenter un jeu sont pour la plupart démontés après leur présentation ou leur but de recherche, sans être forcément montré au public. En conséquence, il est impossible de déterminer quel est le premier jeu électronique, du fait de la confidentialité du secteur à l'époque, où ces recherches ne sont pas forcément montrées au public [9].

Le premier jeu interactif connu est le dispositif de jeu à tube cathodique créé en 1947 par Thomas T. Goldsmith Jr. et Estle Ray Mann. En 1948, le premier jeu pour ordinateur imaginé est Turochamp, un programme de simulation de jeu d'échecs, développé par Alan Turing et David Champernowne en 1948. Turing débute en 1952 l'adaptation du jeu sur Ferranti Mark I mais il n'a cependant jamais terminé [10].

Premiers jeux électroniques

Photo d'une machine avec une console de commandes et des fiches explicatives autour
Reproduction de la machine Nimrod au musée du jeu vidéo de Berlin.

En 1950, le premier jeu connu Bertie the Brain est développé par Josef Kates dans le cadre de l'exposition exposition nationale canadienne. La machine permet au public de jouer au Tic-tac-toe face à une intelligence artificielle, avec différents niveaux de difficulté. Le but de la machine, utilisant un tube Additron inventé par Kates, est de faire la promotion pendant le salon du vendeur de tubes électroniques Rogers Majestic [9]. L'année suivante, en mai 1951, l'ordinateur Nimrod, permettant de jouer aux jeux de Nim est présenté lors de l'exposition Festival of Britain à Londres par John Makepeace Bennett, puis au Berlin Industrial Show en octobre 1951. Comme Bertie the Brain, Nimrod est construit pour impressionner le public et montrer les possibilités des ordinateurs. Ces deux machines n'ont servi qu'à but promotionnel : une fois leurs expositions respectives terminées, elles sont démantelées [9].

En 1951, Ralph Baer, un ingénieur américain de la société Loral Electronics est chargé de concevoir « la meilleure télévision du monde ». Après réflexion, il propose d’y intégrer un module de jeu, mais cette idée est refusée par son employeur, jugeant l'idée trop coûteuse pour l'époque. Ainsi, bien que n’ayant pas réellement produit de jeux vidéo, il est parfois crédité comme étant la première personne à avoir eu l’idée du jeu vidéo sur écran, ne nécessitant pas d'une machine spécifique pour être affiché [11], [12].

Reproduction d'un des premier écrans de jeu sur ordinateur.

Les premiers jeux sur ordinateur reliés à un écran font leur apparition en 1952 via des recherches académiques : un jeu de dames par Christopher Strachey sur Ferranti Mark I et OXO, un jeu de tic-tac-toe par Alexander S. Douglas sur EDSAC. Strachey est alors mathématicien et physicien à Harrow School et tente dès 1951 de faire un jeu de dames afin de s'entrainer à la programmation sur le Pilot ACE du National Physical Laboratory. Il échoue toutefois à faire tourner le programme à cause de plusieurs erreurs de programmation. Ce n'est qu'après avoir été encouragé par Alan Turing de continuer qu'il réussira à faire marcher le jeu sur Ferranti Mark 1 en juillet 1952 [9], [13]. La même année, Douglas développe OXO dans le cadre de son doctorat sur l' interaction homme-machine à l' université de Cambridge sur l' EDSAC. Le jeu consiste en un morpion similaire à Bertie the Brain, mais cette fois-ci sur un ordinateur non dédié à cette tâche initialement [9], [14].

Ces deux jeux restent toutefois statiques : l'écran ne sert qu'à afficher un état fixe du jeu, avant que le joueur ne joue le coup suivante. En 1958, William Higinbotham crée le jeu Tennis for Two pour distraire les visiteurs du laboratoire national de Brookhaven à New York. En reliant un oscilloscope à un ordinateur, Higinbotham propose une sorte de tennis simplifié où deux adversaires doivent renvoyer une balle au-dessus d’un filet à l’aide de deux manettes [15].

Un an plus tard, il adapte son jeu sur un écran cathodique 15 pouces. Persuadé, à tort, qu’il n’a là rien inventé, il ne dépose pas son idée.

Ces quatre événements marquent les prémices du jeu vidéo et en posent finalement les bases ( console de jeux connectée sur un téléviseur, utilisation de l’ordinateur comme adversaire, contrôles externes spécialement dédiés). Du fait de la complexité et du prix des ordinateurs à l’époque, il faudra attendre 1972 avec Pong et la même année, la Magnavox Odyssey, pour que ce genre ludique démarre vraiment sous une forme pratique et commercialisable, comme borne d'arcade ou console de salon.

Spacewar! : premier jeu commercial ?

En 1962, un groupe d’étudiants du MIT mené par Steve Russell programme un jeu nommé Spacewar sur un PDP-1, le premier mini-ordinateur de la société DEC [16]. Le but n’était pas de créer un jeu en lui-même, mais d’expérimenter les possibilités du nouvel ordinateur. [réf. nécessaire] Spacewar met en scène deux vaisseaux spatiaux, chacun contrôlé par un joueur à l’aide de manettes créées pour l’occasion, capables de tirer des missiles ; au centre de l’écran, une étoile crée un champ gravitationnel et un danger supplémentaire [16]. Ce jeu, à la différence des précédentes tentatives, fut rapidement distribué avec les nouveaux ordinateurs de DEC et s’échangea à travers les prémices d’Internet. On considère qu’il s’agit du premier jeu vidéo largement diffusé et ayant eu une réelle influence. [réf. nécessaire] Techniquement, le jeu pesait 9 ko et tournait à 200 000 instructions par seconde.

Premières tentatives commerciales

Brown box de Ralph Baer.

À partir de 1965, Ken Thompson développe un système d'exploitation basé sur Multics pour le compte de la société AT&T, sur la plate-forme GE-645. Sa motivation première était de faire tourner un jeu de sa conception nommé Space Travel, une simulation du système solaire. Bien que le jeu n'est jamais été commercialisé (il coûte d’ailleurs 75 $ par utilisation pour louer l'ordinateur GE-645) et que la société AT&T en ait finalement stoppé le financement en 1969, il est à l’origine de la création d’ Unix [17], [18].

En 1966, Ralph Baer (alors ingénieur chez Sanders Associates) crée la brown box, boîtier se connectant aux téléviseurs ordinaires (une implémentation de son idée première de 1951) et pouvant à terme être vendu une vingtaine de dollars [19]. Baer continue le développement et produit en 1968 un prototype pouvant faire tourner différents jeux (de poursuite, de ping-pong, de tennis, de handball), préfigurant les consoles de jeux modernes.

En 1969, un employé anonyme de DEC crée ce qui est sans doute le tout premier jeu de gestion, Hamurabi. [réf. nécessaire]

Other Languages